Une école d’été pour penser les collections méditerranéennes : Understanding Mediterranean Collections, 8-17 juillet 2019, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme & Mucem.

Mis en avant

Rouleau d'archives aux ANOM, photographié en réserve le 8 juillet 2019La collection est un objet qui paraît aller de soi pour les chercheurs en sciences humaines et sociales. C’est en tout cas un objet de recherche bien identifié, qui constitue le thème de nombreux ouvrages et manifestations scientifiques1. Il est le plus souvent abordé au prisme d’une histoire sociale, culturelle et parfois économique des collections et des collectionneurs, dans la lignée des travaux ouverts par l’historien Krzysztof Pomian dans les années 1980. Il s’agit alors d’interroger les compétences culturelles et les dispositions sociales nécessaires pour s’engager dans le collectionnisme, les réseaux marchands et sociaux mobilisés pour rassembler les spécimens, les pratiques savantes dont les collections sont le lieu, leur institutionnalisation lorsque la collection devient musée ou bibliothèque municipale. Tout en mettant en valeur les collections méditerranéennes, le propos de l’école d’été Understanding Mediterranean Collections n’était pas d’être une immense visite guidée. Il était plutôt de faire de la collection, non seulement un objet d’étude commun aux historiens, aux historiens d’art, aux sociologues ou aux anthropologues, mais aussi une échelle d’analyse partagée par les chercheurs en sciences humaines et sociales.

Le projet partait d’un constat simple : les chercheurs travaillent sur des objets (manuscrits, œuvres d’art, artéfacts, vestiges archéologiques) sans toujours s’interroger sur les collections où ces objets sont conservés et d’où ils sont tirés pour être soumis au travail de l’analyse. Or la collection n’est pas seulement une grande boîte où se trouvent les objets : c’est le résultat d’opérations de sélection, de tri, d’organisation qui contribuent à donner un sens aux objets. Ce processus de sémantisation, devenu intrinsèque à l’objet étudié, est souvent oublié des chercheurs. Qu’un enregistrement oral, un incunable ou un vestige archéologique provienne de telle ou telle collection n’est pas simplement une métadonnée de son histoire, mais participe à l’interprétation scientifique qu’on peut lui donner2. La collection est un dispositif qui produit des canons, et ce d’autant plus qu’elle n’est jamais seule dans son genre. Or c’est à partir de ces répertoires que les chercheurs travaillent, d’où l’importance de s’interroger sur la manière dont ils ont été constitués.

COLLECTION de chaises égyptiennes

Continuer la lecture

  1. Le 145e Congrès national des sociétés savantes, qui aura lieu à Nantes en 2020, aura pour thème « Collecter, collectionner, conserver ». []
  2. Dominique Poulot soulignait que les œuvres d’art qu’on trouve aujourd’hui dans les musées occidentaux correspondent assez bien à celles que l’on trouve décrites dans les Vies des meilleurs peintres écrites par Giorgio Vasari au 16e siècle. À partir de cette époque, l’ouvrage a fonctionné comme un filtre, en guidant le choix des collectionneurs, avec une très grande efficacité, puisque, aujourd’hui, beaucoup de peintres mineurs de la Renaissance ne sont connus que par les documents d’archives. Toute leur production a disparu parce qu’elle n’a jamais été collectionnée. []

Retour sur l’école d’été “Understanding medtierranean collections” : entretiens avec les participants

Image

L’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). Au moment de sa clôture, Chiara Ghio, réalisatrice audiovisuelle actuellement en Master à l’EHESS dans la mention “Arts, littératures, langages”, a recueilli les propos des plusieurs participant.e.s comme trace de leurs impressions et du bilan de leur expérience.

 

MuCEM

 

Entretien avec Ana CHEISHVILI, Angelo ODORE et Mathilde ROMARY

CHIARA : Quels sont vos parcours et pour quelle raison avez-vous été intéressés de participer à l’école d’été ?
 
ANA : Je suis doctorante à l’EHESS au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen à Paris. Je travaille sur les collections archéologiques et ethnographiques issues de missions scientifiques françaises dans le Caucase au XIXème siècle qui sont dispersées dans différentes archives et musées français.
Je trouve que c’était très intéressant de participer à cette école d’été parce que l’enjeu est de voir de quelle manière on étudie les collections en général, c’est à dire les collections en sciences humaines et sociales. Je suis très contente d’être venue et pense que le programme est très riche.

MATHILDE : Je suis doctorante en troisième année à l’université de Lorraine. Je travaille sur les collections de céramiques grecques, étrusques et italiotes dans les universités françaises sous la IIIème République, sous la direction de Sandrine Hubert.
C’est ma directrice de thèse qui a relayé cet appel pour l’école d’été. Et c’est vrai que c’était très intéressant pour moi parce qu’il y a avait toutes ces réflexions autour des collections, qui est un thème central dans ma thèse. Et aussi l’idée de réécrire l’histoire des collections à partir d’archives, parce que c’est vraiment comme ça que je travaille pour réécrire l’histoire des collections universitaires françaises.
Par ailleurs c’est aussi un moyen de s’ouvrir l’esprit en rencontrant d’autres personnes qui ont des conceptions différentes de la collection, qui travaillent aussi sur la Méditerranée mais sur des aires géographiques et des chronologies différentes.
 
ANGELO : Moi je suis doctorant en troisième année de thèse à l’Université de Teramo en cotutelle avec l’EHESS de Marseille et je bosse sur la révolution française à Marseille. Mon projet de thèse essaye de reconstruire des évènements révolutionnaires à partir d’un logiciel, le Système d’Information Géographique (SIG).
Un ami m’a donné le lien pour l’école d’été. Je suis collaborateur en même temps dans le musée d’histoire de Marseille, je suis un des responsables d’une exposition qui aura lieu en mars 2010 ici à Marseille sur la Marseillaise. Et donc un des responsables au musée m’a dit que c’était peut-être l’occasion de rencontrer quelqu’un, de développer mon réseau et de partager mon travail de recherche historique à partir du SIG.
Parce qu’il ne faut pas oublier que le SIG te donne aussi la chance de créer un dispositif muséal, un touch screen qui te donne des informations sur une carte.
 
CHIARA : As-tu rencontré d’autres personnes qui utilisent ce logiciel à l’école d’été ?
 
ANGELO : Non. Ici à l’école d’été apparemment il reste un logiciel inconnu. Mais en fait il est inconnu dans 75% du monde universitaire. Mais j’espère que dans le futur cela changera.
 
CHIARA : Qui produit ce logiciel ?
 
