Le fonds Pierre Pansier – Avignon

Le fonds du docteur Pierre Pansier (1864-1934) est actuellement conservé à la Médiathèque Ceccano d’Avignon. Issu d’un legs, il constitue un ensemble particulièrement riche pour l’étude de l’histoire de la médecine et du Comtat Venaissin. Il est également révélateur des pratiques érudites d’un médecin au début du XXsiècle.

Le Docteur Pierre Pansier (1864-1934)

 

Lire la suite

Parcours professionnel : entre livres, archives et données

Le projet Archives en bibliothèques est le fruit d’une collaboration entre chercheurs et professionnels de l’information. Il y a quelques semaines, Emmanuelle Chapron, historienne et porteuse du projet, a publié dans ce carnet un billet introspectif sous le titre : Regardez-moi dans les papiers. Elle tente d’y éclaircir la façon dont elle organise ses papiers, – comme enseignante-chercheure – pour ce qu’ils disent non seulement de ses manières de travailler, mais aussi de s’archiver, plus ou moins consciemment. Elle y esquisse aussi le sort que ces papiers peuvent recevoir sous le régime numérique. A vous de le découvrir ; il est plaisant, réflexif et il et donne des outils pour mieux comprendre le regard que nous portons sur l’archivage. Lire la suite

Regardez-moi dans les papiers

Dans mon mémoire d’ego-histoire, Travailler avec les livres, XVIIIe-XXIe siècle, j’avais tenté un auto-portrait en forme de bibliothèque. Je voudrais décaler l’exercice vers les papiers, vers ce qu’ils disent non seulement de mes manières de travailler, mais aussi de m’archiver, plus ou moins consciemment. Non que mon cas soit particulièrement intéressant : mais cette réflexivité participe de l’attention portée depuis deux décennies aux archives des chercheurs et au sort qu’elles peuvent connaître en régime numérique.

 

. Lire la suite

Archives en bibliothèques : les Richesses des bibliothèques provinciales (1932)

En 1932, la parution des Richesses des bibliothèques provinciales de France marque un jalon important dans la tradition des guides illustrés des trésors des bibliothèques françaises. Rédigés avec le concours des bibliothécaires, les deux volumes rassemblent une série de notices qui retracent brièvement l’histoire et recensent les principales collections, œuvres d’art, manuscrits, imprimés rares, belles reliures, dessins et gravures, collections de monnaies et médailles, fonds locaux et spécialités des bibliothèques provinciales françaises[1]. L’architecte de l’entreprise, Pol Neveux, a été inspecteur général des bibliothèques entre 1902 et 1935 ; c’est aussi l’un des artisans de la loi du 20 juillet 1931 qui, l’année précédente, avait organisé les bibliothèques municipales en trois catégories, dont la première est celle des bibliothèques classées[2].

Dans sa volonté d’embrasser la diversité des « trésors » des bibliothèques, l’ouvrage constitue un instrument de repérage commode des « archives en bibliothèques », dont on peut distinguer trois types : les bibliothèques utilisées comme lieu de conservation des archives municipales ; les pièces d’archives conservées dans les fonds anciens des bibliothèques, souvent à l’intérieur de fonds érudits des XVIIIe-XIXe siècles ; des archives individuelles, de savants ou d’écrivains. Lire la suite

Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels. MMSH, Aix-en-Provence, 5-6 juillet 2018

Ces journées d’étude constituent la deuxième rencontre du projet Archives en bibliothèque. Elles s’intéressent aux papiers savants, entendus comme l’ensemble des documents de toute nature produits ou rassemblés par un savant (de l’érudit du XVIIe siècle au chercheur du XXIe siècle), qui sont aujourd’hui conservés dans des bibliothèques. Elles questionnent la façon dont la bibliothèque « archive » ce qui a déjà été, d’une certaine manière, archivé par le savant et à rebours évaluent la possibilité de « remonter l’archive », en identifiant les enjeux et les méthodes d’une histoire régressive de ces fonds. Lire la suite

Papiers Séguier – Nîmes

Une partie importante du fonds ancien, manuscrit et imprimé, de la bibliothèque municipale Carré d’Art de Nîmes, provient du legs du savant Jean-François Séguier (1703-1784), botaniste et antiquaire. L’ensemble fournit un observatoire très riche des façons de faire des savants du XVIIIe siècle, ainsi que des pratiques bibliothécaires du XIXe siècle.

« Le chaos de mes papiers »

Hôtel Séguier, Nîmes, vue du jardin (crédits photographiques François Pugnière)

Après vingt ans passés à Vérone auprès du marquis Maffei, Séguier rentre à Nîmes en 1756. En 1772, il installe ses livres et ses collections de fossiles, de médailles et d’inscriptions antiques, dans une maison avec jardin qu’il a commencé à faire construire quelques années plus tôt, hors les murs de la vieille ville. La bibliothèque, les collections de manuscrits, de gravures, de cartes et de plans sont placées dans une des quatre pièces du rez-de-chaussée, « d’une douzaine de pieds en carré », d’après le témoignage du voyageur Joseph Raby[1]. C’est à cette époque que l’ensemble se stabilise et que l’on peut observer les pratiques d’archivage de Séguier. Lire la suite

Archives en bibliothèques

« Archives en bibliothèques » s’intéresse à ce qui, dans les bibliothèques, n’est pas du livre – mais des boîtes, des cartons, des pochettes contenant des lettres, des notes, des carnets, des manuscrits, des agendas, parfois des photographies, tout un matériel qui trouve sa cohérence dans l’activité de l’individu ou de la famille qui les a rassemblés, et qui constitue, à proprement parler, des « archives ». Ces « fonds » sont nombreux dans nos bibliothèques, particulièrement à la Bibliothèque nationale, mais aussi dans les bibliothèques des grands établissements, les bibliothèques municipales et les bibliothèques des laboratoires de recherche, qui accueillent – de plus en plus – les archives données ou léguées par les chercheurs.

Lire la suite