Colloque – Archives en bibliothèques (XVIe-XXIe siècle) – appel à contribution

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme,

Aix-en-Provence, 14-15 novembre 2019

 

Programme Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques », Aix-Marseille Université

UMR 7303 Telemme (AMU-CNRS)

École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques

Centre Gabriel Naudé

 

Depuis les débuts de l’époque moderne, on trouve beaucoup de non-livres dans les bibliothèques, et en particulier des ensembles de papiers que l’on peut considérer comme des archives, parce qu’ils ont été rassemblés dans le cadre des activités ordinaires, savantes ou professionnelles, d’un individu ou d’une institution. L’étude de ces « papiers entre les livres » permet d’éclairer d’une manière nouvelle ce qui lie archives et bibliothèques, en mettant à distance le récit du « grand partage » des fonctions et des fonds documentaires entre les deux types d’institutions, hérité du XIXe siècle.

Le premier aspect de la réflexion concerne la manière dont ces ensembles ont été constitués, organisés et conservés du vivant de leur producteur. De l’humanisme tardif au collectionnisme du XIXe siècle, les pratiques intellectuelles et matérielles de la collecte, de la copie, du rangement, du classement et de l’inventaire se sont lentement transformées ; l’invention du fichier au tournant du XIXe siècle, puis de la photocopieuse, ont introduit des ruptures plus nettes dans l’allure des archives savantes. Le regard devra porter sur les formes de « mise en archive » opérées par les savants ou les administrateurs pour soustraire ces papiers au quotidien des activités, permettre leur mobilisation en cas de besoin ou leur conservation pérenne. On devra aussi s’intéresser aux relations entre ces ensembles de papier et la bibliothèque des livres, à partir des manipulations dont ils font l’objet, ou de la disposition matérielle des lieux et du mobilier. Le livre est lui-même un objet-frontière entre l’archive et la bibliothèque : on pense aux phénomènes d’incorporation de l’archive au manuscrit médiéval, à la confection des registres, ou aux livres parfois abondamment annotés ou interfoliés.

Le second aspect renvoie à la manière dont ces ensembles ont été traités à la mort de leur producteur. Dans les testaments, la transmission des papiers est souvent pensée indépendamment de celle des livres. Dès l’époque moderne, la question de leur devenir a été l’occasion de réfléchir aux fonctions respectives des dépôts d’archives et des bibliothèques « centrales » des États. On considèrera la manière dont les bibliothèques ont accueilli ces ensembles, les ont traités et éventuellement dissociés en fonction de critères extérieurs à la logique du recueil (séparation des pièces imprimées et manuscrites, des pièces authentiques et des copies), dont elles les ont catalogués et communiqués aux lecteurs. Il s’agit de se demander comment les bibliothèques pensent (ou ne pensent pas) ces archives comme telles, à l’intérieur d’un cadre politique ou réglementaire qui fixe progressivement les prérogatives des uns et des autres. La terminologie employée pour les désigner n’est pas indifférente : appelés « recueils » à l’époque moderne, « collections » au xixe siècle, ces ensembles sont aujourd’hui souvent désignés comme des « fonds particuliers » ou des « archives ». Il faudra aussi mesurer l’incidence qu’a pu avoir la mise en place de deux professions distinctes, de bibliothécaire et d’archiviste, sur l’appréciation de ces fonds documentaires.

Enfin, le troisième aspect intéresse les usages auxquels se prêtent ces fonds : usages historiens, mais aussi probatoires ou administratifs. Il pose la question du statut intellectuel et juridique des documents conservés hors des dépôts d’actes institués par la puissance publique, alors qu’ils en ont parfois été extraits.

Le colloque envisage donc l’histoire des relations entre archives et bibliothèques du point de vue du rôle para- ou quasi-archivistique joué par les bibliothèques sur le long terme, de la fin du Moyen Âge à nos jours. Il invite à ouvrir la réflexion vers d’autres types d’institutions qui gardent des archives au milieu d’artéfacts jugés dignes d’être conservés, cabinets et trésors, bureaux, musées ou maisons d’écrivains. Il vise à mettre à l’épreuve le schéma français en le confrontant à d’autres réalités européennes. Il s’interroge enfin sur la manière dont les mutations récentes, le développement des infrastructures numériques et des exigences d’interopérabilité des langages de description des documents écrits, ont permis de repenser le statut de ces papiers et de dépasser certains clivages.

