Séminaire “De l’écrit à l’écran. Objets numériques et matérialité des sources écrites”.

Séminaire interlaboratoires MMSH. Organisation : Elodie Attia (CNRS, TDMAM), Emmanuelle Chapron (AMU, Telemme), Sébastien Douchet (AMU, CIELAM), Anne Mailloux (AMU, LA3M).

 

 

 

BnF, ms. fr. 1134, fol. 1

 

 

 

Depuis une vingtaine d’années, les technologies numériques sont au cœur de la pratique quotidienne des chercheurs. Bien plus qu’un outil de visualisation, elles offrent des possibilités inédites pour la recherche. Ce saut numérique s’est accompagné d’un mouvement de réflexion épistémologique des communautés savantes sur leurs objets, leurs outils et leurs méthodes de travail, encourageant les travaux sur les supports de l’écrit, sur l’analyse matérielle des codices et la collation des exemplaires, sur les collections, archives et bibliothèques, sur la vie matérielle des artefacts et les strates d’interprétation ajoutées par les manipulations diverses dont ils font l’objet. Pour autant, l’accès à la matérialité des objets textuels par le numérique n’est pas la même que celle qui s’offre dans le face-à-face réel du chercheur avec l’objet-texte. Il y a ainsi, dans le monde de la recherche, un hiatus fort entre la séduction qu’exercent les nouveaux outils numériques et la conscience aiguë de la déperdition phénoménologique et herméneutique causée par la dématérialisation et la mise à distance d’objets d’études de plus en plus coupés du corps, outil aussi indispensable que l’esprit à une saisie correcte des objets. Il ne s’agit pas d’opposer « goût de l’archive » et pratiques numériques, qui n’ont rien d’incompatible et peuvent former un cercle vertueux de la recherche, mais de réfléchir, dans une triple perspective épistémologique, méthodologique et pratique, à la manière dont on peut appréhender, décrire et analyser la matérialité des objets à partir, malgré ou à l’aide de leurs substituts numériques.

Séance 1. Mardi 19 octobre. Invité : Pierre Chastang (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, DYPAC)

 
Séance 2. Mardi 23 novembre. Invité : Jean-Luc Velay (CNRS, LNC), Marie Montant (AMU, LPC)

La numérisation des textes a pour conséquence première leur aplatissement, là où la main du chercheur travaille avec des objets en trois dimensions. La séance discutera les possibilités des numérisations et reconstitutions 3D actuellement à l’étude, en particulier ce qu’elles apportent à l’étude des reliures. La séance fera aussi intervenir des chercheurs en neurosciences cognitives et en psychologie cognitive, qui travaillent sur le rôle que les informations transmises par les mouvements de manipulation du livre imprimé jouent dans la compréhension d’un récit par le truchement du repérage dans l’espace du texte.

Flyer : SIEE séance 2 flyer r

Séance 3. Mardi 7 décembre. Invité : Malcolm Walsby (ENSSIB, Centre Gabriel Naudé)

On se demandera dans cette séance dans quelle mesure l’objet numérique occulte ou au contraire révèle l’histoire de l’objet-texte, de ses transformations matérielles et herméneutiques au fil du temps, de ses changements de possesseurs, des conditions de sa conservation, etc. Décomposer, par l’analyse matérielle, le conglomérat hérité que sont un codex, une boîte d’archives, une liasse de documents est-il réalisable aux mêmes conditions et avec les mêmes résultats selon que l’on a recours à l’objet réel ou à l’objet virtuel ?

Flyer: SIEE séance 3[1]

Séance 4. Mardi 25 janvier. Invitée : Marie-Luce Demonet (CESR, Tours)

La séance part du postulat que l’inscription de l’écrit dans un ensemble plus vaste (collection, bibliothèque, fonds d’archives) participe du sens qui lui est donné: le positionnement d’un document dans une liasse, ou d’un livre dans une bibliothèque, est un élément de contexte qui résulte d’un choix, s’impose à son lecteur et pèse sur la lecture qu’il pourra en faire. Dans le même temps, la signification d’une collection excède celle de la somme des entités qu’elle contient, de sorte que l’archéologie des bibliothèques est une des voies désormais classiques pour comprendre la genèse des oeuvres littéraires ou scientifiques. C’est dans cette perspective que l’on peut entrevoir les potentialités des humanités numériques, qu’il s’agisse de proposer une reconstitution virtuelle de bibliothèques dispersées (projet Collecta autour de la collection Gaignières), ou de modéliser en 3D une bibliothèque envisagée comme une collection de livres installée dans un lieu (projet MONLOE autour de la bibliothèque de Montaigne). C’est ce dernier projet qui sera présenté au cours de la séance. 

