Faire de l’histoire avec les bibliothèques (XVIIe-XIXe s.)

Mis en avant

Programme de la conférence Histoire et civilisation du livre, Ecole pratique des hautes études, 2021-2022

Les séances auront lieu les 2e et 4e vendredi du mois, de 14 à 18h, sur le site Raspail, 54 boulevard Raspail, salle 19 ; et simultanément sur Teams (sur demande).

 

Si les historiens se représentent souvent comme des ogres d’archives, ils sont aussi, fondamentalement, des hommes et des femmes de bibliothèques, entretenant avec elles des liens riches et multiples.

Publique ou particulière, la bibliothèque est d’abord un lieu de travail. Quarante années d’enquêtes sur les publics ont montré que les étudiants en histoire forment les plus gros bataillons des bibliothèques universitaires, et que la salle d’histoire de la BnF est la plus fréquentée de toutes. Récemment, l’enquête menée par le groupe BiblHis a mis en lumière l’attachement des historiens à leur propre bibliothèque, souvent imposante (la moitié des interrogés estime avoir plus de mille ouvrages), voire envahissante, transfigurant des étagères suédoises sans âme en un décor unique, enrichi de souvenirs, d’objets et de photographies, arrière-plan idéal de toute projection de soi, dans une connivence jouissive avec ses pairs.

Virtuelle ou réelle, la bibliothèque est ensuite une ressource pour l’historien, vaste entrepôt bibliographique, conservatoire de sources imprimées, voire d’archives. Les normes en vigueur dans le métier, qui imposent d’indiquer la localisation des archives mais non celle des livres consultés, à moins que des particularités d’exemplaires n’imposent de les identifier plus précisément, participent à l’invisibilisation de cet instrument de travail. On le retrouve parfois par la bande, dans les remerciements qui évoquent la sociabilité du café des Temps de la Bibliothèque nationale, ou l’amabilité de tel ou telle bibliothécaire municipale.

Enfin, les bibliothèques sont un objet d’histoire. Si peu d’historiens travaillent sur l’histoire des bibliothèques, beaucoup leur font une place, secondaire, marginale ou infrapaginale, dans leurs travaux d’histoire sociale, politique, intellectuelle, culturelle ou religieuse. On se propose ainsi de mettre en lumière comment on fait l’histoire avec les bibliothèques, celles du passé et, en passant, celles du présent.

séance 1. 12 novembre. Introduction. Dire et vivre l’ordre social avec sa bibliothèque.

séance 2. 26 novembre. Bibliothèques et identités individuelles.

séance 3. 10 décembre. Les bibliothèques ont-elles un genre ?

séance 4. 14 janvier. Histoire des bibliothèques et histoire des savoirs scientifiques et techniques (1)

séance 5. 28 janvier. Histoire des bibliothèques et histoire des savoirs scientifiques et techniques (2).

séance 6. 11 février. Circulations, voyages, échanges : une histoire transnationale des bibliothèques.

séance 7. 25 février. Diplomates et bibliothèques.

séance 8. 11 mars. [semaine banalisée EPHE ; le cours se tiendra à Aix-en-Provence (MMSH) pour les doctorants de l’ED 355].

séance 9. 25 mars. Une histoire politique des bibliothèques

ATTENTION SEANCE ANNULEE séance 10. 8 avril. Une histoire économique des bibliothèques

séance 11. 22 avril. Une histoire politique des bibliothèques (2).

[pas de cours le 6 mai : vacances de l’EPHE]

séance 12. 20 mai. Au travail avec les savants.

séance 13. 3 juin. Bibliothèques et histoire du patrimoine

 

Séminaire “De l’écrit à l’écran. Objets numériques et matérialité des sources écrites”.

Séminaire interlaboratoires MMSH. Organisation : Elodie Attia (CNRS, TDMAM), Emmanuelle Chapron (AMU, Telemme), Sébastien Douchet (AMU, CIELAM), Anne Mailloux (AMU, LA3M).

 

 

 

BnF, ms. fr. 1134, fol. 1

 

 

 

Depuis une vingtaine d’années, les technologies numériques sont au cœur de la pratique quotidienne des chercheurs. Bien plus qu’un outil de visualisation, elles offrent des possibilités inédites pour la recherche. Ce saut numérique s’est accompagné d’un mouvement de réflexion épistémologique des communautés savantes sur leurs objets, leurs outils et leurs méthodes de travail, encourageant les travaux sur les supports de l’écrit, sur l’analyse matérielle des codices et la collation des exemplaires, sur les collections, archives et bibliothèques, sur la vie matérielle des artefacts et les strates d’interprétation ajoutées par les manipulations diverses dont ils font l’objet. Pour autant, l’accès à la matérialité des objets textuels par le numérique n’est pas la même que celle qui s’offre dans le face-à-face réel du chercheur avec l’objet-texte. Il y a ainsi, dans le monde de la recherche, un hiatus fort entre la séduction qu’exercent les nouveaux outils numériques et la conscience aiguë de la déperdition phénoménologique et herméneutique causée par la dématérialisation et la mise à distance d’objets d’études de plus en plus coupés du corps, outil aussi indispensable que l’esprit à une saisie correcte des objets. Il ne s’agit pas d’opposer « goût de l’archive » et pratiques numériques, qui n’ont rien d’incompatible et peuvent former un cercle vertueux de la recherche, mais de réfléchir, dans une triple perspective épistémologique, méthodologique et pratique, à la manière dont on peut appréhender, décrire et analyser la matérialité des objets à partir, malgré ou à l’aide de leurs substituts numériques.

Séance 1. Mardi 19 octobre. Invité : Pierre Chastang (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, DYPAC)

 
Séance 2. Mardi 23 novembre. Invité : Jean-Luc Velay (CNRS, LNC), Marie Montant (AMU, LPC)

La numérisation des textes a pour conséquence première leur aplatissement, là où la main du chercheur travaille avec des objets en trois dimensions. La séance discutera les possibilités des numérisations et reconstitutions 3D actuellement à l’étude, en particulier ce qu’elles apportent à l’étude des reliures. La séance fera aussi intervenir des chercheurs en neurosciences cognitives et en psychologie cognitive, qui travaillent sur le rôle que les informations transmises par les mouvements de manipulation du livre imprimé jouent dans la compréhension d’un récit par le truchement du repérage dans l’espace du texte.

Flyer : SIEE séance 2 flyer r

Séance 3. Mardi 7 décembre. Invité : Malcolm Walsby (ENSSIB, Centre Gabriel Naudé)

On se demandera dans cette séance dans quelle mesure l’objet numérique occulte ou au contraire révèle l’histoire de l’objet-texte, de ses transformations matérielles et herméneutiques au fil du temps, de ses changements de possesseurs, des conditions de sa conservation, etc. Décomposer, par l’analyse matérielle, le conglomérat hérité que sont un codex, une boîte d’archives, une liasse de documents est-il réalisable aux mêmes conditions et avec les mêmes résultats selon que l’on a recours à l’objet réel ou à l’objet virtuel ?