Organisation : Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université), Véronique Ginouvès (MMSH), Fabienne Henryot (ENSSIB).

 

Comité scientifique : Jean-François Bert (Université de Lausanne), Pierre Chastang (UVSQ), Maria Pia Donato (CNRS-IHMC), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Yann Potin (Archives nationales-Université Paris-Nord-CERAL)

 

Date limite de soumission des propositions : 1er juin 2019

 

Les propositions (1 page), accompagnées d’un court CV, doivent être adressées à Emmanuelle Chapron (emmanuelle.chapron@univ-amu.fr) et Fabienne Henryot (fabienne.henryot@enssib.fr).

Les frais de transport et de séjour des participants seront pris en charge. Une publication des actes est prévue sous la forme d’un volume collectif.

Télécharger l’AAC ici : AAC Archives en bibliothèques

École d’été – Appel à candidature : Understanding Mediterranean Collections, 8-17 juillet 2019

La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), et dans le cadre du Réseau des centres de recherches en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES), organise une école d’été internationale à Aix-en-Provence et Marseille, du 8 au 17 juillet 2019 sur le thème : “Collections en Méditerranée / Understanding Mediterranean Collections”. L’école propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes.

Les études méditerranéennes s’appuient sur des ensembles de sources – archives, imprimés, manuscrits, iconographie, objets, vestiges archéologiques, documents sonores et audiovisuels – conservés dans des bibliothèques, des dépôts d’archives, des musées, des bases de données numériques. Ces ensembles sont souvent utilisés par les chercheurs sans tenir compte de leur statut de collection. Or ces ensembles sont le fruit d’opérations de rassemblement, de tri, de conservation, de transmission, parfois de dispersions, de destructions partielles ou totales, de reconstitutions virtuelles ou matérielles. Leur histoire peut être ancienne, stratifiée, mal documentée, ou résulter d’initiatives récentes, chargées d’enjeux politiques et culturels très vifs. Leur traitement archivistique peut aussi les avoir transformées, en particulier lorsqu’elles ont été numérisées et que leur structuration en formats de données informatiques les a rendues plus accessibles, plus visuelles, plus facilement utilisables.

Comment la constitution des collections a-t-elle accompagné la construction et l’évolution de l’objet scientifique qu’est la Méditerranée ? Comment exploiter des collections constituées selon une logique propre, tout en renouvelant les questionnaires que l’on peut développer à partir d’elles ? Comment documenter l’histoire des collections disparues, dispersées, détruites par les catastrophes ou les conflits ? Peut-on retrouver les réflexes savants issus de la consultation de supports analogiques dans la recherche et l’usage des collections numériques ? Comment constituer, exploiter et transmettre de nouveaux corpus documentaires ?

Le propos de cette école d’été est d’aborder de front les problématiques scientifiques et professionnelles, de manière à faciliter le dialogue et la collaboration entre les milieux de la recherche et les milieux de la conservation et de la valorisation patrimoniale.

L’école se déroulera de la manière suivante:

  • des conférences de chercheurs ou de professionnels internationaux enrichiront la réflexion par l’analyse de situations relatives aux autres pays européens et de la rive sud-méditerranéenne.
  • des visites dans des collections aixoises et marseillaises, conçues à la fois comme des conférences guidées et comme des formations sur site, seront conduites par un binôme chercheur-professionnel.
  • des ateliers méthodologiques encadrés par des chercheurs et des professionnels formeront les participants aux différentes modalités d’écriture employées dans l’analyse et la valorisation d’une collection (billet sur un carnet de recherche en ligne, livret de visite d’une collection, présentation sur le site de l’établissement, documentaire filmé ou montage sonore). Ces ateliers permettront aux participants de travailler à leur projet personnel qui sera présenté lors des séances de restitution.

