Faire de l’histoire avec les bibliothèques (XVIIe-XIXe s.)

Mis en avant

Programme de la conférence Histoire et civilisation du livre, Ecole pratique des hautes études, 2021-2022

Les séances auront lieu les 2e et 4e vendredi du mois, de 14 à 18h, sur le site Raspail, 54 boulevard Raspail, salle 19 ; et simultanément sur Zoom (sur demande).

(programme en cours d’élaboration)

Si les historiens se représentent souvent comme des ogres d’archives, ils sont aussi, fondamentalement, des hommes et des femmes de bibliothèques, entretenant avec elles des liens riches et multiples.

Publique ou particulière, la bibliothèque est d’abord un lieu de travail. Quarante années d’enquêtes sur les publics ont montré que les étudiants en histoire forment les plus gros bataillons des bibliothèques universitaires, et que la salle d’histoire de la BnF est la plus fréquentée de toutes. Récemment, l’enquête menée par le groupe BiblHis a mis en lumière l’attachement des historiens à leur propre bibliothèque, souvent imposante (la moitié des interrogés estime avoir plus de mille ouvrages), voire envahissante, transfigurant des étagères suédoises sans âme en un décor unique, enrichi de souvenirs, d’objets et de photographies, arrière-plan idéal de toute projection de soi, dans une connivence jouissive avec ses pairs.

Virtuelle ou réelle, la bibliothèque est ensuite une ressource pour l’historien, vaste entrepôt bibliographique, conservatoire de sources imprimées, voire d’archives. Les normes en vigueur dans le métier, qui imposent d’indiquer la localisation des archives mais non celle des livres consultés, à moins que des particularités d’exemplaires n’imposent de les identifier plus précisément, participent à l’invisibilisation de cet instrument de travail. On le retrouve parfois par la bande, dans les remerciements qui évoquent la sociabilité du café des Temps de la Bibliothèque nationale, ou l’amabilité de tel ou telle bibliothécaire municipale.

Enfin, les bibliothèques sont un objet d’histoire. Si peu d’historiens travaillent sur l’histoire des bibliothèques, beaucoup leur font une place, secondaire, marginale ou infrapaginale, dans leurs travaux d’histoire sociale, politique, intellectuelle, culturelle ou religieuse. On se propose ainsi de mettre en lumière comment on fait l’histoire avec les bibliothèques, celles du passé et, en passant, celles du présent.

séance 1. 12 novembre. Introduction. Dire et vivre l’ordre social avec sa bibliothèque.

séance 2. 26 novembre. Bibliothèques et identités individuelles.

séance 3. 10 décembre. Les bibliothèques ont-elles un genre ?

séance 4. 14 janvier. Approches économiques en histoire des bibliothèques (1).

séance 5. 28 janvier. Approches économiques en histoire des bibliothèques (1).

séance 6. 11 février. Gouverner avec les bibliothèques : les bibliothèques centrales.

séance 7. 25 février. Diplomates et bibliothèques.

séance 8. 11 mars. Bibliothèques et histoire religieuse : institutions et croyances.

séance 9. 25 mars. Bibliothèques et histoire des sciences : le sens de l’institutionnalisation.

séance 10. 15 avril. Au travail avec les savants.

séance 11. 29 avril. Bibliothèques et ordre des livres.

séance 12. 13 mai. Les bibliothèques sont-elles une collection ?

séance 13. 27 mai. Histoire des milieux intellectuels : les bibliothécaires.

séance 14. 10 juin. Bibliothèques : une histoire d’espaces.

Programme des conférences Histoire et civilisation du livre EPHE, 2020-2021

Mis en avant

La conférence a lieu entièrement à distance et, à partir du 7 mai, à distance et sur site (54 bd Raspail, salle 56). Le lien Zoom est disponible sur simple demande à emmanuelle.chapron-lebianic (at) ephe.psl.eu

Les cinq premières séances reprendront le dossier engagé dans les deux années précédentes, autour des archives dans les bibliothèques et de l’exploitation du registre des prêts des manuscrits de la Bibliothèque royale au 18e siècle.

30 octobre 2020. Introduction à la conférence 2020-2021. Y a-t-il des archives dans la bibliothèque ? Regards sur la presse professionnelle au XXe siècle.

13 novembre 2020. Voyager dans les bibliothèques en France et en Italie au XVIIIe siècle: perspectives comparées.

11 décembre 2020. Le prêt des manuscrits à la Bibliothèque du roi au XVIIIe siècle (1) : quelles archives ?

22 janvier 2021. Le prêt des manuscrits à la Bibliothèque du roi au XVIIIe siècle (2) : quels usages ?

12 février 2021. Le prêts des manuscrits et des imprimés à la Bibliothèque du roi au XVIIIe siècle (3) : quelle administration ?

Jean François Séguier, fiches préliminaires au catalogue de la bibliothèque du marquis d’Aubais (Bibl. Carré d’art, Nîmes, ms. 250)

Les quatre séances suivantes s’appuieront sur un corpus savant bien connu, la correspondance et les papiers de travail du savant nîmois Jean François Séguier (1703-1784), naturaliste et antiquaire qui a partagé sa vie entre Vérone et Nîmes. La correspondance et une partie des papiers (carnets de voyage, d’adresses et de visiteurs) ont été édités dans le cadre du projet Archives savantes des Lumières (www.seguier.org et www.seguier.hypotheses.org) et sont en cours de transfert vers les outils d’exposition de la TGIR Huma-Num. Cette opération est l’occasion de réinterroger le corpus à la lumière des travaux récents en histoire du livre et des milieux savants.

12 mars 2021. Histoire du livre et papiers savants (1) : La bibliothèque comme archive ?

Jonathan Barbier (chercheur associé à la BnF, membre du Laboratoire des sciences sociales du politique, coordinateur du projet BiblHis, https://biblhis.hypotheses.org/), présentera un état des lieux de la recherche sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens (XIXe-XXe siècles) ainsi que deux études de cas, autour des bibliothèques de Maurice Agulhon et Emmanuel Le Roy Ladurie. 

Présentation de l’intervention. Le service d’archives est-il le seul lieu de travail des historiennes et historiens ? Il est étonnant de constater que la littérature épistémologique fait rarement mention d’un autre lieu de travail emblématique pour les chercheur.e.s en histoire : la bibliothèque. Pourtant, elle est indispensable afin de saisir, dans son entièreté, les coulisses de l’écriture de l’histoire. Cet oubli est d’autant plus surprenant que les écrivains et les artistes se sont intéressés à la question de leur rapport aux bibliothèques depuis une vingtaine d’années. Dans une démarche historique et anthropologique, le groupe de recherche BIBLHIS, fondé en 2019, tente de rattraper ce retard en analysant  la constitution et la conservation des bibliothèques privées d’historiennes et d’historiens ainsi que les représentations de ces derniers dans leurs bibliothèques du XIXe au XXIe siècle. L’examen de ce « paysage de travail » permet aussi de réinterroger le statut de la bibliothèque : est-elle uniquement composée de rangées de livres ou est-elle, plus largement, un espace où se mêlent imprimés, objets (bibelots, tableaux, etc.) et…archives ? En effet, les notes manuscrites dans les ouvrages ; les lettres et fragments de cours insérés dans les livres ; les dédicaces des auteurs peuvent être appréhendés comme des documents d’archives donnant l’opportunité de comprendre l’évolution du travail historique durant l’époque contemporaine. Dans cette intervention, je reviendrai sur toutes ces problématiques en exposant les premiers résultats du groupe de recherche BIBLHIS. Je présenterai ensuite deux bibliothèques d’historiens qui ont fait l’objet de recherches récentes : les bibliothèques de Maurice Agulhon et d’Emmanuel Le Roy-Ladurie.

9 avril 2021. Histoire du livre et papiers savants (2) : Lire sans acheter : pratiques du prêt et de la copie. Cette séance – dont la thématique sera élargie – sera commune au séminaire d’Emilie d’Orgeix (DE EPHE).

7 mai 2021. Histoire du livre et papiers savants (3) : Les papiers des morts : outil de travail, meuble de bibliothèque et patrimoine érudit.

Avec une intervention de Donatella Nebbiai (CNRS-IRHT, Campus Condorcet): Enquête documentaire et écriture de l’histoire : les livres de Nicolas Camuzat, érudit champenois.

Nicolas Camuzat (1575-1655) est un savant chanoine de la cathédrale de Troyes. Il a été en relation avec les plus illustres représentants de l’érudition de son époque (Papire Masson, Paul Petau, Nicolas Lefèvre, André Duchesne, Dom Luc d’Achery entre autres). Il a édité plusieurs oeuvres historiques et théologiques et composé deux importantes collections d’antiquités sur l’histoire de la Champagne. Dans une étude parue il y a une dizaine d’années, j’ai analysé sa biographie, ses travaux et rassemblé ce qu’il m’a été possible de repérer sur les livres qu’il a consultés ou qui lui ont appartenu. Je me propose aujourd’hui d’étudier la contribution de Camuzat à l’essor de l’érudition historique appliquée au Moyen Age. La controverse religieuse a eu une part considérable dans ce mouvement culturel qui, en France, accompagne la construction d’une politique culturelle d’Etat ; à Troyes, milieu de formation de Camuzat, sont présents plusieurs sympathisants des thèses réformées. J’étudierai sa méthode de travail, qui consiste à faire de l’histoire à partir des documents, sans construction rhétorique et narrative, en essayant de mettre en évidence son originalité. J’exposerai pour finir ses principaux intérêts culturels, tels qu’ils apparaissent dans son oeuvre et dans ses livres.

illustration : BnF, ms.fr. 1134, f.1

La suite de la séance sera consacrée à une réflexion rapide, toujours appuyée sur la correspondance du savant nîmois Jean-François Séguier (1703-1784), sur la présence des papiers de travail au sein des bibliothèques savantes, leur circulation et leur institutionnalisation.

4 juin 2021. Histoire du livre et papiers savants (4) : Publier et lire l’érudition au 18e siècle.

Présentations d’Axel Le Roy et de Marguerite Cinotti.

Ces séances incluront des temps de présentation des travaux des étudiants en Master et Doctorat.

À la recherche de la bibliothèque disparue : Saint-Omer, un collège et ses livres, par Marguerite Cinotti (ENC). Séance de clôture du séminaire Histoire et civilisation du livre, EPHE, 4 juin 2021, 14-16h.

Gravure du collège des jésuites anglais de Saint-Omer par Guillaume Lorrain-Montbard, vers 1689 (Stonyhurst Special Collections)

Le collège des jésuites anglais de Saint-Omer fait partie de cette guirlande de collèges et de couvents installés sur la rive méridionale de la Manche à partir de la fin du XVIe siècle. Pont entre deux rives, il abrite une communauté tendue vers l’effort missionnaire et l’éducation des rejetons des familles catholiques anglaises et américaines. Sa bibliothèque présente une configuration originale pour l’historien. On cherchera en vain des archives « classiques » : les pères ont brûlé leur archivium au moment de l’exil de 1762, aucun inventaire ne semble avoir été dressé à cette date et les destructions de 1915 ont fait le reste. Mais la bibliothèque se laisse approcher par les livres eux-mêmes, laissés par les pères dans leur fuite ou emportés de Saint-Omer à Bruges en 1762, à Liège en 1773, à Stonyhurst enfin en 1794. Sur ces centaines de volumes, Marguerite Cinotti a relevé de nombreuses marques qui permettent de mener une archéologie de la bibliothèque et de retrouver la trace des usages du livre, ceux des pères et des écoliers qui travaillent et s’amusent plume à la main. C’est à une histoire de la bibliothèque inscrite dans des contextes socio-politiques mouvants, des environnements urbains, des communautés virtuelles ou réelles, des circuits économiques, dans toute une série d’« écosystèmes » imbriqués, qu’elle nous convie.

Elève de l’Ecole nationale des Chartes, Marguerite Cinotti vient de soutenir sa thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, préparée sous la direction de Mme Christine Bénévent.

Séance à distance, sans inscription préalable.

Lien Zoom disponible sur demande à emmanuelle.chapron@univ-amu.fr

La valeur de la copie et du fragment

Ecole pratique des hautes études – séance commune au séminaire d’Emmanuelle Chapron (Histoire et civilisation du livre) et d’Emilie d’Orgeix (Histoire culturelle des techniques).

Vendredi 9 avril, 14h-17h

Les copies sont nombreuses dans les fonds d’érudits de l’époque moderne conservés aujourd’hui dans les bibliothèques – copies d’inscriptions, de lettres, de manuscrits, voire d’ouvrages imprimés. Durant cette séance, on cherchera à déplier les enjeux de cette pratique, le rôle que la copie tient dans l’économie des échanges savants, du travail intellectuel et des techniques de reproduction de l’écrit. Comment les savants et les professionnels d’Ancien Régime travaillent-ils en copiant ou plutôt, quel genre de travail ont-ils l’impression de faire avec la copie ? Qui sont les écrivains, copistes ou « misérables secrétaires », petites mains de l’ombre fugacement évoqués dans les sources ? Quelle est la valeur, intellectuelle et financière, de ces copies ? Comment ces copies finissent-elles par « faire livre » et constituer des bibliothèques ?

La séance portera également sur l’usage de la copie de fragments de textes dans des recueils manuscrits. Comment expliquer ces compositions et comment étudier ce type d’ouvrages et quelle valeur leur donner ?

On présentera plusieurs études de cas, à partir de la correspondance du savant Jean-François Séguier (1703-1784) et de recueils d’architecture « composés » à partir de fragments (XVIe-XVIIe siècles).

Les participants au séminaire sont chaleureusement invités à réfléchir à ce qui, dans leur corpus, relève de la copie et du fragment, et à en proposer une rapide présentation (5-10 minutes).

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/91518647502?pwd=dHBzUHQ3b0d6M21RT2ZGeFFBZmhGdz09

ID de réunion : 915 1864 7502

Code secret : 114037

Les bibliothèques sont-elles des archives de chercheur ?