Flyer: SIEE séance 3[1]

Séance 4. Mardi 25 janvier. Invitée : Marie-Luce Demonet (CESR, Tours)

La séance part du postulat que l’inscription de l’écrit dans un ensemble plus vaste (collection, bibliothèque, fonds d’archives) participe du sens qui lui est donné: le positionnement d’un document dans une liasse, ou d’un livre dans une bibliothèque, est un élément de contexte qui résulte d’un choix, s’impose à son lecteur et pèse sur la lecture qu’il pourra en faire. Dans le même temps, la signification d’une collection excède celle de la somme des entités qu’elle contient, de sorte que l’archéologie des bibliothèques est une des voies désormais classiques pour comprendre la genèse des oeuvres littéraires ou scientifiques. C’est dans cette perspective que l’on peut entrevoir les potentialités des humanités numériques, qu’il s’agisse de proposer une reconstitution virtuelle de bibliothèques dispersées (projet Collecta autour de la collection Gaignières), ou de modéliser en 3D une bibliothèque envisagée comme une collection de livres installée dans un lieu (projet MONLOE autour de la bibliothèque de Montaigne). C’est ce dernier projet qui sera présenté au cours de la séance. 

Séance 5. Mardi 22 février. « Numérisation, mode d’emploi ». Invitée : Ariane Pinché (Ecole nationale des chartes)

14h : visite de la réserve de la BU droit avec Rémy Burget, adjoint au directeur de la Bibliothèque de Droit d’AMU (rendez-vous dans le hall de la BU de Droit d’AMU. Attention ! ne pas confondre avec la BU Fenouillères).

14h45 : communication d’Ariane Pinché (post-doctorante à l’Ecole des Chartes – Projet CREMMALAB – Paris) : « Des images au texte : comment apprendre à des ordinateurs à lire des manuscrits médiévaux ? » (présentation ci-dessous)

16h15 : présentation de l’atelier de numérisation et discussion avec Pascal Faucompré, chargé de la numérisation au SCD d’AMU.

Ariane Pinché : «  Des images au texte : comment apprendre à des ordinateurs à lire des manuscrits médiévaux ? » 

Les nouvelles technologies permettent aujourd’hui, grâce à l’intelligence artificielle, d’apprendre à des machines à lire des manuscrits médiévaux. S’il y a 10 ans encore, ces tentatives étaient expérimentales et peu fructueuses, aujourd’hui l’émergence d’outils comme Transkribus ou Kraken avec leur interface de transcription permet d’acquérir du texte directement depuis des numérisations de documents médiévaux.

L’utilisation croissante de l’HTR (handwritting text recognition) pour les manuscrits fait surgir de nombreuses questions éditoriales autour de la production des données nécessaires à l’entrainement des machines pour lire les documents. Il devient donc primordial d’établir une méthode efficace pour transcrire des textes médiévaux afin de constituer les modèles les plus performants possibles, mais aussi les plus utiles à la communauté scientifique.

Au cours de cet atelier, nous présenterons les principes généraux de l’HTR, ainsi que les expériences qui sont menées au sein du projet CREMMALab pour évaluer les capacités des modèles HTR à retranscrire des manuscrits et à s’adapter à de nouvelles mains ou des formes de lettres différentes d’une écriture à une autre. Enfin, nous ferons une démonstration de l’interface eScriptorium pour ceux et celles qui souhaiteraient se lancer dans cette aventure. 


Quelques liens utiles :

Blog du projet CREMMALab :  présentation du projet et  premiers comptes-rendus du séminaire : « Création de modèle(s) HTR pour les documents médiévaux en ancien français et moyen français entre le Xe-XIVsiècle » de l’École de nationale des Chartes : https://cremmalab.hypotheses.org

Lien vers le dépôt cremma-medieval qui rassemble des données d’entrainement pour l’HTR pour transcrire les manuscrits français du 13e et 14e siècle : https://github.com/HTR-United/cremma-medieval.

Quelques pistes de lecture :

CHAGUÉ, Alix, CLÉRICE, Thibault et CHIFFOLEAU, Floriane, HTR-United, a centralization effort of HTR and OCR ground-truth repositories mainly for French languages, 2021, [En ligne : https://github.com/HTR-United/htr-united].

CHAGUÉ, Alix, « Prendre en main eScriptorium », LECTAUREP, [En ligne : https://lectaurep.hypotheses.org/documentation/prendre-en-main-escriptorium].

KIESSLING, B., TISSOT, R., STOKES, P., [et al.], « EScriptorium: An Open Source Platform for Historical Document Analysis », 2019 International Conference on Document Analysis and Recognition Workshops (ICDARW), vol. 2, 2019, p. 19‑19.

Séance 6. Mardi 22 mars. Agrégateurs: qui peut le plus peut le moins ? Invité : Régis Robineau (Biblissima)

Depuis une décennie, le développement de données numériques et de leur mise en ligne de plus en plus croissante a poussé à l’émergence de méta-sites ou méta-bases de données numériques dont le rôle est d’agréger des contenus hétérogènes par leur nature (objets textuels, graphiques, glyptiques, etc.) et par leurs caractéristiques techniques. Leur hétérogénéité et la question de la granularité de l’information moissonnée par ces sites peut conduire à une déperdition d’informations (métadonnées). La réflexion de cette séance s’articule notamment autour de la question de la création de portails nationaux ou internationaux dont les choix techniques et scientifiques sont susceptibles de différer ou d’ évoluer selon les contraintes et les usages que différents publics en font. A cet effet, notre invité, Régis Robineau, fera un retour d’expérience sur le portail Biblissima (développé entre 2012 et 2021) ainsi qu’une présentation générale de son évolution vers Biblissima+ dont le développement reprend de 2021à 2029.

Participer à la réunion Zoom

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/89096884391?pwd=UklMTUxzb3ZtVk1sSDZ6T2FGbDA2UT09

ID de réunion : 890 9688 4391

Code secret : 853476

À la recherche de la bibliothèque disparue : Saint-Omer, un collège et ses livres, par Marguerite Cinotti (ENC). Séance de clôture du séminaire Histoire et civilisation du livre, EPHE, 4 juin 2021, 14-16h.

Gravure du collège des jésuites anglais de Saint-Omer par Guillaume Lorrain-Montbard, vers 1689 (Stonyhurst Special Collections)

Le collège des jésuites anglais de Saint-Omer fait partie de cette guirlande de collèges et de couvents installés sur la rive méridionale de la Manche à partir de la fin du XVIe siècle. Pont entre deux rives, il abrite une communauté tendue vers l’effort missionnaire et l’éducation des rejetons des familles catholiques anglaises et américaines. Sa bibliothèque présente une configuration originale pour l’historien. On cherchera en vain des archives « classiques » : les pères ont brûlé leur archivium au moment de l’exil de 1762, aucun inventaire ne semble avoir été dressé à cette date et les destructions de 1915 ont fait le reste. Mais la bibliothèque se laisse approcher par les livres eux-mêmes, laissés par les pères dans leur fuite ou emportés de Saint-Omer à Bruges en 1762, à Liège en 1773, à Stonyhurst enfin en 1794. Sur ces centaines de volumes, Marguerite Cinotti a relevé de nombreuses marques qui permettent de mener une archéologie de la bibliothèque et de retrouver la trace des usages du livre, ceux des pères et des écoliers qui travaillent et s’amusent plume à la main. C’est à une histoire de la bibliothèque inscrite dans des contextes socio-politiques mouvants, des environnements urbains, des communautés virtuelles ou réelles, des circuits économiques, dans toute une série d’« écosystèmes » imbriqués, qu’elle nous convie.

Elève de l’Ecole nationale des Chartes, Marguerite Cinotti vient de soutenir sa thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, préparée sous la direction de Mme Christine Bénévent.

Séance à distance, sans inscription préalable.

Lien Zoom disponible sur demande à emmanuelle.chapron@univ-amu.fr

La valeur de la copie et du fragment

Ecole pratique des hautes études – séance commune au séminaire d’Emmanuelle Chapron (Histoire et civilisation du livre) et d’Emilie d’Orgeix (Histoire culturelle des techniques).

