Yémen – archives de la recherche

Portrait de Claudie Fayein (médiathèque MMSH)

Le jeudi 27 juin, le programme « Archives en bibliothèques » a accueilli une journée d’études « Yémen – Archives de la recherche en SHS » dont le thème avait été proposé par Evelyne Disdier, responsable de l’iconothèque et archives à la médiathèque de la MMSH.

La médiathèque conserve en effet plusieurs fonds de chercheurs qui documentent la tradition française de la recherche anthropologique depuis les années 1950. La pionnière, à l’époque où les Occidentaux sont rares au Yémen, est le docteur Claudie Fayein, qui exerce au début des années 1950, après avoir appris à monter à cheval, à parler arabe et à tenir des carnets de terrain. Dans les années 1970, elle est chargée de mettre en place la section ethnographique du nouveau musée national du Yémen. Durant cette seconde période, elle croise plusieurs chercheurs importants dont les fonds sont aussi conservés à la médiathèque : Marceau Gast, qui photographie le monde rural ; Lucien Golvin, spécialiste de l’architecture médiévale ; l’épigraphiste Solange Ory, disparue en décembre 2018, ancienne professeur d’épigraphie du monde musulman à l’université de Provence ; Paul Bonnenfant (présent lors de cette journée), qui s’est intéressé à l’architecture domestique. Il y a encore le fonds du journaliste Éric Rouleau, constitué de dossiers documentaires et de carnets de terrain, ou encore les archives sonores de Fatima al-Baydani (elle aussi présente), grande collecteuse de sons, de contes et de chants auprès des femmes du Yémen.

Carnets de terrain d’Eric Rouleau (médiathèque MMSH)

Tous ces fonds donnent à voir ce que peut être une « archive de chercheur » au plus près du terrain : planches photographiques, diapositives, carnets, dossiers, enregistrements. Derrière des gestes qui nous semblent familiers (lire, dessiner, noter, enregistrer, transcrire, rassembler, confronter, classer, trier, jeter, conserver), ils racontent la manière dont les sciences humaines et sociales de l’après-guerre se sont consolidées et reconnues à travers des dispositifs matériels (Claudie Fayein apprenant à tenir un carnet de terrain sous la direction de Claude Lévi-Strauss), ainsi que la manière dont les façons de travailler ont été lentement modifiées par l’apparition et la généralisation des nouvelles technologies du son, de l’image et de l’écrit. Ils donnent aussi à voir ce que pourrait être une histoire croisée et collective de la recherche française sur le Yémen dans la seconde moitié du xxe siècle et le début du xxie siècle : histoire de rencontres, de croisements, de successions intellectuelles, de lieux de sociabilité partagés.

En présentant ces fonds, les intervenants témoignent aussi de la continuation de cette tradition française – eux qui sont des acteurs de cette histoire, en tant qu’anciens directeurs du Centre français d’études yéménites, puis CEFAS, Franck Mermier (de 1991 à 1997), Jean Lambert (de 2003 à 2008) et Michel Tuchscherer (de 2009 à 2013), ou en tant qu’historiens empêchés de terrain, comme Éric Vallet ou Juliette Honvault. Préparer une exposition sur Claudie Fayein (Michel Tuchscherer), éditer l’ouvrage sur les femmes du Yémen de Fatima al-Baydani (Jean Lambert), réactiver l’archive en la revisitant, c’est créer de nouvelles strates de signification qui constituent de réels apports de la recherche en SHS.

En même temps qu’ils restituent des expériences humaines et intellectuelles, les intervenants racontent aussi des histoires d’archives. La constitution de ces massifs, au fil du temps, au gré des déplacements, constitue le temps de l’archivalisation, pour reprendre le néologisme de l’archiviste néerlandais Eric Keetelar, c’est-à-dire « le choix conscient ou inconscient (déterminé par des facteurs sociaux et culturels) qui fait qu’on considère que quelque chose vaut la peine d’être archivé ». De ce premier moment, il a relativement peu été question pendant cette journée. Le temps du passage des mains privées aux mains publiques, lui, est plus volontiers mis en histoire : histoires d’enfants qui ne savent pas trop quoi faire de cartons déposés dans un coin ou dans des conteneurs trop onéreux, de négociations embouties, de conventions bricolées. Des quatre ou cinq derniers cartons des archives de Claudie Fayein, le musée du quai Branly (qui possède pourtant les archives des années 1950) ne voudra pas, conduisant les héritiers à préférer la MMSH. Les archives de l’homme politique Ahmad Muhammad Nu’man (1909-1996), entreposées dans un conteneur à Genève, rejoignent les bureaux de l’IREMAM grâce à l’entremise de Juliette Honvault et François Burgat, sans que leur statut soit complètement clarifié.

