Le fonds Pierre Pansier – Avignon

Le fonds du docteur Pierre Pansier (1864-1934) est actuellement conservé à la Médiathèque Ceccano d’Avignon. Issu d’un legs, il constitue un ensemble particulièrement riche pour l’étude de l’histoire de la médecine et du Comtat Venaissin. Il est également révélateur des pratiques érudites d’un médecin au début du XXsiècle.

Le Docteur Pierre Pansier (1864-1934)

Le docteur Pierre Pansier : entre médecine et érudition

Pierre Pansier est un ophtalmologiste né à Carpentras, qui a passé la plus grande partie de sa vie à Avignon dans le cadre de l’exercice de son art. Il est issu d’une des plus importantes familles carpentrassiennes de son époque. Son père, Louis Ulysse Pansier, est avocat et réputé pour être un fervent royaliste, une opinion politique que son fils ne semble cependant pas avoir partagée[1].

Pierre Pansier étudie au lycée Saint Joseph d’Avignon avant de se rendre à Montpellier pour y suivre des cours de droit et de médecine. Celle-ci aura sa préférence et il obtient son doctorat en 1893 avec une thèse intitulée : Les manifestations oculaires de l’hystérie[2]. Cette même année, revenu à Avignon, il ouvre son cabinet particulier d’ophtalmologie. En 1913, il est élu chirurgien en chef des hôpitaux d’Avignon, sans toutefois abandonner son cabinet.

C’est en 1899 que se manifeste pour la première fois la passion du docteur pour l’histoire[3]. Il s’adonne à l’étude de thèmes nombreux et variés, écrivant des articles et des ouvrages tout en donnant des conférences sur ces différents sujets[4]. Parmi les sujets traités, nous pouvons citer l’histoire de la médecine, celle des institutions charitables, l’histoire de la ville d’Avignon et du Comtat Venaissin ou encore celle de la langue et du folklore provençal[5]. Son métier de médecin et la location d’immeubles qui lui appartiennent lui assurent des revenus assez confortables tout au long de sa vie pour qu’il puisse se consacre à ce loisir particulièrement chronophage qu’est l’érudition.

Il prend part aussi à la vie savante de son époque. Il est admis dans de célèbres institutions locales, comme l’Académie de Vaucluse[6], et se rapproche du Musée Calvet, l’institution culturelle la plus importante d’Avignon à son époque. En 1912, il fonde sa propre revue afin d’y publier ses articles :Les Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin. Il la finance lui-même jusqu’à ce que le Musée Calvet prenne le relais en 1929[7]. Elle ne survivra pas au décès de son fondateur. Pierre Pansier est également proche du mouvement du Félibrige dont il finit cependant par se séparer pour fonder sa propre association : l’Avignounenco. Il est également en contact avec des savants dans toute l’Europe, principalement des confrères qui étudient aussi l’histoire de la médecine[8]. Cette sociabilité scientifique n’est toutefois pas sans disputes, et aux relations tendues avec la majeure partie des érudits locaux[9], s’ajoute bientôt une rupture des liens avec sa famille[10]. Seuls demeurent à ses côtés quelques amis proches et sa femme, Fernande Calvet, fille naturelle d’une couturière, épousée en 1911, après plusieurs années vécues en union libre. Ils n’eurent pas d’enfant.

Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin (1924)

Le docteur Pansier continue à exercer et à écrire jusqu’à sa mort survenue en 1934, à l’âge de 70 ans. Il laisse près d’une centaine de documents de travail.

L’histoire du fonds Pansier : origines, constitution et évolutions

Le fonds Pierre Pansier, conservé à la médiathèque « Ceccano » d’Avignon, est composé de 178 cotes documentaires. Elles se répartissent de la manière suivante :

__ 89 cotes concernent des manuscrits souvent originaux dont la grande majorité a fait l’objet de dons du vivant de leur propriétaire.

__ 89 autres cotes composent le legs du docteur, réalisé par voie testamentaire. Elles sont constituées de ses documents de travail.

Cependant, cet inventaire ne fait pas état des livres de la bibliothèque du docteur, légués en même temps que ses manuscrits, mais qui ne constituent pas à proprement parler des « archives ».

