Parcours professionnel : entre livres, archives et données

Le projet Archives en bibliothèques est le fruit d’une collaboration entre chercheurs et professionnels de l’information. Il y a quelques semaines, Emmanuelle Chapron, historienne et porteuse du projet, a publié dans ce carnet un billet introspectif sous le titre : Regardez-moi dans les papiers. Elle tente d’y éclaircir la façon dont elle organise ses papiers, – comme enseignante-chercheure – pour ce qu’ils disent non seulement de ses manières de travailler, mais aussi de s’archiver, plus ou moins consciemment. Elle y esquisse aussi le sort que ces papiers peuvent recevoir sous le régime numérique. A vous de le découvrir ; il est plaisant, réflexif et il et donne des outils pour mieux comprendre le regard que nous portons sur l’archivage.

Puisque l’un des projets du programme « Archives en bibliothèques » est de croiser les regards des professionnels et des chercheurs, j’ai voulu me prêter au jeu et tenter de réfléchir à ma façon d’archiver. Mais archiver est mon métier, et il m’a fallu admettre que je n’avais pas moi-même de « papiers » : Emmanuelle Chapron débute son billet par cette phrase Mes papiers de travail sont rassemblés en un seul lieu : mon domicile. Or, les « papiers » que j’archive ne sont pas les miens, ils sont ceux des chercheurs qui ont choisi de les déposer à la phonothèque de la MMSH. Ces papiers ont changé de vocation, ils sont destinés à être utilisés par toutes et tous ; je ne les prends en considération qu’en terme de formats, de standards ou d’objectifs d’un centre de ressources.

Ainsi  cette lecture m’a poussée à m’interroger plutôt sur la façon dont ont évolué la place et l’interaction des archives et des livres tout au long de ma carrière professionnelle. Une tentative diachronique qui se perçoit en fonction des espaces où j’ai travaillé et qui ont pu être nommés « centre de documentation », « bibliothèque, « médiathèque », « centre d’archives » jusqu’à la « phonothèque » où je me trouve aujourd’hui – alors que le terme est pourtant bien ancré dans les années 1970.

En parcourant les décennies, voilà donc rapidement les bornes temporelles et les principes qui – me semble-t-il – ont guidé mon métier qui m’ont fait traverser à gué la révolution numérique.

– Début des années 1980 : c’est la période de mon premier emploi. Je travaille dans une structure privée dans le domaine de la santé dont l’objectif est la mise en place d’un réseau d’information en épidémiologie et pharmacovigilance en région Provence, Alpes et Côte d’Azur1 à destination de médecins. Mon outil de travail est alors le Minitel. Oui, cette invention française qui s’est déployée dans les foyers et les entreprises à travers le réseau téléphonique au cours des décennies 1980 à 2000. On oublie trop souvent que cet outil  n’a pas été utilisé uniquement pour le service resté dans les mémoires du 3615 Ulla mais il a soutenu nombre d’activités qu’il s’agisse de médias, de culture ou de sciences. Un ouvrage publié par les Presses du MIT vient d’en retracer son histoire sous le titre évocateur : Minitel. Welcome to the Internet… En effet, les premiers principes se dessinent clairement : travailler en réseau, structurer des données, sélectionner ou créer des référentiels adaptés aux publics, appréhender les questions juridiques et éthiques à prendre en compte pour la diffusion des données. Ce n’est pas surprenant qu’un des titres de la collection du MIT Platform studies soit consacré à cette technologie – en tout cas, elle m’a permis d’acquérir les premiers réflexes professionnels sur ces questions.