ANGELO : C’est une société américaine qui l’a produit, Esri (Environmental systems research institute), qui est une multinationale. Le logiciel  SIG est un logiciel avec lequel, selon moi, bientôt chaque laboratoire va avoir un ingénieur de recherche qui va travailler avec. Et je ne rigole pas parce que… Je vous donne un exemple : tu imagines Ana ton travail avec un SIG ?
 
ANA : Oui ?
 
ANGELO : Tu as une base de données… La SIG naît pour des raisons hyper simples, c’est un dispositif pour les archéologues. Tu imagines que tu trouves des pièces archéologiques dans différents emplacements.  Normalement tu fais toute ta base de données avec un Excel, mais avec cet Excel tu mets des données sur un tableau qui ne te dit rien. Tu imagines si tu fais du query ? Si tu dis au logiciel est-ce que tu peux me géolocaliser et mettre en évidence les pièces qui ont été construites, pour donner un exemple, entre le V et le VI siècle après JC ? En effet, la géo-visualisation t’aide beaucoup. Parce qu’elle te donne la possibilité de faire des comparaisons et d’avoir des mesures physiques sur la carte. Je donne un autre exemple et après je m’arrête (rires).  Braudel, qui a été le plus grand historien de la Révolution Française, a demandé dans les années ’70 à un archiviste de la Mairie de Marseille de faire la répartition des sessions marseillaises pendant la Révolution Française. Et dans son livre il a dit « nous, malheureusement on a qu’un dixième des sessions une mais un jour j’espère que quelqu’un aura la chance de quantifier ces sessions ». Et nous on peut le faire avec le SIG. Un Google Map du XVIIème siècle. Tu peux calculer la vitesse du trajet d’un cheval qui marche dans la rue, tu peux faire n’importe quoi.
 
CHIARA : Bon, ça te donne des idées pour un site internet une fois que tu finiras ta thèse Ana…
 
ANA : Oui ! Exactement, [haha]. On peut faire un projet de recherche, post-doc…
 
ANGELO : Mais au début c’est assez difficile.
 
CHIARA : Et avez-vous pu rencontrer des gens qui ont retrouvé les mêmes problèmes que vous ou qui travaillent de manière similaire ?
 
ANA : Oui. En fait moi je travaille sur une zone géographique différente de celle du reste des participants mais en même temps en ce qui concerne le traitement des archives des collections… Par exemple Mathilde, comme elle vient de le dire, elle travaille sur les archives des collections des musées universitaires. Et moi, dans ma thèse, j’ai des collections qui ont été données ou offertes au XIXème siècle aux musées universitaires… Donc il y a ce type de croisements entre les sujets des participants. On a toujours des points en commun.
Et surtout pour moi il y avait la possibilité de venir au MuCEM,  qui était une partie manquante dans mon travail. Je n’avais pas encore travaillé sur ses collections. Donc cette école d’été m’a permis de me rapprocher de gens, de les rencontrer et de voir les œuvres du MuCEM. Bref, d’avoir des informations que je vais certainement utiliser.
En plus je pense qu’on a crée un certain réseau entre les participants et puis on va garder le contact. Ce qui est important dans le travail de recherche, après le doctorat aussi.
 
CHIARA : Oui complètement. Et sortir un peu de la solitude (rires).
 
MATHILDE : C’est vrai que ça paraît anecdotique mais c’est bien de pouvoir discuter ensemble des difficultés de la thèse, des moments où on a des problèmes de méthode, de collecte d’archives. Parce qu’Ana et moi on travaille un peu de la même façon même si on a des sujets différents. On collecte des archives parfois pas très bien référencées, parfois on les trouve un peu « par hasard ». Donc on a les mêmes problèmes de méthode et dans la façon de collecter. Et c’est intéressant d’en parler.
Après, il y a plusieurs aspects qui, avec l’école d’été, m’ont permis de résoudre certains problèmes de ma thèse. Ou en tout cas qui sont en correspondance avec mon travail. Par exemple la visite du Musée colonial de Marseille. Ce n’est pas du tout la même discipline que moi, car je travaille sur les collections pour l’archéologie et l’histoire de l’art antique, mais ça pose les mêmes problématiques de revalorisation du patrimoine universitaire. À côté de ma thèse, depuis que je suis en Master, je travaille en collaboration avec ma directrice de thèse, d’autres enseignants et des professionnels du patrimoine à la revalorisation du musée archéologique universitaire de Nancy , donc à toutes ces questions sur les façons de préserver un patrimoine qui aujourd’hui paraît un peu désuet, qui ne sert plus de la même manière à l’enseignement. Ce sont des questions très intéressantes qu’a abordé l’intervenant du Musée colonial.
J’ai aussi discuté avec Maria-Xeni, qui s’intéresse aux musées en Grèce, des politiques d’acquisition et de la constitution des collections en Grèce depuis plusieurs siècles. Comme je m’intéresse à des collections d’objets grecs, au niveau des lois, des collaborations avec les archéologues français, de l’École française d’Athènes, il y a beaucoup de choses qui entrent en résonance avec son sujet. Donc on a eu des discussions très intéressantes là-dessus.
 
ANGELO : Moi aussi j’ai fait un bon réseau. Mais malheureusement je travaille sur des collections historiques et pas sur des collections d’histoire de l’art. Donc plutôt sur histoire de l’armée, l’histoire de la cartographie… Mais l’école était ouverte à d’autres propositions.

Véronique Ginouvès CC-BY

 

Entretien avec Juliette LE GALL et Khaoula MIGHRI

CHIARA : Quels sont vos parcours et par quel biais vous êtes arrivées à l’école d’été ?
 
JULIETTE : De formation littéraire je me suis ensuite intéressée  à l’histoire de l’art. C’est à ce moment là que j’ai eu l’occasion d’étudier certaines collections muséales. On s’intéressait beaucoup à l’histoire des collectionneurs aussi, un domaine que j’ai toujours trouvé très  intéressant.
Ensuite je me suis formée en Humanités numériques, auxquelles recourent de plus en plus des lieux de cultures, en dehors du domaine de la recherche. 
Par rapport à la connaissance de l’école d´été, j’ai eu l’occasion de participer à différents types écoles d’été mais qui étaient davantage en orientées vers les humanités numériques. Il n’y avait pas cette possibilité là de pouvoir étudier dans le même temps l’histoire de l’art, les notions liées au terme de « collection », tout en s’interrogeant sur le cas, notamment des différentes sortes d’archives et de leur traitement numérique.
Donc je me suis dite que pour la suite cela pouvait être très intéressant, tant du point de vue professionnel que personnel de participer à cette école d’été consacrée à  la collection en sciences humaines et sociales, qui permettait d’échanger notamment  du point de technique sur les enjeux liés à la constitution de collections numériques.
 