Compte rendu du séminaire interlaboratoires MMSH Archives de la recherche, coordonné par Emmanuelle CHAPRON (Telemme) et Véronique GINOUVÈS (USR 3125)

Le séminaire « Les bibliothèques sont-elles des archives de chercheur ? », coordonné par Emmanuelle Chapron et Véronique Ginouvès, s’est tenu en visioconférence le jeudi 18 février 2021 depuis la MMSH. Il a accueilli des membres du projet BiblHis (Bibliothèques d’historiennes et d’historiens). Ce projet commun, impulsé en 2019 par les historiens Agnès Sandras, Jean-Charles Geslot, Jonathan Barbier et Stefan Lemny, anime un carnet de recherche autour de l’analyse des bibliothèques des historiennes et historiens.

Le premier intervenant est Jean-Charles Geslot, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC). Jean-Charles Geslot anime une présentation sur « Les bibliothèques des historiennes et historiens : enjeux d’une recherche en devenir ». La seconde intervention est conduite par Élise Meyer et Nelly Sciardis : « Regards croisés sur deux bibliothèques de médiévistes, Robert Fossier et Robert Delort, conservées dans une bibliothèque universitaire ».  Elise Meyer est bibliothécaire au Service Commun de Documentation (SCD) de l’Université de Rennes-II. Nelly Sciardis est directrice adjointe du Service Commun de Documentation à l’Université polytechnique Hauts-de-France.

Ce séminaire pose la question de la bibliothèque de l’historienne et de l’historien en tant qu’archive, dans une conception pluridisciplinaire des archives de la recherche. La question de la conservation, de la classification et du traitement des bibliothèque du chercheur est au cœur des réflexions développées lors des présentations. Depuis les années 1990, les bibliothèques d’écrivains, d’artistes mais aussi d’intellectuels suscitent un fort intérêt dans la communauté scientifique. Elles sont perçues comme un être « amphibie », entre la bibliothèque et l’archive, illustrant le travail de leur propriétaire et témoignant de son orientation intellectuelle. Les bibliothèques interrogent également la relation de l’historienne et de l’historien avec ses outils de travail. Pour autant, peut-on dire que la bibliothèque est une archive ? Les historiens archivent-ils leur bibliothèque ? L’annotation de certains livres leur confère par exemple un statut ambigu, entre instrument de travail et écriture propre. Comprendre comment les chercheurs classent leurs livres de leur vivant, et comment ils envisagent leur traitement après leur mort, renseigne aussi sur le statut de la bibliothèque, ce miroir de recherche qui permet de se plonger dans l’environnement intellectuel de l’historien.

La première communication de ce séminaire est faite par Jean-Charles Geslot. Elle a pour but de présenter un nouvel objet d’étude : les bibliothèques d’historiens et d’historiennes. Jean-Charles Geslot y développe trois points : une présentation du groupe BibliHis ; des bibliothèques d’historiens et historiennes qui constituent le corpus d’étude ; enfin, une réflexion sur la dimension archivistique de ces bibliothèques.

Le groupe BiblHis est un groupe de recherche fondé en 2018. Un double constat a mené à la création de cet espace de réflexion. D’abord, peu de recherches étaient organisées autour des bibliothèques d’historiens et d’historiennes, alors que la réflexion est très active dans d’autres domaines. Des sociologues, des historiens de l’art et de la littérature ont largement exploré cette thématique. Citons par exemple, Les bibliothèques d’artistes (Paris, Presses universitaires de la Sorbonne,2010), sous la direction de Jean-Roch Bouiller ou encore Bibliothèques d’écrivains (O. Belin, C. Mayaux, A. Verdure-Mary (dir.), Rosenberg & Sellier, coll. Biblioteca di Studi Francesi, 2019). Ces récents travaux en littérature ou en art ont montré l’importance des bibliothèques dans la compréhension des mécanismes intellectuels de certains auteurs et artistes.

L’historien ne part pas cependant d’une table rase en ce qui concerne ce sujet. Il suffit de taper « bibliothèques d’historiens » dans Google image pour s’apercevoir que beaucoup d’illustrations mettent en rapport un individu et sa bibliothèque. Jean-Charles Geslot a ainsi présenté des photographies d’historiennes et d’historiens du XIXe siècle à nos jours. Il est frappant de constater que la plupart d’entre eux se mettent en scène à côté de leur bibliothèque. Comme le médecin est représenté par une blouse blanche, l’historien serait indissociable d’une conséquente pile d’ouvrages. Le lien entre historiens et livres est donc très fort. C’est surtout au moment du legs de ces bibliothèques à des institutions ou à des universités que des chercheurs commencent à les interroger. Jean-Charles Geslot a ainsi mentionné le cas d’Emmanuel Le Roy Ladurie, dont la bibliothèque est fragmentée entre plusieurs institutions.

La démarche novatrice de ce groupe fut de s’appuyer sur les nouvelles technologies et les réseaux sociaux pour repenser ces bibliothèques. C’est à partir d’un hastag sur Twitter en 2018 que Jean-Charles Geslot, Jonathan Barbier et Agnès Sandras eurent l’idée de fonder le groupe BiblHis. #MontreTaBibli initia un mouvement où des historiens et des étudiants montrèrent comment étaient organisées leurs bibliothèques. Comment la bibliothèque est-elle classée ? Peut-on y voir des bibelots ? À quoi ressemblent les livres, de poche ou brochés ? Toutes ces questions révèlent certains mécanismes de pensée qui peuvent être intéressants à analyser. Ce groupe a ensuite pris corps au festival de Blois en 2019, et une première journée d’étude se déroule le 6 mars 2020.

Ces bibliothèques d’historiens sont-elles accessibles ? Où sont-elles « archivées » ? Jean-Charles Geslot distingue six types de lieux de stockage et de mise en valeur de ces bibliothèques.

Les centres de recherches sont les premiers types de lieux d’accueil. Ici même, les bibliothèques de la MMSH (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme) conservent les bibliothèques de plusieurs chercheurs en sciences sociales. Le deuxième lieu concerne les bibliothèques universitaires. La bibliothèque de la Sorbonne, tout comme celle de l’université d’Avignon qui conserve la bibliothèque de Maurice Agulhon (1926-2014), sont réputées pour la richesse et l’intérêt portés aux bibliothèques d’historiens. Certaines bibliothèques spécialisées ou municipales endossent cette tâche de mise en valeur des archives des historiens. La bibliothèque Méjanes est la bibliothèque municipale classée d’Aix-en-Provence : elle correspond idéalement à ces structures qui mettent en valeur les ouvrages des historiens. Les centres d’archives ont aussi cette tâche à coeur. Quelques musées ont parfois des bibliothèques ou des ouvrages de référence à l’abri dans leur réserve. Un des premiers musées axés sur cette thématique est situé en banlieue parisienne. Il s’agit du musée de l’Histoire vivante, situé à Montreuil-sous-bois, où est conservée une partie de la bibliothèque de Jean Jaurès (1859-1914). Puis, plus rarement, des bibliothèques d’institutions francophones ou françaises à l’étranger conservent les œuvres des historiens, comme la MHFA (la Mission Historique Française en Allemagne), aujourd’hui Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales, qui conserve les travaux de son fondateur et premier directeur Robert Mandrou (1921-1984).

De nombreuses difficultés mettent pourtant à mal le processus d’archivage des bibliothèques d’historiens. Ainsi, les bibliothèques ne sont pas toujours, voire rarement, complètes. Le fond de livres de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie (1929-) a été dispersé en fonction des thématiques. Une partie est accessible aux archives départementales d’Eure-et-Loir à Chartres, les livres relatifs aux travaux de l’historien sur l’agronomie sont conservés au Compa (Conservatoire de l’agriculture), dans la même ville. Le reste du fonds se trouve au Centre de Météo-France à Paris (pour les ouvrages relatifs à l’histoire du climat) et à l’ICES (Institut Catholique de Vendée) à La Roche-sur-Yon. On comprend assez aisément que la consultation du fonds, dans ce cas, pose un problème majeur pour les chercheurs.

La dernière partie  de la communication est consacrée à la présentation des résultats d’une enquête menée en ligne en 2020, qui a suscité le retour de près de 450 historiens (enseignants-chercheurs, enseignants du secondaire, professionnels du patrimoine et de la documentation…).  Les différentes questions visaient à mettre en lumière les pratiques et les représentations des historiennes et historiens sur leur propre bibliothèque. Certaines permettent de préciser le lien entre archives et livres.

Ainsi, à la question Vos archives partagent-elles, pour tout ou en partie, les mêmes espaces et meubles de conservations que votre bibliothèque ? 39% des participantes et participants ont répondu « non, elles sont rangées à part », 37% ont dit « oui, pour une partie d’entre elles » et 24% « oui, elles sont dans les mêmes espaces de conservation. »

L’enquête a également révélé que 7% des interrogés avaient déjà pris des dispositions, écrites ou orales, quant au devenir de leur bibliothèque. 38% avaient déjà réfléchi aux dispositions qu’ils prendraient sur l’avenir de leur bibliothèque lorsqu’ils n’auraient plus la possibilité de la conserver et/ou de l’utiliser. Seuls 19% pensaient qu’il serait possible que leurs bibliothèques soient conservées en l’état. Parmi eux, 36% aimeraient voir leur bibliothèque conservée, pour sa plus grande partie, en l’état, après avoir cessé de pouvoir la conserver et/ou l’utiliser.

À la question Où aimeriez-vous voir accueillir votre bibliothèque ? 16% ont répondu dans une association, 15% aimeraient que leur bibliothèque soit accueillie dans une bibliothèque de quartier ou communale, 34% dans une bibliothèque universitaire, 13% dans un laboratoire et 33% chez leurs héritiers ou héritières. Cette partie de l’enquête met ainsi en lumière le fait qu’une minorité des interrogés conçoivent leur bibliothèque comme une archive de leur travail.

Certaines questions portent sur la mise en place d’instruments de gestion de la bibliothèque personnelle. En ce sens, seuls 13% des interrogés déclarent tenir un catalogue de leur bibliothèque, seuls 6 ou 7 % tiennent un compte régulier des livres qu’ils possèdent ou qu’ils achètent et 1 sur 3 seulement avait déjà compté avant l’enquête le nombre de livres ou de volumes qu’il avait dans sa bibliothèque. Ainsi, nous avons pu constater qu’il n’y pas de rationalité utilitaire dans la gestion de la bibliothèque.

Enfin, Jean-Charles Geslot a révélé que ce manque de projection dans l’idée d’un archivage de la bibliothèque se retrouve dans la bibliothèque numérique que les historiens peuvent posséder. En ce sens, 82% des interrogés déclarent avoir une bibliothèque numérique. 53% des enquêtés conservent la trace de leurs lectures en ligne. Cependant, seuls 27% des historiens conservent la trace de leurs lectures en ligne (articles, ouvrages, etc.) de manière systématique dans leur disque dur interne, externe ou dans un autre espace de stockage.

Pour terminer, notre intervenant a souligné que le taux de participation n’était pas forcément représentatif mais que l’enquête mettait tout de même en évidence que peu d’enseignants et de chercheurs en histoire concevaient leur bibliothèque comme des archives.

Cette enquête a permis de constater que les historiens et historiennes avaient un rapport très particulier à leurs livres, et aux livres en général. Elle soulève la question de l’identité professionnelle des historiennes et des historiens. Jean-Charles Geslot en conclut que « beaucoup de chose sont encore à faire et sont possibles. Il y a des archives. Elles existent bel et bien. Il y a de nombreuses lacunes. Il y en a que l’on n’a pas ou de manière seulement indirecte mais je pense que c’est un chantier qui mérite d’être davantage étudié ».

Pour poursuivre cette discussion sur le rapport particulier que les historiens et les historiennes ont avec leur bibliothèque, Emmanuelle Chapron a proposé un exercice de réflexion comparatiste faisant réagir à la présentation de Jean-Charles Geslot un chercheur d’une autre discipline, en l’occurrence le sociologue Nicolas Sembel.

Nicolas Sembel est professeur de sociologie de l’éducation à Aix Marseille Université. Il a travaillé sur le travail intellectuel et les lectures d’Émile Durkheim (1858-1917) et de Marcel Mauss (1872-1950), en particulier sur leurs emprunts dans les bibliothèques de Bordeaux et de Paris. Ce travail l’a amené à discuter avec Jean-François Bert du rapport de M. Mauss à sa bibliothèque.

En réponse aux préoccupations de cette séance de séminaire, Nicolas Sembel ne pense pas que Marcel Mauss classait ce qu’il y avait dans sa bibliothèque. Il ne pensait pas forcément à la postérité. Dans le cadre de ses recherches, Nicolas Sembel voulait reconstituer le travail intellectuel de sociologue d’Émile Durkheim et de Marcel Maus. Rejoignant les propos évoqués par Emmanuelle Chapron en introduction, ce qui lui semble le plus intéressant est « le processus intellectuel qui part de l’acquisition et de la consultation d’un ouvrage pour arriver à, un beau jour, la citation de cet ouvrage dans un écrit publié ».

En ce sens, pour lui, s’intéresser à ces instruments de travail ainsi qu’aux emprunts de Marcel Mauss ne relève pas d’un travail historique mais plutôt d’un travail d’interprétation : il s’agit « de prendre à bras le corps le matériau que constitue tous ces ouvrages et ces écrits mais également des archives, parfois mélangées aux ouvrages, pour produire des données en fonction des questions de recherche ». Ainsi, Nicolas Sembel s’interroge sur la manière dont Émile Durkheim et Marcel Mauss ont construit ce qu’est aujourd’hui la sociologie, à partir d’ouvrages qui ne sont pas des ouvrages de sociologie. Par cette question, il souligne une grande différence de la méthodologie de travail entre historiens et sociologues. En effet, selon lui, ce sont des questions que les historiens rejettent parfois car teintées d’anachronisme et de finalisme.

Nicolas Sembel achève son intervention en relevant un terme utilisé par Claude Lévi-Strauss (1908-2009). Dans un de ses ouvrages, ce dernier avait raconté que pour écrire Les structures élémentaires de la parenté (1949), il avait dû « débrouiller quelque 7 000 ouvrages ».  Pour Nicolas Sembel, le terme « débrouiller » résume bien la démarche de Marcel Mauss et d’Émile Durkheim à travers tous les ouvrages qu’ils ont lus, qu’ils les aient possédés ou empruntés.