10 ans plus tard, au début des années 1990 : je suis en poste dans une bibliothèque française à l’étranger, à Rome précisément. Je me rends compte qu’il n’y a aucun lecteur dans la bibliothèque. Je ne comprends pas pourquoi, certes il y a d’autres bibliothèques françaises à Rome mais celle-ci est centrale et ses collections ont un certain intérêt pourtant, elle est systématiquement vide. A vrai dire, je n’ai pas encore lu le De bibliotheca d’Umberto Eco (qui paraîtra en 1986) mais très vite, je réalise que pour les agents qui y travaillent le lecteur est l’ennemi et une grande part de leur travail consiste éviter qu’il entre dans la salle de consultation, d’ailleurs réduite à portion congrue.Je retrouverai plus tard ce type d’attitude dans la dernière des 21 considérations loufoques qu’Umberto Eco listait, let en particulier la « Z » :

Dans l’idéal, l’utilisateur ne devrait pas pouvoir entrer à la bibliothèque ; en admettant qu’il y entre, exigeant de manière pointilleuse et irritante de jouir d’un droit qui lui a été accordé en vertu des principes de 89, mais qui reste encore étranger à la sensibilité collective, il ne doit pas et ne devra jamais, quoi qu’il en soit, pénétrer dans les travées et il lui faudra se borner à traverser rapidement la salle de consultation.

Or, à cette époque, le Ministère des Affaires Étrangères m’a missionnée pour mettre les collections de cette bibliothèque – qui n’a qu’une minuscule salle de lecture et de grand magasins – en libre accès, d’y faire entrer des lecteurs. Cela pose de sérieux problèmes aux agents qui y travaillent. Pire, découvrant qu’il y a des archives dans cette bibliothèque (principalement des photographies) mon projet de mettre en lien les images des auteurs et leurs livres provoque un tollé général. Je gagne quelques petites batailles, les agents se rassurent et j’acquiers surtout un autre principe important, celui de faciliter l’accès aux livres et aux archives mais aussi de penser au tout début d’un projet de valorisation aux ré-usage des données.

Années 2000 : Je travaille au CNRS où ma mission est d’organiser les archives de terrain des chercheurs en sciences humaines et sociales. Internet et la numérisation sont les nouvelles priorités des métiers de l’information scientifique et technique.  En très peu de temps, ces outils ont complètement modifié les contours de la profession. Appuyée par le plan national de numérisation lancé par le Ministère de la Culture en 1996 et ouvert aux archives sonores en 19992, je numérise les premières bandes analogiques déposées à la phonothèque et je mets en ligne leurs notices documentaires sur la base Ganoub. A cette période, le courriel n’était pas si fréquent et la première sollicitation s’est faite par téléphone, depuis un cybercafé d’un village des Cévennes. A ma grande surprise, à peine mise en ligne, un ayant-droit avait retrouvé la notice documentaire qui signalait l’enregistrement de son père à Sainte-Cécile-d’Angorge . Malgré l’anonymisation sous forme de numéro3, le témoin avait été repéré non seulement à cause du lieu d’enregistrement mais aussi des informations fournies sur le type de répertoire conté signalé dans le résumé de l’analyse. Ce premier contact a été déclencheur. J’ai alors commencé à faire signer des contrats d’autorisation aux ayants-droits et aux témoins qui se retrouvaient dans la base de données alors qu’il semblait plus simple d’indiquer un « tous droits réservés ». Jusqu’ici négligée, l’ouverture juridique est apparue une étape importante pour développer une politique de médiation numérique ambitieuse autour des contenus numérisés et pour tisser de nouvelles relations avec les utilisateurs et l’écosystème global du Web.

2010 me semble être la décennie des plateformes, j’évoquerai ici celles qui se sont mises en place dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche et nous accompagnent aujourd’hui. Certes, la tendance du moment est d’appeler tout ce qui auparavant se nommait « base de données », SIGB, site web … sous le terme de « plateforme » et elles sont même devenues un objet d’étude, j’évoquais précédemment la collection du MIT platform studies. La définition du Conseil national du numérique (CNNum) est toutefois assez précise :

Une plate-forme est un service occupant une fonction d’intermédiaire dans l’accès aux informations, contenus, services ou biens édités ou fournis par des tiers.