KHAOULA : De mon côté j’ai fait des études d’architecture et après j’ai poursuivi un Master en archéologie islamique. Actuellement je suis doctorante. Je travaille sur une thèse qui traite le sujet des chapiteaux antiques réemployés dans l’architecture religieuse islamique de la médina de Tunis.
Comme on est redevables comme doctorants de participer à un certain nombre d’écoles doctorales et de conférences, je me suis mise à chercher sur le net une école dont la thématique s’approche de ma mienne.
C’est vrai qu’en général ce n’est pas évident de trouver des manifestations dont les sujets coïncident. Mais quand j’ai trouvé l’annonce et j’ai vu que le sujet traitait des collections je me suis dit, tiens, en fait mon sujet traite sur les collections aussi. Parce que je travaille sur des collections de chapiteaux importantes. J’ai donc pensé que cette école d’été pouvait être intéressante pour mon travail et m’aider énormément.
 
CHIARA : Et cela a été le cas ?
 
KHAOULA : Oui bien sûr. Tout d’abord je ne suis pas très habituée aux archives et au travail de documentation. Je l’ai appris au fur à mesure de mon travail de thèse, toute seule. J’ai été amenée à réaliser le corpus, l’inventaire, faire le tri, localiser, sélectionner, etc… J’ai réalisé tout cela sans avoir conscience que c’est une discipline à part à entière.
Maintenant j’ai une idée plus claire. Et surtout à présent, quand je vois une collection j’ai une idée plus claire sur les différentes étapes de la constitution d’une collection, de quel type sont les différents intervenants et les enjeux qui sont en lien avec la constitution d’une collection.
 
CHIARA : Et dans ton cas aussi Juliette, tu penses que l’école a touché tes centres d’intérêt plus en lien avec la numérisation des archives ?
 
JULIETTE : J’ai eu l’occasion de travailler sur des fonds d’écrits, qui étaient en fait des écrits scientifiques et puis aussi sur des collections patrimoniales. Et par rapport à ce que je souhaite faire par la suite, c’est à dire évoluer vraiment vers un poste d’ingénieur d’études en humanités numériques, on a besoin d’avoir justement des connaissances sur tout ce qui est analyse des sources. Pour ces sources matérielles on peut appliquer aussi des outils numériques. C’est souvent dans le cadre de valorisation numérique de documents, de collections ou des fonds d’écrits. Donc c’était aussi par rapport à ça que je me suis dite que ça pouvait être assez enrichissant en fait. Parce que quand on dit collections, on croit toujours que c’est des collections muséales mais ce n’est pas tout le temps le cas, c’est très varié.
 
CHIARA : Et là Khaoula tu es déjà en fin de thèse ?
 
KHAOULA : Oui, je suis en troisième année donc c’est vrai que j’ai déjà bien avancé dans mon corpus. Mais bon, de toutes façons l’école me permet d’organiser mon travail davantage et d’être consciente sur comment présenter un corpus, un inventaire. Et il y a aussi la question de comment citer les sources. Pour ma thèse cela est très important parce que par exemple j’utilise des photos d’internet, et donc je dois vérifier qui sont les auteurs.
Ici j’ai découvert que je peux utiliser des photos ou des vidéos, comme celles de la base audiovisuelle de Med-Mem où il y a une base numérique très importante… Je ne connaissais pas cette plateforme et à présent je pourrais faire des nouvelles recherches et utiliser ces images dans mon travail de recherche. Ceci est très utile parce que parfois je n’arrive pas à trouver certaines photos. Et là ce sont des bases accessibles et gratuites donc c’est excellent parce que ça résout des problèmes.

Chiara Ghio

 

 

Entretien avec Eric CHABERT, Matteo CIALONE et Zouina AIT SLIMANI

CHIARA : Sur quoi travaillez-vous actuellement et quel est votre lien avec les thématiques de l’école d’été ? Et aussi, avez vous rencontré des personnes qui travaillent sur des sujets similaires ou qui ont des problématiques qui sont proches ?
 
MATTEO : Je suis musicien de formation et ethnomusicologue. Actuellement je suis en première année de thèse à l’Université d’Aix-Marseille sur un projet autour des archives sonores. Il s’agit d’une étude comparative entre deux centres d’archives, en France et en Italie. C’était intéressant pour moi de creuser la question des collections en Méditerranée qui sont tout à fait pertinentes pour mon sujet de thèse.
En particulier la question de comment organiser des collections au niveau technique. Comment tirer des collections à partir de ces centres d’archives.
Là je finis l’école d’été avec un enrichissement profond, notamment grâce à la possibilité d’échange avec d’autres disciplines.
Et aussi grâce à l’exercice proposé par le MUCEM, qui était de présenter un projet d’acquisition pour leurs collections permanente, en lien avec notre projet de recherche.
 
ERIC : Pour ma part je travaille dans un autre secteur que celui Matteo, puisque je suis historien de formation et archéologue. Je suis actuellement en doctorat sur l’histoire et l’anthropologie des mondes anciens à Chypre.
Plus particulièrement sur la période de transition entre les royaumes autochtones et la prise de pouvoir de structures plus grosses, au début de l’époque hellénistique.

Comme Matteo l’a dit, je rencontre dans ma recherche des collections, notamment archéologiques, sur lesquelles je vais devoir baser une partie de mon étude.

Tout ce questionnement sur la collection en Méditerranée et sa constitution, sa valorisation et sa mise en avant mémorielle pose des problèmes d’accès à la matière dans mon sujet. C’est à dire que certains aspects de l’Histoire sont préférés à d’autres. Dans ce sens, l’histoire de Chypre au XXème siècle accentue d’autant plus cet aspect là.

Dans le cadre de cette école d’été, c’est un problème que j’ai retrouvé dans les travaux d’autres personnes. Déjà cela est rassurant parce que l’on se dit qu’on est moins seul et isolé face à un corpus, des collections, de la matière sur laquelle on travaille, qui est elle même investie de tout un poids qu’elle ne devrait par avoir. Parce que c’est censé être des matériaux scientifiques sur lequel on devrait pouvoir s’appuyer.

Il y a au moins deux personnes ayant participé à l’école d’été qui sont sur des sujets similaires ou approchants du mien, ce qui a fait que certains échanges on été plus denses avec eux.

Mais ces problématiques politiques dont j’ai parlé et qui se retrouvent dans d’autres travaux très différents permettent aussi d’être plus tentaculaire. D’aller voir ce qui se passe dans d’autres périodes historiques, ou en histoire de l’art. Et ceci a été vraiment très enrichissant parce que ça m’a permis de me repositionner vis à vis de mes sources et de leur gestion donc je suis très content.


ZOUINA : De mon côté je suis doctorante en histoire de l’art à l’École Normale Supérieure en cotutelle avec l’Université de Genève. Je travaille sur l’histoire de la critique d’art irakienne des années 1940 jusqu’à la fin années 1970. C’est ce qui correspond au début des modernités artistiques en Irak.

