Programme des conférences Histoire et civilisation du livre EPHE, 2020-2021

Emmanuelle Chapron

La conférence a lieu le vendredi de 14h à 18h à la MSH, 54 boulevard Raspail, salle 26, un vendredi par mois.

Conformément aux recommandations de la direction de PSL et de l’EPHE, la conférence pourra faire l’objet d’une transmission vidéo synchrone à la demande des auditeurs vulnérables empêchés de fréquenter le site Raspail. Elle pourra également être entièrement dématérialisée si le contexte sanitaire l’impose (à suivre…).

Les cinq premières séances reprendront le dossier engagé dans les deux années précédentes, autour des archives dans les bibliothèques et de l’exploitation du registre des prêts des manuscrits de la Bibliothèque royale au 18e siècle.

30 octobre 2020. Introduction à la conférence 2020-2021. Y a-t-il des archives dans la bibliothèque ?

Présentation du programme de l’année.

13 novembre 2020. Les archives, « trésors » des bibliothèques.

11 décembre 2020. Archives et bibliothèques au XIXe siècle

15 janvier 2021. Le registre des prêts de la Bibliothèque royale

12 février 2021. Livres d’archive, livres de bibliothèque au Moyen Age

Dans la première partie de cette séance, le séminaire accueillera Donatella Nebbiai (CNRS-IRHT), pour une communication intitulée : Livres d’archive, livres de bibliothèque. Quelques considérations historiques et codicologiques.

Le développement de l’écrit en Occident à partir du 9e siècle en domaine latin intéresse aussi bien la production du livre que celle des documents de la pratique. Ces deux champs, livresque et documentaire, sont liés depuis la fin de l’Antiquité ; en témoigne la conception unitaire des activités de lecture et d’écriture des intellectuels chrétiens à cette époque. Largement attestés dans les sources, ces liens sont illustrés par une terminologie spécifique, qui étend au champ de la production du livre des concepts spécifiques aux documents, à leur élaboration et à leur usage.

De nombreux travaux ont souligné l’importance de cette terminologie intellectuelle, sans toutefois faire référence aux conditions historiques de son affirmation qui, à l’époque scolastique, voit l’émergence de l’auteur en tant que créateur et exécuteur matériel du texte écrit.  J’étudierai trois termes : originale, registrum et libellus. Ils vont nous aider à reconstituer le chemin qui, au cours du Moyen Age, a conduit à l’affirmation d’une nouvelle perception du texte en fonction de la forme même de l’objet livre dans lequel l’œuvre a été transmise.

Jean François Séguier, fiches préliminaires au catalogue de la bibliothèque du marquis d’Aubais (Bibl. Carré d’art, Nîmes, ms. 250)

Les quatre séances suivantes s’appuieront sur un corpus savant bien connu, la correspondance et les papiers de travail du savant nîmois Jean François Séguier (1703-1784), naturaliste et antiquaire qui a partagé sa vie entre Vérone et Nîmes. La correspondance et une partie des papiers (carnets de voyage, d’adresses et de visiteurs) ont été édités dans le cadre du projet Archives savantes des Lumières (www.seguier.org et www.seguier.hypotheses.org) et sont en cours de transfert vers les outils d’exposition de la TGIR Huma-Num. Cette opération est l’occasion de réinterroger le corpus à la lumière des travaux récents en histoire du livre et des milieux savants.

12 mars 2021. Histoire du livre et papiers savants (1) : La bibliothèque comme archive ?

Constituer une bibliothèque internationale au cœur du Languedoc : commerce et circulation du livre savant au 18e siècle.

Dans la 2e partie de la séance, Jonathan Barbier (chercheur associé à la BnF, membre du Laboratoire des sciences sociales du politique, coordinateur du projet BiblHis, https://biblhis.hypotheses.org/), présentera un état des lieux de la recherche sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens (XIXe-XXe siècles) ainsi que deux études de cas, autour des bibliothèques de Maurice Agulhon et Emmanuel Le Roy Ladurie. 

Présentation de l’intervention. Le service d’archives est-il le seul lieu de travail des historiennes et historiens ? Il est étonnant de constater que la littérature épistémologique fait rarement mention d’un autre lieu de travail emblématique pour les chercheur.e.s en histoire : la bibliothèque. Pourtant, elle est indispensable afin de saisir, dans son entièreté, les coulisses de l’écriture de l’histoire. Cet oubli est d’autant plus surprenant que les écrivains et les artistes se sont intéressés à la question de leur rapport aux bibliothèques depuis une vingtaine d’années. Dans une démarche historique et anthropologique, le groupe de recherche BIBLHIS, fondé en 2019, tente de rattraper ce retard en analysant  la constitution et la conservation des bibliothèques privées d’historiennes et d’historiens ainsi que les représentations de ces derniers dans leurs bibliothèques du XIXe au XXIe siècle. L’examen de ce « paysage de travail » permet aussi de réinterroger le statut de la bibliothèque : est-elle uniquement composée de rangées de livres ou est-elle, plus largement, un espace où se mêlent imprimés, objets (bibelots, tableaux, etc.) et…archives ? En effet, les notes manuscrites dans les ouvrages ; les lettres et fragments de cours insérés dans les livres ; les dédicaces des auteurs peuvent être appréhendés comme des documents d’archives donnant l’opportunité de comprendre l’évolution du travail historique durant l’époque contemporaine. Dans cette intervention, je reviendrai sur toutes ces problématiques en exposant les premiers résultats du groupe de recherche BIBLHIS. Je présenterai ensuite deux bibliothèques d’historiens qui ont fait l’objet de recherches récentes : les bibliothèques de Maurice Agulhon et d’Emmanuel Le Roy-Ladurie.

9 avril 2021. Histoire du livre et papiers savants (2) : Lire sans acheter : pratiques du prêt et de la copie. Cette séance – dont la thématique sera élargie – sera commune au séminaire d’Emilie d’Orgeix (DE EPHE).

7 mai 2021. Histoire du livre et papiers savants (3) : Les papiers des morts : outil de travail, meuble de bibliothèque et patrimoine érudit.

4 juin 2021. Histoire du livre et papiers savants (4) : Publier et lire l’érudition au 18e siècle.

Ces séances incluront des temps de présentation des travaux des étudiants en Master et Doctorat.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.