Papiers Séguier – Nîmes

Une partie importante du fonds ancien, manuscrit et imprimé, de la bibliothèque municipale Carré d’Art de Nîmes, provient du legs du savant Jean-François Séguier (1703-1784), botaniste et antiquaire. L’ensemble fournit un observatoire très riche des façons de faire des savants du XVIIIe siècle, ainsi que des pratiques bibliothécaires du XIXe siècle.

« Le chaos de mes papiers »

Hôtel Séguier, Nîmes, vue du jardin (crédits photographiques François Pugnière)

Après vingt ans passés à Vérone auprès du marquis Maffei, Séguier rentre à Nîmes en 1756. En 1772, il installe ses livres et ses collections de fossiles, de médailles et d’inscriptions antiques, dans une maison avec jardin qu’il a commencé à faire construire quelques années plus tôt, hors les murs de la vieille ville. La bibliothèque, les collections de manuscrits, de gravures, de cartes et de plans sont placées dans une des quatre pièces du rez-de-chaussée, « d’une douzaine de pieds en carré », d’après le témoignage du voyageur Joseph Raby[1]. C’est à cette époque que l’ensemble se stabilise et que l’on peut observer les pratiques d’archivage de Séguier.

BM Nîmes, ms. 108 (crédits photographiques BM Nîmes)

Derrière le lieu commun du « chaos de papiers », annotations et dispositifs matériels de rangement mettent en évidence des formes de mises en ordre, peut-être embryonnaires et précaires, peut-être rapidement débordées par l’accumulation des papiers, mais bien réelles. Comme d’autres savants, Séguier procède à la constitution de recueils thématiques, sous la forme de liasses dont les pièces sont parfois numérotées et dont certaines possèdent encore un titre de sa main. Ces liasses ne constituent pas un archivage pérenne, mais une catégorie de « papiers en travail », disponibles pour des opérations de reclassement et de tri. Des « Mémoires et dissertations sur les antiquités de Nimes extraites des ouvrages de Rulman et de Guiran », l’étiquette de la main de Séguier précise qu’ils sont « à épurer ».

BM Nîmes, ms. 132 (crédits photographiques BM Nîmes)

D’autres dispositifs correspondent à une volonté de conservation à plus long terme. L’actuel ms. 132 de la bibliothèque de Nîmes est un carton intitulé (de la main de Séguier) « Lettres de Seguier et Menard à conserver avec l’esquisse des trous qui sont à la frise de la Maison carrée envoyée à Paris en 1758 pour la decouverte de l’ancienne Inscription ». Le dossier rassemble les douze feuilles de la frise de la Maison carrée, ainsi que cinq lettres datées de 1761. Il est possible que Séguier ait récupéré les lettres qu’il avait écrites à Ménard, après la mort de ce dernier (1767), de manière à les archiver dans ce dossier. Il faut se rappeler que le déchiffrement de l’inscription du fronton de la Maison Carrée est le principal titre de gloire de Séguier dans la République des lettres, une découverte dont il s’attache à défendre la priorité. Le dossier gris est, au sens premier du terme, un monumentum du cabinet de travail

L’abondante correspondance fait aussi l’objet de classements aux logiques multiples. D’une part, Séguier annote très systématiquement le nom et la date de la lettre sur la dernière page, ce qui laisse supposer un classement des lettres par ordre alphabétique de correspondant. D’autre part, il procède à une indexation thématique de certaines lettres et la constitution de recueils thématiques. Celle du médecin anglais George Coltman, accompagnée d’une « méthode pour la culture de l’orge du Peru », est annotée « botanique » et rangée dans une pochette intitulée « hist. naturelle ». Cette partition entre une correspondance « générale » et des dossiers de travail, qui coupe certains échanges en deux, n’est pas originale, on la retrouve chez de nombreux savants.