Vendredi 9 avril, 14h-17h

Les copies sont nombreuses dans les fonds d’érudits de l’époque moderne conservés aujourd’hui dans les bibliothèques – copies d’inscriptions, de lettres, de manuscrits, voire d’ouvrages imprimés. Durant cette séance, on cherchera à déplier les enjeux de cette pratique, le rôle que la copie tient dans l’économie des échanges savants, du travail intellectuel et des techniques de reproduction de l’écrit. Comment les savants et les professionnels d’Ancien Régime travaillent-ils en copiant ou plutôt, quel genre de travail ont-ils l’impression de faire avec la copie ? Qui sont les écrivains, copistes ou « misérables secrétaires », petites mains de l’ombre fugacement évoqués dans les sources ? Quelle est la valeur, intellectuelle et financière, de ces copies ? Comment ces copies finissent-elles par « faire livre » et constituer des bibliothèques ?

La séance portera également sur l’usage de la copie de fragments de textes dans des recueils manuscrits. Comment expliquer ces compositions et comment étudier ce type d’ouvrages et quelle valeur leur donner ?

On présentera plusieurs études de cas, à partir de la correspondance du savant Jean-François Séguier (1703-1784) et de recueils d’architecture « composés » à partir de fragments (XVIe-XVIIe siècles).

Les bibliothèques sont-elles des archives de chercheur ?

Compte rendu du séminaire interlaboratoires MMSH Archives de la recherche, coordonné par Emmanuelle CHAPRON (Telemme) et Véronique GINOUVÈS (USR 3125)

Le séminaire « Les bibliothèques sont-elles des archives de chercheur ? », coordonné par Emmanuelle Chapron et Véronique Ginouvès, s’est tenu en visioconférence le jeudi 18 février 2021 depuis la MMSH. Il a accueilli des membres du projet BiblHis (Bibliothèques d’historiennes et d’historiens). Ce projet commun, impulsé en 2019 par les historiens Agnès Sandras, Jean-Charles Geslot, Jonathan Barbier et Stefan Lemny, anime un carnet de recherche autour de l’analyse des bibliothèques des historiennes et historiens.

Continuer la lecture

Les bibliothèques sont-elles des archives de chercheur ?

Jeudi 18 février 2021, 9h-12h30

Séminaire interlaboratoire MMSH « Archives de la recherche »

Coordination Emmanuelle Chapron (MMSH, UMR 7303 Telemme) et Véronique Ginouvès (MMSH, USR 3125 médiathèque)

En distanciel : lien Zoom sur demande : emeline.giannetti@etu.univ-amu.fr

Emmanuelle Chapron, Introduction

Les bibliothèques d’historiennes et d’historiens : enjeux d’une recherche en devenir

Jean-Charles Geslot, maître de conférences en Histoire contemporaine, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines

Né en 2019 à l’initiative d’un petit groupe de travail, le projet BIBLHIS travaille à systématiser l’étude des bibliothèques d’historiennes et d’historiens du 18e siècle à nos jours. Il s’inscrit dans une démarche ancienne, déjà largement suivie pour d’autres groupes d’acteurs culturels comme les artistes et les écrivains, et de façon plus ponctuelle pour d’autres – démarche qui, étonnamment, n’a encore suscité que peu de travaux du côté de la discipline historique. Après une présentation de la genèse, de l’esprit et des premières réalisations de ce projet, seront explorées quelques pistes de réflexion quant à la question de la bibliothèque comme archive de la recherche, à partir des résultats de quelques travaux déjà menés sur certains historiens des 19e et 20e siècles, mais aussi de ceux d’une enquête réalisée en 2020 auprès de la communauté historienne française, révélatrice, à bien des égards, des pratiques actuelles en la matière, y compris concernant les bibliothèques numériques.

Discussion : Nicolas Sembel (AMU, ADEF)

Regards croisés sur deux bibliothèques d’historiens médiévistes, Robert Fossier et Robert Delort, conservées dans une bibliothèque universitaire        

Elise MEYER, Bibliothécaire responsable des interfaces et des applications documentaires BU Rennes 2, ancienne responsable du Pôle Culture, lettres, langues, arts et sciences humaines au Service Commun de la Documentation de l’Université Polytechnique Hauts-de-France, doctorante au CERHIC à l’Université de Reims

Nelly SCIARDIS, directrice adjointe du Service Commun de la Documentation de l’Université Polytechnique Hauts-de-France

En 2014, le Service Commun de la Documentation de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (devenue Université Polytechnique Hauts-de-France en 2019), bénéficie d’un don d’importance : la bibliothèque personnelle d’un historien médiéviste de renommée internationale, Robert Fossier, décédé en 2012. De ce premier don découle un second, celui de son ami non moins reconnu, Robert Delort, en 2017. Bien que semblant de prime abord similaires, ces dons sont en réalité foncièrement différents, tant par leur apparence que par leur contenu. L’objet de cette intervention sera donc de montrer à quel point des bibliothèques personnelles d’historiens sont riches d’enseignements et de perspectives pour le monde de la Recherche. Pour cela, différents axes seront abordés :  

– les indices matériels de l’imaginaire d’un chercheur du 20e siècle : quelle image donnent ces bibliothèques personnelles de leur donateur ? Ces derniers envisageaient-ils une postérité pour leur collection ?

– la collaboration fructueuse entre les disciples de ces donateurs au sein d’une université et les professionnels des bibliothèques : comment se traduit-elle ? Quelle est la plus-value de cette collaboration ?

– les choix opérés pour faire vivre ces collections dans leur nouveau lieu de conservation : quels liens entre ces dons et la politique documentaire d’une bibliothèque universitaire ? Quels choix effectuer ? Comment valoriser ces dons et les faire utiliser par les publics potentiels ?

Discussion : Anaïs Mauriceau (MMSH, BIAA) et Jean-Christophe Peyssard (MMSH, médiathèque).

Séminaire Archives de la recherche 2020-2021

Le programme interlaboratoire de la MMSH “Archives de la recherche” 2020-2021 s’intéresse à l’articulation entre archives et données de la recherche en s’attachant concrètement aux problématiques nouvelles révélées par la multiplication de créations de services d’archives au sein des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Le séminaire se donne ainsi pour objet de réfléchir aux questions de conservation, d’exploitation scientifique, de mutualisation de collection et de valorisation des fonds d’archives de la recherche déposées au sein des unités de recherche et de la médiathèque de la MMSH.  Il abordera également, sans les opposer et de façon réflexive, les pratiques actuelles de la « culture de l’archive » et de la « culture de la donnée ».

Programme des séances (9-13h)

inscription obligatoire

Séance 1 – Jeudi 29 octobre 2020 –  Nouvelles archives de la recherche, nouvelles archives pour la recherche : du plan de gestion à la dissémination, à la citation et au réusage des données.

Interventions de Sarah Cadorel (Inalco, chargée de mission archives), Le plan de gestion de données, un outil pour l’archivage scientifique et d’Hélène Jouguet (TGIR Huma-Num, chargée des systèmes d’information documentaire), Les outils de la TGIR Huma-Num pour la dissémination et la citation des données de la recherche.

Matinée présentée et animée par Véronique Ginouvès (USR 3125).

Séance 2 – Jeudi 3 décembre 2020 – Les thèse(s), entre littérature grise et données de la recherche, matinée présidée par Isabelle Gras (SCD AMU), avec Maïté Roux (ABES) et Caroline-Sophie Donati (SCD AMU), organisée en collaboration avec l’ED355 et le SCD AMU.

