Faire de l’histoire avec les bibliothèques (XVIIe-XIXe s.)

Programme de la conférence Histoire et civilisation du livre, Ecole pratique des hautes études, 2021-2022

Les séances auront lieu les 2e et 4e vendredi du mois, de 14 à 18h, sur le site Raspail, 54 boulevard Raspail, salle 19 ; et simultanément sur Teams (sur demande).

 

Si les historiens se représentent souvent comme des ogres d’archives, ils sont aussi, fondamentalement, des hommes et des femmes de bibliothèques, entretenant avec elles des liens riches et multiples.

Publique ou particulière, la bibliothèque est d’abord un lieu de travail. Quarante années d’enquêtes sur les publics ont montré que les étudiants en histoire forment les plus gros bataillons des bibliothèques universitaires, et que la salle d’histoire de la BnF est la plus fréquentée de toutes. Récemment, l’enquête menée par le groupe BiblHis a mis en lumière l’attachement des historiens à leur propre bibliothèque, souvent imposante (la moitié des interrogés estime avoir plus de mille ouvrages), voire envahissante, transfigurant des étagères suédoises sans âme en un décor unique, enrichi de souvenirs, d’objets et de photographies, arrière-plan idéal de toute projection de soi, dans une connivence jouissive avec ses pairs.

Virtuelle ou réelle, la bibliothèque est ensuite une ressource pour l’historien, vaste entrepôt bibliographique, conservatoire de sources imprimées, voire d’archives. Les normes en vigueur dans le métier, qui imposent d’indiquer la localisation des archives mais non celle des livres consultés, à moins que des particularités d’exemplaires n’imposent de les identifier plus précisément, participent à l’invisibilisation de cet instrument de travail. On le retrouve parfois par la bande, dans les remerciements qui évoquent la sociabilité du café des Temps de la Bibliothèque nationale, ou l’amabilité de tel ou telle bibliothécaire municipale.

Enfin, les bibliothèques sont un objet d’histoire. Si peu d’historiens travaillent sur l’histoire des bibliothèques, beaucoup leur font une place, secondaire, marginale ou infrapaginale, dans leurs travaux d’histoire sociale, politique, intellectuelle, culturelle ou religieuse. On se propose ainsi de mettre en lumière comment on fait l’histoire avec les bibliothèques, celles du passé et, en passant, celles du présent.

séance 1. 12 novembre. Introduction. Dire et vivre l’ordre social avec sa bibliothèque.

séance 2. 26 novembre. Bibliothèques et identités individuelles.

séance 3. 10 décembre. Les bibliothèques ont-elles un genre ?

séance 4. 14 janvier. Histoire des bibliothèques et histoire des savoirs scientifiques et techniques (1)

séance 5. 28 janvier. Histoire des bibliothèques et histoire des savoirs scientifiques et techniques (2).

séance 6. 11 février. Circulations, voyages, échanges : une histoire transnationale des bibliothèques.

séance 7. 25 février. Diplomates et bibliothèques.

séance 8. 11 mars. [semaine banalisée EPHE ; le cours se tiendra à Aix-en-Provence (MMSH) pour les doctorants de l’ED 355].

séance 9. 25 mars. Une histoire politique des bibliothèques

ATTENTION SEANCE ANNULEE séance 10. 8 avril. Une histoire économique des bibliothèques

séance 11. 22 avril. Une histoire politique des bibliothèques (2).

[pas de cours le 6 mai : vacances de l’EPHE]

séance 12. 20 mai. Au travail avec les savants.

séance 13. 3 juin. Bibliothèques et histoire du patrimoine

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.