Il me semble qu’il faudrait ajouter également pour qu’elle soit complète la notion de gouvernance qui définirait aussi les missions de la plateforme. En tout cas, il s’agit bien de services qui sont fournis à travers ces différents outils. Ainsi, la phonothèque a intégré dès 2005 la plateforme Hypotheses.org ; je suis secrétaire de rédaction de la revue Sonorités accessible sur Journals et dont les exemplaires papier peuvent être achetés en impression à la demande sur la plateforme I6doc; la base Ganoub est hébergée sur les serveurs de la TGIR Huma-Num, ainsi que les fichiers vidéos sont sur la plateforme qu’Huma-Num a créé i l y a cinq ans maintenant, Nakala ; lorsque des images sont déposées avec les fonds sonores elles sont archivées sur Medihal la plateforme d’archives ouvertes du CCSD liée à Hal où tous mes articles sont déposés, ce qui me permet de générer un CV automatique ; depuis 2011 l’équipe de la phonothèque catalogue les archives en EAD sur la plateforme Calames de l’ABES (agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche) ; enfin, les archives sonores et audiovisuelles sont conservées sur le long terme sur la plateforme du CINES (centre d’information national de l’enseignement supérieur et de la recherche)…

En ce qui concerne 2018 et les années à venir, la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal m’a fourni la matière de ma conclusion : la nouvelle décennie pourrait  être celle de la fabrication de nouveaux liens entre publications et données, bibliothèques et archives…En effet, deux jours avant l’organisation des journées d’étude « Archives en bibliothèques » le 10 juillet, elle a prononcé un discours lors du congrès annuel de la Ligue des Bibliothèques Européennes de Recherche (LIBER), qui promeut un plan national pour la science ouverte. Je vous le laisse découvrir si vous n’en avez pas pris connaissance mais son discours est au cœur de plusieurs questionnements de notre programme :

[…] Ainsi, la première démarche est de structurer et conserver les données, en préalable à leur ouverture. Cela se fait très bien dans environ un cinquième de la communauté scientifique, mais le reste est largement laissé à l’appréciation individuelle et aux hasards de la vie des clés USB, des vols d’ordinateurs portables dans les coffres de voitures ou des défaillances des disques durs individuels…

En tant que ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, un de mes objectifs est de faire en sorte que toutes les communautés et tous les acteurs, lorsque ce n’est pas déjà le cas, développent une démarche structurée de conservation de leurs données et fassent le nécessaire pour que ces données obéissent au principe FAIR (Facile à trouver, Accessible, Interopérable, Réutilisable). Une fois que nous aurons fait cela, nous pourrons rendre la science plus ouverte, plus transparente et d’accès plus universel. Ces données pourront servir comme instrument pédagogique, comme substrat scientifique et comme catalyseur d’innovation. Le problème n’est pas principalement technique, il est d’abord, et fondamentalement, humain.

Le plan se présente en 3 axes et neuf points. Je laisse conclure la Ministre au moment où elle présente l’axe 2 qui se concentre sur les données de la recherche…

Le deuxième axe de ce plan national pour la science ouverte consiste à structurer et, autant que possible, à ouvrir les données de la recherche.

  1. Les données de la recherche sont le pilier des connaissances futures. Structurer, conserver et ouvrir les données de la recherche, permettra de favoriser la mutualisation, le croisement et l’appariement des données pour produire de nouvelles connaissances. C’est pourquoi le Président de la République a annoncé lors de son grand discours sur l’Intelligence artificielle qu’il allait mettre en place une obligation de diffusion en accès ouvert des données issues de recherches financées par appels d’offres sur fonds publics. Il va de soi que ce processus d’ouverture sera conditionné par le respect de la règlementation, notamment en ce qui concerne les données personnelles ou les données protégées par le secret professionnel, les secrets industriels et commerciaux, et que les bonnes pratiques seront définies par la communauté scientifique. Un appel FLASH de l’ANR sera publié prochainement pour accélérer la structuration, la citation et l’ouverture des données de la recherche des équipes françaises.
  2. Afin de coordonner l’action nationale, j’ai décidé de créer la fonction d’administrateur des données (Chief data officer – CDO) au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Il coordonnera l’action publique en matière de données scientifiques, afin d’optimiser leur structuration, leur conservation et leur circulation.

Cet administrateur des données travaillera avec les autres administrateurs des données ministériels regroupés autour de l’Administrateur général des données. Il animera également un réseau d’administrateurs des données dans les établissements.