Compte tenu du caractère récent de la naissance des arts plastiques irakiens, les écrits sur l’art sont majoritairement postérieurs aux années cinquante. Stimulés dès le début des années 1960, ils sont d’abord limités à de simples articles de presse publiés dans les journaux et les revues littéraires, pour prendre par la suite la forme d’ouvrages qui traitent des questions critiques et des théories esthétiques. Ils seront édités pour la plupart en langue arabe sous l’égide du Ministère de la Culture et de l’Information irakien. Le nombre de publications va augmenter à partir des années 1970.

La question des collections c’est posée à moi d’abord depuis un point de vue très simple : l’accès aux sources, plus spécifiquement celles relevant de l’histoire de l’art, apparait comme le problème majeur de ma recherche.

Comment travailler sur des œuvres qui sont décrites dans les textes et auxquelles je ne peux pas y accéder ?

La cause de cette situation est liée à l’histoire récente de l’Irak. Notamment avec l’invasion de 2003 où il y a eu toute une partie des archives d’art plastique, conservés entre le Saddam Art Center, l’Académie des beaux-arts de Bagdad ainsi que le Musée National de la ville de Bagdad, l’ensemble des ces archives y compris les œuvres ont étaient a été dispersée, volée, détruite… Ce sont des questions sur lesquelles on n’a pas encore des réponses.

L’objectif premier de ma participation à cette école d’été sur les collections et la méditerranée c’était de pouvoir approfondir et acquérir des définitions spécifiques correspondant à une recherche sur des aires géographiques extra européennes. C’est à dire comment moi je peux définir les archives auxquelles j’ai accès, en sachant qu’il faut penser toutes les terminologies différemment, dans la mesure ou les histoires des collections irakiennes différents de ce que l’on a l’habitude de voir dans les musées et les bibliothèques occidentales.

Cette école d’été m’a permis de confronter mes recherches a d’autres recherches, de trouver des points communs et de comparaison avec quelques participants qui se trouve face aux mêmes problématiques de recherches quant à la question des collections et leurs exploitation en tant que sources et matériaux de recherches.

Le profil des doctorants et des professionnels qui nous ont été donnés à voir pendant cette école doctorale m’ont permis à la fois d’ouvrir ma réflexion vers d’autres champs disciplinaires mais aussi à cibler la meilleure approche pour présenter mon travail à un public occidentale.

Véronique Ginouvès CC-BY

 

        Entretien avec Maria-Xeni GAREZOU

CHIARA : Qu’est ce qui t’a amenée à participer de l’école d´été ?
 
MARIA-XENI: Je suis archéologue de formation. Et en même temps je fais la gestion de la culture. Je travaille au ministère de la culture grec depuis vingt-quatre ans. Donc j’ai quand même une expérience assez prolongée parce que j’ai eu des postes différents au sein de l’institution.
Les deux derniers étaient en lien avec les musées et l’inventaire. Donc si tu veux le sujet du séminaire étaient vraiment en lien avec mes intérêts professionnels et personnels.
Parce que j’adore les musées, les expositions, les collections. C’est une chose que j’aime. J’aime visiter les musés, j’aime la peinture, l’art, etc.
J’ai trouvé le sujet de l’école d’été, l’histoire des collections et l’histoire des musées, hyper intéressant.
En plus je voulais voir comment on fait les choses en France. Voir les différentes possibilités.
Le fait qu’il y avait des personnes d’âges très différents et de provenances très différentes a été aussi très enrichissant.
Je voulais découvrir voilà, j’étais curieuse. La curiosité est le mot clé.
 
CHIARA : Est-ce que tu as pu rencontrer des personnes qui travaillent sur des collections ou des questions qui sont en consonance avec ton travail?
 
MARIA-XENI: Oui. Tout ce qui est en lien avec l’inventaire, l’image de données numériques c’est mon travail habituel. Pour les collections c’est les musées. Mais ces questions sont en fait reliées parce que l’inventaire constitue en grande partie les collections de musées.
Donc comme tout le monde qui travaille ici, même si la chronologie est différente, ça n’a pas d’importance parce que la problématique reste la même.
 
CHIARA : Comment tu as eu l’annonce de l’école d’été ?
 
MARIA-XENI: Je l’ai vu dans le Facebook du MuCEM. Il y a des choses dans la vie qui te sautent dessus… Mais j’ai eu comme un déclic. À cause du MuCEM aussi parce que j’en avais entendu parler et j’étais très intéressée de le connaître.

Véronique Ginouvès CC-BY

Archives scientifiques et collection numérique: le fonds Émile Burnouf (1821-1907)

Dans le cadre de l’école d’été dédiée aux collections méditerranéennes en sciences humaines et sociales, les questions liées à l’usage des humanités numériques1 afin d’assurer le signalement et la valorisation de sources variées ont été plusieurs fois mises en avant, en s’appuyant notamment sur la pratique et les enjeux liés à la constitution de collections muséales2 ou de collections numériques. Dans le cas d’étude d’archives scientifiques comme celle d’Émile Burnouf (1821-1907), l’utilisation du terme « collection », pour évoquer l’action de réunir, recueillir, rassembler est à interroger, avant de décrire le projet de constitution à partir de ce fonds d’une collection numérique, initié par l’École française d’Athènes3.

Pièces relatives aux fouilles de Santorin – Fonds Emile Burnouf (Université de Lorraine)
http://pulsar-bu.univ-lorraine.fr/items/show/111

Particularités matérielles du fonds Émile Burnouf Continuer la lecture

Les collections du musée colonial de Marseille

Ce texte a été rédigé par Mathilde Romary, doctorante en histoire (Université de Lorraine) et participante à l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).

collections du musée colonial

Le premier jour de l’école d’été internationale Understanding Mediterranean collections, c’est avec intérêt que, guidés par Bruno Vila, maître de conférences à Aix-Marseille Université (AMU), nous avons pu découvrir, dans une modeste salle de la faculté de sciences, le Musée colonial de Marseille. Sous ses apparences de cabinet de curiosités, ce petit musée abrite dans ses vitrines d’origine bon nombre d’herbiers, de boîtes, et de bocaux d’apothicaire qui contiennent des échantillons végétaux provenant des anciennes colonies et dont le nom savant et l’origine sont précisés sur des étiquettes jaunies par les années. Continuer la lecture

Les deux tentations des musées ethnographiques aujourd’hui : la dérive esthétisante et le virage sociétal

Ce texte est issu de l’intervention de Christian Bromberger, ethnologue, professeur émérite à Aix-Marseille Université, prononcée le 17 juillet 2019 lors des conférences de clôture de l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).