Disciplines : Histoire – archéologie – ethnologie – archivistique – humanités numériques – histoire de l’art – sciences de l’Antiquité

Organisation : L’école d’été aura lieu principalement dans les locaux de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) et du MuCEM (Marseille). Elle offre à tous les participants le logement en résidence universitaire, ainsi que les déjeuners. Les frais de déplacement, les petits déjeuners et dîners restent à la charge des participants (des cuisines collectives sont à leur disposition dans les résidences universitaires). Six bourses d’aide à la mobilité d’un montant de 250 € seront accordées sur demande motivée et après examen du dossier du candidat.

Public visé :  Le public visé celui des jeunes chercheurs (Master, Doctorat) mais aussi des chercheurs, enseignants-chercheurs et professionnels des institutions culturelles souhaitant se former aux problématiques de l’école d’été. L’école ne nécessite aucun savoir technique spécifique préalable.

Comment candidater ? Les candidats seront sélectionnés sur la base d’un curriculum vitae (max. 2 pages) et d’une présentation (500 mots max.), en français ou en anglais, montrant le lien du projet de recherche ou de l’activité professionnelle avec les problématiques de l’école d’été. La date limite de candidature est portée au 30 avril 2019.

Programme provisoire de l’école d’été à télécharger.

Renseignements et dépôt des candidatures :  ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr

Conseil scientifique : Kmar  Bendana (professeur d’histoire contemporaine, Université de la Manouba, Tunisie), Sophie Bouffier (professeur d’histoire ancienne, directrice de la MMSH), Pietro Clemente (professeur d’ethnologie, Université de Sienne, Italie), Isabelle Dion (directrice par interim des ANOM), Émilie Girard (responsable du département des collections et des ressources documentaires du Mucem), Brigitte Marin (professeur d’histoire moderne, Aix Marseille Université), Michel Mouton (directeur de l’Ifpo), Catherine Virlouvet (directrice de l’École française de Rome).

Crédits photographiques : fibres de coco de Cochinchine conservées à la Faculté des Sciences de l’Université d’Aix-Marseille, Musée Colonial de Marseille, avec l’aimable autorisation de Bruno Vila, photographe.

 

Ethnologie des archives d’un monument en bibliothèque. Conservation, classement, lecture

À Tomar, petite ville du centre du Portugal, la synagogue de l’époque médiévale est visitée par de nombreux touristes. Cyril Isnart, anthropologue, a étudié les archives constituées par un couple qui y guidait les visiteurs et conservait trace des échanges avec les touristes (cartes postales et lettres, livres, photographies, objets, récits de visite) et les a présentés lors des journées d’études Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels1. Les archives et les livres sont désormais conservés à la bibliothèque universitaire de Tomar dans un espace réservé et les objets dans ses magasins. Cette collection constitue une véritable source pour décrypter la fonction touristique de la synagogue en offrant une cartographie des pays d’origine des visiteurs et en informant sur les émotions et les effets de la visite. Elle éclaire en outre la vie sociale d’un monument, mais également la gestion patrimoniale d’un type d’archives spécifiques au sein de la bibliothèque qui les a recueillies.

Enregistré le 6 juillet 2018, à Aix-en-Provence (salle Paul-Albert Février), durée : 22min 50s.

Merci à Cyril Isnart de son accord pour l’écoute en ligne de cette conférence placée sous licence CC-BY-NC.

  1. Ces journées se sont tenues les 5 et 6 juillet 2018 à Aix-en-Provence à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence. []