Tout au long de sa carrière d’érudit, Pierre Pansier a effectué des dons, en particulier des manuscrits qu’il a utilisés pour ses propres travaux. Ceux-ci se composent souvent de pièces diverses originales et de transcriptions qu’il a faites relier. D’autres fois il s’agit de manuscrits complets. Dans ce dernier cas, seules les couvertures ont quelquefois été restaurées aux frais du médecin, dans un souci de conservation, et aucune trace d’écriture de l’érudit n’a été relevée dans ces documents. Ils sont toujours classés par ordre d’entrée dans la bibliothèque du Museum Calvet. Leur présentation matérielle est extrêmement diverse, comme leurs sujets, en fonction de leur époque : du parchemin pour le plus ancien, qui date du XIVsiècle et traite d’histoire locale[11], au papier pour le plus récent, du début du XXsiècle et qui se compose des transcriptions effectuées par le médecin lui-même et qui ne sont donc pas des originaux[12]. Ces documents sont aussi constitués de photographies de manuscrits[13]commandées par Pierre Pansier. Ces manuscrits concernent différents sujets : traités médicaux[14], registres notariés[15], ou encore collections de pièces diverses sur un même thème[16].

Les 89 manuscrits du legs sont, quant à eux, classés par thèmes de recherche. Ils s’organisent de la manière suivante :

  • 27 cotes portent sur l’histoire de la médecine, de la chirurgie et de l’ophtalmologie (cotes 5664 à 5691).
  • 10 cotes traitent de l’histoire des hôpitaux, des confréries et des œuvres de charité (cotes 5692 à 5702).
  • 24 cotes se rapportent à l’histoire d’Avignon (cotes 5703 à 5727).
  • 17 cotes concernent l’histoire de la langue et de la littérature provençale (cotes 5728 à 5745).
  • 6 cotes composent une catégorie intitulée : Souvenirs. Elles regroupent les écrits de jeunesse du docteur, sa correspondance et certains de ses instruments de travail (Bibliographie, catalogue de sa bibliothèque…) (cotes 5746 à 5752).
  • Enfin, 5 cotes sont rassemblées sous le titre : Manuscrits de provenances diverses.Il s’agit principalement des carnets de notes utilisés par le médecin dans le cadre de ses recherches (cotes 5753 à 5757).

Les quatre premières catégories regroupent ce que l’on pourrait appeler les « brouillons » de l’érudition. Il s’agit principalement de documents manuscrits ou tapuscrits, voire mêlant les deux. Tous sont reliés. Ces archives sont formées des ébauches des textes, articles et ouvrages écrits par le docteur Pansier au cours de ses recherches[17]. Elles présentent la caractéristique d’avoir été rédigées au verso de nombreux supports utilisés en remplois (lettres, faire-part, publicités, courriers officiels…). Cette réutilisation du moindre morceau de papier est une pratique économique très fréquente chez les érudits de cette période qui n’a rien de propre à Pierre Pansier. Il utilise aussi la méthode du « couper-coller » en découpant l’un de ses écrits (certainement issu de ses carnets de notes), collé ensuite directement sur son brouillon de rédaction afin de gagner du temps[18]. Ces « collages » servent parfois à masquer et corriger une erreur. Dans les tapuscrits les plus aboutis, Il corrige encore marginalement, de sa main, les coquilles de son texte[19].

Un exemple des écrits du médecin : Avignon Bibliothèques, dépôt de la Fondation Calvet, ms 5686, La Faculté de Médecine et les médecins d’Avignon, 1929, f.1.

Dans ces quatre premiers ensembles, sont également conservés des dictionnaires rédigés et mis en forme par le médecin lui-même pour l’aider dans ses travaux[20]. Ce sont le plus souvent des dictionnaires de personnes comportant leur nom, fonction, lieu d’habitation et les sources qui les documentent. S’y trouvent aussi des catalogues de manuscrits, généralement regroupés par thèmes, et qui constituent des aides à la recherche[21]. A ces dictionnaires, s’ajoutent de nombreuses transcriptions de manuscrits originaux (souvent en latin)[22], ou encore des traductions d’articles ou d’ouvrages d’historiens ou de médecins traitant d’un sujet qui intéresse Pansier[23].