Du chaos à l’archive

 Cette organisation, où se mêlent correspondance et autres papiers de travail, est bien ce que Séguier décrit lui-même, en 1778, comme « le chaos immense de mes papiers »[2]. Il est difficile de savoir à quoi ressemblait ce chaos au moment de la mort du savant, le 1er septembre 1784. En effet, l’acte de donation de 1778 ne comprend aucune description précise, ni même aucune mention des manuscrits et papiers de travail donnés à l’Académie de Nîmes. Selon les termes de l’acte reçu par le notaire nîmois Nicolas le 15 septembre 1778, la compagnie est mise en possession de « tous ses livres imprimés ou manuscrits, gravures, cartes et estampes, son entière collection d’antiquités, médailles tant anciennes que modernes, son cabinet d’histoire naturelle avec l’herbier et généralement tout ce qui forme ses différents cabinets des choses ci-dessus énoncées, avec les tablettes servant à icelle »[3]. Comme il est entendu que le savant conservera ses collections jusqu’à sa mort et qu’il pourra en jouir comme bon lui semble, aucun inventaire précis n’est dressé à la date de la donation.

Non que Séguier n’ait jamais fait le tour de ses possessions. Dès les années de son voyage européen avec le marquis Maffei, il tient la liste de son monde dans ses carnets de connaissances et de visiteurs. En 1760, il a dressé le catalogue de sa bibliothèque, dans un registre en pages mi-parties qui lui permet d’ajouter facilement ses nouvelles acquisitions[4]. Dans les derniers mois de sa vie, en mai 1784, il dicte l’inventaire de ses collections minéralogiques à l’académicien Jean-César Vincens[5]. Mais lorsque l’académie entre en possession de son héritage, quelques mois plus tard, elle ne dispose d’aucun dispositif de contrôle des collections naturelles, et encore moins des papiers et des manuscrits, qui ne sont même pas évoqués dans le texte de la donation[6].

Par une ironie de l’histoire, c’est la suppression de l’académie de Nîmes, par le décret de la Convention du 8 août 1793, qui donne l’occasion de dresser un premier état des lieux, près de dix ans après la mort de Séguier. À côté des meubles et des pièces contenues dans les cabinets d’antiques et d’histoire naturelle, l’inventaire comprend une liste des manuscrits divisée en deux parties : d’un côté les manuscrits proprement dits (numérotés de 1 à 81), de l’autre un ensemble de liasses (cotées de A à Z) et de « boietes à carton » (cotées de AA à FF)[7].

Les manuscrits constituent un ensemble assez hétérogène. On y trouve des manuscrits historiques, littéraires et scientifiques, dont certains très anciens, venus de la bibliothèque du marquis d’Aubais dispersée en 1777[8]. D’autres sont des copies de textes réalisées par Séguier, comme celle des Tables astronomiques de Jacques Cassini copiées à Paris en 1735 (no 9), ou une « Breve e succinta notitia » des familles dominantes de Palerme et de Messine (no 14). Y sont joints, en troisième lieu, les manuscrits des œuvres achevées ou encore en chantier de Séguier : le catalogue des estampes botaniques de la Bibliothèque royale réalisé en 1735 (no 65), le recueil des inscriptions antiques en deux volumes in-folio daté de 1749 (no 69) et ses prolégomènes (no 70), la Bibliotheca botanica (no 73). Il faut y ajouter, en quatrième lieu, les dossiers de travail, parmi lesquels un recueil d’extraits des Mémoires de Trévoux (no 16), des notes de voyages (no 19), des observations astronomiques faites en Italie (no 68), une collection d’inscriptions (no 72) ou un recueil de pièces concernant la sénéchaussée et communauté de Nîmes (no 74). Numérotés de 30 à 47, les « recueils de lettres » entremêlent curieusement la correspondance passive de Séguier et quelques volumes de celle de Thomassin de Mazaugues (no 30, 33, 35). Les lettres y sont classées par correspondant et, pour chaque correspondant, de manière chronologique, l’ensemble étant organisé suivant un ordre alphabétique assez relatif. Comme on l’a précédemment noté, des lettres sont aussi incorporées aux dossiers de travail, ce que souligne bien l’inventaire. Le no 15 est décrit comme la « Description du cabinet de médailles de J. Pellerin, copiée par Séguier, et un recueil de lettres de Pellerin à Séguier »[9]. Des lettres sont également conservées dans les 56 volumes du ms. no 81, présenté comme « différents manuscrits de Séguier contenant ses dissertations, sa correspondance & 56 v. in fo et in 4o ».