Dans un second temps, le séminaire a porté sur l’étude de deux bibliothèques, présentées par Élise Meyer et Nelly Sciardis : celle de Robert Fossier et celle de Robert Delort, conservées dans une bibliothèque universitaire. En 2014, le service commun de la documentation (SCD) de l’université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis a reçu un don important : la bibliothèque personnelle de Robert Fossier, historien médiéviste de renommée internationale décédé en 2012. En 2016, sa femme, Lucie Fossier, également archiviste-paléographe et médiéviste, a confié à l’université la bibliothèque qu’elle partageait avec son époux. En 2017 Robert Delort, ami de Robert Fossier, lui aussi médiéviste de renom, a également fait don de sa bibliothèque personnelle au SCD de l’université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis.

Robert Fossier était archiviste-paléographe, conservateur à la bibliothèque historique de la ville de Paris, agrégé d’histoire et auteur d’une thèse intitulée La Terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du XIIIe siècle[1]publiée par les Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Paris-Sorbonne en 1968. Il a enseigné durant plus d’une vingtaine d’années à la Sorbonne et son apport a été majeur pour l’historiographie médiévale : il a en effet valorisé les disciplines dites auxiliaires comme l’archéologie méprisées par les historiens qui se concentraient alors surtout sur les sources narratives.

Robert Delort est normalien, agrégé d’histoire et auteur d’une thèse intitulée Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen-Âge[2] publiée par la Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome en 1980. Il a également passé une licence de sciences à l’Université Paris-VII. Il s’est notamment intéressé à l’histoire des relations entretenues par l’homme avec les animaux. Tout comme son ami Robert Fossier, il a profondément renouvelé le métier d’historien en confrontant des méthodes issues de disciplines antagonistes, à savoir les sciences humaines et les sciences de la nature.

Avec des profils aussi proches, on pourrait s’attendre à des dons semblables. Pourtant, ces dons se révèlent très différents. La bibliothèque d’un historien semble donc davantage être une manifestation de son être-au-monde et de son imaginaire plutôt qu’une simple matérialisation de son parcours professionnel. Elle est ainsi particulièrement riche d’enseignements et de perspectives pour le monde de la recherche.

La bibliothèque des époux Fossier est en réalité un don partiel et cohérent reflétant leur parcours professionnel. L’objectif de la convention de don a été clairement formulé : il n’était pas question de léguer l’intégralité de la bibliothèque du médiéviste, mais de compléter les fonds d’une université faiblement dotée en ressources documentaires par rapport à ses homologues lillois et parisiens et ainsi de donner le goût de l’histoire médiévale aux étudiants. On trouve d’ailleurs parmi ces ouvrages plusieurs manuels destinés aux étudiants de première année d’histoire. Le don est un fonds riche et cohérent comprenant 1789 monographies et 856 numéros de revues portant sur l’histoire médiévale et notamment sur l’histoire rurale, spécialité de Robert Fossier. La question du traitement du don a également été abordée. Ce dernier a été tout particulièrement contrôlé. En effet, les époux Fossier avaient déjà organisé et mis en scène les titres en fonction de leur futur lieu de conservation. D’ailleurs, la convention de don pilotée par Madame Fossier précisait bien qu’il fallait respecter le classement de Robert Fossier et conserver l’entièreté du don, même si la bibliothèque universitaire disposait déjà de certains des titres. Lucie Fossier a été particulièrement attentive aux différentes étapes du traitement du don, notamment au déménagement et à la conception d’une salle dédiée dans la bibliothèque.  Les enseignants-chercheurs de l’université ont également étroitement collaboré avec le personnel de la bibliothèque pour penser la postérité de ce don au sein de cette dernière.

Ce don comprend également des documents inédits. On trouve ainsi, glissés dans plusieurs monographies, plus de 550 comptes rendus de lecture sous forme dactylographiée ou manuscrite. Ce qui renseigne également sur la façon dont Robert Fossier traitait ses lectures : il n’avait pas pour habitude d’annoter les documents mais préférait les synthétiser au moyen de fiches.

Ces comptes rendus ont fait l’objet de publication dans des revues spécialisées comme Historiens et Géographes. Il s’agit donc de documents d’avant publication, assez exceptionnels puisqu’en général les documents de ce type sont détruits. Cette trace conservée du cheminement intellectuel de Robert Fossier peut être utile pour les médiévistes intéressés par les apports conceptuels de Robert Fossier à l’historiographie médiévale mais aussi pour les historiens spécialisés dans l’historiographie du XXème siècle.

Ce premier don a ensuite été complété par Lucie Fossier avec 288 ouvrages consacrés aux sources documentaires médiévales dont les époux partageaient la lecture à des fins professionnelles. Le partage de ces lectures se comprend particulièrement au regard du parcours professionnel de Madame Fossier, archiviste-paléographe, médiéviste, mais aussi directrice adjointe de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT). Cela amène cependant à une réflexion plus large : il ne faut pas oublier que les bibliothèques sont bien souvent partagées et collectives. Ce deuxième don présente également une autre particularité : il a permis de récupérer une partie des outils de classement de Robert Fossier laissant apparaitre son cheminement mental et sa formation de chartiste. Cela se matérialise par de nombreuses feuilles volantes (18 201) contenant des notes sur des sources consultées dans différentes institutions, assemblées en différentes liasses, le tout ordonné dans un mobilier à tiroirs présentant des fiches classées par ordre alphabétique de nom de personnes, de lieux et de mots-clés, chaque fiche renvoyant à la feuille correspondante contenue dans l’une des liasses. Le mobilier récupéré par la bibliothèque (qui n’est pas l’original, ce dernier ayant été récupéré par les enfants du couple) a donc été reconditionné avec l’aide de Lucie Fossier. Ces éléments n’ont été confiés à la bibliothèque qu’au deuxième don, sur l’initiative de Madame Fossier, puisqu’ils devaient à l’origine être détruits.

La présence de dédicaces nombreuses au sein des deux dons Fossier est également à noter puisqu’elle révèle qu’un bon nombre des titres présents dans le fond sont des cadeaux. La bibliothèque d’un chercheur peut donc aussi être le reflet des liens tissés avec ses collègues et amis.

La question de l’accueil des dons Fossier au sein de la bibliothèque universitaire a également été abordée au cours de cette communication. Les documents sont en libre accès et empruntables à domicile comme le précisait la convention de don. Ils sont également disponibles pour le prêt entre bibliothèques avec consultation sur place pour l’établissement demandeur. Pour le premier don, 69% des documents étaient des titres inédits et ont donc complété la collection de la bibliothèque. Les documents sont référencés numériquement mais deux catalogues alphabétiques et thématiques imprimés proposent un panorama exhaustif des monographies de ce don. En accord avec la convention de don, ce fond est mis en valeur dans une salle dédiée, classé par typologie et par thématique exactement comme il était classé dans la bibliothèque de Robert Fossier. Conserver ce classement permet d’éclairer les historiens intéressés par la pensée et les méthodes de travail de ce médiéviste et par les concepts et l’univers mental d’un chercheur du XXème siècle. Pour le deuxième don un système d’étiquettes de couleur a également été mis en place. Les comptes rendus de lecture, les liasses et le mobilier à tiroir sont quant à eux conservés dans le magasin de la bibliothèque universitaire et peuvent être consultés sur place par les chercheurs qui le souhaitent.

En conclusion, la bibliothèque des époux Fossier s’adresse à un public bien plus large que prévu : de l’amateur découvrant cette collection d’un particulier dans son classement d’origine, aux historiens intéressés par les méthodes de recherche du XXème siècle pouvant accéder aux comptes rendus de lecture, aux liasses et au mobilier à tiroir, en passant par les étudiants ayant accès aux ouvrages ou révisant dans la salle qui lui est dédiée. La bibliothèque universitaire valorise également ce fond par l’organisation de colloques à destination des enseignants-chercheurs comme celui organisé en l’honneur de Robert Fossier en 2015 ou par des événements plus grands public comme les journées européennes du patrimoine en 2017.

La deuxième partie de cette communication portait sur le don de Robert Delort et insistait particulièrement sur les similarités et les différences entre ce don et celui des époux Fossier. En 2017, Robert Delort a émis le souhait de faire don de la majeure partie de sa bibliothèque au SCD de Valenciennes par volonté que celle-ci soit conservée avec le fond des époux Fossier (Robert Delort était un ami de Robert Fossier). Une fois la convention de don signée en mars 2018, le SCD a procédé au déménagement de 162 caisses et cartons. Il s’agit donc d’un don particulièrement important et il est d’ailleurs encore aujourd’hui difficile d’estimer le nombre exact de documents qui le composent (on compte 5000 titres rien que pour les livres et les thèses).

Un inventaire a été effectué et a permis de mettre en avant une différence fondamentale entre ce don et celui de Robert Fossier : la bibliothèque de Robert Delort ne se limite pas à l’histoire médiévale et même pas à l’histoire tout court qui ne représente que 44% des livres du don. Sa bibliothèque révèle sa grande curiosité, son attrait pour les autres cultures et pour la vulgarisation scientifique. Elle reflète son parcours professionnel mais aussi son imaginaire puisque les différents documents qui y sont présents, qu’il s’agisse de livres, de thèses, de revues, de tirés à part, de documents non édités, de notes manuscrites ou encore d’objets, ont façonné la pensée et les concepts de cet historien. Sa bibliothèque est composée de documents rédigés en différentes langues (on trouve des documents en français, en anglais, en allemand, en russe, en italien et en arabe) et de niveaux de précision variés avec des ouvrages de vulgarisation côtoyant des ouvrages universitaires pointus. Cette bibliothèque est tout de même en partie le reflet du parcours professionnel atypique de son propriétaire : rappelons que s’il est docteur et agrégé en histoire, Robert Delort est également titulaire d’une licence en science (ce que l’on peut relier à la présence de différents ouvrages sur la science dans sa bibliothèque). Il a également appris de nombreuses langues lors de son passage à l’université de Hambourg.

La bibliothèque de Robert Delort n’était pas uniquement utilisée par Robert Delort, mais par tous les membres de la famille, les livres de travail n’étant pas séparés de ceux du reste de la famille. La théâtralisation de cette bibliothèque était donc assez faible contrairement à celle de Robert Fossier. Les livres étaient omniprésents dans la maison : on en trouvait dans les chambres, dans le salon et dans la cave (qui a été inondée ce qui a abîmé certains documents). De plus, contrairement à la bibliothèque de Robert Fossier, les documents de Robert Delort n’étaient absolument pas classés et la convention de don donnait à la bibliothèque la liberté de traiter le don comme bon lui semblait. Tous les documents n’intègreront d’ailleurs pas les collections de la bibliothèque.

L’absence de classement des nombreuses disciplines représentées dans les documents de la bibliothèque de Robert Delort (histoire médiévale évidemment, mais aussi histoire moderne et contemporaine, archéologie, lettres modernes, biologie, économie, zoologie, géographie ou encore art) prouve que les frontières entre elles importaient peu pour cet historien au cours de ses recherches. Les concepts et méthodes de cet historien, probablement en partie trouvés au hasard de ses lectures, ont été jugés particulièrement innovants lors de la publication de sa thèse qui mêle à l’histoire des références liées à la zoologie, à la thermorégulation humaine ou encore à la littérature à une époque où les disciplines utilisées par les historiens étaient plutôt l’économie, la géographie ou l’archéologie.

Pour ce qui est de la gestion du don, la liberté dont jouit l’université de choisir parmi les documents ceux qui lui paraissent les plus pertinents pour intégrer les fonds de la bibliothèque universitaire est une chance, mais c’est également un véritable dilemme du fait notamment de l’absence de classement. Se pose en effet la question des limites d’une bibliothèque d’historien quand ce dernier ne la sanctuarise pas dans un espace dédié : faut-il s’intéresser aux lectures autres qu’universitaires ? Faut-il garder uniquement les livres utiles à la communauté universitaire ? Le choix a été fait de conserver les documents en lien avec l’histoire de l’environnement. 197 documents ont ainsi été valorisés lors du colloque « Les animaux… L’histoire continue » tenu les 28 et 29 novembre 2019. Cet ensemble documentaire constitué de documents rares (thèses, revues spécialisées, comptes rendus de colloques non édités) couplé à une politique d’achat spécifique permet au SCD de proposer un fond particulièrement intéressant sur l’histoire des animaux.

Comme celui de Robert Fossier, le don de Robert Delort contenait certains documents manuscrits mais mélangés cette fois avec les livres, il n’y avait pas de lots distincts. Parmi ces documents, on trouve des brouillons d’articles, des brouillons de cours, des notes de lectures, des corrections de travaux étudiants et des correspondances avec d’autres chercheurs.

Robert Delort a pu découvrir lui-même les premiers résultats du traitement de son don lors de sa visite dans le cadre du colloque de novembre 2019, ce qui est assez rare puisque souvent les dons de bibliothèques sont en réalité des legs. La politique documentaire reste véritablement à établir mais il est quasiment certain que les ouvrages universitaires seront conservés si possible. Pour les autres documents la décision n’est pas encore arrêtée, se pose la question de la pertinence de garder les livres de vulgarisation ou la littérature de poche. Se pose également la question des choix spatiaux puisque s’il est sûr qu’une partie de la collection sera à proximité de celle de Robert Fossier pour permettre un dialogue entre elles, il peut aussi être envisagé de mêler certains documents comme des manuels généraux d’histoire par exemple avec les autres exemplaires de la bibliothèque en y ajoutant un élément de reconnaissance. Une autre idée centrale de la politique documentaire est de mettre en avant la fertilisation croisée des disciplines dans la réflexion de Robert Delort mais cela pose également des problèmes spatiaux puisque cela implique de conserver les ouvrages de sciences de la nature alors qu’ils sont d’ordinaire séparés des ouvrages d’histoire et disposés dans une autre bibliothèque. La gestion de ce don n’est donc pas de tout repos et de nombreux choix doivent être opérés.