La cinquième division, intitulée « Souvenirs », se démarque des précédentes. Elle ne contient aucun texte lié à l’érudition, mais uniquement des documents privés. S’y trouvent ainsi conservés des carnets de poésie[24]. C’est aussi dans cet ensemble que se trouve la correspondance de l’érudit[25], très incomplète et manifestement triée sans doute par Pansier lui-même. Il en a réalisé le sommaire en archivant les lettres par ordre chronologique. Cette partie est encore importante pour l’étude des pratiques de l’archivage domestique utilisé par Pierre Pansier. Deux catalogues de sa bibliothèque nous renseignent ainsi sur ses méthodes de travail, ses classements et sa gestion des documents, mais également sur les auteurs qui ont pu influencer son œuvre. Si le premier[26]se présente sous la forme simple d’un catalogue classé par ordre alphabétique d’auteurs, réalisé en 1904, et se contente de faire l’état de sa bibliothèque médicale, le second est beaucoup plus complet[27]. Il détaille en effet l’ensemble de sa bibliothèque (littérature, ouvrages d’histoire, livres de certains de ses compagnons érudits, ouvrages médicaux…). Cet inventaire se présente sous forme de fiches rangées par ordre alphabétique de noms d’auteurs ; à chaque entrée, correspond une cote, qui renvoie au classement du livre dans la bibliothèque de Pansier. Le nombre de ces fiches s’élève à plus de 900, ce qui en fait une source particulièrement riche pour l’histoire de ce fonds.

La dernière catégorie du classement, les Manuscrits de provenances diverses, regroupe principalement des carnets de notes prises par l’érudit lors de ses journées d’études en archives[28]. Réflexions, citations, numéros de cotes y sont rassemblés qui permettront de nourrir ses articles de références précises. Chaque carnet est dédié à un thème particulier mais vu le nombre qui en a été conservé, il est probable que Pierre Pansier se débarrassait des anciens carnets une fois que les articles en lien étaient publiés. Cette section documente enfin d’autres pratiques érudites, l’assemblage de fiches et de notes, (transmises par un inconnu qui souhaitait l’aider dans ses recherches), collées dans un cahier[29].

Fiches de l’abbé Requin : Avignon Bibliothèques, dépôt de la Fondation Calvet, ms 4502, Notes pour servir à l’histoire des artistes d’Avignon, 1920, f. 83.

Ce fonds s’est continûment enrichi, tout au long de la vie du médecin, y compris grâce à l’apport d’autres ensembles documentaires. Ainsi l’abbé Requin, un érudit de la fin du XIXsiècle, a légué à Pierre Pansier un ensemble de fiches portant sur les artistes avignonnais du Moyen-Âge et de l’Époque moderne. Collées sur de grandes feuilles de papier, elles sont entrées dans les papiers Pansier[30]. D’une autre façon, certains documents utilisés en remplois proviennent de l’héritage du père avocat de Pierre Pansier. Une double lecture est ainsi possible pour certains manuscrits[31]. Au recto, nous y trouvons l’article écrit par le médecin. Et au verso, ce sont différentes affaires juridiques qui peuvent être suivies, notamment les dépositions des témoins dans des affaires de vols, de meurtres ou encore de fraudes à l’assurance. Cependant, le fonds Pansier résulte d’une collection qu’il a lui-même assemblée. L’histoire de ces archives demeure ainsi totalement attachée à sa personne. Pierre Pansier est effectivement à l’origine de la constitution du fonds, qui, grâce à son legs, n’a pas fait l’objet de dispersion.