Les thèses appartiennent à une catégorie que le.la bibliothécaire nomme “littérature grise” et qui, avant l’ère numérique, étaient difficilement identifiées et consultables. Les nouveaux modes de diffusion sur internet ont profondément modifié les usages et leur repérage : les thèses soutenues et les thèses en cours sont désormais accessibles, avec ou sans le texte intégral, sur le site Theses.fr développé par l’ABES ; elle peuvent également être mises en ligne directement par leurs auteur.e.s. sur une archive ouverte comme HAL. Les thèses sont-elles ainsi toujours grises ? À l’heure de l’accès ouvert, quelles questions éthiques et juridiques se posent pour l’archivage et la valorisation en ligne des thèses ?  Au cours de cette matinée nous essaierons d’envisager avec les intervenant.e.s, les pratiques, les besoins et les perspectives de l’archivage et de la diffusion des thèses mais aussi des données de la recherche produites et rassemblées dans leur cadre.

Séance 3 – Jeudi 18 février 2021 – Les bibliothèques sont-elles des archives de chercheurs ? avec Jean-Charles Geslot (Université Versailles-Saint-Quentin), Nelly Sciardis (SCD Université Polytechnique Hauts-de-France), Agnès Sandras (Bibliothèque nationale de France), matinée présentée et animée par Emmanuelle Chapron (UMR TELEMMe).

Le groupe de travail BiblHis (bibliothèques d’historiennes et d’historiens, XVIIIe-XXIe siècle) organise ses réflexions autour de cinq axes : constitution des bibliothèques, utilisation, théâtralisation (cf. nos séances Zoom, où chacun se met en scène devant sa bibliothèque), transmission (du vivant ou post-mortem) et éventuelle patrimonialisation. Cette présentation permettra de revenir sur la question des bibliothèques privées incorporées dans les bibliothèques de la MMSH (notamment médiathèque et BIAA) et leur lien avec les dépôts d’archives des mêmes chercheurs.

Cette séance aura lieu à distance. Le lien Zoom sera communiqué sur demande à emmanuelle.chapron@univ-amu.fr

Séance 4 – Vendredi 26 mars 2021 – Fédérer des ressources pour les études sur le monde arabe et musulman, programme en cours, séance coordonnée par Vanessa Guéno et Juliette Honvault (IREMAM)

Séance 5 – Jeudi 8 avril 2021 – Conserver et exploiter des archives de la recherche en partenariat (1) : les archives de l’archéologie, programme en cours, séance coordonnée par Stéphanie Delaguette (USR 3125). Attention la séance se tient l’après-midi exceptionnellement (14h-17h30).

Séance 6 – Jeudi 22 avril 2021 – Fédérer des ressources pour les études sur les mondes africains, programme en cours, séance coordonnée par Hervé Pennec et Simon Imbert-Vier (IMAF)

Séance 7 – Jeudi 20 mai  2021 – Archiver l’enseignement, programme en cours, séance coordonnée par Constance de Gourcy (LAMES) et Céline Regnard (Telemme).

Séance 8 – 17 juin 2021 – Conserver et exploiter des archives de la recherche en partenariat : le Mucem, les Anom, le GED du campus Condorcet, programme en cours, séance coordonnée par Aude Fanlo et Fabienne Tiran (Mucem).

Informations pratiques :

Horaires : 9h-13h, excepté la séance du 8 avril qui se tiendra de 14h à 17h30.

Lieu : lorsque les conditions sanitaires le permettront un présentiel sera organisé. Un lien vers une réunion avec l’outil zoom sera envoyé aux personnes inscrites.

Inscription obligatoire par courriel : veronique<dot>ginouves<at>univ-amu<dot>fr

Partenaires de l’organisation du séminaire :

Le séminaire est organisé en collaboration avec les unités de recherche, de la MMSH, le Service des archives et le Service commun de documentation d’AMU, ainsi qu’avec les institutions culturelles et de conservation (Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Archives nationales d’Outre- Mer, Mucem…).

Au sein de la MMSH : UMR 7303 Telemme (Emmanuelle Chapron, Céline Regnard UMR 7305), Lames (Pierre Fournier, Samuel Bordreuil, Constance de Gourcy), UMR 7307 Idemec !Benoit Fliche UMR 7310),  Iremam (Vanessa Guéno UMR 8171), IMAF (Hervé Pennec), USR 3125 MMSH (Véronique Ginouvès, Jean-Christophe Peyssard, Jean Mambré)

Autres partenaires : Ecole doctorale ED 355, Service commun de documentation d’AMU, Service des archives d’AMU,  Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, Mucem.

Le séminaire bénéficie d’un soutien de l’USR 3125, séminaires interlaboratoires de la MMSH.

Programme des conférences Histoire et civilisation du livre EPHE, 2020-2021

La conférence a lieu entièrement à distance et, à partir du 7 mai, à distance et sur site (54 bd Raspail, salle 56). Le lien Zoom est disponible sur simple demande à emmanuelle.chapron-lebianic (at) ephe.psl.eu

Les cinq premières séances reprendront le dossier engagé dans les deux années précédentes, autour des archives dans les bibliothèques et de l’exploitation du registre des prêts des manuscrits de la Bibliothèque royale au 18e siècle.

30 octobre 2020. Introduction à la conférence 2020-2021. Y a-t-il des archives dans la bibliothèque ? Regards sur la presse professionnelle au XXe siècle.

13 novembre 2020. Voyager dans les bibliothèques en France et en Italie au XVIIIe siècle: perspectives comparées.

11 décembre 2020. Le prêt des manuscrits à la Bibliothèque du roi au XVIIIe siècle (1) : quelles archives ?

22 janvier 2021. Le prêt des manuscrits à la Bibliothèque du roi au XVIIIe siècle (2) : quels usages ?

12 février 2021. Le prêts des manuscrits et des imprimés à la Bibliothèque du roi au XVIIIe siècle (3) : quelle administration ?

Jean François Séguier, fiches préliminaires au catalogue de la bibliothèque du marquis d’Aubais (Bibl. Carré d’art, Nîmes, ms. 250)

Les quatre séances suivantes s’appuieront sur un corpus savant bien connu, la correspondance et les papiers de travail du savant nîmois Jean François Séguier (1703-1784), naturaliste et antiquaire qui a partagé sa vie entre Vérone et Nîmes. La correspondance et une partie des papiers (carnets de voyage, d’adresses et de visiteurs) ont été édités dans le cadre du projet Archives savantes des Lumières (www.seguier.org et www.seguier.hypotheses.org) et sont en cours de transfert vers les outils d’exposition de la TGIR Huma-Num. Cette opération est l’occasion de réinterroger le corpus à la lumière des travaux récents en histoire du livre et des milieux savants.

12 mars 2021. Histoire du livre et papiers savants (1) : La bibliothèque comme archive ?

Jonathan Barbier (chercheur associé à la BnF, membre du Laboratoire des sciences sociales du politique, coordinateur du projet BiblHis, https://biblhis.hypotheses.org/), présentera un état des lieux de la recherche sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens (XIXe-XXe siècles) ainsi que deux études de cas, autour des bibliothèques de Maurice Agulhon et Emmanuel Le Roy Ladurie. 