En conclusion, les bibliothèques de Robert Delort et de Robert Fossier, bien que foncièrement différentes tant par leur contenu que par leur apparence, s’alimentent l’une et l’autre. L’amitié des deux chercheurs est perpétuée au travers de leurs bibliothèques et la valorisation de ce lien, inédite au sein d’un établissement universitaire, permet de rendre ces fonds plus vivants car communiquant entre eux. . Leurs thématiques sont à la fois proches car fondamentalement liées à l’histoire médiévale tout en ayant de grandes spécificités, l’histoire rurale pour Fossier et l’histoire de l’environnement et des animaux pour Delort, elles permettent un enrichissement mutuel. Les étudiants et les chercheurs ont également accès aux documents rares et très spécifiques des deux historiens afin d’alimenter leurs propres champs de recherche. Si le traitement de ces dons est très prenant et nécessite une véritable réflexion en termes de ressources humaines, il s’agit d’un apport remarquable pour la bibliothèque. Ces fonds sont également vivants puisque consultables sur place, empruntables, éligibles au prêt entre bibliothèques malgré le risque de perte ou de dégradation. Lucie Fossier et Robert Delort ont tous deux préféré privilégier l’usage des livres à l’assurance de leur pérennité. Cette volonté de rendre le don utile transparait également dans le choix de Robert Fossier de léguer sa bibliothèque à une université dans laquelle il n’avait jamais exercé, pour en faire profiter les étudiants n’ayant pas facilement accès aux bibliothèques des grandes universités.

Après cet exposé, la séance s’est poursuivie avec deux interventions présentant quelques réflexions et quelques exemples relatifs à ce type de don dans d’autres contextes.

Anaïs Mauriceau, responsable de la Bibliothèque d’Antiquité d’Aix (BiAA) située à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme a réagi à l’intervention en exposant la façon dont se déroulent les dons à la BiAA. Celle-ci étant une bibliothèque de recherche spécialisée dans l’Antiquité, les chercheurs y faisant des dons se considèrent d’abord comme archéologues avant de se considérer comme historiens. Ils gèrent ainsi différemment leur bibliothèque. Ils font des dons d’ouvrages pour compléter la collection de la bibliothèque mais ils confient plutôt tout ce qui concerne les archives et les notes de recherches soit à l’équipe avec laquelle ils travaillaient (sur un site de fouille par exemple) soit à des services de recherche archéologique départementaux ou régionaux. La BiAA a aussi reçu quelques dons importants, principalement des tirés à part dont la gestion est compliquée en termes de temps et de ressources humaines. La BiAA a eu la chance de recevoir deux legs importants : le premier de Paul-Albert Février constitué de près de 10 000 tirés à part qu’il avait préalablement classés et indexés et le deuxième de Pierre Nautin comprenant également près de 10 000 tirés à parts qui n’étaient pas classés (ce sont les descendants de Pierre Nautin qui en ont fait don à la BiAA). Le traitement de ce deuxième don est donc compliqué et, plus de vingt ans après, les équipes de la bibliothèque continuent d’inventorier et de classer ces tirés à part.  Contrairement aux cas présentés dans l’exposé, les tirés à part sont conservés tous ensemble dans une salle, il n’y a pas de salle dédiée à chaque don. Les apports de ces dons sont ainsi directement intégrés dans les rayonnages de la bibliothèque et l’identification de leur donateur est faite sur le site web de la bibliothèque.

Jean-Christophe Peyssard, responsable de la Médiathèque sciences humaines et sociales de la MMSH a apporté quelques réflexions en complément de l’exposé. Il a évoqué la gestion des dons faits à la section bibliothèque de la médiathèque SHS de la MMSH et a insisté sur l’importance de l’environnement et de l’organisation de la bibliothèque du chercheur. Il a ainsi évoqué l’organisation de la bibliothèque de George Duby quand l’équipe de la bibliothèque (dont il faisait déjà partie) est allée la récupérer dans sa villa au Tholonet. Il s’est également souvenu de sa frustration à l’époque vis-à-vis de la gestion de ce don puisque le don a été séparé : une partie a été récupérée par la médiathèque de la MMSH et une autre (dont des livres d’art et des thèses précieuses) a été envoyée à Paris. Jean-Christophe Peyssard a bien expliqué que conserver la totalité du don aurait été bien trop compliqué, la bibliothèque ne disposant pas de la capacité nécessaire. La question de la façon dont les chercheurs cherchent à marquer leur passage en faisant ce type de dons a également été posée. La médiathèque de la MMSH a connu plusieurs configurations de dons. Elle a acheté par le passé des bibliothèques de chercheurs disparus auprès de leurs familles, ce qui ne se fait plus aujourd’hui, mais elle a également connu des dons de chercheurs encore vivants. Jean-Christophe Peyssard a ainsi détaillé le cas d’un don fait par un chercheur vivant qui désire donner à la bibliothèque des livres qu’elle doit posséder selon lui. Nous sommes donc en présence d’un cas où le donateur influe directement sur la politique documentaire de la bibliothèque. La bibliothèque doit ainsi bientôt acquérir un exemplaire de Tintin au pays de l’or noir puisque, selon ce donateur, la bibliothèque doit disposer de tous les livres qui peuvent marquer une relation avec le monde arabe et le Maghreb. Se pose aussi la question des possibles tensions entre la communauté scientifique qui souhaite réunir des fonds et parfois ne pas y faire de sélection, et les bibliothécaires. Il est évoqué également le « retour sur investissement », le traitement des dons requérant la mobilisation de ressources humaines alors que le personnel de la bibliothèque ne dispose pas forcément du temps nécessaire. Un autre problème se pose en lien avec cette question : depuis une vingtaine d’années il y a une tentative de créer un système de communication scientifique cohérent et internationalisé, ce type d’objectif est également très demandeur en temps et en ressources humaines et l’on peut se demander s’il est accomplissable tout en continuant d’assurer le traitement des dons. La question de la pérennité de ces bibliothèques a également été abordée. De nombreuses bibliothèques du CNRS ont par exemple été réunies au sein du grand équipement documentaire (GED) à Condorcet. Il est donc important, face à ces bibliothèques qui ne seront peut-être pas pérennes et face à des dons qui ne pourront être conservés en intégralité, d’assurer une bonne traçabilité des documents en documentant les dépôts et en produisant des catalogues détaillés.

Après les interventions d’Anaïs Mauriceau et de Jean-Christophe Peyssard, plusieurs échanges ont eu lieu entre plusieurs participants (y compris les quatre personnes précédentes), des échanges qui ont mis en avant un certain nombre de questions et de réflexions.

Ainsi l’importance de l’inventaire des dons a été souligné à nouveau. En effet, certains documents ne pouvant pas être conservés, l’inventaire peut se révéler très utile pour appréhender le contenu d’un don. Il est également important de prendre des photos de la bibliothèque au domicile du donateur dans sa configuration initiale avant le déménagement puisque certains éléments échappent également à l’inventaire. Il n’est cependant pas toujours aisé ou possible de prendre des photos, pour le deuxième don Fossier par exemple, certains documents étaient disposés dans la chambre de Madame Fossier et n’ont pas pu être photographiés. Les photos de bibliothèques dans leur configuration initiale fournissent des informations inédites, dans une bibliothèque n’ayant pas de classement apparent par exemple, il y a tout de même un classement qui est celui de l’usage visible seulement grâce aux photographies. La complémentarité des photos et des inventaires permet de conserver une vision de l’ensemble du don même si certains éléments ne sont pas conservés.

L’idée de mener des entretiens avec les chercheurs faisant des dons a également été évoquée. Les enregistrements de tels entretiens durant lesquels les chercheurs parleraient de leur bibliothèque pourraient en effet être très utiles pour avoir une meilleure représentation de cette dernière. Pour le don des époux Fossier, il n’y a pas eu ce genre de démarche mais pour le don Delort, les entretiens réalisés avec Nicole Delort ont permis de retrouver la trace des documents de la bibliothèque qui n’ont pas été récupérés (comme les bandes-dessinées des enfants par exemple).

La question du rôle des épouses des chercheurs transparait également lorsque l’on fait l’histoire de ce type de don. Il arrive en effet que les épouses des chercheurs accomplissent un véritable travail dans l’ombre en effectuant des tâches en rapport avec la production scientifique de leur mari, que ce soient des tâches de secrétariat ou des tâches scientifiques.

Un sujet de l’archivage du traitement des dons Fossier et Delort a été soulevé. Les conventions de dons ont été conservées mais les mails n’ont pas été archivés. D’ailleurs le fait qu’une bonne partie du traitement se fasse par mail peut poser des problèmes pour des dons dont le traitement s’étale dans le temps puisque si un nouveau personnel de bibliothèque est recruté et amené à travailler sur le traitement de ce don il n’aura pas forcément accès aux mails précédents. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé à Élise Meyer quand elle est arrivée au SCD de Valenciennes durant le traitement du don Fossier.

Une question relative à la conservation d’enregistrements audios et vidéos concernant Georges Duby a également été posée. Ce dernier a en effet donné de nombreuses interviews concernant ses travaux dans les médias. À la MMSH, une convention avec l’INA permet d’accéder à l’Inathèque et d’avoir accès à ce type de document mais la MMSH ne possède aucun droit de diffusion dessus. Des efforts sont faits pour associer dans les dépôts les émissions télévisées et radiodiffusées de ces chercheurs. Cependant d’autres cas de figures peuvent se présenter. Par exemple, dans le cadre de son don, Jean-Pierre Olivier de Sardan (anthropologue) a déposé ses propres enregistrements venant compléter ses publications.

La piste de réflexion relative à la création d’instruments de recherche de ce type de don est très intéressante car elle permet aux chercheurs le désirant de prendre connaissance du contenu exact des dons de bibliothèques de chercheurs sans qu’il soit besoin de conserver l’intégralité de ces dons. Les inventaires et les photographies évoqués précédemment accomplissent en partie cet objectif mais il serait également très intéressant de constituer de nouveaux instruments en décrivant précisément le contexte de production du fonds et le travail réalisé par l’archiviste ou le bibliothécaire sur ce fonds (puisqu’il agit matériellement dessus).

L’aide apportée par la communauté des enseignants-chercheurs dans le cadre du traitement des dons Fossier et Delort a été soulignée. Les médiévistes de l’université, également disciples de Fossier et Delort ont prêté main forte aux équipes du SCD qui a d’ailleurs pu acquérir le don Delort en partie grâce à l’une des médiévistes de l’université qui était une ancienne élève de Robert Delort. Cette collaboration avec les enseignants-chercheurs s’est révélée tout à fait bénéfique pour des aspects purement pratiques, l’une des médiévistes a par exemple pu aider à déchiffrer l’écriture de Robert Delort.

La question de la consultation des fonds Fossier et Delort au sein de la bibliothèque universitaire a aussi été posée. Ils ont un taux de rotation plus faible que les autres collections (vers les 10%). En revanche, la salle Fossier est très fréquentée et est vue comme calme est propice au travail. En plus de cela, les enseignants-chercheurs sont presque prescripteurs des étudiants en leur fournissant des listes de documents à consulter dont certains sont issus de la salle Fossier, notamment des sources éditées qui permettent un lien entre la formation et la recherche, lien que cherche à promouvoir l’université. Cette dernière prévoit de créer une fondation pour promouvoir un lien entre l’histoire de l’environnement et d’autres disciplines de l’université qui pourrait particulièrement valoriser le fond Delort qui est multidisciplinaire. Ces dons constituent une chance pour le SCD puisqu’ils permettent une présence physique des sciences humaines et sociales dans la bibliothèque d’une université qui, parce que multidisciplinaire, donne une part importante aux disciplines des sciences dures. Le traitement de ces dons répond donc aux axes de dialogue entre le pôle Humanités qui rassemble les disciplines en lettres, sciences humaines, arts, droit et cogestion, et le pôle Sciences et Techniques mis en place par l’université.

Une dernière réflexion très intéressante a également été présentée à la fin de la discussion. Certaines bibliothèques de chercheurs peuvent se retrouver dispersées en différents endroits de façon volontaire ou non. Par exemple, une partie de la bibliothèque de Georges Duby est conservée à la médiathèque de la MMSH et une autre partie a été confiée par Madame Duby à l’IMEC (Institut Mémoire de l’édition contemporaine). Mais d’autres documents se sont retrouvés au sein de l’UMR TELEMME (laboratoire de recherche situé à la MMSH) car il s’agissait des documents présents dans son bureau à l’université. Parmi ces archives professionnelles on trouve notamment des documents relatifs à son activité de professeur (notes de cours, copies d’élèves) mais également à son activité en tant que fondateur d’un centre de recherche (ancêtre de TELEMME) et des compléments liés à des projets d’ouvrages puisqu’en plus de travailler chez lui il travaillait probablement aussi à l’université. Il faut donc prendre en compte qu’il existe peut-être des archives professionnelles dispersées qui peuvent se retrouver quelque part car le chercheur n’a pas pensé à les récupérer. Il est donc très important de mettre en dialogue toutes les archives et tous les fragments d’archives concernant le chercheur dont on dispose pour avoir une vision la plus exhaustive possible de ce qu’était sa personnalité intellectuelle.

Les présentations abordant toutes les deux la question de la bibliothèque de l’historienne et de l’historien permettent de relever l’ambiguïté de l’archive du chercheur. La bibliothèque peut-elle être considérée comme archive ? Les interventions de Jean-Charles Geslot et de Élise Meyer et Nelly Sciardis donnent des éléments de réponse en interrogeant le chercheur sur sa représentation de sa bibliothèque, de son traitement et de sa conservation à travers des exemples de dons.

Billet collectivement rédigé par Manon Groisillier, Johan Lefel, Florent Malia, Tina Leyer, Vincent Garin, Rayane Berrabouh et Mathilde Garcia, et révisé par Emmanuelle Chapron.


[1] Fossier Robert, La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du XIIIe siècle, Paris-Louvain, Nauwelaerts, 1968, Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Paris-Sorbonne, série « Recherches ».

[2] Robert Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Age (vers 1300-vers 1450), Rome, Ecole française de Rome, 1978, Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome.

Les bibliothèques sont-elles des archives de chercheur ?