Visiteurs sur le chemin vers une exposition au fort St jean, Mucem

Je ne suis pas conservateur de musée mais simple visiteur attentif  et  je voudrais dans cette brève intervention signaler deux tentations qui guettent les musées ethnographiques aujourd’hui et me sont apparues ces dernières années: la tentation esthétisante et le virage sociétal.

Partons de l’image traditionnelle du musée d’ethnographie, du Musée de l’Homme créé en 1937 et inauguré en 1938, tel que l’avaient conçu Paul Rivet et Georges-Henri Rivière. C’est un « musée-laboratoire », organisé en départements géographiques (Afrique blanche et Levant, Afrique noire, Amériques, Asie, Europe, Océanie) et thématiques (anthropologie physique, préhistoire, ethnologie musicale, etc.). Le musée comporte aussi un atelier de restauration et une bibliothèque. Même si Rivet fait entrer au Musée de l’Homme les collections d’anthropologie, de préhistoire, de paléontologie du Continuer la lecture

Yémen – archives de la recherche

Portrait de Claudie Fayein (médiathèque MMSH)

Le jeudi 27 juin, le programme « Archives en bibliothèques » a accueilli une journée d’études « Yémen – Archives de la recherche en SHS » dont le thème avait été proposé par Evelyne Disdier, responsable de l’iconothèque et archives à la médiathèque de la MMSH.

La médiathèque conserve en effet plusieurs fonds de chercheurs qui documentent la tradition française de la recherche anthropologique depuis les années 1950. Continuer la lecture

Understanding Mediterranean Collections : des conférences publiques à Aix et à Marseille

Statue de Dusarès mutilée en basalte (Hauran, Syrie), vers 1925, collections photographiques de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).Dans le cadre du réseau des centres de recherches en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES), la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), organise une école d’été internationale à Aix-en-Provence et Marseille, du 8 au 17 juillet 2019 sur le thème : “Understanding Mediterranean Collections”.

L’école propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes. Elle réunira une vingtaine de participants venus de pays et d’horizons professionnels très différents qui suivront les modalités pédagogiques de l’école mais elle offrira aussi l’occasion de participer à plusieurs conférences publiques pluridisciplinaires, qui se tiendront à la MMSH et au MuCEM. Vous y êtes toutes et tous cordialement invité.e.s.

Conférences ouvertes au public

Understanding mediterranean collections

Lundi 8 juillet, 14h-16h : Les collections muséales d’Alexandrie : une perspective historique, par Marie Dominique Nenna (directrice du Centre d’études alexandrines), MuCEM-I2MP FORT SAINT JEAN (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

Mercredi 10 juillet, 9h30-12h :  deux conférences sur la thématique “Collections en conflits”. Karima Dirèche (Telemme) : Constituer le corpus des archives du web de la révolution du sourire. Quelques pistes de réflexion, suivie de Katia Bellan (AMU), Marseille filmée : images, histoire, mémoires, 1945, MMSH,  Salle Germaine Tillion

Mercredi 10 juillet, 16h30-18h30 : Collections en péril. Vols et dégradations sur patrimoine islamique par Omniya Abdel Barr(architecte, Victoria and Albert Museum), MMSH, SALLE DUBY

Vendredi 12 juillet, 14h-16h : Reconstituer les bibliothèques anciennes. Sources et méthodes par Patrick Latour (bibliothèque Mazarine), MMSH, Salle Germaine Tillion

Samedi 13 juillet, 9h30-10h30 : Les cahiers d’écoliers du fonds Roux par Dahbia Abrous (Inalco), MMSH, salle DUBY (inscription préalable sur ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr)

Mardi 16 juillet, MuCEM-I2MP, Fort Saint-Jean

9h30-12h : Les archives numériques de la révolution tunisienne, par Houria Abdelkafi et Elisabeth Cestor commissaires de l’exposition (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

16h30-18h30 : Collections in the web archives, Anat Ben-David (sociologue, The Open University of Israel) introduction par Sophie Gebeil (historienne, AMU). Conférence en langue anglaise. (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

Mercredi 17 juillet, 9h30-12h : Les deux tentations des musées ethnographiques par Christian Bromberger (anthropologue, AMU), suivie de  Archiving ethnography? The impossibility and the necessity. Damned if we do, damned if we don’t. par David Zeitlyn
(anthropologue, Université d’Oxford), MUCEM-I2MP, FORT SAINT JEAN [conférence en langue anglaise]. (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

Lectures et films proposés en lien avec les conférences.

Crédits photographiques : Statue de Dusarès mutilée en basalte (Hauran, Syrie), vers 1925, collections photographiques de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). La statue proviendrait de Jhariyé, Shoubeih. Mission archéologique au Jebel Druze. Plaque de verre (13×18) publiée in Maurice Dunand, Musée de Soueida, p.37, n°42, Pl.7 n°42. CC-BY-NC https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-00509517

Yémen – archives de la recherche

Depuis quelques années, la médiathèque de la MMSH reçoit des ensembles de documents concernant le Yémen, produits ou rassemblés par des chercheurs en sciences humaines et sociales ou par des journalistes qui se sont intéressés à cette région : carnets de terrains, photographies, enregistrements sonores, archives politiques… En croisant le point de vue des bibliothécaires et des chercheurs, cette journée se propose de faire connaître ces fonds et d’ouvrir des pistes de valorisation et de collaboration en s’appuyant sur d’autres expériences, en France ou à l’étranger.

Carnet, Fonds Claudie Fayein, MMSH.

Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques » – UMR 7303 Telemme

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme – USR 3125 (AMU-CNRS)

Jeudi 27 juin, 9h30-17h, salle Duby.

Organisation : Emmanuelle Chapron (Telemme/MMSH), Olivier Dubois (USR 3125), Juliette Honvault (Iremam)

Matin (9h30-12h): des fonds d’archives pour la recherche

 

Emmanuelle Chapron (Telemme/MMSH). Accueil

 

Etat des lieux

9h40. Eric Vallet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Orient & Méditerranée),
Mohammed Tawaf (Centre national des archives du Yémen, Ecole nationale des Chartes). Les archives du Yémen dans la guerre, un bilan

10h10. Evelyne Disdier, Hélène Giudicissi, Hassan Moukhlisse (médiathèque, MMSH). Les archives de chercheurs sur le Yémen à la MMSH : phonothèque, archives, iconothèque.

10h30 Pause

10h45 Focus

  • Michel Tuchscherer (IREMAM). Le fonds Claudie Fayein.
  • Paul Bonnenfant (IREMAM). Le fonds photographique Paul Bonnenfant sur le Yémen à l’IREMAM
  • Jean Lambert (Muséum national d’histoire naturelle), Fatima al-Baydani. Les archives de la littérature orale féminine du Yémen à Aix en Provence : stratégies de documentation du son, de l’image et de la video.
  • Juliette Honvault (Iremam). Le fonds Ahmad Muhammad Nu’mân.

