Les généralités d’Amiens et de Soissons

 

Les généralités d’Amiens et de Soissons, et encore plus l’Artois et la Flandre française, sont parmi les espaces les plus densément pourvus en bibliothèques publiques.

Abbeville : un fort investissement social (1685 et 1718)

Dans la généralité d’Amiens, le cas de la bibliothèque publique d’Abbeville est le mieux connu (même si la bibliographie, ancienne, devrait être reprise pour préciser les sources).

Le premier legs est celui du prêtre, chanoine et principal du collège de la ville, Jean de Boullenois, en 1643. « Porté de zèle pour le public », il donne ses livres « à la ville […] pour en avoir l’usage et s’en servir par les régens dudit collège après son décedz » [AM, GG 75]. Il s’agit donc d’une bibliothèque à usage réservé, que l’on n’inclut pas dans le corpus mais qu’il faut garder en tête car il s’agit d’un exemple précoce de dévolution aux autorités municipales et pour le bien public.

Le second legs est organisé en 1685 par le testament de Charles Sanson, curé de Saint-Georges (27 août 1685). Il lègue « aux ecclésiastiques de ladite ville d’Abbeville tous les livres à lui appartenant pour commencer à exécuter le dessein qu’il avait projeté avec quelques amis d’une bibliothèque publique, espérant que d’autres pousseroient cette entreprise plus loin », avec une somme de 1000 l. pour l’entretien d’un bibliothécaire. Deux chanoines de Saint-Vulfran et deux curés doivent se charger de l’établissement de la bibliothèque et de sa surveillance [archives de Clermont-Tonnerre ?]. Après la mort de Sanson le 12 novembre 1685, on dresse un inventaire de ses livres (13 décembre), les meubles sont mis en vente pour 511 l. On n’a pas de renseignement sur le fonctionnement des débuts de la bibliothèque.

Collégiale Saint-Vulfran, Abbeville.

Le troisième legs est celui de François d’Argnies, docteur en médecine, agrégé au collège des médecins d’Abbeville, mort le 10 août 1718 (le testament du 8 septembre 1716, not. Pierre Lefebvre, se trouve en copie dans les archives de Clermont-Tonnerre [ ?]). Son épouse doit donner au doyen de St-Vulfran, « pour contribuer à l’establissement d’une Bibliothèque publique qui sera placée dans tel lieu qu’il trouvera plus convenable et à propos pour le bien et la commodité publique, laissant le choix du lieu à sa prudence et à sa disposition seule, tous les livres qui m’appartiennent de telle matière qu’ils traitent », ainsi que deux rentes de 600 l. et 400 l. Le revenu des rentes servira, à hauteur de 20 l. par an, à rémunérer « celui qui aura soin de ladite Bibliothèque à la charge par lui de la tenir ouverte deux fois la semaine, le mercredi et le samedi depuis huit heures du matin jusques à onze heures, et depuis deux heures jusques à cinq heures d’après-midi pendant les mois de may, de juin et de juillet, et d’avertir le public de l’ouverture de ladite Bibliothèque par un placard qu’il fera imprimer et afficher à ses dépens aux principaux lieux et carrefours de la ville le premier jour ouvrable du mois de may de chaque année » et, pour le reste, à acheter des livres « propres et convenables pour augmenter avec utilité ladite Bibliothèque ».

En juin 1718, les administrateurs de la fondation Sanson achètent une maison à étage, rue Notre-Dame-du-Châtel, pour une somme de 1700 l., pour y placer les livres. Ceux de Dargnies y sont réunis.

Les legs se multiplient ensuite : Charles Becquin du Fresnel, curé de Saint-Sépulcre (une partie de ses livres et une rente de 30 l., 1726) ; Nicolas Becquin, chanoine de Saint-Vulfran (tous ses livres, armoires et tablettes, 1728).

