Archives en bibliothèques

« Archives en bibliothèques » s’intéresse à ce qui, dans les bibliothèques, n’est pas du livre – mais des boîtes, des cartons, des pochettes contenant des lettres, des notes, des carnets, des manuscrits, des agendas, parfois des photographies, tout un matériel qui trouve sa cohérence dans l’activité de l’individu ou de la famille qui les a rassemblés, et qui constitue, à proprement parler, des « archives ». Ces « fonds » sont nombreux dans nos bibliothèques, particulièrement à la Bibliothèque nationale, mais aussi dans les bibliothèques des grands établissements, les bibliothèques municipales et les bibliothèques des laboratoires de recherche, qui accueillent – de plus en plus – les archives données ou léguées par les chercheurs.


Le projet rassemble des historiens, des ethnologues et des professionnels des bibliothèques et de la documentation, dans une réflexion de longue ampleur (XVIIe-XXIe siècles), autour de trois questionnements.

Le premier concerne ce que ces fonds nous disent des manières de travailler et des technologies de papier mises en œuvre par les individus qui les ont constitués, mais aussi des formes de classement et d’archivage qui se manifestent derrière le lieu commun du « chaos de papiers ».

Le second questionnement – central au projet – s’intéresse à la manière dont les bibliothèques publiques ont accueilli et ont traité ces ensembles ; dans quelle mesure elles ont plié ces fonds à leur propre logique (en séparant, par exemple, les imprimés et les manuscrits), ou appliqué le moderne principe de respect des fonds. Il s’agit de s’interroger sur la manière dont la bibliothèque « archive », différemment de ce que font les archives, ce qui a déjà été auto-archivé par les chercheurs ; mais aussi de réfléchir à la construction, dans le temps long (XVIIe-XXIe siècles) des fonctions respectives des archives et des bibliothèques et de leurs outils de signalement et de valorisation.

Le troisième questionnement concerne les usages qui sont faits de ces fonds d’archives en bibliothèque, par la communauté des chercheurs comme par le grand public : comment ces archives peuvent-elles produire des effets de connaissance particuliers, en renouvelant les perspectives sur l’histoire des disciplines, en sciences exactes comme en SHS.

« Archives en bibliothèques » est un projet labellisé « Pépinière d’excellence » d’Aix-Marseille Université, financé par la Fondation A*Midex (janvier 2018-juillet 2019). Il s’appuie sur quelques fonds « pilotes » : archives Peiresc à la bibliothèque Inguimbertine de Carpentras, archives Fauris de Saint-Vincens à la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, archives Séguier à la bibliothèque Carré d’Art de Nîmes, archives des ethnologues Annie-Hélène Dufour et Marceau Gast à la médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence.
Le carnet servira à garder trace de la réflexion de l’équipe rassemblée à Aix-en-Provence, à documenter la progression des recherches sur les fonds cités, à partager lectures et idées, à faire le lien avec d’autres recherches en cours.


1 réflexion sur « Archives en bibliothèques »

  1. Ping : On bloggue à la MMSH ! | Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l'histoire et humanités numériques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.