Une transmission sans dispersion

Le Musée Calvet d’Avignon, qui représente alors la plus importante institution patrimoniale de la ville, a été institué légataire universel. Pierre Pansier en avait d’ailleurs été un bienfaiteur tout au long de son existence[32]. Après son décès, le fonds n’a subit ni vente, ni division. Il a été directement intégré à la collection de la bibliothèque du musée. Le testament de Pierre Pansier ne précise que deux volontés en échange de ce legs. La première est que son légataire poursuive tant que cela sera possible la publication de la revue qu’il a fondée. La seconde est que sa tombe soit entretenue par le musée[33]. Comme il s’agit d’un legs universel, le docteur de ne contente pas d’offrir son fonds. Il y joint l’ensemble de ses biens. Ceux-ci se composent de son épargne bancaire, de l’ensemble des ouvrages de sa bibliothèque, mais aussi de biens immeubles dont sa femme et l’un de ses frères conservent l’usufruit jusqu’à leur décès. Ses autres frères et sœurs ont tenté de contester le testament mais sans succès[34].

Le Musée Calvet abritait alors la seule bibliothèque d’Avignon et s’intitulait le Museum Calvet. En 1982, les deux entités, Musée et Bibliothèque, ont été séparés[35]et les collections de cette dernière ont été transférées dans la nouvelle bibliothèque municipale. Elle est installée dans une livrée cardinalice du XIVsiècle : la Ceccano. Cette ancienne demeure du cardinal Annibal de Ceccano (v. 1282-1350) abrite depuis lors le fonds Pansier.

Un traitement peu documenté

A leur arrivée au Museum Calvet, les archives ont subi un traitement visant à faciliter leur consultation. Cependant, il nous est difficile de cerner ce qui relève du docteur ou du Museum car ni le musée Calvet, ni la bibliothèque Ceccano n’ont conservé la trace de ces opérations. Seul l’état actuel du fonds permet de cerner quelques-unes des étapes du classement. Mais l’ordre suivi et la date d’exécution demeurent inconnus. Nous pouvons toutefois identifier au moins trois opérations : 1- un classement du fonds par thème de recherche. Cependant, il nous est actuellement impossible de savoir si ce classement avait été réalisé par le docteur ou s’il est le fruit des archivistes ; 2- un inventaire précis et une description détaillée encore consultable de nos jours[36] ; 3- un conditionnement spécifique des manuscrits selon les normes des bibliothèques. Celui-ci s’accompagne d’une foliotation qui se superpose à celle du médecin.

Un fonds qui a encore beaucoup à offrir

Après son dépôt, le fonds Pansier a fait l’objet de consultations régulières de la part des chercheurs, historiens et érudits. Déjà, peu de temps après le décès du médecin, le conservateur du musée Calvet, Joseph Girard, utilisait les manuscrits du fonds comme sources pour ses articles[37]. Cependant, cette exploitation scientifique reprend rarement les thèses et idées développées par le docteur. En effet, le fonds est surtout utilisé pour ses « outils » de recherche, ses dictionnaires, ses transcriptions ou encore ses catalogues de sources. Les manuscrits les plus consultés portent principalement sur l’histoire d’Avignon et du Comtat et sur l’histoire de la médecine. Le docteur Pansier est ainsi cité dans de nombreux ouvrages et articles d’historiens. Parmi ceux-ci, nous pouvons noter les travaux de René Moulinas, spécialiste de l’histoire d’Avignon et de sa région[38], ou encore plus récemment ceux de Simone Balossino[39]. Les manuscrits du fonds sont aussi utilisés dans un numéro récent des Dossiers de l’Archéologie consacré au Pont d’Avignon[40]. Pierre Pansier est également cité par Jacques Chiffoleau dans sa Comptabilité de l’au-delà[41]et apparaît dans l’ouvrage de Sylvestre Clap et Olivier Huet sur les remparts d’Avignon[42]. Daniel Le Blévec, spécialiste de l’histoire des hospices et hôpitaux, cite également 17 articles du médecin dans sa thèse d’Etat La part du pauvre[43]. Enfin, les documents du docteur sont encore employés par des historiens de la médecine comme Marilyn Nicoud[44]. Malgré ces nombreuses utilisations, le fonds Pansier n’a cependant encore jamais fait l’objet d’une valorisation spécifique pour lui-même[45], ce qui constituera l’enjeu d’une thèse en cours[46].

[1]Sur cette question du royalisme dans la famille Pansier voir : Le Petit Vauclusien,n° 66, 2année, 27 janvier 1882, p. 4-5.