Ce dernier legs est contesté par le neveu du défunt, Philippe Pigné, avocat et secrétaire du roi. Le procès est rapporté dans les manuscrits Siffait, qui reproche à l’héritier la prétention de « vouloir seul de son crédit renverser cet établissement et envier à la ville d’Abbeville, sa patrie, la gloire d’être la première des villes de province qui ait eu une bibliothèque publique, comme elle a le rare avantage d’avoir la plus ancienne coutume du royaume et la première rédigée par écrit ». Le maïeur d’Abbeville intervient en 1737 en soutenant la proposition, faite par les quatre administrateurs ecclésiastiques, de leur adjoindre quatre administrateurs laïcs, « parce que nous la regardons comme un bien commun, dont la conservation intéresse tous les habitants », à condition que la réclamation dans le procès Becquin se fasse au nom de la ville. Les héritiers sont condamnés en 1738 (jugement imprimé : Paris, Lottin, 1739).

Les legs se poursuivent, témoignant de l’institutionnalisation de la bibliothèque dans le paysage urbain : Jean-Roger de Ray du Tilleul, chanoine trésorier de Saint-Vulfran, supérieur de la visitation d’Abbeville (m. 15 avril 1768) ; Daniel-François Formentin, avocat, conseiller du roi (m. 1er avril 1774), Philippe Le Fuzelier, doyen des chanoines de S. Vulfran (800 vol. de piété, 1785).

Pour autant, fortement ancrée dans le milieu ecclésiastique, la bibliothèque ne semble pas avoir complètement répondu aux attentes des lecteurs urbains. En 1768, il semble que les administrateurs de la bibliothèque aient pris prétexte des réformes scolaires pour proposer une union de la bibliothèque publique avec celle du collège. Le Compte rendu aux chambres assemblées, par M. Roussel de la Tour, de plusieurs collèges de province situés dans le ressort du Parlement, qui n’étoient pas desservis par les ci-devant soi-disans Jésuites. Du 26 Août 1768, signale que « ce collège possède une bibliotheque, dont il est redevable à la générosité de Jean Boullenois, principal, mort en 1644, & qui l’a laissée par son testament pour l’usage des professeurs. Son exemple suivi de plusieurs sçavans de cette Ville, y a formé successivement une autre belle bibliotheque publique, revêtue de Lettres Patentes enregistrées en la Cour, dont les administrateurs désireroient la réunion à celle du collège » (p. 222).

Un peu plus tard, dans les pages de l’Almanach qu’il publie, l’imprimeur Devérité se répand souvent contre le caractère anachronique des collections :

 « On ne saurait le dissimuler, cette bibliothèque publique n’est presque point consultée, et il est fort peu d’âmes qui y aillent chercher des remèdes à leurs maux ; mais aussi l’espèce de ces remèdes n’est point connue. Celle-ci renferme d’excellents livres pour des savants, pour des écrivains laborieux. Une ville de province en contient peu : ils trouveraient trop de difficultés à y exister. » (1776)

« Douze cents volumes de vieille jurisprudence, de philosophie scolastique, de casuistes, de théologiens aristotéliciens, souvent doublés, et pas un des bons écrivains des siècles de Louis XIV et de Louis XV forment-ils ce qu’on peut appeler une Bibliothèque publique ? Serait-ce manquer aux intentions des fondateurs que de remplacer ces livres et la maison qui les contient, d’abord par une Encyclopédie méthodique, qui va mieux former seule dans son ensemble une Bibliothèque publique que celle à qui on donne ce nom parmi nous, et ensuite par tous les bons écrivains des siècles que l’on vient de citer ? […] La Société d’abonnement littéraire, au lieu de se partager les livres qu’elle reçoit chaque année, pourrait enrichir ce dépôt public, témoin de ses assemblées, et toujours sous la main pour être consulté. D’autres citoyens imiteraient sans doute cette générosité. Le désir naîtrait plus souvent d’augmenter un établissement qui serait dès lors aussi agréable qu’il serait utile. On lirait enfin d’une Bibliothèque publique autre chose que l’inscription mise sur sa porte. » (1783)

 « Cette bibliothèque, dotée par des ecclésiastiques, des avocats, des médecins, attend donc qu’un homme du monde ou quelque société, veuille l’enrichir de livres d’histoire et de littérature. » (1786)

La bibliothèque participe pourtant à l’image publique de la ville. Elle est mentionnée dans le Dictionnaire universel de la France, 1771 : « Abbeville a encore une bibliothèque publique ouverte trois fois par semaine, et deux pompes publiques pour les incendies. » et dans la France littéraire (Paris, Duchesne, 1784).

