Les bibliothèques publiques de Bretagne (1) : Brest

La Bretagne a compté, au XVIIIe siècle, trois bibliothèques publiques, à Nantes (1754), Brest (1771) et Rennes (1787). La province est relativement plus pauvre que d’autres en la matière et surtout, les initiatives viennent moins d’individus que de corps déjà constitués, le corps de ville à Nantes, l’Académie de marine à Brest et la corporation des avocats à Rennes.

L’Académie royale de marine de Brest est fondée en 1752. Le premier règlement prévoit de consacrer une petite salle au « dépôt des livres, registres et mémoires », une autre étant réservée aux « modèles, machines & instrumens » [Règlement 1752, art. 29]. La compagnie est-elle si bien installée ? On peut en douter : un projet de règlement rédigé en 1775 évoque un environnement désagréable, étroit et bruyant, et demande que l’on attribue à l’académie « un autre logement composé de plusieurs salles et appartements pour ses assemblées, sa bibliothèque et ses cabinets ».

Mr de Sartines a vu dans son séjour à Brest combien le logement de l’Académie étoit désagréable, par son peu d’étendue, son obscurité, le bruit inséparable du voisinage d’un bassin. Il a si bien senti la nécessité d’un bâtiment, qu’il a eu la bonté d’assurer l’Académie qu’il en ferait plutôt bâtir un tout exprès, s’il ne s’en trouvait pas dans le port. [AN, Marine, G 93, fol. 69]

L’Académie doit en attendant se réunir « dans la salle ordinaire ». Elle reçoit une seconde salle en 1777, qu’elle consacre aux modèles [Doneaud du Plan 1878, IV, p. 82].

Le règlement précise que la dotation annuelle (fixée à l’origine à 6000 l.) devra être en partie affectée à l’accroissement de la bibliothèque. Durant la première période de l’Académie, des achats sont faits à Paris par l’intermédiaire de l’académicien Lefebvre, secrétaire de la Bibliothèque royale, qui parviennent à Brest en 1753, 1756 et, avec retard, en 1764, pour une dépense totale de plus de 6000 l. Après l’interruption du financement et de l’activité académique pendant les années de la guerre de Sept ans, l’Académie refondée en 1769 engage une politique raisonnée de mise à jour de ses collections. Les achats sont décidés en assemblée ou à partir de listes dressées par les académiciens. Aux libraires parisiens Delatour et Durand, approchés par l’Académie pour les fournitures de ouvrages étrangers, se substitue le brestois Malassis, leur correspondant, qui devient l’interlocuteur privilégié de l’académie. Les achats, qui atteignent plus de 3000 l. par an dans les années 1785-1787, se font également dans les ventes aux enchères, auprès des officiers à l’étranger, auprès des correspondants académiques et, ponctuellement, de libraires parisiens. La collection compte 1018 ouvrages en 1781, mais 1888 en 1788, ce qui représente un rythme d’acquisitions exponentiel, de plus de 125 titres par an en moyenne, contre 35 dans la période précédente [Catalogue 1781].

Les registres académiques témoignent également, tout au long de la période, de l’importance des dons individuels, auxquels encourage d’ailleurs le règlement, prévoyant qu’« il sera fait mention sur les registres de l’Académie, de ceux qui auront ainsi augmenté ses collections » – ce qui ne sera systématiquement demandé aux membres de l’Académie des sciences de Paris, avec un succès inégal, que dans les années 1780 [Règlement 1752, art. 32 ; Règlement 1769 ; Donneaud du Plan].

Or l’Académie est l’émanation de milieux professionnels pour lesquels le rapport à la culture livresque est, au XVIIIe siècle encore, l’objet de représentations conflictuelles. En 1762, le commandant de la marine à Brest note qu’« on ne s’est guerre jamais piqué de connoissances dans la Marinne, et elles y ont même presque toujours été tournées en ridicule. Je vois bien icy [à Brest] 150 traitteurs ou cabaretiers qui ont tous fait fortune, il n’y avoit qu’un seul libraire et qui a fait banqueroutte ». La notation est polémique, mais certains esprits chagrins ont, de fait, rapporté les malheurs maritimes de la guerre de Sept Ans à la prolifération des « officiers savants ». [AN, Marine, G 93, fol. 22, Aimar Joseph de Roquefeuil à non identifié, Brest, 3 décembre 1762 ; Vergé-Franceschi 1991, p. 233] À l’inverse, l’Académie s’est donné comme propos de promouvoir les connaissances les plus théoriques, pour soutenir les pratiques maritimes qui ne seraient sans elles qu’un « tâtonnement aveugle », selon les termes du discours inaugural de Bigot de Morogues [Henwood p. 128 ; Mémoires 1773, p. iv-v].