Présentation de l’intervention. Le service d’archives est-il le seul lieu de travail des historiennes et historiens ? Il est étonnant de constater que la littérature épistémologique fait rarement mention d’un autre lieu de travail emblématique pour les chercheur.e.s en histoire : la bibliothèque. Pourtant, elle est indispensable afin de saisir, dans son entièreté, les coulisses de l’écriture de l’histoire. Cet oubli est d’autant plus surprenant que les écrivains et les artistes se sont intéressés à la question de leur rapport aux bibliothèques depuis une vingtaine d’années. Dans une démarche historique et anthropologique, le groupe de recherche BIBLHIS, fondé en 2019, tente de rattraper ce retard en analysant  la constitution et la conservation des bibliothèques privées d’historiennes et d’historiens ainsi que les représentations de ces derniers dans leurs bibliothèques du XIXe au XXIe siècle. L’examen de ce « paysage de travail » permet aussi de réinterroger le statut de la bibliothèque : est-elle uniquement composée de rangées de livres ou est-elle, plus largement, un espace où se mêlent imprimés, objets (bibelots, tableaux, etc.) et…archives ? En effet, les notes manuscrites dans les ouvrages ; les lettres et fragments de cours insérés dans les livres ; les dédicaces des auteurs peuvent être appréhendés comme des documents d’archives donnant l’opportunité de comprendre l’évolution du travail historique durant l’époque contemporaine. Dans cette intervention, je reviendrai sur toutes ces problématiques en exposant les premiers résultats du groupe de recherche BIBLHIS. Je présenterai ensuite deux bibliothèques d’historiens qui ont fait l’objet de recherches récentes : les bibliothèques de Maurice Agulhon et d’Emmanuel Le Roy-Ladurie.

9 avril 2021. Histoire du livre et papiers savants (2) : Lire sans acheter : pratiques du prêt et de la copie. Cette séance – dont la thématique sera élargie – sera commune au séminaire d’Emilie d’Orgeix (DE EPHE).

7 mai 2021. Histoire du livre et papiers savants (3) : Les papiers des morts : outil de travail, meuble de bibliothèque et patrimoine érudit.

Avec une intervention de Donatella Nebbiai (CNRS-IRHT, Campus Condorcet): Enquête documentaire et écriture de l’histoire : les livres de Nicolas Camuzat, érudit champenois.

Nicolas Camuzat (1575-1655) est un savant chanoine de la cathédrale de Troyes. Il a été en relation avec les plus illustres représentants de l’érudition de son époque (Papire Masson, Paul Petau, Nicolas Lefèvre, André Duchesne, Dom Luc d’Achery entre autres). Il a édité plusieurs oeuvres historiques et théologiques et composé deux importantes collections d’antiquités sur l’histoire de la Champagne. Dans une étude parue il y a une dizaine d’années, j’ai analysé sa biographie, ses travaux et rassemblé ce qu’il m’a été possible de repérer sur les livres qu’il a consultés ou qui lui ont appartenu. Je me propose aujourd’hui d’étudier la contribution de Camuzat à l’essor de l’érudition historique appliquée au Moyen Age. La controverse religieuse a eu une part considérable dans ce mouvement culturel qui, en France, accompagne la construction d’une politique culturelle d’Etat ; à Troyes, milieu de formation de Camuzat, sont présents plusieurs sympathisants des thèses réformées. J’étudierai sa méthode de travail, qui consiste à faire de l’histoire à partir des documents, sans construction rhétorique et narrative, en essayant de mettre en évidence son originalité. J’exposerai pour finir ses principaux intérêts culturels, tels qu’ils apparaissent dans son oeuvre et dans ses livres.

illustration : BnF, ms.fr. 1134, f.1

La suite de la séance sera consacrée à une réflexion rapide, toujours appuyée sur la correspondance du savant nîmois Jean-François Séguier (1703-1784), sur la présence des papiers de travail au sein des bibliothèques savantes, leur circulation et leur institutionnalisation.

4 juin 2021. Histoire du livre et papiers savants (4) : Publier et lire l’érudition au 18e siècle.

Présentations d’Axel Le Roy et de Marguerite Cinotti.

Ces séances incluront des temps de présentation des travaux des étudiants en Master et Doctorat.

Colloque international “Archives en bibliothèques, XVIe-XXIe siècles”. Bilan des journées.

Les bibliothèques accueillent depuis longtemps des archives : papiers des officiers royaux à la Bibliothèque du Roi, dossiers de chercheurs dans les bibliothèques universitaires, manuscrits littéraires collectés par les bibliothèques municipales, archives propres des bibliothèques qui documentent leurs pratiques… Or, l’insertion d’archives dans les bibliothèques ne va pas de soi, tant les cultures professionnelles sont construites sur des oppositions apparemment indépassables : le fonds et la collection, la liasse et le codex, l’original et la copie, l’inventaire et le catalogue… Les pratiques des chercheurs sont amenées aussi à se modifier selon qu’ils consultent des archives dans les dépôts d’archives ou dans les bibliothèques.

C’est pour explorer cette dimension inédite des bibliothèques qu’a été organisé le colloque Archives en bibliothèques (XVIe-XXIe siècles) à la MMSH d’Aix-en-Provence les 14 et 15 novembre 2019. Ce colloque a constitué le dernier événement d’un cycle imaginé et coordonné par Emmanuelle Chapron (PR en histoire moderne, Aix-en-Provence). (Programme ici : https://archivbib.hypotheses.org/873)

Il est ressorti des 15 interventions du colloque une mise à distance du « grand partage » qui, à partir de la Révolution, attribue aux archives les documents de l’autorité et aux bibliothèques, les réécritures du passé et la création littéraire. A l’instar des réalités domestiques, où bibliothèques et archives familiales sont souvent mêlées, des équipements scientifiques ou culturels ont gardé l’habitude de ne pas distinguer archives et bibliothèques. Les producteurs, grands commis de l’Etat à l’âge moderne ou chercheurs des XIXe et XXe siècles, n’accordent aucun sens non plus à cette distinction. Les bibliothèques ont en outre une réelle capacité à attirer et absorber des archives, intentionnellement ou accidentellement. Les chercheurs, depuis le XIXe siècle, voient dans la bibliothèque un moyen de construire leur postérité, par le dépôt de leur documentation personnelle, imaginaire que les archives, au sens institutionnel du terme, ne véhiculent pas. On a ici affaire à une vision projetée de la bibliothèque par la société : connivences avec les notables, fantasmes d’élus, choix des pouvoirs centraux font de la bibliothèque un lieu d’archivage.

Pour autant, la distinction fonctionnelle entre archives et bibliothèques reste un prisme efficace d’analyse des pratiques des professionnels, depuis le XVIIIe siècle, pour comprendre comment les bibliothécaires appréhendent la matérialité de l’archive, la distinguent des fonds manuscrits, et créent un lien entre écriture/production et conservation. L’hybridation tient donc moins à la nature des documents qu’aux instrumentalisations politiques, scientifiques et culturelles auxquelles ils se prêtent. Cette hybridation (Andrea de Pasquale a parlé de « modèle amphibie ») repose sur l’intentionnalité d’une pérennité thématique, plutôt que typologique, au moment où les bibliothèques sont en passe de devenir des services sociaux plus que des lieux de transmission intellectuelle.

Fabienne Henryot (ENSSIB, Centre Gabriel Naudé)

Programme des conférences de l’EPHE, Histoire et civilisation du livre, 2019-2020.

Les conférences ont lieu le 4e vendredi du mois (sauf en décembre et en mai, où elles ont lieu plus tôt dans le mois), de 14h à 18h, à la Maison des sciences de l’homme (54 boulevard Raspail, salle 26).