Des papiers de la famille Loschi à la bibliothèque communale de Vicenza

Clémence Revest, spécialiste de l’humaniste italien au XVème siècle1, partage le souvenir de la découverte d’un fonds d’archives non inventorié à la bibliothèque communale Civittà Bertoliana, dans la ville de Vicenza, avec l’auditoire des journées d’études Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels2. Dans le cadre de la préparation de sa thèse3 pour laquelle elle cherche alors des sources, Clémence Revest s’intéresse aux trajectoires d’un petit groupe de lettrés de la cour pontificale du XVème siècle, et parmi eux à Antonio Loschi, secrétaire apostolique pendant 35 ans. Sur ce Vicentin, elle a jusqu’ici trouvé peu de choses ; mais elle a retenu une mention, dans des notes de bas de page relatives à la documentation qui ont nourri sa biographie : « Tiré de l’archivio Loschi ». C’est ainsi qu’elle se rend, sans trop savoir ce qu’elle y trouvera, à la bibliothèque communale Bertoliana, une journée d’été, dans le secteur « antique » des manuscrits. C’est la découverte de deux registres relatifs aux archives de la famille Loschi qu’elle raconte ici. Ces registres montrent l’extrême stabilité dans la conservation des archives familiales de l’élite sociale locale, puisque ce dépôt fait en 1941 couvre sept siècles de son histoire (12ème – 19ème siècle). Elle termine le récit de cette expérience par le signalement d’une découverte: non plus des archives dans une bibliothèque, mais d’un livre immergé dans les archives à la suite d’une erreur de cotation, le Liber Brevium, manuel personnel de chancellerie d’Antonio Loschi retrouvé aux archives nationales de France.

    Enregistré le 6 juillet 2018, à Aix-en-Provence (salle Paul-Albert Février), durée : 22min 50s.

Merci à Clémence Revest de son accord pour l’écoute en ligne de cette conférence placée sous licence CC-BY-NC.

 

 

Crédits photographiques : reproduction d’un manuscrit de la bibliothèque communale de Vicenza  ‘cc. 1v-14v),: Loschi, Antonio <ca. 1368-1441> (DBI, 66, 154-160) et Petrarca, Francesco <1304-1374> (ABI I 771, 24-185; II 461, 76-164; II S 64, 303-312; III 331, 332-416), mélanges, Incipit : Diu doynt bon your a mamie que part que soyt tot mantenant (c. 1v), expl. Que ye vueil tout dis amer or me doy eu, etc. (c. 1v) et fin : Diu est quod animus meus (c. 14v), expl. placeat me tui amantem, tuo aloq[…] refon[…] (c. 14v). Le document contient des copies de lettres d’Antonio Loschi et deux lettres de Francesco Petrarca.

  1. Clémence Revest est historienne, chargée de recherches au CNRS au sein du Centre Roland Mousnier (UMR 8596, Paris-Sorbonne), agrégée d’histoire et ancienne pensionnaire de l’École française de Rome. []
  2. Ces journées se sont tenues les 5 et 6 juillet 2018 à Aix-en-Provence à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence; []
  3. Clémence Revest a soutenu sa thèse en 2012, sous le titre Romam veni. L’humanisme à la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417), sous la direction d’Élisabeth Crouzet-Pavan et de Jean-Claude Maire Vigueur. []

Au « 269 via Aurelia », le centre de ressource de la congrégation des missionnaires d’Afrique, par Karima Dirèche

Lors des journées d’études Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels, qui se sont tenues les 5 et 6 juillet 2018, Karima Dirèche1, a partagé ses souvenirs et ses pratiques d’usagère liée à la fréquentation de la bibliothèque et centre d’archives du « 269 via Aurelia » à Rome. Il s’agit de la bibliothèque du la congrégation des missionnaires d’Afrique plus connue sous le nom de la congrégation des Pères Blancs, fondée en 1868 en Algérie. Son récit nous fait pénétrer, au filtre de sa mémoire, la richesse des fonds de ce centre documentaire aux richesses, mais aussi la façon dont les pères blancs géraient leurs collections, leurs rapports aux lecteurs mais aussi les découvertes de documents qui ont marqué sa vie de chercheure et qui on pu prendre la forme de registres de baptêmes in articulo mortis, de journaux intimes de pères blancs, de photographies issues d’un fonds d’images de plusieurs milliers de clichés, jusqu’au dévoilement d’un secret de famille bien gardé dans les murs du « 269 ».


Enregistré le 6 juillet 2018, à Aix-en-Provence (salle Paul-Albert Février), durée : 20min 6s.

Merci à Karima Dirèche de son accord pour l’écoute en ligne de cette conférence placée sous licence CC-BY-NC.

Crédits photographiques : google maps Rome (tous droits réservés à Google).

