La valeur de la copie et du fragment

Ecole pratique des hautes études – séance commune au séminaire d’Emmanuelle Chapron (Histoire et civilisation du livre) et d’Emilie d’Orgeix (Histoire culturelle des techniques).

Vendredi 9 avril, 14h-17h

Les copies sont nombreuses dans les fonds d’érudits de l’époque moderne conservés aujourd’hui dans les bibliothèques – copies d’inscriptions, de lettres, de manuscrits, voire d’ouvrages imprimés. Durant cette séance, on cherchera à déplier les enjeux de cette pratique, le rôle que la copie tient dans l’économie des échanges savants, du travail intellectuel et des techniques de reproduction de l’écrit. Comment les savants et les professionnels d’Ancien Régime travaillent-ils en copiant ou plutôt, quel genre de travail ont-ils l’impression de faire avec la copie ? Qui sont les écrivains, copistes ou « misérables secrétaires », petites mains de l’ombre fugacement évoqués dans les sources ? Quelle est la valeur, intellectuelle et financière, de ces copies ? Comment ces copies finissent-elles par « faire livre » et constituer des bibliothèques ?

La séance portera également sur l’usage de la copie de fragments de textes dans des recueils manuscrits. Comment expliquer ces compositions et comment étudier ce type d’ouvrages et quelle valeur leur donner ?

On présentera plusieurs études de cas, à partir de la correspondance du savant Jean-François Séguier (1703-1784) et de recueils d’architecture « composés » à partir de fragments (XVIe-XVIIe siècles).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.