 

Après-midi (13h30-17h) : perspectives et instruments de valorisation

 

Nouveaux chantiers

13h30. Franck Mermier (CNRS, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux). Documenter la littérature yéménite contemporaine.

14h. Juliette Honvault (Iremam). Les archives photographiques du Yémen au XXe siècle : présentation d’un réseau yéménite sur internet

Outils et perspectives de valorisation

14h30. Hassan Moukhlisse, Abdelmajid Arrif (MMSH). Des archives connectées : dialogue sous terrains.

15h. Pause

15h15. Abbès Zouache (directeur du CEFAS USR 3141), Perspectives scientifiques et institutionnelles.

15h45. Table ronde : quels autres fonds, quelles opérations, quels partenariats possibles ?

16h30. Franck Mermier. Synthèse de la table ronde.

Colloque – Archives en bibliothèques (XVIe-XXIe siècle) – appel à contribution

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme,

Aix-en-Provence, 14-15 novembre 2019

 

Programme Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques », Aix-Marseille Université

UMR 7303 Telemme (AMU-CNRS)

École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques

Centre Gabriel Naudé

 

Depuis les débuts de l’époque moderne, on trouve beaucoup de non-livres dans les bibliothèques, et en particulier des ensembles de papiers que l’on peut considérer comme des archives, parce qu’ils ont été rassemblés dans le cadre des activités ordinaires, savantes ou professionnelles, d’un individu ou d’une institution. L’étude de ces « papiers entre les livres » permet d’éclairer d’une manière nouvelle ce qui lie archives et bibliothèques, en mettant à distance le récit du « grand partage » des fonctions et des fonds documentaires entre les deux types d’institutions, hérité du XIXe siècle.

Le premier aspect de la réflexion concerne la manière dont ces ensembles ont été constitués, organisés et conservés du vivant de leur producteur. De l’humanisme tardif au collectionnisme du XIXe siècle, les pratiques intellectuelles et matérielles de la collecte, de la copie, du rangement, du classement et de l’inventaire se sont lentement transformées ; l’invention du fichier au tournant du XIXe siècle, puis de la photocopieuse, ont introduit des ruptures plus nettes dans l’allure des archives savantes. Le regard devra porter sur les formes de « mise en archive » opérées par les savants ou les administrateurs pour soustraire ces papiers au quotidien des activités, permettre leur mobilisation en cas de besoin ou leur conservation pérenne. On devra aussi s’intéresser aux relations entre ces ensembles de papier et la bibliothèque des livres, à partir des manipulations dont ils font l’objet, ou de la disposition matérielle des lieux et du mobilier. Le livre est lui-même un objet-frontière entre l’archive et la bibliothèque : on pense aux phénomènes d’incorporation de l’archive au manuscrit médiéval, à la confection des registres, ou aux livres parfois abondamment annotés ou interfoliés.

Le second aspect renvoie à la manière dont ces ensembles ont été traités à la mort de leur producteur. Dans les testaments, la transmission des papiers est souvent pensée indépendamment de celle des livres. Dès l’époque moderne, la question de leur devenir a été l’occasion de réfléchir aux fonctions respectives des dépôts d’archives et des bibliothèques « centrales » des États. On considèrera la manière dont les bibliothèques ont accueilli ces ensembles, les ont traités et éventuellement dissociés en fonction de critères extérieurs à la logique du recueil (séparation des pièces imprimées et manuscrites, des pièces authentiques et des copies), dont elles les ont catalogués et communiqués aux lecteurs. Il s’agit de se demander comment les bibliothèques pensent (ou ne pensent pas) ces archives comme telles, à l’intérieur d’un cadre politique ou réglementaire qui fixe progressivement les prérogatives des uns et des autres. La terminologie employée pour les désigner n’est pas indifférente : appelés « recueils » à l’époque moderne, « collections » au xixe siècle, ces ensembles sont aujourd’hui souvent désignés comme des « fonds particuliers » ou des « archives ». Il faudra aussi mesurer l’incidence qu’a pu avoir la mise en place de deux professions distinctes, de bibliothécaire et d’archiviste, sur l’appréciation de ces fonds documentaires.

Enfin, le troisième aspect intéresse les usages auxquels se prêtent ces fonds : usages historiens, mais aussi probatoires ou administratifs. Il pose la question du statut intellectuel et juridique des documents conservés hors des dépôts d’actes institués par la puissance publique, alors qu’ils en ont parfois été extraits.

Le colloque envisage donc l’histoire des relations entre archives et bibliothèques du point de vue du rôle para- ou quasi-archivistique joué par les bibliothèques sur le long terme, de la fin du Moyen Âge à nos jours. Il invite à ouvrir la réflexion vers d’autres types d’institutions qui gardent des archives au milieu d’artéfacts jugés dignes d’être conservés, cabinets et trésors, bureaux, musées ou maisons d’écrivains. Il vise à mettre à l’épreuve le schéma français en le confrontant à d’autres réalités européennes. Il s’interroge enfin sur la manière dont les mutations récentes, le développement des infrastructures numériques et des exigences d’interopérabilité des langages de description des documents écrits, ont permis de repenser le statut de ces papiers et de dépasser certains clivages.

Organisation : Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université), Véronique Ginouvès (MMSH), Fabienne Henryot (ENSSIB).

 

Comité scientifique : Jean-François Bert (Université de Lausanne), Pierre Chastang (UVSQ), Maria Pia Donato (CNRS-IHMC), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Yann Potin (Archives nationales-Université Paris-Nord-CERAL)

 

Date limite de soumission des propositions : 1er juin 2019

 

Les propositions (1 page), accompagnées d’un court CV, doivent être adressées à Emmanuelle Chapron (emmanuelle.chapron@univ-amu.fr) et Fabienne Henryot (fabienne.henryot@enssib.fr).

Les frais de transport et de séjour des participants seront pris en charge. Une publication des actes est prévue sous la forme d’un volume collectif.

Télécharger l’AAC ici : AAC Archives en bibliothèques

École d’été – Appel à candidature : Understanding Mediterranean Collections, 8-17 juillet 2019

La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), et dans le cadre du Réseau des centres de recherches en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES), organise une école d’été internationale à Aix-en-Provence et Marseille, du 8 au 17 juillet 2019 sur le thème : “Collections en Méditerranée / Understanding Mediterranean Collections”. L’école propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes.