  1. Karima Dirèche est historienne, directrice de recherche au CNRS, spécialiste d’histoire coloniale et post coloniale de l’Afrique du Nord, ancienne directrice de l’IRMC – Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, membre de l’UMR TELEMMe à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence. []

Pour une histoire matérielle de la production des savoirs, MMSH, 14 février, 15h

À l’histoire de l’institutionnalisation des disciplines et des généalogies intellectuelles, à la prise en compte des différents déterminants sociaux qui conditionnent à la fois le statut du chercheur et son projet intellectuel, il faut ajouter un troisième espace de réflexion qui bénéficie des grands courants de l’historiographie contemporaine,celui de la matérialité des artefacts, de l’activité quotidienne et des pratiques ordinaires que les savants mobilisent tout au long de leur carrière intellectuelle pour penser et agir. Au travers des archives, ou en acte, regarder ce que les savants font en pratiquant leur discipline, s’intéresser à ce qu’ils manipulent et comment, décrire leur ordinaire, remet en question la compréhension habituelle que nous avons de la production des savoirs, des éléments qui nous permettent de juger de l’originalité d’une pensée, d’une hypothèse ou d’une réflexion, mais aussi de la fécondité des intuitions d’un auteur, qu’il soit considéré comme un classique ou non. C’est ce à quoi s’attache Jean-François Bert dans ses derniers travaux, comme son Histoire de la fiche érudite (ENSSIB, 2017, en libre accès) ou son plus récent Comment pense un savant ? (Anamosa, 2018). Deux ouvrages qu’il nous présentera à l’occasion de son séjour comme chercheur invité par l’ESPE et l’ADEF (EA 4671, AMU).

Introduction de la séance :  Emmanuelle Chapron (AMU-CNRS-TELEMMe) & Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH).

Pour une histoire matérielle de la production des savoirs, conférence de Jean-François Bert, Université de Lausanne

Date : Jeudi 14 février 2019

Horaires : 15h – 17h30

Lieu : MMSH, salle Duby, Aix-en-Provence, 5 rue du Château de l’Horloge

Contact : telemme<at>mmsh.univ-aix.fr

Séance ouverte à toutes et tous.

Séminaire organisé dans le cadre de l’Axe 1-Groupe 1 « La construction des savoirs sociaux » Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques » UMR Telemme – Aix-Marseille Université-CNRS.

Crédits photographiques : couverture de l’ouvrage Comment pense un savant ? de l’éditeur Anamosa ; fonds Lesage, université de Lausanne.

 

 

 

 

 

Le fonds Pierre Pansier – Avignon

Le fonds du docteur Pierre Pansier (1864-1934) est actuellement conservé à la Médiathèque Ceccano d’Avignon. Issu d’un legs, il constitue un ensemble particulièrement riche pour l’étude de l’histoire de la médecine et du Comtat Venaissin. Il est également révélateur des pratiques érudites d’un médecin au début du XXsiècle.

Le Docteur Pierre Pansier (1864-1934)

 

Continuer la lecture

Parcours professionnel : entre livres, archives et données

Le projet Archives en bibliothèques est le fruit d’une collaboration entre chercheurs et professionnels de l’information. Il y a quelques semaines, Emmanuelle Chapron, historienne et porteuse du projet, a publié dans ce carnet un billet introspectif sous le titre : Regardez-moi dans les papiers. Elle tente d’y éclaircir la façon dont elle organise ses papiers, – comme enseignante-chercheure – pour ce qu’ils disent non seulement de ses manières de travailler, mais aussi de s’archiver, plus ou moins consciemment. Elle y esquisse aussi le sort que ces papiers peuvent recevoir sous le régime numérique. A vous de le découvrir ; il est plaisant, réflexif et il et donne des outils pour mieux comprendre le regard que nous portons sur l’archivage. Continuer la lecture

Regardez-moi dans les papiers

Dans mon mémoire d’ego-histoire, Travailler avec les livres, XVIIIe-XXIe siècle, j’avais tenté un auto-portrait en forme de bibliothèque. Je voudrais décaler l’exercice vers les papiers, vers ce qu’ils disent non seulement de mes manières de travailler, mais aussi de m’archiver, plus ou moins consciemment. Non que mon cas soit particulièrement intéressant : mais cette réflexivité participe de l’attention portée depuis deux décennies aux archives des chercheurs et au sort qu’elles peuvent connaître en régime numérique.