[2]Pierre Pansier, Les manifestations oculaires de l’hystérie, œil hystérique,Paris, Librairie Félix Alcan, 1892.

[3]Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 3889, Livre contenant le revenu de l’hospital Saincte Marthe (XVIsiècle), [1899 pour l’entrée à la bibliothèque du Museum Calvet] (Toutes les mentions entre crochets font état de la date d’entrée des documents dans la bibliothèque du Museum Calvet).

[4]Sur les publications du médecin et ses conférences voir notamment : Bulletin de l’Association amicale des anciens élèves de l’Ecole libre St-Joseph d’Avignon,n°121 à 126, 1906-1908.

[5]Sur la diversité des sujets abordés : Ministère de l’éducation nationale,Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Aix, Arles, Avignon, Tome XLIX, 3supplément, Paris, Bibliothèque nationale, 1951, p. 410-421.

[6]Le docteur Pansier a offert de nombreux articles à la revue de l’Académie : Les Mémoires de l’Académie de Vaucluse.

[7]« Chronique du Musée Calvet, compte-rendu pour l’année 1929 », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin,n° 16, 1930, p. 123-128.

[8]Il correspond notamment avec Ernest Wickersheimer et Karl Sudhoff. Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5751, Pierre Pansier, Correspondance (1899-1927),1928.

[9]Délibérations du Conseil d’Administration du Musée Calvet, séance du 1er décembre 1934, http://www.fondation-calvet.org/avignon/fr/detail-document/10561.

[10]Délibérations du Conseil d’Administration du Musée Calvet, séance du 13 octobre 1934, http://www.fondation-calvet.org/avignon/fr/detail-document/10561.

[11]Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5390, Recueil de pièces (XIVe-XIXsiècle),[1931].

[12]Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5075, Documents d’ophtalmologie (XVIIIe-XXe siècle), [1925].

[13]Voir par exemple : Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5081, Photos d’un manuscrit du British Museum et correspondance (De passionibus oculorum),[1925].

[14]Voir par exemple : Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 4445, Matière médicale avec des observations et des formules de remède sous lesquelles on peut les ordonner (XVIIIsiècle), [1918].

[15]Voir par exemple : Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 4381, Notes brèves de Barthélémy Gaufridi, notaire d’Avignon (1512), [1912].

[16]Voir par exemple : Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 4382, Recueil de pièces concernant principalement les confréries d’Avignon (XIVe-XVIIIsiècle), [1912].

[17]Voir par exemple : Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5688, L’apothicairerie à Avignon aux XIIIe, XIVet XVsiècles, 1929.

[18]Voir par exemple : Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5686, La faculté de médecine et les médecins d’Avignon au XIIIet XIVsiècle, 1929.

[19]Voir par exemple : Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5682, Jean de Tournemire (1329-1396), 1904.

[20]Voir par exemple : Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5685, Les médecins juifs d’Avignon (XIIIe, XIVet XVsiècle), 1910.

[21]Voir par exemple : Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5677, Catalogue des manuscrits médicaux de la Bibliothèque Nationale, non daté.

[22]Voir par exemple : Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5664, Collectio ophtalmologica, non daté.

[23]Voir par exemple : Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5673, Mémoire du professeur J. Hirschberg sur le plus ancien traité d’ophtalmologie, 1903.

[24]Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5746, Souvenirs du collège St Joseph d’Avignon, 1879 et Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5747, Souvenirs de ma vie d’étudiant, mes essais poétiques, 1929.

[25]Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5751, Correspondance (1899-1927), 1927.

[26]Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5749, Catalogue de ma bibliothèque médicale, 1904.

[27]Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5750, Catalogue sur fiche de sa bibliothèque, non daté.

[28]Voir par exemple : Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5754, Notice sur les remparts d’Avignon, non daté.

[29]Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5756, Bibliographie liturgique des anciens diocèses d’Avignon par l’abbé Martin de Lyon, 1914.

[30]Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 4501 à 4519, Notes pour servir à l’histoire des artistes d’Avignon, 1920.

[31]C’est par exemple le cas de : Médiathèque Ceccano d’Avignon, ms. 5684, Les médecins et chirurgiens d’Avignon aux XIVet XVsiècles, tome II,1927.