Jeudi 18 février 2021, 9h-12h30

Séminaire interlaboratoire MMSH « Archives de la recherche »

Coordination Emmanuelle Chapron (MMSH, UMR 7303 Telemme) et Véronique Ginouvès (MMSH, USR 3125 médiathèque)

En distanciel : lien Zoom sur demande : emeline.giannetti@etu.univ-amu.fr

Emmanuelle Chapron, Introduction

Les bibliothèques d’historiennes et d’historiens : enjeux d’une recherche en devenir

Jean-Charles Geslot, maître de conférences en Histoire contemporaine, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines

Né en 2019 à l’initiative d’un petit groupe de travail, le projet BIBLHIS travaille à systématiser l’étude des bibliothèques d’historiennes et d’historiens du 18e siècle à nos jours. Il s’inscrit dans une démarche ancienne, déjà largement suivie pour d’autres groupes d’acteurs culturels comme les artistes et les écrivains, et de façon plus ponctuelle pour d’autres – démarche qui, étonnamment, n’a encore suscité que peu de travaux du côté de la discipline historique. Après une présentation de la genèse, de l’esprit et des premières réalisations de ce projet, seront explorées quelques pistes de réflexion quant à la question de la bibliothèque comme archive de la recherche, à partir des résultats de quelques travaux déjà menés sur certains historiens des 19e et 20e siècles, mais aussi de ceux d’une enquête réalisée en 2020 auprès de la communauté historienne française, révélatrice, à bien des égards, des pratiques actuelles en la matière, y compris concernant les bibliothèques numériques.

Discussion : Nicolas Sembel (AMU, ADEF)

Regards croisés sur deux bibliothèques d’historiens médiévistes, Robert Fossier et Robert Delort, conservées dans une bibliothèque universitaire        

Elise MEYER, Bibliothécaire responsable des interfaces et des applications documentaires BU Rennes 2, ancienne responsable du Pôle Culture, lettres, langues, arts et sciences humaines au Service Commun de la Documentation de l’Université Polytechnique Hauts-de-France, doctorante au CERHIC à l’Université de Reims

Nelly SCIARDIS, directrice adjointe du Service Commun de la Documentation de l’Université Polytechnique Hauts-de-France

En 2014, le Service Commun de la Documentation de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (devenue Université Polytechnique Hauts-de-France en 2019), bénéficie d’un don d’importance : la bibliothèque personnelle d’un historien médiéviste de renommée internationale, Robert Fossier, décédé en 2012. De ce premier don découle un second, celui de son ami non moins reconnu, Robert Delort, en 2017. Bien que semblant de prime abord similaires, ces dons sont en réalité foncièrement différents, tant par leur apparence que par leur contenu. L’objet de cette intervention sera donc de montrer à quel point des bibliothèques personnelles d’historiens sont riches d’enseignements et de perspectives pour le monde de la Recherche. Pour cela, différents axes seront abordés :  

– les indices matériels de l’imaginaire d’un chercheur du 20e siècle : quelle image donnent ces bibliothèques personnelles de leur donateur ? Ces derniers envisageaient-ils une postérité pour leur collection ?

– la collaboration fructueuse entre les disciples de ces donateurs au sein d’une université et les professionnels des bibliothèques : comment se traduit-elle ? Quelle est la plus-value de cette collaboration ?

– les choix opérés pour faire vivre ces collections dans leur nouveau lieu de conservation : quels liens entre ces dons et la politique documentaire d’une bibliothèque universitaire ? Quels choix effectuer ? Comment valoriser ces dons et les faire utiliser par les publics potentiels ?

Discussion : Anaïs Mauriceau (MMSH, BIAA) et Jean-Christophe Peyssard (MMSH, médiathèque).

Séminaire Archives de la recherche 2020-2021

Le programme interlaboratoire de la MMSH « Archives de la recherche » 2020-2021 s’intéresse à l’articulation entre archives et données de la recherche en s’attachant concrètement aux problématiques nouvelles révélées par la multiplication de créations de services d’archives au sein des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Le séminaire se donne ainsi pour objet de réfléchir aux questions de conservation, d’exploitation scientifique, de mutualisation de collection et de valorisation des fonds d’archives de la recherche déposées au sein des unités de recherche et de la médiathèque de la MMSH.  Il abordera également, sans les opposer et de façon réflexive, les pratiques actuelles de la « culture de l’archive » et de la « culture de la donnée ».

Programme des séances (9-13h)

inscription obligatoire

Séance 1 – Jeudi 29 octobre 2020 –  Nouvelles archives de la recherche, nouvelles archives pour la recherche : du plan de gestion à la dissémination, à la citation et au réusage des données.

Interventions de Sarah Cadorel (Inalco, chargée de mission archives), Le plan de gestion de données, un outil pour l’archivage scientifique et d’Hélène Jouguet (TGIR Huma-Num, chargée des systèmes d’information documentaire), Les outils de la TGIR Huma-Num pour la dissémination et la citation des données de la recherche.

Matinée présentée et animée par Véronique Ginouvès (USR 3125).

Séance 2 – Jeudi 3 décembre 2020 – Les thèse(s), entre littérature grise et données de la recherche, matinée présidée par Isabelle Gras (SCD AMU), avec Maïté Roux (ABES) et Caroline-Sophie Donati (SCD AMU), organisée en collaboration avec l’ED355 et le SCD AMU.

Les thèses appartiennent à une catégorie que le.la bibliothécaire nomme « littérature grise » et qui, avant l’ère numérique, étaient difficilement identifiées et consultables. Les nouveaux modes de diffusion sur internet ont profondément modifié les usages et leur repérage : les thèses soutenues et les thèses en cours sont désormais accessibles, avec ou sans le texte intégral, sur le site Theses.fr développé par l’ABES ; elle peuvent également être mises en ligne directement par leurs auteur.e.s. sur une archive ouverte comme HAL. Les thèses sont-elles ainsi toujours grises ? À l’heure de l’accès ouvert, quelles questions éthiques et juridiques se posent pour l’archivage et la valorisation en ligne des thèses ?  Au cours de cette matinée nous essaierons d’envisager avec les intervenant.e.s, les pratiques, les besoins et les perspectives de l’archivage et de la diffusion des thèses mais aussi des données de la recherche produites et rassemblées dans leur cadre.

Séance 3 – Jeudi 18 février 2021 – Les bibliothèques sont-elles des archives de chercheurs ? avec Jean-Charles Geslot (Université Versailles-Saint-Quentin), Nelly Sciardis (SCD Université Polytechnique Hauts-de-France), Agnès Sandras (Bibliothèque nationale de France), matinée présentée et animée par Emmanuelle Chapron (UMR TELEMMe).

Le groupe de travail BiblHis (bibliothèques d’historiennes et d’historiens, XVIIIe-XXIe siècle) organise ses réflexions autour de cinq axes : constitution des bibliothèques, utilisation, théâtralisation (cf. nos séances Zoom, où chacun se met en scène devant sa bibliothèque), transmission (du vivant ou post-mortem) et éventuelle patrimonialisation. Cette présentation permettra de revenir sur la question des bibliothèques privées incorporées dans les bibliothèques de la MMSH (notamment médiathèque et BIAA) et leur lien avec les dépôts d’archives des mêmes chercheurs.

Cette séance aura lieu à distance. Le lien Zoom sera communiqué sur demande à emmanuelle.chapron@univ-amu.fr

Séance 4 – Vendredi 26 mars 2021 – Fédérer des ressources pour les études sur le monde arabe et musulman, programme en cours, séance coordonnée par Vanessa Guéno et Juliette Honvault (IREMAM)

Séance 5 – Jeudi 8 avril 2021 – Conserver et exploiter des archives de la recherche en partenariat (1) : les archives de l’archéologie, programme en cours, séance coordonnée par Stéphanie Delaguette (USR 3125). Attention la séance se tient l’après-midi exceptionnellement (14h-17h30).

Séance 6 – Jeudi 22 avril 2021 – Fédérer des ressources pour les études sur les mondes africains, programme en cours, séance coordonnée par Hervé Pennec et Simon Imbert-Vier (IMAF)

Séance 7 – Jeudi 20 mai  2021 – Archiver l’enseignement, programme en cours, séance coordonnée par Constance de Gourcy (LAMES) et Céline Regnard (Telemme).

Séance 8 – 17 juin 2021 – Conserver et exploiter des archives de la recherche en partenariat : le Mucem, les Anom, le GED du campus Condorcet, programme en cours, séance coordonnée par Aude Fanlo et Fabienne Tiran (Mucem).

Informations pratiques :

Horaires : 9h-13h, excepté la séance du 8 avril qui se tiendra de 14h à 17h30.

Lieu : lorsque les conditions sanitaires le permettront un présentiel sera organisé. Un lien vers une réunion avec l’outil zoom sera envoyé aux personnes inscrites.

Inscription obligatoire par courriel : veronique<dot>ginouves<at>univ-amu<dot>fr

Partenaires de l’organisation du séminaire :

Le séminaire est organisé en collaboration avec les unités de recherche, de la MMSH, le Service des archives et le Service commun de documentation d’AMU, ainsi qu’avec les institutions culturelles et de conservation (Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Archives nationales d’Outre- Mer, Mucem…).

Au sein de la MMSH : UMR 7303 Telemme (Emmanuelle Chapron, Céline Regnard UMR 7305), Lames (Pierre Fournier, Samuel Bordreuil, Constance de Gourcy), UMR 7307 Idemec !Benoit Fliche UMR 7310),  Iremam (Vanessa Guéno UMR 8171), IMAF (Hervé Pennec), USR 3125 MMSH (Véronique Ginouvès, Jean-Christophe Peyssard, Jean Mambré)

Autres partenaires : Ecole doctorale ED 355, Service commun de documentation d’AMU, Service des archives d’AMU,  Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, Mucem.

Le séminaire bénéficie d’un soutien de l’USR 3125, séminaires interlaboratoires de la MMSH.

Colloque international « Archives en bibliothèques, XVIe-XXIe siècles ». Bilan des journées.

Les bibliothèques accueillent depuis longtemps des archives : papiers des officiers royaux à la Bibliothèque du Roi, dossiers de chercheurs dans les bibliothèques universitaires, manuscrits littéraires collectés par les bibliothèques municipales, archives propres des bibliothèques qui documentent leurs pratiques… Or, l’insertion d’archives dans les bibliothèques ne va pas de soi, tant les cultures professionnelles sont construites sur des oppositions apparemment indépassables : le fonds et la collection, la liasse et le codex, l’original et la copie, l’inventaire et le catalogue… Les pratiques des chercheurs sont amenées aussi à se modifier selon qu’ils consultent des archives dans les dépôts d’archives ou dans les bibliothèques.

C’est pour explorer cette dimension inédite des bibliothèques qu’a été organisé le colloque Archives en bibliothèques (XVIe-XXIe siècles) à la MMSH d’Aix-en-Provence les 14 et 15 novembre 2019. Ce colloque a constitué le dernier événement d’un cycle imaginé et coordonné par Emmanuelle Chapron (PR en histoire moderne, Aix-en-Provence). (Programme ici : https://archivbib.hypotheses.org/873)

Il est ressorti des 15 interventions du colloque une mise à distance du « grand partage » qui, à partir de la Révolution, attribue aux archives les documents de l’autorité et aux bibliothèques, les réécritures du passé et la création littéraire. A l’instar des réalités domestiques, où bibliothèques et archives familiales sont souvent mêlées, des équipements scientifiques ou culturels ont gardé l’habitude de ne pas distinguer archives et bibliothèques. Les producteurs, grands commis de l’Etat à l’âge moderne ou chercheurs des XIXe et XXe siècles, n’accordent aucun sens non plus à cette distinction. Les bibliothèques ont en outre une réelle capacité à attirer et absorber des archives, intentionnellement ou accidentellement. Les chercheurs, depuis le XIXe siècle, voient dans la bibliothèque un moyen de construire leur postérité, par le dépôt de leur documentation personnelle, imaginaire que les archives, au sens institutionnel du terme, ne véhiculent pas. On a ici affaire à une vision projetée de la bibliothèque par la société : connivences avec les notables, fantasmes d’élus, choix des pouvoirs centraux font de la bibliothèque un lieu d’archivage.

Pour autant, la distinction fonctionnelle entre archives et bibliothèques reste un prisme efficace d’analyse des pratiques des professionnels, depuis le XVIIIe siècle, pour comprendre comment les bibliothécaires appréhendent la matérialité de l’archive, la distinguent des fonds manuscrits, et créent un lien entre écriture/production et conservation. L’hybridation tient donc moins à la nature des documents qu’aux instrumentalisations politiques, scientifiques et culturelles auxquelles ils se prêtent. Cette hybridation (Andrea de Pasquale a parlé de « modèle amphibie ») repose sur l’intentionnalité d’une pérennité thématique, plutôt que typologique, au moment où les bibliothèques sont en passe de devenir des services sociaux plus que des lieux de transmission intellectuelle.

Fabienne Henryot (ENSSIB, Centre Gabriel Naudé)

Programme des conférences de l’EPHE, Histoire et civilisation du livre, 2019-2020.

Les conférences ont lieu le 4e vendredi du mois (sauf en décembre et en mai, où elles ont lieu plus tôt dans le mois), de 14h à 18h, à la Maison des sciences de l’homme (54 boulevard Raspail, salle 26).

Entrée libre

(voir aussi https://www.ephe.fr/formations/conferences/histoire-et-civilisation-du-livre-0)

Continuer la lecture

Séminaire Archives de la recherche : du plan de gestion à la dissémination, la citation et le réusage des données, 29 octobre 2020, MMSH

Le séminaire « Archives de chercheurs » vise à « faire émerger » la notion d’archives de la recherche au sein de la MMSH ; à dresser un état des lieux des archives présentes au sein des unités de recherche ; à encourager à l’étude de ces fonds en tant qu’objet de recherche interdisciplinaire en SHS ; à favoriser l’adoption des bonnes pratiques relatives aux archives en les appliquant à celles qui sont quotidiennement produites à la MMSH, tout au long de leur cycle de vie, en attirant l’attention tant sur les documents papier que sur les archives numériques ; à réfléchir à des procédures de collecte raisonnée et de conservation partagée de ces archives, aux outils de signalement et de valorisation.

