Colloque international « Archives en bibliothèques, XVIe-XXIe siècles ». Bilan des journées.

Les bibliothèques accueillent depuis longtemps des archives : papiers des officiers royaux à la Bibliothèque du Roi, dossiers de chercheurs dans les bibliothèques universitaires, manuscrits littéraires collectés par les bibliothèques municipales, archives propres des bibliothèques qui documentent leurs pratiques… Or, l’insertion d’archives dans les bibliothèques ne va pas de soi, tant les cultures professionnelles sont construites sur des oppositions apparemment indépassables : le fonds et la collection, la liasse et le codex, l’original et la copie, l’inventaire et le catalogue… Les pratiques des chercheurs sont amenées aussi à se modifier selon qu’ils consultent des archives dans les dépôts d’archives ou dans les bibliothèques.

C’est pour explorer cette dimension inédite des bibliothèques qu’a été organisé le colloque Archives en bibliothèques (XVIe-XXIe siècles) à la MMSH d’Aix-en-Provence les 14 et 15 novembre 2019. Ce colloque a constitué le dernier événement d’un cycle imaginé et coordonné par Emmanuelle Chapron (PR en histoire moderne, Aix-en-Provence). (Programme ici : https://archivbib.hypotheses.org/873)

Il est ressorti des 15 interventions du colloque une mise à distance du « grand partage » qui, à partir de la Révolution, attribue aux archives les documents de l’autorité et aux bibliothèques, les réécritures du passé et la création littéraire. A l’instar des réalités domestiques, où bibliothèques et archives familiales sont souvent mêlées, des équipements scientifiques ou culturels ont gardé l’habitude de ne pas distinguer archives et bibliothèques. Les producteurs, grands commis de l’Etat à l’âge moderne ou chercheurs des XIXe et XXe siècles, n’accordent aucun sens non plus à cette distinction. Les bibliothèques ont en outre une réelle capacité à attirer et absorber des archives, intentionnellement ou accidentellement. Les chercheurs, depuis le XIXe siècle, voient dans la bibliothèque un moyen de construire leur postérité, par le dépôt de leur documentation personnelle, imaginaire que les archives, au sens institutionnel du terme, ne véhiculent pas. On a ici affaire à une vision projetée de la bibliothèque par la société : connivences avec les notables, fantasmes d’élus, choix des pouvoirs centraux font de la bibliothèque un lieu d’archivage.

Pour autant, la distinction fonctionnelle entre archives et bibliothèques reste un prisme efficace d’analyse des pratiques des professionnels, depuis le XVIIIe siècle, pour comprendre comment les bibliothécaires appréhendent la matérialité de l’archive, la distinguent des fonds manuscrits, et créent un lien entre écriture/production et conservation. L’hybridation tient donc moins à la nature des documents qu’aux instrumentalisations politiques, scientifiques et culturelles auxquelles ils se prêtent. Cette hybridation (Andrea de Pasquale a parlé de « modèle amphibie ») repose sur l’intentionnalité d’une pérennité thématique, plutôt que typologique, au moment où les bibliothèques sont en passe de devenir des services sociaux plus que des lieux de transmission intellectuelle.

Fabienne Henryot (ENSSIB, Centre Gabriel Naudé)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.