Dans la deuxième partie de l’inventaire, consacrée aux liasses et aux boîtes, on trouve encore des paquets de lettres (de A à K, ainsi que les liasses T [« diverses lettres peu utiles »] et Z [lettres de libraires])[10]. Les autres liasses rassemblent des papiers de travail, ceux de Séguier (notes et recherches bibliographiques, recueils d’inscriptions, mémoire sur la bibliothèque d’Aubais) ou d’autres savants, notamment Henri Paulhian, François Graverol et Roudil de Berriac. Les boîtes en carton (AA à FF) contiennent également des papiers de travail relatifs à l’histoire naturelle ou aux antiquités.

La question revient donc de savoir quel rôle l’académie de Nîmes a joué dans l’organisation du fonds après la mort de Séguier. À quel point la disposition indigène des papiers a-t-elle été bouleversée, dans quelle mesure doit-on aux académiciens l’actuelle disposition des lettres par ordre alphabétique ? L’héritage matériel du savant était lourd à porter : il fallait entretenir le jardin botanique, continuer les suites naturelles, honorer les souscriptions de livres[11]. Les académiciens se sont mis avec beaucoup de cœur à l’ouvrage. Quelques semaines après la mort du savant, le 20 septembre 1784, ils dressent l’inventaire des plans, des cartes géographiques et des estampes[12]. Dans les derniers mois de l’année 1784, Vincens rédige un catalogue raisonné, « d’après le système de Daubenton », dans lequel il intègre les échantillons de terre dont il a dressé l’inventaire, en mai 1784, sous la dictée de Séguier[13]. Les académiciens ont-ils également dressé un inventaire des manuscrits et des papiers, mis la main dans le chaos des papiers ? Rien ne permet de l’affirmer, rien ne permet non plus d’écarter cette possibilité.

La mort de Marianne Séguier, deux ans plus tard, semble donner le coup d’envoi à de grandes opérations de rangement, voire de tri dans les lettres. Une chemise intitulée « Lettres diverses à classer » porte l’annotation suivante : « 10 février 1786. Remis à Mr. P. 15 lettres anglaises pour en connoitre le sujet »[14]. Lors de la séance du 22 février 1787, un rapporteur rappelle que “Mrs les commissaires choisis pour l’arrangement des cabinets” travaillent à rassembler à Nîmes les lettres envoyées par Séguier[15]. De fait, en novembre 1787, la veuve de Julius Karl Schlaeger (1706-1786), l’ancien directeur du cabinet des médailles du duc de Gotha, fait parvenir à l’académie de Nîmes un paquet de 73 lettres adressées par Séguier à son défunt mari entre 1750 et 1778[16]. À cette occasion, les académiciens promettent à la veuve « d’en élaguer ce qui n’est point afférent aux sciences », de manière à pouvoir rendre les lettres publiques[17]. Il est ainsi possible que l’académie ait procédé à une purge plus systématique sur les lettres dont le contenu était jugé impropre à une consultation publique, ce qui expliquerait, en particulier, la disparition presque complète de la correspondance familiale du savant.

Le fonds Séguier dans la Révolution

La période qui suit la suppression de l’académie est une période sombre pour l’histoire des bibliothèques, qui souffrent des transferts d’un bâtiment à l’autre, des mauvaises conditions de conservation matérielle et des déprédations. Entreposé dans l’ancien collège jésuite, le fonds Séguier suscite l’intérêt des autorités centrales. En janvier 1795, la Commission temporaire des arts demande que soient transportés à Paris l’Index absolutissimus, l’herbier de Séguier et ses manuscrits botaniques[18]. La Commission renouvelle sa demande en décembre 1795 mais entre temps, le fonds est passé sous la responsabilité de l’École centrale de Nîmes qui, comme ailleurs en France, se voit confier les livres issus des dépôts littéraires révolutionnaires. En mars 1800 encore, le ministère de l’Intérieur fait demander à la Commission administrative de l’École, par l’intermédiaire du préfet, l’envoi des manuscrits. Les volumes de l’Index absolutissimus parviennent finalement en 1805 à la Bibliothèque impériale, à l’instigation de Chardon de la Rochette[20]. Ils sont aujourd’hui conservés dans le fonds latin de la BnF (BnF, ms. Latin 16929-16935) et ne portent plus de trace de leur ancienne cotation.

