Bibliothèques publiques des Lumières (ANR-23-CE27-0012) : présentation du projet

Le projet BIPULUM, financé par l’ANR pour 2024-2028, a pour ambition de recenser et d’étudier les bibliothèques publiques existant en France au XVIIIe siècle, dans une perspective d’histoire urbaine, d’histoire politique et d’histoire des pratiques culturelles, pour comprendre comment émerge, dès avant la Révolution, l’idée de la bibliothèque comme service public.

En France, l’histoire des bibliothèques publiques commence dans la plupart des cas à la Révolution. La période qui va de la première vague de confiscations ecclésiastiques (1789) à l’arrêté qui fonde les bibliothèques municipales (1803) en constitue le socle fondateur. Mais ce récit contribue à occulter la force des évolutions à l’œuvre au XVIIIe siècle. Non seulement l’idée, mais la pratique de la bibliothèque publique a déjà été mise à l’épreuve, au moment où la Révolution éclate, dans de nombreuses villes du royaume.

Alors que cette réalité est bien connue des historiens (Desgraves 1989), l’histoire des bibliothèques publiques constitue un angle mort de l’histoire des Lumières. Il ne s’agit pourtant pas d’un phénomène marginal : depuis la seconde moitié du XVIIe siècle et surtout au cours du XVIIIe siècle, l’ouverture au public des bibliothèques constitue un puissant mouvement de fond dans le royaume. On peut identifier plus de 70 projets, aboutis ou non, et près de cinquante villes disposent d’une bibliothèque publique à la veille de la Révolution, dans l’acception que revêt alors le terme – celle d’une bibliothèque ouverte à un public indifférencié, d’une manière réglementée et à heures fixes, sans qu’entre en compte la nature de l’institution qui en a la tutelle. La littérature (guides de ville, almanachs) montre comment la « bibliothèque publique » est devenue à la fin du XVIIIe siècle un élément attendu de l’équipement urbain, voire un lieu où se cristallise le sentiment d’un patrimoine local.

Cette carte, provisoire à ce stade du projet, montre la présence de projets de bibliothèques publiques partout sur le territoire, ainsi que la diversité de leurs statuts : bibliothèques relevant de la municipalité, d’un collège, d’une académie, d’une université, d’un chapitre cathédral ou d’une communauté religieuse (fonds de carte : Archives nationales, NN/37/3, cartographie E. Chapron).

Ces premières bibliothèques publiques constituent un objet dense, au carrefour de l’histoire sociale, de l’histoire politique, de l’histoire urbaine, de l’histoire des idées et de l’histoire culturelle. Le projet prévoit de les étudier selon plusieurs axes :

  • la fondation d’une bibliothèque : sociologie des fondateurs; références implicites et explicites, circulation des modèles; dispositions juridiques, institutionnelles et matérielles; la fondation d’une bibliothèque comme projet politique et intellectuel.
  • le fonctionnement d’un “service public”: configuration des espaces, mobilier; horaires, modalités matérielles et intellectuelles d’accès aux livres; profil des collections, budget et acquisitions; profil du bibliothécaire, instruments de gestion de la collection, classements, catalogues et inventaires.
  • le public des bibliothèques publiques: à la recherche des sources (registres de prêts, correspondances, récits de voyageurs)

En articulant études de cas, approches comparées et perspectives d’ensemble, le projet vise donc à combler une lacune historiographique et à donner les moyens de mieux apprécier la place des bibliothèques publiques dans les transformations culturelles, sociales, politiques et urbaines de la fin de l’époque moderne. Il ne s’agit pas d’affirmer que ces institutions ont été des pointes avancées des idées des Lumières (ce qu’elles n’ont sans doute pas été), mais de faire l’hypothèse qu’elles sont partie prenante des mutations culturelles profondes qui en sont le terreau, en instituant au cœur de la ville un espace public de la lecture – ou plus largement, un espace d’usages de l’imprimé et du manuscrit.

Partenaires:

  • UMR 7303 Telemme (Aix Marseille Université, CNRS) (Emmanuelle Chapron)
  • UMR 5317 IHRIM (U. Lyon 2, U. Lyon 3, ENS Lyon, U. Saint-Étienne, U. Clermont Auvergne, CNRS) (Fabienne Henryot)
  • EA 3624 Centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) (Christine Bénévent)
  • Bibliothèque nationale de France (Gennaro Toscano)


Citer ce billet
Emmanuelle Chapron (2024, 23 janvier). Bibliothèques publiques des Lumières (ANR-23-CE27-0012) : présentation du projet. Histoires de bibliothèques. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vng8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.