[32]Il avait notamment réalisé un don de 40 000 frs pour l’aménagement de la bibliothèque du musée entre 1928 et 1929. Sur cette question, voir : Site de la Fondation Calvet, les Bibliothèques de la Fondation, Donateurs et Testateurs, http://www.bibliotheques-calvet.org/pagesFR/page.php?groupe=2&id=37.

[33]Testament du Docteur Pierre Pansier du 7 octobre 1934. Consultable en ligne : Délibérations du Conseil d’Administration du Musée Calvet, séance du 13 octobre 1934, http://www.fondation-calvet.org/avignon/fr/detail-document/10561.

[34]Pour plus d’informations sur la contestation du legs, voir : Délibérations du Conseil d’Administration du Musée Calvet, séance du 13 avril 1935, http://www.fondation-calvet.org/avignon/fr/detail-document/10482.

[35]Site des bibliothèques municipales d’Avignon : http://ssbib.bm.avignon.fr/in/faces/details.xhtml?id=816093b1-a9ef-42d4-8430-3c370fe36fd3.

[36]Pour consulter l’inventaire du fonds, voir : Ministère de l’éducation nationale,Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Aix, Arles, Avignon, Tome XLIX, 3supplément, Paris, Bibliothèque nationale, 1951.

[37]Voir par exemple : GIRARD Joseph, Evocation du vieil Avignon, Paris, Les éditions de Minuit, 1958.

[38]Voir entre autre : MOULINAS René, L’imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au XVIIIe siècle,Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1974 ; MOULINAS René, Les juifs du Pape en France, Paris, Privat, 1981 ; MOULINAS René, MAUREAU Alain et SIMON André, Histoire de Vaucluse, Avignon, Ed. A. Barthélemy, 1993.

[39]BALOSSINO Simone,I podesta sulle sponde del Rodano, Rome, Viella, 2015.

[40]« Le Pont d’Avignon, dix siècles d’histoire », Dossiers d’Archéologie,Hors-Série n° 30, juin 2016.

[41]CHIFFOLEAU Jacques, La comptabilité de l’au-delà,Rome, Ecole française de Rome, 1980.

[42]CLAP Sylvestre et HUET Olivier, Les remparts d’Avignon,Avignon, Bénezet éditions, 2005.

[43]LE BLEVEC Daniel, La part du pauvre,L’assistance dans les pays du Bas-Rhône du XIIsiècle au milieu du XVsiècle, Rome, Ecole française de Rome, t. II, 2000, p. 907.

[44]NICOUD Marilyn, Les régimes de santé au Moyen Âge : naissance et diffusion d’une écriture médicale (XIIIe-XVe siècle), 2 vol., Rome, Ecole française de Rome, 2007.

[45]Une seule étude a pour l’instant été réalisée spécifiquement sur ce fonds : DAUMAS Shirley, Questionner l’érudit au travail : l’écriture de l’histoire par un médecin au début du XXsiècle. L’étude du cas du fonds Pierre Pansier (1864-1934),mémoire de Master 2 Recherche « Espaces publics : culture et politique » sous la direction de Mme Marilyn Nicoud, Avignon, 2016.

[46]DAUMAS Shirley, Ecrire l’histoire d’Avignon et du Comtat : étude et valorisation du fonds Pierre Pansier (1864-1934) de la Bibliothèque Municipale Classée d’Avignon,thèse de doctorat en histoire sous la direction de Mme Marilyn Nicoud, Avignon.

Cite this article as: Shirley Daumas, "Le fonds Pierre Pansier – Avignon," in Archives en bibliothèques, 28/08/2018, https://archivbib.hypotheses.org/351.

1 réflexion sur « Le fonds Pierre Pansier – Avignon »

  1. Excellente fiche sur ce fond important. Le docteur Pansier était un historien profondément motivé par l’histoire d’Avignon et de la médecine. Ses archives permettent de réutiliser une partie de son travail et apportent aussi un éclairage intéressant sur le contexte de l’époque et les conditions de son travail.

    Jacques Sauvel étudiant en histoire

Répondre à Jacques SAUVEL Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.