  1. Enfin, j’ai décidé d’encourager l’association de données structurées et ouvertes aux articles publiés par les chercheurs. C’est une première étape vers une meilleure association des données avec les articles. Nous encouragerons aussi le développement des « articles de données » (data papers), qui décrivent la façon dont ont été construites les données.

    Crédits photographiques : image à la une et dernière image, Diigital Library, Cosmopolitan, Las Vegas par Jared Zimmerman CC-BY-NC-SA ; trois couvertures de livre MIT Press 2017 Le Minitel : welcome to Internet, Julien Mailland et Kevin Driscoll ; De Bibliotheca, Umberto Eco, L’Echoppe, 1986 ; Les Camisards, Philippe Joutard, Folio, 2015.

  1. La région « PACA » n’avait déjà plus la Corse avec elle puisque celle-ci était devenue une région à part entière en 1976. Toutefois, si le terme est encore utilisé aujourd’hui, fin 2017 sa dénomination est devenue tout simplement « région Sud ». []
  2. J’ai trouvé peu de traces de l’histoire de ce plan national de numérisation qui a pourtant permis à de nombreux centres d’archives et de bibliothèques de commencer à travailler sur cette question. Je vous renvoie au diaporama en ligne de Jean-Pierre Dalberapassionné par l’art de l’archivage numérique – qui a pensé ce plan et l’a conduit jusqu’en 2003. Il me semble que ce plan s’est arrêté en 2013. La phonothèque n’a plus pu y candidater à partir de 2005 où les financements se sont concentrer sur le Ministère de la Culture. Quoi qu’il en soit, ce plan a été une formidable fabrique de bonnes pratiques . Cette expérience a été d’un point de vue professionnel et humain extrêmement riche. Tout d’abord par le réseau de relations que j’ai pu créer avec les autres détenteurs de fonds. Je pense en particulier à Florence Gétreau qui dirigeait alors  le service de la musique et de la parole du MNATP. Ensemble – et avec d’autres – nous avons travaillé à la spécificité du format de l’enquête de terrain ethnographique et la réflexion sur les standards du numérique s’est faite sous la conduite du compositeur et acousticien Nicolas Frize.  C’est lui qui, avec l’association « Les musiques de la boulangère » avait mis en place une collaboration fructueuse, efficace et vibrante avec les détenus de la prison de Massy pour numériser les archives sonores. []
  3. J’ai décris dans un article la méthode mise en oeuvre pour la recherche des droits d’utilisation des archives à la phonothèque et le processus de désanonymisation, voir : « Enjeux et pratiques éthiques pour la diffusion des archives orales dans une phonothèque de recherche », L’Harmattan, Patrimoine culturel immatériel et numérique, sous la direction de Marta Severo et Séverine Cachat, Paris, Éditions L’Harmattan, décembre 2016, Collection Humanités Numériques., 2016, Patrimoine culturel immatériel et numérique, [en ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01430412/document. []

2 réflexions au sujet de « Parcours professionnel : entre livres, archives et données »

  1. Chère Véronique, Je suis heureux de te retrouver et de lire ton billet qui évoque en partie notre passé commun. Pour compléter tes informations, il y a 5 ans, j’ai coordonné un dossier sur l’histoire de la recherche au ministère dans une revue du CNRS (Histoire de la recherche contemporaine, tome II, n°2, 2013 : « Culture et patrimoine ») et dans le lequel j’évoque le plan de numérisation : https://journals.openedition.org/hrc/279
    Amitiés

  2. Merci pour la description et l’analyse vraiment très intéressantes de ce parcours professionnel d’archiviste du son qui permet de comprendre à quel point les catégories, les questions posées à partir de matériaux souvent négligés, les ressources prises en compte, les enjeux et les attendus scientifiques se transforment au fil du temps non seulement en fonction des contextes techniques qui évoluent mais aussi des interrogations scientifiques qui se réélaborent. L’anomique d’aujourd’hui est le canonique de demain, disions-nous en 68…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.