Séance 5. Mardi 22 février. « Numérisation, mode d’emploi ». Invitée : Ariane Pinché (Ecole nationale des chartes)

14h : visite de la réserve de la BU droit avec Rémy Burget, adjoint au directeur de la Bibliothèque de Droit d’AMU (rendez-vous dans le hall de la BU de Droit d’AMU. Attention ! ne pas confondre avec la BU Fenouillères).

14h45 : communication d’Ariane Pinché (post-doctorante à l’Ecole des Chartes – Projet CREMMALAB – Paris) : « Des images au texte : comment apprendre à des ordinateurs à lire des manuscrits médiévaux ? » (présentation ci-dessous)

16h15 : présentation de l’atelier de numérisation et discussion avec Pascal Faucompré, chargé de la numérisation au SCD d’AMU.

Ariane Pinché : «  Des images au texte : comment apprendre à des ordinateurs à lire des manuscrits médiévaux ? » 

Les nouvelles technologies permettent aujourd’hui, grâce à l’intelligence artificielle, d’apprendre à des machines à lire des manuscrits médiévaux. S’il y a 10 ans encore, ces tentatives étaient expérimentales et peu fructueuses, aujourd’hui l’émergence d’outils comme Transkribus ou Kraken avec leur interface de transcription permet d’acquérir du texte directement depuis des numérisations de documents médiévaux.

L’utilisation croissante de l’HTR (handwritting text recognition) pour les manuscrits fait surgir de nombreuses questions éditoriales autour de la production des données nécessaires à l’entrainement des machines pour lire les documents. Il devient donc primordial d’établir une méthode efficace pour transcrire des textes médiévaux afin de constituer les modèles les plus performants possibles, mais aussi les plus utiles à la communauté scientifique.

Au cours de cet atelier, nous présenterons les principes généraux de l’HTR, ainsi que les expériences qui sont menées au sein du projet CREMMALab pour évaluer les capacités des modèles HTR à retranscrire des manuscrits et à s’adapter à de nouvelles mains ou des formes de lettres différentes d’une écriture à une autre. Enfin, nous ferons une démonstration de l’interface eScriptorium pour ceux et celles qui souhaiteraient se lancer dans cette aventure. 


Quelques liens utiles :

Blog du projet CREMMALab :  présentation du projet et  premiers comptes-rendus du séminaire : « Création de modèle(s) HTR pour les documents médiévaux en ancien français et moyen français entre le Xe-XIVsiècle » de l’École de nationale des Chartes : https://cremmalab.hypotheses.org

Lien vers le dépôt cremma-medieval qui rassemble des données d’entrainement pour l’HTR pour transcrire les manuscrits français du 13e et 14e siècle : https://github.com/HTR-United/cremma-medieval.

Quelques pistes de lecture :

CHAGUÉ, Alix, CLÉRICE, Thibault et CHIFFOLEAU, Floriane, HTR-United, a centralization effort of HTR and OCR ground-truth repositories mainly for French languages, 2021, [En ligne : https://github.com/HTR-United/htr-united].

CHAGUÉ, Alix, « Prendre en main eScriptorium », LECTAUREP, [En ligne : https://lectaurep.hypotheses.org/documentation/prendre-en-main-escriptorium].

KIESSLING, B., TISSOT, R., STOKES, P., [et al.], « EScriptorium: An Open Source Platform for Historical Document Analysis », 2019 International Conference on Document Analysis and Recognition Workshops (ICDARW), vol. 2, 2019, p. 19‑19.

Séance 6. Mardi 22 mars. Agrégateurs: qui peut le plus peut le moins ? Invité : Régis Robineau (Biblissima)

Depuis une décennie, le développement de données numériques et de leur mise en ligne de plus en plus croissante a poussé à l’émergence de méta-sites ou méta-bases de données numériques dont le rôle est d’agréger des contenus hétérogènes par leur nature (objets textuels, graphiques, glyptiques, etc.) et par leurs caractéristiques techniques. Leur hétérogénéité et la question de la granularité de l’information moissonnée par ces sites peut conduire à une déperdition d’informations (métadonnées). La réflexion de cette séance s’articule notamment autour de la question de la création de portails nationaux ou internationaux dont les choix techniques et scientifiques sont susceptibles de différer ou d’ évoluer selon les contraintes et les usages que différents publics en font. A cet effet, notre invité, Régis Robineau, fera un retour d’expérience sur le portail Biblissima (développé entre 2012 et 2021) ainsi qu’une présentation générale de son évolution vers Biblissima+ dont le développement reprend de 2021à 2029.

Participer à la réunion Zoom

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/89096884391?pwd=UklMTUxzb3ZtVk1sSDZ6T2FGbDA2UT09

ID de réunion : 890 9688 4391

Code secret : 853476


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.