Programme du jeudi 29 octobre, 9h-13h

Le plan de gestion de données, un outil pour l’archivage scientifique, Présentation de Sarah Cadorel, Inalco, Chargée de mission archives

Mis en place depuis 2014 dans le cadre de financements européens, le plan de gestion de données (PGD) est présenté comme un élément central de la mise en oeuvre du Plan national pour la Science ouverte, notamment pour les projets financés par l’Agence nationale de la recherche (ANR). Souvent vu comme une contrainte administrative de plus, venant alourdir les dossiers de demandes de financements, il représente néanmoins un précieux outil de gouvernance. Il permet en effet une vision globale des opérations de gestion des données tout au long de leur cycle de vie et doit permettre d’articuler les rôles de chaque acteur : producteur de données, financeur, éditeur, conservateur des données, garant juridique, tutelle, etc. Du point de vue de l’archivage, la mise en place de ces plans incite à anticiper la conservation des données puisque six mois après le début du projet, cette question y est abordée. Cela représente un changement important dans la posture adoptée pour la préservation, désormais active et non plus seulement en attente d’un état résiduel qui serait seulement « ce qu’il reste quelques années plus tard ». En outre, l’importance accordée à la Science ouverte depuis 2018 confère à ces plans de gestion de données une valeur hautement politique pour les établissements. Ces différents questionnements, liés à l’utilisation des DMP pour la mise en place d’une politique d’archivage scientifique dans les établissements, sont l’objet de cette intervention. 

Les outils de la TGIR Huma-Num pour la dissémination et la citation des données de la recherche, Présentation de Stéphane Pouyllau, TGIR Huma-Num, Ingénieur CNRS

Huma-Num est une très grande infrastructure de recherche (TGIR) visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales ouverte à l’ensemble des programmes de recherche de l’enseignement supérieur et de la recherche (UMR, UMS, EA, etc.). Elle développe en particulier un dispositif technologique permettant le traitement, la conservation, l’accès et l’interopérabilité des données de la recherche s’appuyant sur des services numériques dédiés, une plateforme d’accès unifié (ISIDORE) et une procédure d’archivage à long terme. Dans cette intervention, Stéphane Pouyllau présentera spécifiquement les outils mis en œuvre par la TGIR pour offrir un environnement unifié d’accès aux données et de leur citation à travers le moteur académique Isidore, facilitant ainsi leur réusage à travers plusieurs points d’accès. À travers cette démonstration, l’intervention sera également l’occasion de rappeler la nécessité de suivre les principes du FAIR pour la diffusion des données de la recherche [https://www.ouvrirlascience.fr/fair-principles] et leur réusage.

Les deux interventions de 45 minutes, introduites par Emmanuelle Chapron (UMR TELEMMe) et Véronique Ginouvès (USR3125), seront suivies de discussions avec les participants.

Responsables scientifiques du séminaire : Emmanuelle Chapron (Telemme) et Véronique Ginouvès (USR 3125)

Contact pour information : Véronique Ginouvès veronique.ginouves<at>univ-amu<dot>fr, pour toute information pratique Nacira Abrous : abrous@mmsh.univ-aix.fr

Crédits photographiques : Stuart Strachan, Senior Archivist, National Archives of New Zeland, examines files from the Prime Minister’s Department (1980), cote  ARCH 458 1 / f AR1/8, Licence CC-BY

 

Collections en péril : vols et dégradations sur le patrimoine islamique

Ce texte a été rédigé par Eleonore Belin, préparation aux concours de conservateur du patrimoine, école du Louvre, Sarah Lakhal, doctorante à Sorbonne université et Fanny Roilette, préparation aux concours de conservateur du patrimoine, école du Louvre. Elles ont participé à l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), les Archives nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). Il s’agit du compte rendu de la conférence tenue par Omniya Abdel Barr le 10 juillet 2019, dans le cadre de cette école d’été.

Omniya Abdel Barr est architecte du patrimoine et titulaire d’un doctorat d’Histoire de l’Université d’Aix-Marseille, soutenu en 2015 sous la direction de Sylvie Denoix. Elle se spécialise principalement sur le patrimoine médiéval du Caire, et plus particulièrement sur l’art et l’architecture mamelouks. Actuellement chercheuse-invitée au Victoria & Albert Museum de Londres, elle travaille sur les archives photographiques de K.A C. Creswell. Militant activement pour la protection du patrimoine, elle dirige également un projet de documentation et de restauration sur les minbars mamelouks du Caire auprès de la fondation égyptienne pour le sauvetage du patrimoine.

Son intervention lors de l’école d’été s’est centrée sur la thématique de ces collections en péril. Omniya Abdel Barr insiste notamment sur la connotation négative qu’acquiert de nos jours le terme « islamique ». Les cas de dégradations, de plus en plus récurrents, doivent être étudiés plus largement en fonction du contexte : qui sont les destructeurs ? Pourquoi tel monument est-il endommagé ? Comment faut-il penser la reconstruction ?

Un constat alarmant

La liste des cas de destruction du patrimoine en terre d’Islam est nombreuse et ne cesse de s’allonger. La conférence a été l’occasion pour Omniya Abdel Barr d’en présenter une sélection. Les célèbres Bouddahs de Bamiyan, statues bouddhiques situées en actuel Afghanistan, furent détruits en 2001 par explosion. Elle considère pertinent de s’interroger sur les raisons de leur destruction. Le site, particulièrement touristique, pouvait en effet être une source de revenus pour le pays et, de fait, cet aspect a été étudié puis exploité, par les Talibans. D’un point de vue technique, la destruction n’a pas été simple, car l’explosion aurait pu détruire la montagne, ce qui aurait eu des conséquences sur la population environnante. La destruction des Bouddhas de Bamiyan avait donc pour objectif premier de choquer le monde. Actuellement, l’Afghanistan refuse toute idée de reconstruction, malgré certaines propositions du Japon. L’absence des Bouddhas symbolise désormais la perte d’une identité culturelle et un quotidien pénible.

La statue du grand Bouddha avant et après sa destruction en mars 2001. CC BY-SA 3.0
La statue du grand Bouddha avant et après sa destruction en mars 2001. CC BY-SA 3.0. Wikimedia commons

Un autre cas similaire fut énoncé, celui du Mali et des mausolées de Tombouctou détruits en 2012 par des terroristes. Les rebelles décident de raser au bulldozer seize mausolées classés. Leur discours est clair, il n’y a pas de patrimoine mondial et seuls eux ont le pouvoir sur ces mausolées. Dans un cas comme le Mali, l’objectif est différent de celui de la destruction des Bouddhas. En effet, la destruction des mausolées n’a pas vocation à émouvoir le monde occidental mais illustre les différences sociales d’un pays. Le peuple malien a par ailleurs demandé une reconstruction. L’Unesco s’y est attelé au travers d’un partenariat de plusieurs millions d’euros avec l’Union Européenne, pour le sauvetage des manuscrits et la reconstruction des mausolées.

La liste énoncée par Omniya Abdel Barr n’est cependant pas exhaustive : la bibliothèque de l’Institut Orientale de Sarajevo a perdu en 1992 quinze mille manuscrits arabes, persans, turques et bosniaques à lettres arabes ; le musée de Bagdad fut complètement pillé en 2003 avec sept mille objets rapatriés mais sept mille pièces perdues ; le pont de Mostar qui liait les bosniaques et les croates fut détruit en 1993, etc. Cet enchainement d’exemples ne pourrait qu’alerter sur les conditions de sauvegarde de ce patrimoine et mettre en exergue le fait que ces destructions visent le plus souvent autant à déraciner un peuple qu’à lui voler son héritage. Du fait de ce constat, Omnya Abdel Barr suggère un besoin urgent de plans de sauvegarde.

Le devoir d’alerte

Depuis 2014, le patrimoine irakien est au centre d’une attention toute particulière dans les médias, à travers deux thématiques : les restitutions et le sauvetage des œuvres. La conférence fut l’occasion de citer l’exemple du minaret de la mosquée al-Nuri, à Mossoul, connu pour sa structure penchée en briques. La ville Mossoul est un carrefour connectant deux grandes citées – Samarra et Bagdad. Elle possède des monuments emblématiques des XIIe et XIIIe siècles, grande source de richesse concernant l’architecture de cette époque. Or, le minaret en briques fut détruit le 21 juin 2017 par l’État islamique.

Omniya Abdel Barr rappelle que les archéologues, les architectes et les historiens qui travaillent dans la conservation sont considérés comme les protecteurs de ce patrimoine. Ce sont en effet les premiers à alerter les médias pour prévenir l’arrivée de l’armée et éviter la destruction de ce patrimoine, mais également la vente illicite d’objets issus de ces sites emblématiques. Elle évoque la responsabilité scientifique de ceux qui détiennent ce savoir. De nombreux sites internet et dispositifs numériques sont mis en place afin d’alerter du danger. Elle a cité plusieurs exemples dont Monuments of Mosul in danger et Mosul Eyes.

Les tentatives de sauvetage

Inventorier et documenter les monuments perdus ne dispense toutefois en aucun cas de protéger les vestiges en place. Omniya Abdel Barr a choisi un exemple précis pour illustrer ce propos : celui du Musée d’art islamique du Caire. À la suite d’une explosion le 24 janvier 2014, le musée a subi de nombreux dégât. Bien que l’institution n’ait pas été l’objectif principal de cette explosion, il y a eu de nombreuses pertes, que le personnel de l’établissement n’a pu prévenir en raison d’un manque de formation. Qualifiant cette situation de négligence, la spécialiste rappelle que ces institutions sont responsables du patrimoine. Des objets pillés se retrouvent aujourd’hui sur le marché de l’art, par exemple. Or, en raison de l’absence de rapports de police qui aurait dû être réalisés à la suite des vols, il est impossible pour l’état égyptien de demander à récupérer des œuvres retrouvées ainsi en vente. Par ailleurs, outre les œuvres du musée du Caire, les pillages se font partout : à titre d’exemple, les minbars sont très souvent la cible de vols. Elle cite des chiffres : entre 2008 et 2014, treize minbars furent pillés. Pour tenter de palier à ces difficultés, une base de données des minbars mameluks a par exemple été montée via le Projet : Rescuing the mamluk minbars of Cairo, a documentation and conservation project. L’essentiel de la conférence vise donc à mettre en lumière un élément : si les causes et les modes de dégradations sont différents, le caractère urgent de ces situations mène à lancer de nombreuses initiatives afin de préserver au maximum ce patrimoine culturel matériel en danger.

Le ‘Nagra III’ : proposition d’acquisition pour les collections du Mucem

Pierre Metivier, MucemL’atelier « La recherche en objet » organisé dans le cadre de l’École d’été  « Understanding Mediterranean Collections 2019 »1 a impliqué les participants dans la simulation d’un projet d’acquisition pour les collections du Mucem. L’exercice, qui s’est tenu en présence d’une commission de conservateurs, a suscité une réflexion sur la « collection » in fieri – ou en puissance – par le biais d’un objet susceptible de trouver sa place dans un musée de société. Il s’agissait de proposer une acquisition qui soit en rapport avec le projet scientifique et culturel du musée et d’en documenter le contexte de production, en s’appuyant sur ses propres recherches. Mais comment faire quand on n’est pas spécialiste ? Continuer la lecture

  1. L’école d’été a eu lieu du 8-17 juillet 2019 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme & au MuCEM : https://archivbib.hypotheses.org/615 []

Archives en bibliothèques (XVIe-XXIe siècles)

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence, 14-15 novembre 2019

Programme Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques », Aix-Marseille Université

UMR 7303 Telemme (AMU-CNRS)

École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques

Centre Gabriel Naudé

Jeudi 14 novembre, 14h-18h, salle Duby

Emmanuelle Chapron (AMU), Fabienne Henryot (ENSSIB), Introduction

Pierre Chastang (UVSQ) et Pauline Lemaigre-Gaffier (UVSQ), Archives et bibliothèques du XIIe au XVIIe siècle

Session 1. Travailler, administrer, se présenter en archives

Présidence : Jean Boutier (EHESS)

Anne Ritz-Guilbert (École du Louvre), La collection de François-Roger de Gaignières (1642-1715)

Maxime Martignon (Université Paris Nanterre), Pierre Clairambault en archiviste de la Marine : propositions pour une lecture réflexive du fonds Clairambault de la BnF

Sihem Kchaou (Université de la Manouba), Les manuscrits des Harlay : des greniers de Grosbois au site Richelieu

Isabelle Laboulais (Université de Strasbourg), Publication manuscrite et fabrication de la réputation : les écrits d’Antoine Grimoald Monnet (1734-1817) déposés à la bibliothèque de l’Ecole des mines de Paris

Camille Caparos (AMU), Femmes, archives familiales et bibliothèques (Provence et Avignon, XVIIIe siècle) Continuer la lecture

Le musée-bibliothèque Arbaud

Ce texte a été rédigé par par Beatrice Falcucci,doctorante à l’université de Florence, Erika Carminati, qui a réalisé sa thèse en co-tutelle à l’université de Padoue et à l’EPHE et Angelo Odore,doctorant au Centre Norbert Elias, en cotutelle avec l’université de Teramo. Ils ont participé à l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), les Archives nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).

Le musée-bibliothèque Arbaud se situe dans un hôtel particulier du quartier Mazarin, à Aix-en-Provence. Il doit son nom à son ancien propriétaire, Paul Arbaud (1832-1911), collectionneur et bibliophile, lequel y installa non seulement sa demeure, mais aussi un cabinet de curiosités et sa bibliothèque de livres manuscrits et imprimés. En 1910, un an avant sa mort, Paul Arbaud léguait l’hôtel et ses collections à l’Académie des Sciences, Agriculture, Arts et Belles-Lettres d’Aix, dont il était membre d’honneur.

L’ académie, fondée en 1808, possédait déjà son propre fonds d’ouvrages qu’à partir de 1912 elle fusionna et conserva avec le patrimoine d’Arbaud, donnant ainsi vie à un musée- bibliothèque qui sera enrichi dans les années suivantes grâce à de nouvelles acquisitions et à diverses donations. Le patrimoine muséal est aujourd’hui constitué de nombreux objets d’art tels que des sculptures, des meubles, des céramiques, des dessins et des œuvres graphiques.