Entrée libre

(voir aussi https://www.ephe.fr/formations/conferences/histoire-et-civilisation-du-livre-0)

Continuer la lecture

Séminaire Archives de la recherche : du plan de gestion à la dissémination, la citation et le réusage des données, 29 octobre 2020, MMSH

Le séminaire « Archives de chercheurs » vise à « faire émerger » la notion d’archives de la recherche au sein de la MMSH ; à dresser un état des lieux des archives présentes au sein des unités de recherche ; à encourager à l’étude de ces fonds en tant qu’objet de recherche interdisciplinaire en SHS ; à favoriser l’adoption des bonnes pratiques relatives aux archives en les appliquant à celles qui sont quotidiennement produites à la MMSH, tout au long de leur cycle de vie, en attirant l’attention tant sur les documents papier que sur les archives numériques ; à réfléchir à des procédures de collecte raisonnée et de conservation partagée de ces archives, aux outils de signalement et de valorisation.

Programme du jeudi 29 octobre, 9h-13h

Le plan de gestion de données, un outil pour l’archivage scientifique, Présentation de Sarah Cadorel, Inalco, Chargée de mission archives

Mis en place depuis 2014 dans le cadre de financements européens, le plan de gestion de données (PGD) est présenté comme un élément central de la mise en oeuvre du Plan national pour la Science ouverte, notamment pour les projets financés par l’Agence nationale de la recherche (ANR). Souvent vu comme une contrainte administrative de plus, venant alourdir les dossiers de demandes de financements, il représente néanmoins un précieux outil de gouvernance. Il permet en effet une vision globale des opérations de gestion des données tout au long de leur cycle de vie et doit permettre d’articuler les rôles de chaque acteur : producteur de données, financeur, éditeur, conservateur des données, garant juridique, tutelle, etc. Du point de vue de l’archivage, la mise en place de ces plans incite à anticiper la conservation des données puisque six mois après le début du projet, cette question y est abordée. Cela représente un changement important dans la posture adoptée pour la préservation, désormais active et non plus seulement en attente d’un état résiduel qui serait seulement “ce qu’il reste quelques années plus tard”. En outre, l’importance accordée à la Science ouverte depuis 2018 confère à ces plans de gestion de données une valeur hautement politique pour les établissements. Ces différents questionnements, liés à l’utilisation des DMP pour la mise en place d’une politique d’archivage scientifique dans les établissements, sont l’objet de cette intervention. 

Les outils de la TGIR Huma-Num pour la dissémination et la citation des données de la recherche, Présentation de Stéphane Pouyllau, TGIR Huma-Num, Ingénieur CNRS

Huma-Num est une très grande infrastructure de recherche (TGIR) visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales ouverte à l’ensemble des programmes de recherche de l’enseignement supérieur et de la recherche (UMR, UMS, EA, etc.). Elle développe en particulier un dispositif technologique permettant le traitement, la conservation, l’accès et l’interopérabilité des données de la recherche s’appuyant sur des services numériques dédiés, une plateforme d’accès unifié (ISIDORE) et une procédure d’archivage à long terme. Dans cette intervention, Stéphane Pouyllau présentera spécifiquement les outils mis en œuvre par la TGIR pour offrir un environnement unifié d’accès aux données et de leur citation à travers le moteur académique Isidore, facilitant ainsi leur réusage à travers plusieurs points d’accès. À travers cette démonstration, l’intervention sera également l’occasion de rappeler la nécessité de suivre les principes du FAIR pour la diffusion des données de la recherche [https://www.ouvrirlascience.fr/fair-principles] et leur réusage.

Les deux interventions de 45 minutes, introduites par Emmanuelle Chapron (UMR TELEMMe) et Véronique Ginouvès (USR3125), seront suivies de discussions avec les participants.

Responsables scientifiques du séminaire : Emmanuelle Chapron (Telemme) et Véronique Ginouvès (USR 3125)

Contact pour information : Véronique Ginouvès veronique.ginouves<at>univ-amu<dot>fr, pour toute information pratique Nacira Abrous : abrous@mmsh.univ-aix.fr

Crédits photographiques : Stuart Strachan, Senior Archivist, National Archives of New Zeland, examines files from the Prime Minister’s Department (1980), cote  ARCH 458 1 / f AR1/8, Licence CC-BY

 

Collections en péril : vols et dégradations sur le patrimoine islamique

Ce texte a été rédigé par Eleonore Belin, préparation aux concours de conservateur du patrimoine, école du Louvre, Sarah Lakhal, doctorante à Sorbonne université et Fanny Roilette, préparation aux concours de conservateur du patrimoine, école du Louvre. Elles ont participé à l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), les Archives nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). Il s’agit du compte rendu de la conférence tenue par Omniya Abdel Barr le 10 juillet 2019, dans le cadre de cette école d’été.

Omniya Abdel Barr est architecte du patrimoine et titulaire d’un doctorat d’Histoire de l’Université d’Aix-Marseille, soutenu en 2015 sous la direction de Sylvie Denoix. Elle se spécialise principalement sur le patrimoine médiéval du Caire, et plus particulièrement sur l’art et l’architecture mamelouks. Actuellement chercheuse-invitée au Victoria & Albert Museum de Londres, elle travaille sur les archives photographiques de K.A C. Creswell. Militant activement pour la protection du patrimoine, elle dirige également un projet de documentation et de restauration sur les minbars mamelouks du Caire auprès de la fondation égyptienne pour le sauvetage du patrimoine.

Son intervention lors de l’école d’été s’est centrée sur la thématique de ces collections en péril. Omniya Abdel Barr insiste notamment sur la connotation négative qu’acquiert de nos jours le terme « islamique ». Les cas de dégradations, de plus en plus récurrents, doivent être étudiés plus largement en fonction du contexte : qui sont les destructeurs ? Pourquoi tel monument est-il endommagé ? Comment faut-il penser la reconstruction ?

Un constat alarmant

La liste des cas de destruction du patrimoine en terre d’Islam est nombreuse et ne cesse de s’allonger. La conférence a été l’occasion pour Omniya Abdel Barr d’en présenter une sélection. Les célèbres Bouddahs de Bamiyan, statues bouddhiques situées en actuel Afghanistan, furent détruits en 2001 par explosion. Elle considère pertinent de s’interroger sur les raisons de leur destruction. Le site, particulièrement touristique, pouvait en effet être une source de revenus pour le pays et, de fait, cet aspect a été étudié puis exploité, par les Talibans. D’un point de vue technique, la destruction n’a pas été simple, car l’explosion aurait pu détruire la montagne, ce qui aurait eu des conséquences sur la population environnante. La destruction des Bouddhas de Bamiyan avait donc pour objectif premier de choquer le monde. Actuellement, l’Afghanistan refuse toute idée de reconstruction, malgré certaines propositions du Japon. L’absence des Bouddhas symbolise désormais la perte d’une identité culturelle et un quotidien pénible.

La statue du grand Bouddha avant et après sa destruction en mars 2001. CC BY-SA 3.0
La statue du grand Bouddha avant et après sa destruction en mars 2001. CC BY-SA 3.0. Wikimedia commons

Un autre cas similaire fut énoncé, celui du Mali et des mausolées de Tombouctou détruits en 2012 par des terroristes. Les rebelles décident de raser au bulldozer seize mausolées classés. Leur discours est clair, il n’y a pas de patrimoine mondial et seuls eux ont le pouvoir sur ces mausolées. Dans un cas comme le Mali, l’objectif est différent de celui de la destruction des Bouddhas. En effet, la destruction des mausolées n’a pas vocation à émouvoir le monde occidental mais illustre les différences sociales d’un pays. Le peuple malien a par ailleurs demandé une reconstruction. L’Unesco s’y est attelé au travers d’un partenariat de plusieurs millions d’euros avec l’Union Européenne, pour le sauvetage des manuscrits et la reconstruction des mausolées.