La France littéraire, 1784, p. 40.

Sources

BM, ms. 93. Correspondance des intendants de Picardie et autres fonctionnaires avec les magistrats municipaux d’Abbeville, 1724-1785.

BM, ms. 755. Pièces concernant la bibliothèque publique et la bibliothèque communale d’Abbeville, 1738-1831.

Bibliographie

Alcius Ledieu, « Notice historique sur la bibliothèque d’Abbeville, depuis sa formation à nos jours », dans Catalogue analytique des manuscrits de la bibliothèque d’Abbeville, Abbeville, 1885.

Ernest Prarond, Les grandes écoles et le collège d’Abbeville, 1384-1888 : contribution à l’histoire de l’enseignement, Paris, Picard, 1888.

Pistes de recherche

Documenter le récit de fondation (AM, AD, BM, AN pour lettres patentes), numériser les sources (BM).

À Saint-Quentin, le cas de la bibliothèque de l’abbaye Saint-Quentin-en-L’Isle, incertain, doit être précisé.

On écarte en revanche le cas de la bibliothèque de l’Hôtel de ville d’Amiens, attestée au XVIe siècle mais dispersée ensuite, et probablement utilisée par les seuls membres de l’échevinage dans l’exercice de leurs fonctions.

Bibliographie

André Labarre, « La bibliothèque municipale d’Amiens en 1551 », Bulletin de la société des antiquaires de Picardie, t. L, 1963-1964, p. 256-262.

François Berquet, La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Quentin-en-L’Isle, mémoire de maîtrise, université Lille III, 1986.

Soissons : une fondation ecclésiastique en genèse (1781)

Dans celle de Soissons, l’initiative épiscopale d’Henri-Claude de Bourdeilles, évêque de Soissons, est décrite dans l’ouvrage ancien (relativement précis, mais peu sourcé) de l’abbé Pécheur. Elle fait suite de la sécularisation des célestins de Villeneuve-Saint-Germain par un bref du pape du 1er février 1781. Les biens sont affectés à l’évêché et à différentes œuvres charitables, le secours des pauvres, l’instruction des enfants indigents, le séminaire et le collège. Le couvent est concédé à l’évêque pour en faire une maison de campagne à condition qu’il fonderait une bibliothèque publique ayant pour premier fonds celle des célestins et la sienne propre.

L’acte de fondation précise que le bibliothécaire serait un ecclésiastique qui aurait en même temps la conservation des archives, titres et papiers du couvent de Villeneuve et que l’établissement s’ouvrirait deux fois la semaine. L’évêque doit lui délivrer chaque année 4 muids de blé et 300 l. destinés à l’achat et reliure d’ouvrages de droit civil et canon, ainsi qu’à l’entretien de la bibliothèque. Il dépose entre les mains du receveur des décimes une somme annuelle de 1600 l., jusqu’à concurrence de 16 000 l. de capital, pour la construction d’un corps de bâtiment propre à recevoir la bibliothèque, dont l’entretien demeure à perpétuité à la charge de l’évêque de Soissons. En attendant la mise en œuvre du projet, la bibliothèque est déposée au séminaire mais rien n’advient avant la Révolution.

Bibliographie

Abbé Pécheur, Histoire des bibliothèques publiques du département de l’Aisne, existant à Soissons, Laon et Saint-Quentin, Soissons, A. Michaux, 1883 [en ligne].

Pistes de recherche

Documenter la fondation


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emmanuelle Chapron (30 janvier 2024). Les généralités d’Amiens et de Soissons. Histoires de bibliothèques. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vppr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.