La bibliothèque possède un fonds très riche et diversifié d’environ 148 000 pièces : manuscrits et livres imprimés (dont le noyau originel reflète les intérêts d’Arbaud dans les domaines de la culture régionale, de la bibliophilie, des arts en général et des arts décoratifs en particulier, dont la céramique). Le fonds comporte des dossiers d’archives, des documents institutionnels, de la correspondance, ainsi qu’un fonds de publications académiques et de périodiques. Même s’il y a peu de revues vivantes, ce fonds est particulièrement intéressant pour l’abondance des journaux et revues en provençal du XIXe siècle. Une petite partie du fonds documentaire est aujourd’hui cataloguée par l’ABES et consultable sur le catalogue du SUDOC.

Au sein de notre école d’été, le 12 juillet 2019, nous avons eu la possibilité de visiter le musée-bibliothèque et son patrimoine. Grâce à l’accueil de Mme Dominique Mazel, responsable pour l’Académie des Sciences, Agriculture, Arts et Belles-Lettres d’Aix, de la bibliothèque Arbaud, nous avons pu non seulement admirer les intérieurs du bâtiment et ses décorations, mais aussi observer de manière directe plusieurs pièces de la collection d’ouvrages et d’archives. Pour témoigner de hétérogénéité de la collection, on peut citer : une bulle d’Alexandre VI, deux registres de visites pastorales de deux évêques d’Apt du XVIIe siècle, deux livres d’arithmétique du début du XVIIe siècle, deux manuscrits enluminés, un livre d’heures de la fin du XVe siècle et l’Introduction à l’astrologie de Michel Scot (vers 1230).

Le fonds Mirabeau

Nous avons également pu examiner certains documents du fonds Mirabeau. Il s’agit d’un fond privé de la famille Mirabeau légué par Mme de Martel (1849-1932), plus connue sur le pseudonyme de Gyp, femme de lettres, arrière-petite-nièce de Mirabeau et dernière descendante des Riquetti de Mirabeau. Ce fonds familial privé – qui a été donné avec une galerie de 18 portraits des membres de la famille – est très riche et contient des documents fondamentaux non seulement pour l’étude de la personne de Mirabeau, mais aussi pour celui de la vie culturelle, sociale et politique de l’époque. Par exemple, nous avons pu consulter certains documents faisant partie du dossier n° 102 « De l’esclavage et de la traite des Noirs. Lettres de Clarkson (1760-1846) à Mirabeau », lequel inclut aussi un schéma d’un navire négrier avec la disposition, à l’intérieur, des africains déportés.

La Révolution française, l’esclavage et les colonies

Pendant longtemps, la question des relations entre la Révolution en France et les révolutions dans les colonies est restée inexplorée, de même que celle de la présence, ou non, dans la métropole française, d’un courant de pensée et d’action remettant en cause le colonialisme et le système économique, politique et intellectuel qui le produit1. James met en lumière la présence en France, avant et pendant la Révolution, d’un courant de pensée et d’action qui a lié l’anti-esclavagisme à l’anti-colonialisme, qui a pensé, à partir de l’indépendance des États-Unis et des révoltes des esclaves, l’indépendance noire, et qui a donc pensé des relations nouvelles entre les peuples2.

En 1792, Thomas Paine, dans son ouvrage intitulé les Droits de l’homme, proposa un projet très concret de relations nouvelles entre les peuples, anti-belliciste et anticolonialiste, au moment où les processus révolutionnaires en Amérique et en France offraient une occasion qu’il estimait exceptionnellement favorable à la réalisation d’un tel projet. “La Société des Amis des Noirs” réalisait un énorme travail de préparation des débats depuis le début de la Révolution. Cependant, cette Société a trouvé un écho et un relais essentiel dans la “Société des Amis de la Constitution” et dans des clubs de gens de couleur en France et aux Antilles. Il existe encore d’autres lieux : les journaux, par exemple celui de Marat, qui suivit les débats de très près3.

Georges Hardy a consacré un article à Robespierre et la question noire en 1920, qui a nourri l’historiographie jusqu’à aujourd’hui. L’auteur rappelle que la légende thermidorienne contre Robespierre laisse préjuger que les questions coloniales n’auraient pas retenu son attention, à l’exception du débat à l’Assemblée constituante de mai 1791. A partir des discours de Robespierre, G. Hardy élabore la thèse suivante: Robespierre aurait été par principe opposé à la traite, à l’esclavage et à l’aristocratie de l’épiderme et favorable à la conservation des colonies. Ce point étant lié à la thèse selon laquelle Robespierre aurait défendu l’intérêt national entendu comme l’intégrité du domaine français4. Robespierre présenta à la Convention, un projet de déclaration des droits de l’homme et du citoyen, le 24 avril 1793. L’objectif était de construire un pouvoir économique qui n’entrât pas en concurrence avec la vie des êtres humains ; cette économie rejette explicitement toute forme de domination d’un autre peuple, tout comme le projet de Paine5.

Le 24 juin, la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen votée par la Convention était anti-esclavagiste par principe. Toutefois, l’article 18 tint à le préciser : « Tout homme peut engager ses services, son temps ; mais il ne peut se vendre, ni être vendu ; sa personne n’est pas une propriété aliénable. ». Par ailleurs, la Constitution de 1793 n’est pas colonialiste. Elle ne mentionne aucune colonie, ni possession étrangère. Mais dira-t-on, il y avait des députés des colonies au moment de ce vote. Ce n’est alors pas un « oubli » de la part des conventionnels. C’est pensons-nous, une politique clairement exprimée par le texte même de la Constitution et qui prépare la suppression du colonialisme et des possessions étrangères6.

Le 24 janvier 1795, Pelet présenta un rapport sur les colonies. La séance fut ouverte par une députation des gens de couleur de Paris, qui rendirent hommage à la Constitution de 1793. Puis, le rapport Pelet fut discuté. La question était de savoir si l’on allait appliquer le décret du 16 pluviôse dans les colonies de l’océan Indien. Gouly s’y opposa carrément, et développa un projet de conquête de l’Inde. A la suite d’un débat houleux qui dura jusqu’au 13 février, la Convention remit au vote la déclaration du 16 pluviôse en ce qui concernait les colonies de l’océan Indien. Il y eut 482 votants, 304 ont voté pour le maintien de la déclaration du 16 pluviôse, et 178 contre. Ce vote est important, car il remettait en cause une décision de nature constitutionnelle. Exista, alors, un parti ouvertement esclavagiste dans la Convention7.

  1. Y. Benot, La Révolution française et la fin des colonies, 1988 []
  2. C.L.R. James, Les Jacobins noirs : Toussaint-Louverture et la Révolution de Saint-Domingue, 1938 []
  3. C. Mazauric« La Société des amis des Noirs (1788-1799). Contribution à l’histoire de l’abolition de l’esclavage » in Annales historiques de la Révolution française,1999, pp. 554-556. []
  4. G. Hardy, « Robespierre et la question noire » in Annales révolutionnaires, 1920, pp. 357-382. []
  5. J. Piquet « Robespierre et la liberté des noirs en l’an II» in Annales historiques de la Révolution française, 2001, pp. 69-91. []
  6. C. Wanquet, La France et la première abolition de l’esclavage, 1794-1802, 1998 []
  7. C. Wanquet, «Un Jacobin esclavagiste, Benoît Gouly» in Annales historiques de la Révolution française, 1993, pp. 445-46. []

Retour sur l’école d’été « Understanding mediterranean collections » : entretiens avec les participants

Image

L’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). Au moment de sa clôture, Chiara Ghio, réalisatrice audiovisuelle actuellement en Master à l’EHESS dans la mention « Arts, littératures, langages », a recueilli les propos des plusieurs participant.e.s comme trace de leurs impressions et du bilan de leur expérience.

 

MuCEM

 

Entretien avec Ana CHEISHVILI, Angelo ODORE et Mathilde ROMARY

CHIARA : Quels sont vos parcours et pour quelle raison avez-vous été intéressés de participer à l’école d’été ?
 
ANA : Je suis doctorante à l’EHESS au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen à Paris. Je travaille sur les collections archéologiques et ethnographiques issues de missions scientifiques françaises dans le Caucase au XIXème siècle qui sont dispersées dans différentes archives et musées français.
Je trouve que c’était très intéressant de participer à cette école d’été parce que l’enjeu est de voir de quelle manière on étudie les collections en général, c’est à dire les collections en sciences humaines et sociales. Je suis très contente d’être venue et pense que le programme est très riche.

MATHILDE : Je suis doctorante en troisième année à l’université de Lorraine. Je travaille sur les collections de céramiques grecques, étrusques et italiotes dans les universités françaises sous la IIIème République, sous la direction de Sandrine Hubert.
C’est ma directrice de thèse qui a relayé cet appel pour l’école d’été. Et c’est vrai que c’était très intéressant pour moi parce qu’il y a avait toutes ces réflexions autour des collections, qui est un thème central dans ma thèse. Et aussi l’idée de réécrire l’histoire des collections à partir d’archives, parce que c’est vraiment comme ça que je travaille pour réécrire l’histoire des collections universitaires françaises.
Par ailleurs c’est aussi un moyen de s’ouvrir l’esprit en rencontrant d’autres personnes qui ont des conceptions différentes de la collection, qui travaillent aussi sur la Méditerranée mais sur des aires géographiques et des chronologies différentes.
 
ANGELO : Moi je suis doctorant en troisième année de thèse à l’Université de Teramo en cotutelle avec l’EHESS de Marseille et je bosse sur la révolution française à Marseille. Mon projet de thèse essaye de reconstruire des évènements révolutionnaires à partir d’un logiciel, le Système d’Information Géographique (SIG).
Un ami m’a donné le lien pour l’école d’été. Je suis collaborateur en même temps dans le musée d’histoire de Marseille, je suis un des responsables d’une exposition qui aura lieu en mars 2010 ici à Marseille sur la Marseillaise. Et donc un des responsables au musée m’a dit que c’était peut-être l’occasion de rencontrer quelqu’un, de développer mon réseau et de partager mon travail de recherche historique à partir du SIG.
Parce qu’il ne faut pas oublier que le SIG te donne aussi la chance de créer un dispositif muséal, un touch screen qui te donne des informations sur une carte.
 
CHIARA : As-tu rencontré d’autres personnes qui utilisent ce logiciel à l’école d’été ?
 
ANGELO : Non. Ici à l’école d’été apparemment il reste un logiciel inconnu. Mais en fait il est inconnu dans 75% du monde universitaire. Mais j’espère que dans le futur cela changera.
 
CHIARA : Qui produit ce logiciel ?
 
ANGELO : C’est une société américaine qui l’a produit, Esri (Environmental systems research institute), qui est une multinationale. Le logiciel  SIG est un logiciel avec lequel, selon moi, bientôt chaque laboratoire va avoir un ingénieur de recherche qui va travailler avec. Et je ne rigole pas parce que… Je vous donne un exemple : tu imagines Ana ton travail avec un SIG ?
 
ANA : Oui ?
 
ANGELO : Tu as une base de données… La SIG naît pour des raisons hyper simples, c’est un dispositif pour les archéologues. Tu imagines que tu trouves des pièces archéologiques dans différents emplacements.  Normalement tu fais toute ta base de données avec un Excel, mais avec cet Excel tu mets des données sur un tableau qui ne te dit rien. Tu imagines si tu fais du query ? Si tu dis au logiciel est-ce que tu peux me géolocaliser et mettre en évidence les pièces qui ont été construites, pour donner un exemple, entre le V et le VI siècle après JC ? En effet, la géo-visualisation t’aide beaucoup. Parce qu’elle te donne la possibilité de faire des comparaisons et d’avoir des mesures physiques sur la carte. Je donne un autre exemple et après je m’arrête (rires).  Braudel, qui a été le plus grand historien de la Révolution Française, a demandé dans les années ’70 à un archiviste de la Mairie de Marseille de faire la répartition des sessions marseillaises pendant la Révolution Française. Et dans son livre il a dit « nous, malheureusement on a qu’un dixième des sessions une mais un jour j’espère que quelqu’un aura la chance de quantifier ces sessions ». Et nous on peut le faire avec le SIG. Un Google Map du XVIIème siècle. Tu peux calculer la vitesse du trajet d’un cheval qui marche dans la rue, tu peux faire n’importe quoi.
 
CHIARA : Bon, ça te donne des idées pour un site internet une fois que tu finiras ta thèse Ana…
 
ANA : Oui ! Exactement, [haha]. On peut faire un projet de recherche, post-doc…
 
ANGELO : Mais au début c’est assez difficile.
 
CHIARA : Et avez-vous pu rencontrer des gens qui ont retrouvé les mêmes problèmes que vous ou qui travaillent de manière similaire ?
 
ANA : Oui. En fait moi je travaille sur une zone géographique différente de celle du reste des participants mais en même temps en ce qui concerne le traitement des archives des collections… Par exemple Mathilde, comme elle vient de le dire, elle travaille sur les archives des collections des musées universitaires. Et moi, dans ma thèse, j’ai des collections qui ont été données ou offertes au XIXème siècle aux musées universitaires… Donc il y a ce type de croisements entre les sujets des participants. On a toujours des points en commun.
Et surtout pour moi il y avait la possibilité de venir au MuCEM,  qui était une partie manquante dans mon travail. Je n’avais pas encore travaillé sur ses collections. Donc cette école d’été m’a permis de me rapprocher de gens, de les rencontrer et de voir les œuvres du MuCEM. Bref, d’avoir des informations que je vais certainement utiliser.
En plus je pense qu’on a crée un certain réseau entre les participants et puis on va garder le contact. Ce qui est important dans le travail de recherche, après le doctorat aussi.
 
CHIARA : Oui complètement. Et sortir un peu de la solitude (rires).
 