La liste énoncée par Omniya Abdel Barr n’est cependant pas exhaustive : la bibliothèque de l’Institut Orientale de Sarajevo a perdu en 1992 quinze mille manuscrits arabes, persans, turques et bosniaques à lettres arabes ; le musée de Bagdad fut complètement pillé en 2003 avec sept mille objets rapatriés mais sept mille pièces perdues ; le pont de Mostar qui liait les bosniaques et les croates fut détruit en 1993, etc. Cet enchainement d’exemples ne pourrait qu’alerter sur les conditions de sauvegarde de ce patrimoine et mettre en exergue le fait que ces destructions visent le plus souvent autant à déraciner un peuple qu’à lui voler son héritage. Du fait de ce constat, Omnya Abdel Barr suggère un besoin urgent de plans de sauvegarde.

Le devoir d’alerte

Depuis 2014, le patrimoine irakien est au centre d’une attention toute particulière dans les médias, à travers deux thématiques : les restitutions et le sauvetage des œuvres. La conférence fut l’occasion de citer l’exemple du minaret de la mosquée al-Nuri, à Mossoul, connu pour sa structure penchée en briques. La ville Mossoul est un carrefour connectant deux grandes citées – Samarra et Bagdad. Elle possède des monuments emblématiques des XIIe et XIIIe siècles, grande source de richesse concernant l’architecture de cette époque. Or, le minaret en briques fut détruit le 21 juin 2017 par l’État islamique.

Omniya Abdel Barr rappelle que les archéologues, les architectes et les historiens qui travaillent dans la conservation sont considérés comme les protecteurs de ce patrimoine. Ce sont en effet les premiers à alerter les médias pour prévenir l’arrivée de l’armée et éviter la destruction de ce patrimoine, mais également la vente illicite d’objets issus de ces sites emblématiques. Elle évoque la responsabilité scientifique de ceux qui détiennent ce savoir. De nombreux sites internet et dispositifs numériques sont mis en place afin d’alerter du danger. Elle a cité plusieurs exemples dont Monuments of Mosul in danger et Mosul Eyes.

Les tentatives de sauvetage

Inventorier et documenter les monuments perdus ne dispense toutefois en aucun cas de protéger les vestiges en place. Omniya Abdel Barr a choisi un exemple précis pour illustrer ce propos : celui du Musée d’art islamique du Caire. À la suite d’une explosion le 24 janvier 2014, le musée a subi de nombreux dégât. Bien que l’institution n’ait pas été l’objectif principal de cette explosion, il y a eu de nombreuses pertes, que le personnel de l’établissement n’a pu prévenir en raison d’un manque de formation. Qualifiant cette situation de négligence, la spécialiste rappelle que ces institutions sont responsables du patrimoine. Des objets pillés se retrouvent aujourd’hui sur le marché de l’art, par exemple. Or, en raison de l’absence de rapports de police qui aurait dû être réalisés à la suite des vols, il est impossible pour l’état égyptien de demander à récupérer des œuvres retrouvées ainsi en vente. Par ailleurs, outre les œuvres du musée du Caire, les pillages se font partout : à titre d’exemple, les minbars sont très souvent la cible de vols. Elle cite des chiffres : entre 2008 et 2014, treize minbars furent pillés. Pour tenter de palier à ces difficultés, une base de données des minbars mameluks a par exemple été montée via le Projet : Rescuing the mamluk minbars of Cairo, a documentation and conservation project. L’essentiel de la conférence vise donc à mettre en lumière un élément : si les causes et les modes de dégradations sont différents, le caractère urgent de ces situations mène à lancer de nombreuses initiatives afin de préserver au maximum ce patrimoine culturel matériel en danger.

Le ‘Nagra III’ : proposition d’acquisition pour les collections du Mucem

Pierre Metivier, MucemL’atelier « La recherche en objet » organisé dans le cadre de l’École d’été  « Understanding Mediterranean Collections 2019 »1 a impliqué les participants dans la simulation d’un projet d’acquisition pour les collections du Mucem. L’exercice, qui s’est tenu en présence d’une commission de conservateurs, a suscité une réflexion sur la « collection » in fieri – ou en puissance – par le biais d’un objet susceptible de trouver sa place dans un musée de société. Il s’agissait de proposer une acquisition qui soit en rapport avec le projet scientifique et culturel du musée et d’en documenter le contexte de production, en s’appuyant sur ses propres recherches. Mais comment faire quand on n’est pas spécialiste ? Continuer la lecture

  1. L’école d’été a eu lieu du 8-17 juillet 2019 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme & au MuCEM : https://archivbib.hypotheses.org/615 []

Archives en bibliothèques (XVIe-XXIe siècles)

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence, 14-15 novembre 2019

Programme Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques », Aix-Marseille Université

UMR 7303 Telemme (AMU-CNRS)

École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques

Centre Gabriel Naudé

Jeudi 14 novembre, 14h-18h, salle Duby

Emmanuelle Chapron (AMU), Fabienne Henryot (ENSSIB), Introduction

Pierre Chastang (UVSQ) et Pauline Lemaigre-Gaffier (UVSQ), Archives et bibliothèques du XIIe au XVIIe siècle

Session 1. Travailler, administrer, se présenter en archives

Présidence : Jean Boutier (EHESS)

Anne Ritz-Guilbert (École du Louvre), La collection de François-Roger de Gaignières (1642-1715)

Maxime Martignon (Université Paris Nanterre), Pierre Clairambault en archiviste de la Marine : propositions pour une lecture réflexive du fonds Clairambault de la BnF

Sihem Kchaou (Université de la Manouba), Les manuscrits des Harlay : des greniers de Grosbois au site Richelieu

Isabelle Laboulais (Université de Strasbourg), Publication manuscrite et fabrication de la réputation : les écrits d’Antoine Grimoald Monnet (1734-1817) déposés à la bibliothèque de l’Ecole des mines de Paris

Camille Caparos (AMU), Femmes, archives familiales et bibliothèques (Provence et Avignon, XVIIIe siècle) Continuer la lecture

Le musée-bibliothèque Arbaud

Ce texte a été rédigé par par Beatrice Falcucci,doctorante à l’université de Florence, Erika Carminati, qui a réalisé sa thèse en co-tutelle à l’université de Padoue et à l’EPHE et Angelo Odore,doctorant au Centre Norbert Elias, en cotutelle avec l’université de Teramo. Ils ont participé à l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), les Archives nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).

Le musée-bibliothèque Arbaud se situe dans un hôtel particulier du quartier Mazarin, à Aix-en-Provence. Il doit son nom à son ancien propriétaire, Paul Arbaud (1832-1911), collectionneur et bibliophile, lequel y installa non seulement sa demeure, mais aussi un cabinet de curiosités et sa bibliothèque de livres manuscrits et imprimés. En 1910, un an avant sa mort, Paul Arbaud léguait l’hôtel et ses collections à l’Académie des Sciences, Agriculture, Arts et Belles-Lettres d’Aix, dont il était membre d’honneur.

L’ académie, fondée en 1808, possédait déjà son propre fonds d’ouvrages qu’à partir de 1912 elle fusionna et conserva avec le patrimoine d’Arbaud, donnant ainsi vie à un musée- bibliothèque qui sera enrichi dans les années suivantes grâce à de nouvelles acquisitions et à diverses donations. Le patrimoine muséal est aujourd’hui constitué de nombreux objets d’art tels que des sculptures, des meubles, des céramiques, des dessins et des œuvres graphiques.