À la date de cette translation, le fonds Séguier a encore changé de mains. Le décret du 28 janvier 1803 a en effet confié les bibliothèques aux municipalités, qui doivent dresser un état des livres mis en leur possession. En novembre 1833, après qu’une série d’inspections a montré le retard pris par le catalogage des collections de province, Guizot demande aux préfets de relancer les opérations. C’est à la suite de ces injonctions qu’en 1836, le bibliothécaire I. E. Thomas de Lavernède fait paraître un Catalogue des livres de la bibliothèque de Nîmes en 2 volumes, dans lequel les manuscrits sont classés par matière (Théologie, Philosophie et jurisprudence, Sciences et arts, Histoire, Littérature) et cotés à la suite des imprimés (no 13 697 et suivants). Les seize volumes reliés de la correspondance sont rassemblés sous une cote unique (ms. 13 816) et rangés dans la classe Sciences et arts.

Le catalogue de Lavernède permet surtout de prendre la mesure des déprédations qui ont frappé le fonds depuis 1793. Plus vulnérables que les recueils de lettres ou même que les dossiers de travail, les liasses ont été largement pillées. Les lettres sont venues nourrir les collections d’autographes du XIXe siècle, avant de rejoindre les collections épistolographiques des institutions européennes, par des voies qu’il est difficile de reconstituer.

La stabilisation du fonds Séguier

Le travail de la Commission instituée en 1841 par le ministre Villemain aboutit à une première série de catalogues, en sept volumes (Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements, Paris, Imprimerie nationale, 1849-1885). Le catalogue nîmois est le dernier de la série, publié en 1885 par le paléographe Auguste Molinier (1851-1904). Les manuscrits s’y présentent sous leur cote actuelle. La documentation relative à Séguier s’est enrichie du ms. 309, qui rassemble la copie des lettres adressées par Séguier à Allione, que la bibliothèque de Nîmes a fait réaliser en 1863 auprès de l’académie des sciences de Turin. Quelques années plus tard, le Supplément au catalogue des manuscrits publié en 1899 par le conservateur nîmois Joseph Simon, fait état d’au moins quatre nouvelles acquisitions. Il intègre trois recueils de lettres à Séguier probablement constitués par l’érudit Eugène Germer-Durand (1812-1880), ancien bibliothécaire de la ville et conservateur du musée archéologique de la Maison Carrée[21], ainsi qu’un recueil de lettres de Gessner à Séguier (ms. 498), peut-être un temps subtilisées puis retournées à la bibliothèque.

BM Nîmes, ms. 103 (crédits photographiques BM Nîmes)

Les dossiers portent la trace de ces reclassements successifs : sur une chemise intitulée « histoire naturelle », peut-être de la main de Séguier, une autre main, peut-être celle d’un académicien, a indiqué le contenu, « diverses lettres de M. Gaussen de Montpellier avec des nottes de M. Séguier », avec un numéro, « no 6 ». C’est cette chemise qui constitue la liasse G de l’inventaire de 1793, puis le manuscrit 13 796 du catalogue de 1836, aujourd’hui ms. 103.

Pour en savoir plus sur Séguier et sa correspondance : www.seguier.org et le carnet Hypothèses : www.seguier.hypotheses.org

 

[1] Joseph Raby, Bréviaire philosophique. Journal pour son voyage de Provence et d’Italie. Journal d’un voyage à Bordeaux, à Londres et en Hollande, F. Weil (éd.), Paris, Honoré Champion, 2004.