Les études méditerranéennes s’appuient sur des ensembles de sources – archives, imprimés, manuscrits, iconographie, objets, vestiges archéologiques, documents sonores et audiovisuels – conservés dans des bibliothèques, des dépôts d’archives, des musées, des bases de données numériques. Ces ensembles sont souvent utilisés par les chercheurs sans tenir compte de leur statut de collection. Or ces ensembles sont le fruit d’opérations de rassemblement, de tri, de conservation, de transmission, parfois de dispersions, de destructions partielles ou totales, de reconstitutions virtuelles ou matérielles. Leur histoire peut être ancienne, stratifiée, mal documentée, ou résulter d’initiatives récentes, chargées d’enjeux politiques et culturels très vifs. Leur traitement archivistique peut aussi les avoir transformées, en particulier lorsqu’elles ont été numérisées et que leur structuration en formats de données informatiques les a rendues plus accessibles, plus visuelles, plus facilement utilisables.

Comment la constitution des collections a-t-elle accompagné la construction et l’évolution de l’objet scientifique qu’est la Méditerranée ? Comment exploiter des collections constituées selon une logique propre, tout en renouvelant les questionnaires que l’on peut développer à partir d’elles ? Comment documenter l’histoire des collections disparues, dispersées, détruites par les catastrophes ou les conflits ? Peut-on retrouver les réflexes savants issus de la consultation de supports analogiques dans la recherche et l’usage des collections numériques ? Comment constituer, exploiter et transmettre de nouveaux corpus documentaires ?

Le propos de cette école d’été est d’aborder de front les problématiques scientifiques et professionnelles, de manière à faciliter le dialogue et la collaboration entre les milieux de la recherche et les milieux de la conservation et de la valorisation patrimoniale.

L’école se déroulera de la manière suivante:

  • des conférences de chercheurs ou de professionnels internationaux enrichiront la réflexion par l’analyse de situations relatives aux autres pays européens et de la rive sud-méditerranéenne.
  • des visites dans des collections aixoises et marseillaises, conçues à la fois comme des conférences guidées et comme des formations sur site, seront conduites par un binôme chercheur-professionnel.
  • des ateliers méthodologiques encadrés par des chercheurs et des professionnels formeront les participants aux différentes modalités d’écriture employées dans l’analyse et la valorisation d’une collection (billet sur un carnet de recherche en ligne, livret de visite d’une collection, présentation sur le site de l’établissement, documentaire filmé ou montage sonore). Ces ateliers permettront aux participants de travailler à leur projet personnel qui sera présenté lors des séances de restitution.

Disciplines : Histoire – archéologie – ethnologie – archivistique – humanités numériques – histoire de l’art – sciences de l’Antiquité

Organisation : L’école d’été aura lieu principalement dans les locaux de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) et du MuCEM (Marseille). Elle offre à tous les participants le logement en résidence universitaire, ainsi que les déjeuners. Les frais de déplacement, les petits déjeuners et dîners restent à la charge des participants (des cuisines collectives sont à leur disposition dans les résidences universitaires). Six bourses d’aide à la mobilité d’un montant de 250 € seront accordées sur demande motivée et après examen du dossier du candidat.

Public visé :  Le public visé celui des jeunes chercheurs (Master, Doctorat) mais aussi des chercheurs, enseignants-chercheurs et professionnels des institutions culturelles souhaitant se former aux problématiques de l’école d’été. L’école ne nécessite aucun savoir technique spécifique préalable.

Comment candidater ? Les candidats seront sélectionnés sur la base d’un curriculum vitae (max. 2 pages) et d’une présentation (500 mots max.), en français ou en anglais, montrant le lien du projet de recherche ou de l’activité professionnelle avec les problématiques de l’école d’été. La date limite de candidature est portée au 30 avril 2019.

Programme provisoire de l’école d’été à télécharger.

Renseignements et dépôt des candidatures :  ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr

Conseil scientifique : Kmar  Bendana (professeur d’histoire contemporaine, Université de la Manouba, Tunisie), Sophie Bouffier (professeur d’histoire ancienne, directrice de la MMSH), Pietro Clemente (professeur d’ethnologie, Université de Sienne, Italie), Isabelle Dion (directrice par interim des ANOM), Émilie Girard (responsable du département des collections et des ressources documentaires du Mucem), Brigitte Marin (professeur d’histoire moderne, Aix Marseille Université), Michel Mouton (directeur de l’Ifpo), Catherine Virlouvet (directrice de l’École française de Rome).

Crédits photographiques : fibres de coco de Cochinchine conservées à la Faculté des Sciences de l’Université d’Aix-Marseille, Musée Colonial de Marseille, avec l’aimable autorisation de Bruno Vila, photographe.

 

Ethnologie des archives d’un monument en bibliothèque. Conservation, classement, lecture

À Tomar, petite ville du centre du Portugal, la synagogue de l’époque médiévale est visitée par de nombreux touristes. Cyril Isnart, anthropologue, a étudié les archives constituées par un couple qui y guidait les visiteurs et conservait trace des échanges avec les touristes (cartes postales et lettres, livres, photographies, objets, récits de visite) et les a présentés lors des journées d’études Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels1. Les archives et les livres sont désormais conservés à la bibliothèque universitaire de Tomar dans un espace réservé et les objets dans ses magasins. Cette collection constitue une véritable source pour décrypter la fonction touristique de la synagogue en offrant une cartographie des pays d’origine des visiteurs et en informant sur les émotions et les effets de la visite. Elle éclaire en outre la vie sociale d’un monument, mais également la gestion patrimoniale d’un type d’archives spécifiques au sein de la bibliothèque qui les a recueillies.

Enregistré le 6 juillet 2018, à Aix-en-Provence (salle Paul-Albert Février), durée : 22min 50s.

Merci à Cyril Isnart de son accord pour l’écoute en ligne de cette conférence placée sous licence CC-BY-NC.

  1. Ces journées se sont tenues les 5 et 6 juillet 2018 à Aix-en-Provence à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence. []

Des papiers de la famille Loschi à la bibliothèque communale de Vicenza

Clémence Revest, spécialiste de l’humaniste italien au XVème siècle1, partage le souvenir de la découverte d’un fonds d’archives non inventorié à la bibliothèque communale Civittà Bertoliana, dans la ville de Vicenza, avec l’auditoire des journées d’études Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels2. Dans le cadre de la préparation de sa thèse3 pour laquelle elle cherche alors des sources, Clémence Revest s’intéresse aux trajectoires d’un petit groupe de lettrés de la cour pontificale du XVème siècle, et parmi eux à Antonio Loschi, secrétaire apostolique pendant 35 ans. Sur ce Vicentin, elle a jusqu’ici trouvé peu de choses ; mais elle a retenu une mention, dans des notes de bas de page relatives à la documentation qui ont nourri sa biographie : “Tiré de l’archivio Loschi”. C’est ainsi qu’elle se rend, sans trop savoir ce qu’elle y trouvera, à la bibliothèque communale Bertoliana, une journée d’été, dans le secteur “antique” des manuscrits. C’est la découverte de deux registres relatifs aux archives de la famille Loschi qu’elle raconte ici. Ces registres montrent l’extrême stabilité dans la conservation des archives familiales de l’élite sociale locale, puisque ce dépôt fait en 1941 couvre sept siècles de son histoire (12ème – 19ème siècle). Elle termine le récit de cette expérience par le signalement d’une découverte: non plus des archives dans une bibliothèque, mais d’un livre immergé dans les archives à la suite d’une erreur de cotation, le Liber Brevium, manuel personnel de chancellerie d’Antonio Loschi retrouvé aux archives nationales de France.