La bibliothèque possède un fonds très riche et diversifié d’environ 148 000 pièces : manuscrits et livres imprimés (dont le noyau originel reflète les intérêts d’Arbaud dans les domaines de la culture régionale, de la bibliophilie, des arts en général et des arts décoratifs en particulier, dont la céramique). Le fonds comporte des dossiers d’archives, des documents institutionnels, de la correspondance, ainsi qu’un fonds de publications académiques et de périodiques. Même s’il y a peu de revues vivantes, ce fonds est particulièrement intéressant pour l’abondance des journaux et revues en provençal du XIXe siècle. Une petite partie du fonds documentaire est aujourd’hui cataloguée par l’ABES et consultable sur le catalogue du SUDOC.

Au sein de notre école d’été, le 12 juillet 2019, nous avons eu la possibilité de visiter le musée-bibliothèque et son patrimoine. Grâce à l’accueil de Mme Dominique Mazel, responsable pour l’Académie des Sciences, Agriculture, Arts et Belles-Lettres d’Aix, de la bibliothèque Arbaud, nous avons pu non seulement admirer les intérieurs du bâtiment et ses décorations, mais aussi observer de manière directe plusieurs pièces de la collection d’ouvrages et d’archives. Pour témoigner de hétérogénéité de la collection, on peut citer : une bulle d’Alexandre VI, deux registres de visites pastorales de deux évêques d’Apt du XVIIe siècle, deux livres d’arithmétique du début du XVIIe siècle, deux manuscrits enluminés, un livre d’heures de la fin du XVe siècle et l’Introduction à l’astrologie de Michel Scot (vers 1230).

Le fonds Mirabeau

Nous avons également pu examiner certains documents du fonds Mirabeau. Il s’agit d’un fond privé de la famille Mirabeau légué par Mme de Martel (1849-1932), plus connue sur le pseudonyme de Gyp, femme de lettres, arrière-petite-nièce de Mirabeau et dernière descendante des Riquetti de Mirabeau. Ce fonds familial privé – qui a été donné avec une galerie de 18 portraits des membres de la famille – est très riche et contient des documents fondamentaux non seulement pour l’étude de la personne de Mirabeau, mais aussi pour celui de la vie culturelle, sociale et politique de l’époque. Par exemple, nous avons pu consulter certains documents faisant partie du dossier n° 102 « De l’esclavage et de la traite des Noirs. Lettres de Clarkson (1760-1846) à Mirabeau », lequel inclut aussi un schéma d’un navire négrier avec la disposition, à l’intérieur, des africains déportés.

La Révolution française, l’esclavage et les colonies

Pendant longtemps, la question des relations entre la Révolution en France et les révolutions dans les colonies est restée inexplorée, de même que celle de la présence, ou non, dans la métropole française, d’un courant de pensée et d’action remettant en cause le colonialisme et le système économique, politique et intellectuel qui le produit1. James met en lumière la présence en France, avant et pendant la Révolution, d’un courant de pensée et d’action qui a lié l’anti-esclavagisme à l’anti-colonialisme, qui a pensé, à partir de l’indépendance des États-Unis et des révoltes des esclaves, l’indépendance noire, et qui a donc pensé des relations nouvelles entre les peuples2.

En 1792, Thomas Paine, dans son ouvrage intitulé les Droits de l’homme, proposa un projet très concret de relations nouvelles entre les peuples, anti-belliciste et anticolonialiste, au moment où les processus révolutionnaires en Amérique et en France offraient une occasion qu’il estimait exceptionnellement favorable à la réalisation d’un tel projet. “La Société des Amis des Noirs” réalisait un énorme travail de préparation des débats depuis le début de la Révolution. Cependant, cette Société a trouvé un écho et un relais essentiel dans la “Société des Amis de la Constitution” et dans des clubs de gens de couleur en France et aux Antilles. Il existe encore d’autres lieux : les journaux, par exemple celui de Marat, qui suivit les débats de très près3.

Georges Hardy a consacré un article à Robespierre et la question noire en 1920, qui a nourri l’historiographie jusqu’à aujourd’hui. L’auteur rappelle que la légende thermidorienne contre Robespierre laisse préjuger que les questions coloniales n’auraient pas retenu son attention, à l’exception du débat à l’Assemblée constituante de mai 1791. A partir des discours de Robespierre, G. Hardy élabore la thèse suivante: Robespierre aurait été par principe opposé à la traite, à l’esclavage et à l’aristocratie de l’épiderme et favorable à la conservation des colonies. Ce point étant lié à la thèse selon laquelle Robespierre aurait défendu l’intérêt national entendu comme l’intégrité du domaine français4. Robespierre présenta à la Convention, un projet de déclaration des droits de l’homme et du citoyen, le 24 avril 1793. L’objectif était de construire un pouvoir économique qui n’entrât pas en concurrence avec la vie des êtres humains ; cette économie rejette explicitement toute forme de domination d’un autre peuple, tout comme le projet de Paine5.

Le 24 juin, la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen votée par la Convention était anti-esclavagiste par principe. Toutefois, l’article 18 tint à le préciser : « Tout homme peut engager ses services, son temps ; mais il ne peut se vendre, ni être vendu ; sa personne n’est pas une propriété aliénable. ». Par ailleurs, la Constitution de 1793 n’est pas colonialiste. Elle ne mentionne aucune colonie, ni possession étrangère. Mais dira-t-on, il y avait des députés des colonies au moment de ce vote. Ce n’est alors pas un « oubli » de la part des conventionnels. C’est pensons-nous, une politique clairement exprimée par le texte même de la Constitution et qui prépare la suppression du colonialisme et des possessions étrangères6.

Le 24 janvier 1795, Pelet présenta un rapport sur les colonies. La séance fut ouverte par une députation des gens de couleur de Paris, qui rendirent hommage à la Constitution de 1793. Puis, le rapport Pelet fut discuté. La question était de savoir si l’on allait appliquer le décret du 16 pluviôse dans les colonies de l’océan Indien. Gouly s’y opposa carrément, et développa un projet de conquête de l’Inde. A la suite d’un débat houleux qui dura jusqu’au 13 février, la Convention remit au vote la déclaration du 16 pluviôse en ce qui concernait les colonies de l’océan Indien. Il y eut 482 votants, 304 ont voté pour le maintien de la déclaration du 16 pluviôse, et 178 contre. Ce vote est important, car il remettait en cause une décision de nature constitutionnelle. Exista, alors, un parti ouvertement esclavagiste dans la Convention7.

  1. Y. Benot, La Révolution française et la fin des colonies, 1988 []
  2. C.L.R. James, Les Jacobins noirs : Toussaint-Louverture et la Révolution de Saint-Domingue, 1938 []
  3. C. Mazauric« La Société des amis des Noirs (1788-1799). Contribution à l’histoire de l’abolition de l’esclavage » in Annales historiques de la Révolution française,1999, pp. 554-556. []
  4. G. Hardy, « Robespierre et la question noire » in Annales révolutionnaires, 1920, pp. 357-382. []
  5. J. Piquet « Robespierre et la liberté des noirs en l’an II» in Annales historiques de la Révolution française, 2001, pp. 69-91. []
  6. C. Wanquet, La France et la première abolition de l’esclavage, 1794-1802, 1998 []
  7. C. Wanquet, «Un Jacobin esclavagiste, Benoît Gouly» in Annales historiques de la Révolution française, 1993, pp. 445-46. []