Les généralités de Tours, Bourges, Moulins et Limoges. Une diagonale du vide ?

Au sud de la généralité d’Orléans, entre celles de Poitiers à l’ouest et de Riom à l’est, les anciennes généralités de Tours, de Bourges, de Moulins et de Limoges forment sur notre carte comme une grande diagonale du vide.

Les généralités de Tours, Bourges, Moulins et Limoges paraissent, en l’état de nos recherches, dépourvues de bibliothèques publiques.

Cette situation interroge l’historien. Comment comprendre l’absence de velléités de bibliothèques publiques dans des villes importantes comme Tours, Le Mans ou Angers dans la généralité de Tours, à Bourges, Limoges ou Moulins, au regard des facteurs qui, ailleurs, ont favorisé le développement de ce type de projet (présence d’un parlement, d’un siège épiscopal, d’une université) ? De quel côté chercher pour retrouver la trace éventuelle de projets qui n’auraient pas été portés à leur terme ?

D’un côté, il est tout à fait possible que des projets aient été amorcés, puis abandonnés dans ces villes et que la mémoire en ait été perdue. De l’autre, on peut penser que les structures existantes ont suffi à l’usage des lecteurs urbains.  

Le cas d’Angers peut servir à nourrir la réflexion. La ville ne manque pas de grandes bibliothèques, celles de la faculté de théologie (celle de l’université a disparu à la fin du XVIIe siècle) et du collège oratorien, des abbayes et des communautés ecclésiastiques, dont la base des anciens possesseurs développée par la bibliothèque municipale d’Angers sur le site commulysse permet d’avoir un bon aperçu. A la fin du 17e siècle, la fondation d’une Académie royale des belles-lettres (1685) semble ouvrir la voie à celle d’une bibliothèque publique. En 1690, Nicolas Pétrineau des Noulis, échevin perpétuel d’Angers et directeur de l’Académie, propose d’organiser une bibliothèque publique: il y contribuerait personnellement pour 200 pistoles en argent et en livres,à condition d’y résider avec le titre de bibliothécaire. En 1691, l’échevinage décide l’établissement de rayons et tablettes dans la salle de l’Académie, espérant “qu’il se formera par ce moyen une bibliothèque publique” [AM, BB 72]. Les procès-verbaux des séances académiques montrent la poursuite du projet, à bas bruit, dans les années qui suivent: en 1696, les académiciens s’opposent à l’échevinage qui veut faire construire une buanderie dans le jardin de l’hôtel de ville, en invoquant le projet de bibliothèque publique et les dons déjà rassemblés à cet effet.

Bien lancé, le projet semble finalement rester sans suite. Au 18e siècle, il y a à Angers de petites “sociétés” dont certaines peuvent être abonnées aux nouvelles, et le cabinet de lecture proposé par le libraire Mame. L’Académie s’efforce, dans la seconde moitié du siècle, de mettre en place une bibliothèque académique digne de ce nom en s’abonnant aux journaux et en rassemblant les ouvrages de ses membres. Enfin, l’échevinage établit en 1764 une bibliothèque à l’usage de ses membres [AM, BB 121, fol. 76]. Cela a-t-il suffi à contenter les lecteurs angevins, alors que la bibliothèque publique est devenue, au 18e siècle, un élément attendu de l’équipement urbain ?

Mes remerciements à Marc-Édouard Gautier, directeur de la bibliothèque municipale classée d’Angers, à Sophie Renaudin, responsable des collections patrimoniales. Cet billet doit tout son contenu à Jacques Maillard et Jean-Pierre Bois, que je remercie pour ces éléments sur l’histoire angevine et le signalement des sources.

Bibliographie

Jean-Pierre Bois, L’Académie royale des belles-lettres d’Angers, 1685-1793, Saint-Léger éditions, 2021.

Jacques Maillard, Histoire de l’Anjou, t. 3. L’Ancien Régime et la Révolution en Anjou, Paris, Picard, 2011.

Jean-Luc Marais, “La sociabilité des élites fut-elle brisée par la Révolution ? Angers, 1764-1854”, Pour une histoire sociale des villes. Mélanges offerts à Jacques Maillard, Rennes, 2006, p. 323-338.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emmanuelle Chapron (31 janvier 2024). Les généralités de Tours, Bourges, Moulins et Limoges. Une diagonale du vide ? Histoires de bibliothèques. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqb3


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.