[2] BM Arles, ms. 242, fo 132-133, Séguier à Bonnemant, Nîmes, 3 mars 1778.

[3] Acte publié dans C. Liotard, « Donations de Séguier à l’Académie de Nîmes », Mémoires de l’académie de Nîmes, VIII, 1885, p. 299-325, à la p. 313.

[4] BM Nîmes, ms. 285.

[5] AD Gard, 4 T 18, liste de « terres » portant la mention « fait en may 1784 sous la dictée de Mr Seguier ».

[6] La donation ne devient complètement effective qu’après la mort de Marianne Séguier, en 1786, qui en conservait l’usufruit.

[7] AD Gard, 4 T 18. L’inventaire des pièces des cabinets et des meubles a été édité par F. Pugnière, « Inventaire du cabinet de Jean-François Séguier vers 1794 », Collections méridionales (xvie-xviiie siècles), P.-Y. Lacour (dir.), Liame, 26, 2016, en ligne [http://journals.openedition.org/liame/496]

[8] Séguier participe à la vente des manuscrits. Voir L.-G. Pelissier, La fin de la bibliothèque d’Aubais (1777), Besançon, Jacquin, 1901. E. Chapron, « Monde savant et ventes de bibliothèques en France méridionale dans la seconde moitié du xviiie siècle », Annales du Midi, 283, 2013, p. 409-429. Voir également les lettres adressées à Séguier par la fille du défunt, Mme d’Urre (BM Nîmes, ms. 141).

[9] C’est l’actuel ms. 150, qui comprend 18 lettres de Pellerin à Séguier.

[10] Les autres liasses rassemblent des papiers de travail, ceux de Séguier (notes et recherches bibliographiques, recueils d’inscriptions, mémoire sur la bibliothèque d’Aubais) ou d’autres savants, notamment Henri Paulhian, François Graverol et Roudil de Berriac. Les boîtes en carton (AA à FF) contiennent également des papiers de travail relatifs à l’histoire naturelle ou aux antiquités.

[11] Voir les demandes d’aide financière adressées à Calonne, contrôleur général des finances, et au baron de Breteuil (AAN, non coté).

[12] AAN, non coté, « Catalogue des plans, théâtres églises &c », 20 septembre 1784, « Catalogue des estampes inventorié le 20 septembre 1784 », « Catalogue des cartes géographiques du cabinet de M. Séguier, fait ce dit jour ».

[13] AD Gard, 4 T 18, liste précédemment citée, sur laquelle Vincens fils précise « raporté dans le catalogue raisonné que j’ai dressé d’après le système de Daubenton, avec mes observations », 1er janvier 1785.

[14] BM Nîmes, ms. 249.

[15] AAN, non coté.

[16] C’est l’actuel ms. 310. Les lettres de Séguier à Schlaeger formaient la liasse K de l’inventaire de 1793.

[17] BU Gotha, chart. B 771, fo 5. Razoux, secrétaire de l’académie de Nîmes, à Mme Schlaeger, Nîmes, 18 novembre 1787.

[18] Procès-verbaux de la Commission temporaire des arts, L. Tuetey (éd.), Paris, Imprimerie nationale, 1912-1917, t. 2, p. 77, 24 janvier 1795. Archives nationales, F17 1249, dossier 1, Note sur les collections de l’antiquaire Séguier, de Nîmes (s. d.).

[19] Ibid., p. 164.

[20] AAN, non coté, le préfet du département du Gard à la commission administrative de l’école centrale, 18 germinal an VIII [8 avril 1800]. Archives nationales, F17 2753/2, Pièces remises à la Bibliothèque nationale, 1805.

Seul le ms. Latin 16929, Repertorium auctorum qui inscriptiones antiquas ediderunt, qui comprend une traduction des prolégomènes de l’Index absolutissimus, porte un numéro (n° 17) qui ne correspond pas au numéro (n° 70) qu’il portait dans l’inventaire académique.

[21] BM Nîmes, ms. 415-417.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.