MATHILDE : C’est vrai que ça paraît anecdotique mais c’est bien de pouvoir discuter ensemble des difficultés de la thèse, des moments où on a des problèmes de méthode, de collecte d’archives. Parce qu’Ana et moi on travaille un peu de la même façon même si on a des sujets différents. On collecte des archives parfois pas très bien référencées, parfois on les trouve un peu « par hasard ». Donc on a les mêmes problèmes de méthode et dans la façon de collecter. Et c’est intéressant d’en parler.
Après, il y a plusieurs aspects qui, avec l’école d’été, m’ont permis de résoudre certains problèmes de ma thèse. Ou en tout cas qui sont en correspondance avec mon travail. Par exemple la visite du Musée colonial de Marseille. Ce n’est pas du tout la même discipline que moi, car je travaille sur les collections pour l’archéologie et l’histoire de l’art antique, mais ça pose les mêmes problématiques de revalorisation du patrimoine universitaire. À côté de ma thèse, depuis que je suis en Master, je travaille en collaboration avec ma directrice de thèse, d’autres enseignants et des professionnels du patrimoine à la revalorisation du musée archéologique universitaire de Nancy , donc à toutes ces questions sur les façons de préserver un patrimoine qui aujourd’hui paraît un peu désuet, qui ne sert plus de la même manière à l’enseignement. Ce sont des questions très intéressantes qu’a abordé l’intervenant du Musée colonial.
J’ai aussi discuté avec Maria-Xeni, qui s’intéresse aux musées en Grèce, des politiques d’acquisition et de la constitution des collections en Grèce depuis plusieurs siècles. Comme je m’intéresse à des collections d’objets grecs, au niveau des lois, des collaborations avec les archéologues français, de l’École française d’Athènes, il y a beaucoup de choses qui entrent en résonance avec son sujet. Donc on a eu des discussions très intéressantes là-dessus.
 
ANGELO : Moi aussi j’ai fait un bon réseau. Mais malheureusement je travaille sur des collections historiques et pas sur des collections d’histoire de l’art. Donc plutôt sur histoire de l’armée, l’histoire de la cartographie… Mais l’école était ouverte à d’autres propositions.

Véronique Ginouvès CC-BY

 

Entretien avec Juliette LE GALL et Khaoula MIGHRI

CHIARA : Quels sont vos parcours et par quel biais vous êtes arrivées à l’école d’été ?
 
JULIETTE : De formation littéraire je me suis ensuite intéressée  à l’histoire de l’art. C’est à ce moment là que j’ai eu l’occasion d’étudier certaines collections muséales. On s’intéressait beaucoup à l’histoire des collectionneurs aussi, un domaine que j’ai toujours trouvé très  intéressant.
Ensuite je me suis formée en Humanités numériques, auxquelles recourent de plus en plus des lieux de cultures, en dehors du domaine de la recherche. 
Par rapport à la connaissance de l’école d´été, j’ai eu l’occasion de participer à différents types écoles d’été mais qui étaient davantage en orientées vers les humanités numériques. Il n’y avait pas cette possibilité là de pouvoir étudier dans le même temps l’histoire de l’art, les notions liées au terme de « collection », tout en s’interrogeant sur le cas, notamment des différentes sortes d’archives et de leur traitement numérique.
Donc je me suis dite que pour la suite cela pouvait être très intéressant, tant du point de vue professionnel que personnel de participer à cette école d’été consacrée à  la collection en sciences humaines et sociales, qui permettait d’échanger notamment  du point de technique sur les enjeux liés à la constitution de collections numériques.
 
KHAOULA : De mon côté j’ai fait des études d’architecture et après j’ai poursuivi un Master en archéologie islamique. Actuellement je suis doctorante. Je travaille sur une thèse qui traite le sujet des chapiteaux antiques réemployés dans l’architecture religieuse islamique de la médina de Tunis.
Comme on est redevables comme doctorants de participer à un certain nombre d’écoles doctorales et de conférences, je me suis mise à chercher sur le net une école dont la thématique s’approche de ma mienne.
C’est vrai qu’en général ce n’est pas évident de trouver des manifestations dont les sujets coïncident. Mais quand j’ai trouvé l’annonce et j’ai vu que le sujet traitait des collections je me suis dit, tiens, en fait mon sujet traite sur les collections aussi. Parce que je travaille sur des collections de chapiteaux importantes. J’ai donc pensé que cette école d’été pouvait être intéressante pour mon travail et m’aider énormément.
 
CHIARA : Et cela a été le cas ?
 
KHAOULA : Oui bien sûr. Tout d’abord je ne suis pas très habituée aux archives et au travail de documentation. Je l’ai appris au fur à mesure de mon travail de thèse, toute seule. J’ai été amenée à réaliser le corpus, l’inventaire, faire le tri, localiser, sélectionner, etc… J’ai réalisé tout cela sans avoir conscience que c’est une discipline à part à entière.
Maintenant j’ai une idée plus claire. Et surtout à présent, quand je vois une collection j’ai une idée plus claire sur les différentes étapes de la constitution d’une collection, de quel type sont les différents intervenants et les enjeux qui sont en lien avec la constitution d’une collection.
 
CHIARA : Et dans ton cas aussi Juliette, tu penses que l’école a touché tes centres d’intérêt plus en lien avec la numérisation des archives ?
 
JULIETTE : J’ai eu l’occasion de travailler sur des fonds d’écrits, qui étaient en fait des écrits scientifiques et puis aussi sur des collections patrimoniales. Et par rapport à ce que je souhaite faire par la suite, c’est à dire évoluer vraiment vers un poste d’ingénieur d’études en humanités numériques, on a besoin d’avoir justement des connaissances sur tout ce qui est analyse des sources. Pour ces sources matérielles on peut appliquer aussi des outils numériques. C’est souvent dans le cadre de valorisation numérique de documents, de collections ou des fonds d’écrits. Donc c’était aussi par rapport à ça que je me suis dite que ça pouvait être assez enrichissant en fait. Parce que quand on dit collections, on croit toujours que c’est des collections muséales mais ce n’est pas tout le temps le cas, c’est très varié.
 
CHIARA : Et là Khaoula tu es déjà en fin de thèse ?
 
KHAOULA : Oui, je suis en troisième année donc c’est vrai que j’ai déjà bien avancé dans mon corpus. Mais bon, de toutes façons l’école me permet d’organiser mon travail davantage et d’être consciente sur comment présenter un corpus, un inventaire. Et il y a aussi la question de comment citer les sources. Pour ma thèse cela est très important parce que par exemple j’utilise des photos d’internet, et donc je dois vérifier qui sont les auteurs.
Ici j’ai découvert que je peux utiliser des photos ou des vidéos, comme celles de la base audiovisuelle de Med-Mem où il y a une base numérique très importante… Je ne connaissais pas cette plateforme et à présent je pourrais faire des nouvelles recherches et utiliser ces images dans mon travail de recherche. Ceci est très utile parce que parfois je n’arrive pas à trouver certaines photos. Et là ce sont des bases accessibles et gratuites donc c’est excellent parce que ça résout des problèmes.

Chiara Ghio

 

 

Entretien avec Eric CHABERT, Matteo CIALONE et Zouina AIT SLIMANI

CHIARA : Sur quoi travaillez-vous actuellement et quel est votre lien avec les thématiques de l’école d’été ? Et aussi, avez vous rencontré des personnes qui travaillent sur des sujets similaires ou qui ont des problématiques qui sont proches ?
 
MATTEO : Je suis musicien de formation et ethnomusicologue. Actuellement je suis en première année de thèse à l’Université d’Aix-Marseille sur un projet autour des archives sonores. Il s’agit d’une étude comparative entre deux centres d’archives, en France et en Italie. C’était intéressant pour moi de creuser la question des collections en Méditerranée qui sont tout à fait pertinentes pour mon sujet de thèse.
En particulier la question de comment organiser des collections au niveau technique. Comment tirer des collections à partir de ces centres d’archives.
Là je finis l’école d’été avec un enrichissement profond, notamment grâce à la possibilité d’échange avec d’autres disciplines.
Et aussi grâce à l’exercice proposé par le MUCEM, qui était de présenter un projet d’acquisition pour leurs collections permanente, en lien avec notre projet de recherche.
 
ERIC : Pour ma part je travaille dans un autre secteur que celui Matteo, puisque je suis historien de formation et archéologue. Je suis actuellement en doctorat sur l’histoire et l’anthropologie des mondes anciens à Chypre.
Plus particulièrement sur la période de transition entre les royaumes autochtones et la prise de pouvoir de structures plus grosses, au début de l’époque hellénistique.

Comme Matteo l’a dit, je rencontre dans ma recherche des collections, notamment archéologiques, sur lesquelles je vais devoir baser une partie de mon étude.

Tout ce questionnement sur la collection en Méditerranée et sa constitution, sa valorisation et sa mise en avant mémorielle pose des problèmes d’accès à la matière dans mon sujet. C’est à dire que certains aspects de l’Histoire sont préférés à d’autres. Dans ce sens, l’histoire de Chypre au XXème siècle accentue d’autant plus cet aspect là.

Dans le cadre de cette école d’été, c’est un problème que j’ai retrouvé dans les travaux d’autres personnes. Déjà cela est rassurant parce que l’on se dit qu’on est moins seul et isolé face à un corpus, des collections, de la matière sur laquelle on travaille, qui est elle même investie de tout un poids qu’elle ne devrait par avoir. Parce que c’est censé être des matériaux scientifiques sur lequel on devrait pouvoir s’appuyer.

Il y a au moins deux personnes ayant participé à l’école d’été qui sont sur des sujets similaires ou approchants du mien, ce qui a fait que certains échanges on été plus denses avec eux.

Mais ces problématiques politiques dont j’ai parlé et qui se retrouvent dans d’autres travaux très différents permettent aussi d’être plus tentaculaire. D’aller voir ce qui se passe dans d’autres périodes historiques, ou en histoire de l’art. Et ceci a été vraiment très enrichissant parce que ça m’a permis de me repositionner vis à vis de mes sources et de leur gestion donc je suis très content.


ZOUINA : De mon côté je suis doctorante en histoire de l’art à l’École Normale Supérieure en cotutelle avec l’Université de Genève. Je travaille sur l’histoire de la critique d’art irakienne des années 1940 jusqu’à la fin années 1970. C’est ce qui correspond au début des modernités artistiques en Irak.

Compte tenu du caractère récent de la naissance des arts plastiques irakiens, les écrits sur l’art sont majoritairement postérieurs aux années cinquante. Stimulés dès le début des années 1960, ils sont d’abord limités à de simples articles de presse publiés dans les journaux et les revues littéraires, pour prendre par la suite la forme d’ouvrages qui traitent des questions critiques et des théories esthétiques. Ils seront édités pour la plupart en langue arabe sous l’égide du Ministère de la Culture et de l’Information irakien. Le nombre de publications va augmenter à partir des années 1970.

La question des collections c’est posée à moi d’abord depuis un point de vue très simple : l’accès aux sources, plus spécifiquement celles relevant de l’histoire de l’art, apparait comme le problème majeur de ma recherche.

Comment travailler sur des œuvres qui sont décrites dans les textes et auxquelles je ne peux pas y accéder ?

La cause de cette situation est liée à l’histoire récente de l’Irak. Notamment avec l’invasion de 2003 où il y a eu toute une partie des archives d’art plastique, conservés entre le Saddam Art Center, l’Académie des beaux-arts de Bagdad ainsi que le Musée National de la ville de Bagdad, l’ensemble des ces archives y compris les œuvres ont étaient a été dispersée, volée, détruite… Ce sont des questions sur lesquelles on n’a pas encore des réponses.

L’objectif premier de ma participation à cette école d’été sur les collections et la méditerranée c’était de pouvoir approfondir et acquérir des définitions spécifiques correspondant à une recherche sur des aires géographiques extra européennes. C’est à dire comment moi je peux définir les archives auxquelles j’ai accès, en sachant qu’il faut penser toutes les terminologies différemment, dans la mesure ou les histoires des collections irakiennes différents de ce que l’on a l’habitude de voir dans les musées et les bibliothèques occidentales.

Cette école d’été m’a permis de confronter mes recherches a d’autres recherches, de trouver des points communs et de comparaison avec quelques participants qui se trouve face aux mêmes problématiques de recherches quant à la question des collections et leurs exploitation en tant que sources et matériaux de recherches.

Le profil des doctorants et des professionnels qui nous ont été donnés à voir pendant cette école doctorale m’ont permis à la fois d’ouvrir ma réflexion vers d’autres champs disciplinaires mais aussi à cibler la meilleure approche pour présenter mon travail à un public occidentale.

Véronique Ginouvès CC-BY

 

        Entretien avec Maria-Xeni GAREZOU

CHIARA : Qu’est ce qui t’a amenée à participer de l’école d´été ?
 
MARIA-XENI: Je suis archéologue de formation. Et en même temps je fais la gestion de la culture. Je travaille au ministère de la culture grec depuis vingt-quatre ans. Donc j’ai quand même une expérience assez prolongée parce que j’ai eu des postes différents au sein de l’institution.
Les deux derniers étaient en lien avec les musées et l’inventaire. Donc si tu veux le sujet du séminaire étaient vraiment en lien avec mes intérêts professionnels et personnels.
Parce que j’adore les musées, les expositions, les collections. C’est une chose que j’aime. J’aime visiter les musés, j’aime la peinture, l’art, etc.
J’ai trouvé le sujet de l’école d’été, l’histoire des collections et l’histoire des musées, hyper intéressant.
En plus je voulais voir comment on fait les choses en France. Voir les différentes possibilités.
Le fait qu’il y avait des personnes d’âges très différents et de provenances très différentes a été aussi très enrichissant.
Je voulais découvrir voilà, j’étais curieuse. La curiosité est le mot clé.
 
CHIARA : Est-ce que tu as pu rencontrer des personnes qui travaillent sur des collections ou des questions qui sont en consonance avec ton travail?
 
MARIA-XENI: Oui. Tout ce qui est en lien avec l’inventaire, l’image de données numériques c’est mon travail habituel. Pour les collections c’est les musées. Mais ces questions sont en fait reliées parce que l’inventaire constitue en grande partie les collections de musées.
Donc comme tout le monde qui travaille ici, même si la chronologie est différente, ça n’a pas d’importance parce que la problématique reste la même.
 
CHIARA : Comment tu as eu l’annonce de l’école d’été ?
 
MARIA-XENI: Je l’ai vu dans le Facebook du MuCEM. Il y a des choses dans la vie qui te sautent dessus… Mais j’ai eu comme un déclic. À cause du MuCEM aussi parce que j’en avais entendu parler et j’étais très intéressée de le connaître.

Véronique Ginouvès CC-BY