    Enregistré le 6 juillet 2018, à Aix-en-Provence (salle Paul-Albert Février), durée : 22min 50s.

Merci à Clémence Revest de son accord pour l’écoute en ligne de cette conférence placée sous licence CC-BY-NC.

 

 

Crédits photographiques : reproduction d’un manuscrit de la bibliothèque communale de Vicenza  ‘cc. 1v-14v),: Loschi, Antonio <ca. 1368-1441> (DBI, 66, 154-160) et Petrarca, Francesco <1304-1374> (ABI I 771, 24-185; II 461, 76-164; II S 64, 303-312; III 331, 332-416), mélanges, Incipit : Diu doynt bon your a mamie que part que soyt tot mantenant (c. 1v), expl. Que ye vueil tout dis amer or me doy eu, etc. (c. 1v) et fin : Diu est quod animus meus (c. 14v), expl. placeat me tui amantem, tuo aloq[…] refon[…] (c. 14v). Le document contient des copies de lettres d’Antonio Loschi et deux lettres de Francesco Petrarca.

  1. Clémence Revest est historienne, chargée de recherches au CNRS au sein du Centre Roland Mousnier (UMR 8596, Paris-Sorbonne), agrégée d’histoire et ancienne pensionnaire de l’École française de Rome. []
  2. Ces journées se sont tenues les 5 et 6 juillet 2018 à Aix-en-Provence à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence; []
  3. Clémence Revest a soutenu sa thèse en 2012, sous le titre Romam veni. L’humanisme à la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417), sous la direction d’Élisabeth Crouzet-Pavan et de Jean-Claude Maire Vigueur. []

Au “269 via Aurelia”, le centre de ressource de la congrégation des missionnaires d’Afrique, par Karima Dirèche

Lors des journées d’études Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels, qui se sont tenues les 5 et 6 juillet 2018, Karima Dirèche1, a partagé ses souvenirs et ses pratiques d’usagère liée à la fréquentation de la bibliothèque et centre d’archives du “269 via Aurelia” à Rome. Il s’agit de la bibliothèque du la congrégation des missionnaires d’Afrique plus connue sous le nom de la congrégation des Pères Blancs, fondée en 1868 en Algérie. Son récit nous fait pénétrer, au filtre de sa mémoire, la richesse des fonds de ce centre documentaire aux richesses, mais aussi la façon dont les pères blancs géraient leurs collections, leurs rapports aux lecteurs mais aussi les découvertes de documents qui ont marqué sa vie de chercheure et qui on pu prendre la forme de registres de baptêmes in articulo mortis, de journaux intimes de pères blancs, de photographies issues d’un fonds d’images de plusieurs milliers de clichés, jusqu’au dévoilement d’un secret de famille bien gardé dans les murs du “269”.


Enregistré le 6 juillet 2018, à Aix-en-Provence (salle Paul-Albert Février), durée : 20min 6s.

Merci à Karima Dirèche de son accord pour l’écoute en ligne de cette conférence placée sous licence CC-BY-NC.

Crédits photographiques : google maps Rome (tous droits réservés à Google).

  1. Karima Dirèche est historienne, directrice de recherche au CNRS, spécialiste d’histoire coloniale et post coloniale de l’Afrique du Nord, ancienne directrice de l’IRMC – Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, membre de l’UMR TELEMMe à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence. []

Pour une histoire matérielle de la production des savoirs, MMSH, 14 février, 15h

À l’histoire de l’institutionnalisation des disciplines et des généalogies intellectuelles, à la prise en compte des différents déterminants sociaux qui conditionnent à la fois le statut du chercheur et son projet intellectuel, il faut ajouter un troisième espace de réflexion qui bénéficie des grands courants de l’historiographie contemporaine,celui de la matérialité des artefacts, de l’activité quotidienne et des pratiques ordinaires que les savants mobilisent tout au long de leur carrière intellectuelle pour penser et agir. Au travers des archives, ou en acte, regarder ce que les savants font en pratiquant leur discipline, s’intéresser à ce qu’ils manipulent et comment, décrire leur ordinaire, remet en question la compréhension habituelle que nous avons de la production des savoirs, des éléments qui nous permettent de juger de l’originalité d’une pensée, d’une hypothèse ou d’une réflexion, mais aussi de la fécondité des intuitions d’un auteur, qu’il soit considéré comme un classique ou non. C’est ce à quoi s’attache Jean-François Bert dans ses derniers travaux, comme son Histoire de la fiche érudite (ENSSIB, 2017, en libre accès) ou son plus récent Comment pense un savant ? (Anamosa, 2018). Deux ouvrages qu’il nous présentera à l’occasion de son séjour comme chercheur invité par l’ESPE et l’ADEF (EA 4671, AMU).

Introduction de la séance :  Emmanuelle Chapron (AMU-CNRS-TELEMMe) & Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH).

Pour une histoire matérielle de la production des savoirs, conférence de Jean-François Bert, Université de Lausanne

Date : Jeudi 14 février 2019

Horaires : 15h – 17h30

Lieu : MMSH, salle Duby, Aix-en-Provence, 5 rue du Château de l’Horloge

Contact : telemme<at>mmsh.univ-aix.fr

Séance ouverte à toutes et tous.

Séminaire organisé dans le cadre de l’Axe 1-Groupe 1 “La construction des savoirs sociaux” Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques » UMR Telemme – Aix-Marseille Université-CNRS.

Crédits photographiques : couverture de l’ouvrage Comment pense un savant ? de l’éditeur Anamosa ; fonds Lesage, université de Lausanne.

 

 

 

 

 

Le fonds Pierre Pansier – Avignon

Le fonds du docteur Pierre Pansier (1864-1934) est actuellement conservé à la Médiathèque Ceccano d’Avignon. Issu d’un legs, il constitue un ensemble particulièrement riche pour l’étude de l’histoire de la médecine et du Comtat Venaissin. Il est également révélateur des pratiques érudites d’un médecin au début du XXsiècle.

Le Docteur Pierre Pansier (1864-1934)

Continuer la lecture