L’ouverture au public de la bibliothèque est effective en 1771 et devient quotidienne en 1775 [SHD, Académie de marine de Brest, 90, fol. 20, Projet de règlement pour l’entrée de la bibliothèque de l’Académie ; 108, fasc. 2, Extrait des registres de l’Académie royale de marine pour servir de règlement à la bibliothèque (Brest, 5 octobre 1771)]. Cette ouverture s’inscrit dans une véritable « mystique de la publicité » que l’on retrouve en 1773 dans la préface des Mémoires de l’Académie royale de Marine, et en 1783 dans la notice de l’Encyclopédie méthodique, rédigée par un académicien :

Chacun sentait combien il deviendrait utile de rendre promptement la bibliothèque publique, dans un département où tant de personnes ont besoin de secours sur toutes les parties de l’art nautique, & sur ceux qui y ont rapport, comme la médecine, la chirurgie, la physique, les mathématiques, la botanique, &c. et d’une foule d’arts, qui concourent à la perfection de ceux de la marine.

Il fallait des soins, des recherches pour compléter cette bibliothèque si variée, avec choix et sans trop multiplier les dépenses ; on s’y livra avec ardeur. On fit des règlemens en vertu desquels ce dépôt, déjà si considérable, augmente tous les jours ; on en fit pour la police de la bibliothèque rendue publique, & elle fut ouverte, pour la première fois, le 14 octobre 1771. On y reçoit non seulement toutes les personnes de la marine ou attachées à la marine, qui, par leur éducation, sont en état de consulter des livres, mais encore tous les officiers de la garnison & toutes les autres personnes de Brest, qui seroient admises à Paris aux bibliothèques publiques ; elle n’a jamais manqué d’être fréquentée. [Encyclopédie 1783, p. 12]

La publication du catalogue de la bibliothèque, en 1781, est un autre investissement qui complète l’ouverture au public et consolide la cohérence d’une « science marine » émergée d’un ensemble de savoirs pluridisciplinaires. Cet effort d’ouverture rappelle celui d’autres académies de province qui, à La Rochelle ou à Bordeaux, forment une ressource culturelle importante au niveau local. Mais il est sans doute d’autant plus nécessaire que l’académie brestoise, au contraire des autres, est enfermée dans un arsenal, qu’elle forme un isolat dans une ville au niveau culturel faible et qu’elle ne tient pas de séances publiques. Rappelons que Jean Quéniart compte, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle,moins de 10 % d’inventaires après décès brestois mentionnant des livres à Brest [Quéniart 1977, II, p. 562, 948]. Il reste toutefois à cerner les lecteurs et les usages de cette bibliothèque.

La bibliothèque de l’Académie de marine est un objet important. Elle occupe un rôle stratégique dans la mission que se donnent l’institution de promouvoir les savoirs scientifiques dans un milieu socio-professionnel relativement mal doté en ressources livresques. Elle rend également compte d’évolutions de longue haleine, qui touchent aux usages matériels et intellectuels de l’écrit dans les professions « de terrain », et dont témoignent au même moment d’autres formes de bibliothèques de travail.

Sources manuscrites

Service Historique de la Défense, fonds de l’Académie royale de marine de Brest

90, fol. 20, Projet de règlement pour l’entrée de la bibliotèque de l’Académie 

108, fasc. 2, Extrait des registres de l’Académie royale de marine pour servir de règlement à la bibliothèque (Brest, 5 octobre 1771).

Sources imprimées

Catalogue des livres de la bibliothèque de l’Académie royale de marine, fait en 1781, Brest, Malassis, 1781. [BnF Q-9496]

Encyclopédie méthodique. Marine, Paris, Panckoucke, 1783, 3 vol., I, p. 12.

Mémoires de l’Académie royale de marine, Brest, Malassis, 1773.

Règlement pour l’établissement d’une Académie de Marine, au port de Brest, Paris, Imprimerie royale, 1752. [BnF F-5029(5)]

Bibliographie

Chapron Emmanuelle, « Tools for Science. Libraries in Scientific Institutions in Eigteenth-Century France and Italy », Nuncius, 33, 2018, p. 236-264.

Charon Annie, Thierry Claerr, François Moureau éd., Le livre maritime au siècle des Lumières. Édition et diffusion des connaissances maritimes (1750-1850), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2005.

Doneaud du Plan Alfred, Histoire de l’Académie de Marine, Paris, Berger-Levrault, 1878-1882.

Henwood Philippe, « L’Académie de Marine à Brest au xviiie siècle », dans La mer au siècle des Encyclopédies, éd. Jean Balcou, Paris, Champion – Genève, Slatkine, 1987, p. 125-134

Le Page Rémy, « La bibliothèque de l’Académie de Marine », dans La mer au siècle des Encyclopédies, éd. Jean Balcou, Paris, Champion – Genève, Slatkine, 1987.

Quéniart Jean, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, thèse, Université Lille-III, 1977, 2 vol.

Vergé-Franceschi Michel, Marine et éducation sous l’Ancien Régime, Paris, Éditions du CNRS, 1991.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emmanuelle Chapron (20 février 2024). Les bibliothèques publiques de Bretagne (1) : Brest. Histoires de bibliothèques. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vvc4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.