 

. Continuer la lecture

Archives en bibliothèques : les Richesses des bibliothèques provinciales (1932)

En 1932, la parution des Richesses des bibliothèques provinciales de France marque un jalon important dans la tradition des guides illustrés des trésors des bibliothèques françaises. Rédigés avec le concours des bibliothécaires, les deux volumes rassemblent une série de notices qui retracent brièvement l’histoire et recensent les principales collections, œuvres d’art, manuscrits, imprimés rares, belles reliures, dessins et gravures, collections de monnaies et médailles, fonds locaux et spécialités des bibliothèques provinciales françaises[1]. L’architecte de l’entreprise, Pol Neveux, a été inspecteur général des bibliothèques entre 1902 et 1935 ; c’est aussi l’un des artisans de la loi du 20 juillet 1931 qui, l’année précédente, avait organisé les bibliothèques municipales en trois catégories, dont la première est celle des bibliothèques classées[2].

Dans sa volonté d’embrasser la diversité des « trésors » des bibliothèques, l’ouvrage constitue un instrument de repérage commode des « archives en bibliothèques », dont on peut distinguer trois types : les bibliothèques utilisées comme lieu de conservation des archives municipales ; les pièces d’archives conservées dans les fonds anciens des bibliothèques, souvent à l’intérieur de fonds érudits des XVIIIe-XIXe siècles ; des archives individuelles, de savants ou d’écrivains. Continuer la lecture

Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels. MMSH, Aix-en-Provence, 5-6 juillet 2018

Ces journées d’étude constituent la deuxième rencontre du projet Archives en bibliothèque. Elles s’intéressent aux papiers savants, entendus comme l’ensemble des documents de toute nature produits ou rassemblés par un savant (de l’érudit du XVIIe siècle au chercheur du XXIe siècle), qui sont aujourd’hui conservés dans des bibliothèques. Elles questionnent la façon dont la bibliothèque « archive » ce qui a déjà été, d’une certaine manière, archivé par le savant et à rebours évaluent la possibilité de « remonter l’archive », en identifiant les enjeux et les méthodes d’une histoire régressive de ces fonds. Continuer la lecture

Papiers Séguier – Nîmes

Une partie importante du fonds ancien, manuscrit et imprimé, de la bibliothèque municipale Carré d’Art de Nîmes, provient du legs du savant Jean-François Séguier (1703-1784), botaniste et antiquaire. L’ensemble fournit un observatoire très riche des façons de faire des savants du XVIIIe siècle, ainsi que des pratiques bibliothécaires du XIXe siècle.

« Le chaos de mes papiers »

Hôtel Séguier, Nîmes, vue du jardin (crédits photographiques François Pugnière)

Après vingt ans passés à Vérone auprès du marquis Maffei, Séguier rentre à Nîmes en 1756. En 1772, il installe ses livres et ses collections de fossiles, de médailles et d’inscriptions antiques, dans une maison avec jardin qu’il a commencé à faire construire quelques années plus tôt, hors les murs de la vieille ville. La bibliothèque, les collections de manuscrits, de gravures, de cartes et de plans sont placées dans une des quatre pièces du rez-de-chaussée, « d’une douzaine de pieds en carré », d’après le témoignage du voyageur Joseph Raby[1]. C’est à cette époque que l’ensemble se stabilise et que l’on peut observer les pratiques d’archivage de Séguier. Continuer la lecture

Archives en bibliothèques

« Archives en bibliothèques » s’intéresse à ce qui, dans les bibliothèques, n’est pas du livre – mais des boîtes, des cartons, des pochettes contenant des lettres, des notes, des carnets, des manuscrits, des agendas, parfois des photographies, tout un matériel qui trouve sa cohérence dans l’activité de l’individu ou de la famille qui les a rassemblés, et qui constitue, à proprement parler, des « archives ». Ces « fonds » sont nombreux dans nos bibliothèques, particulièrement à la Bibliothèque nationale, mais aussi dans les bibliothèques des grands établissements, les bibliothèques municipales et les bibliothèques des laboratoires de recherche, qui accueillent – de plus en plus – les archives données ou léguées par les chercheurs.

Continuer la lecture