Lettre de l’imam Yahya (archives Nu’man, IREMAM)

Vient enfin le temps de l’archivage, qui pose de nouvelles questions. Questions éthiques et juridiques d’abord, s’agissant d’archives récentes, concernant des acteurs encore vivants, au statut complexe. Paul Bonnenfant, qui a accepté que des copies numériques de ses diapositives et photographies soient conservées à la médiathèque de la MMSH, tout en en conservant les originaux, souligne les conditions draconiennes imposées par certains éditeurs anglo-saxons sur le droit des images. Questions proprement archivistiques ensuite, puisqu’il s’agit d’organiser le fonds sans perdre la trace des classements originels, tout en permettant de nouvelles circulations. La richesse des dispositifs inventés par les chercheurs pour ne pas se perdre dans leurs papiers (carnets de terrain permettant de retrouver le lieu et la date d’une prise de vue, par exemple) invitent surtout à ne pas cantonner les fonds (archives sonores, archives papier, livres, images) et à encourager le travail commun à l’intérieur de la médiathèque, pour remembrer, apparier, « passer de la source à la ressource » (A. Arrif). Le portail Cinumed, qui agrège les ressources internes, mais aussi externes à la MMSH, constitue un formidable outil de travail, présenté par Abdelmajid Arrif. D’où le dernier jeu de questions, intellectuelles : que faire de ces archives ? Comment leur donner sens à un moment crucial de l’histoire yéménite ?

Car en préambule de ces portraits de chercheurs heureux, Éric Vallet a présenté un tableau glaçant de la situation actuelle des archives au Yémen. Moins visible que l’insoutenable drame humanitaire et que les destructions du patrimoine monumental, la disparition par le feu, le vol et le pillage d’ensembles archivistiques majeurs doit interpeler la communauté internationale. En s’appuyant sur les recherches du jeune archiviste yéménite Mohammed Ali Tawaf, auteur d’une thèse sur l’évolution de la politique d’archivage au Yémen depuis les années 1960, Éric Vallet souligne le double effet de la guerre. Il y a évidemment, d’une part, les pertes irrémédiables liées au pilonage des bâtiments administratifs, dépôts d’archives, tribunaux, centres de recherche universitaires, sièges d’entreprises, agences de presse, musées nationaux et fondations privées qui conservaient des fonds d’archives importants. Mais aussi, d’autre part, le coup d’arrêt porté à la politique archivistique qui avait émergé depuis les années 1990, avec la création du Centre national des archives (1991), la construction de bâtiments, l’accélération des versements physiques (triplement des mètres linéaires entre 2000 et 2013) et les campagnes de numérisation qui, en dépit de choix techniques parfois problématiques et de problèmes de stockage des données, avaient représenté une avancée considérable. Dans ce domaine comme dans d’autres, les archivistes yéménites ont besoin d’un soutien international pour protéger et conserver ce qui peut encore l’être.

C’était le second objectif de cette journée : proposer de nouvelles approches, de nouveaux terrains. En présentant un tableau riche et structuré de la littérature yéménite contemporaine, Franck Mermier ouvre une première voie. Malgré sa faible visibilité sur la scène internationale, due au nombre très restreint des traductions (en France, les éditions Liana Levi ont tout de même publié deux des trois romans de Ali al-Muqri, Femme interdite et Le Beau Juif), la littérature yéménite connaît depuis 2014 un véritable essor, qui prolonge le mouvement littéraire du « nouveau roman yéménite » né dans les années 1990, celui d’une écriture sensible aux questions sociales, politiques et culturelles contemporaines. Alors que la production du savoir, des connaissances et des données scientifiques est problématique dans un pays en guerre, Franck Mermier propose de prendre au sérieux cette écriture romanesque en tant qu’elle donne accès, non seulement aux représentations de la guerre par les élites, mais aussi à différents savoirs sur la société, qu’elle se montre capable d’élaborer et de transmettre, comme un canal doublant celui d’une impossible recherche académique. La proposition ouvre la voie à des collaborations possibles avec la diaspora des écrivains yéménites, ainsi qu’un dialogue avec des propositions inverses, qu’on appellera rapidement de « littérarisation des sciences sociales », comme celles de la Fabrique des écritures.

Ali al-Muqri, Femme interdite, Paris, Liana Levi, 2015.

Parce que la littérature est un enjeu politique autant que scientifique, il y aurait un sens fort, selon Franck Mermier, à constituer un observatoire de la littérature yéménite qui regrouperait (virtuellement ou physiquement) des noyaux de livres dispersés (ceux du centre français à Sanaa, dans des cartons inaccessibles, ou de la médiathèque de la MMSH ; Éric Vallet signale aussi l’existence d’un fonds d’une centaine de romans et recueils de poésies achetés à la foire du livre de Sanaa et sur les trottoirs dans les années 1990).

En présentant la manière dont les réseaux sociaux permettent la construction d’une mémoire collective sur le « glorieux passé » du Yémen, Juliette Honvault ouvre une seconde voie. Ou comment Facebook ou Youtube sont devenus les dépôts bricolés d’archives photographiques ou sonores sorties des coffres familiaux, partagées, commentées, rappelant des souvenirs, nourrissant la nostalgie du Yémen « d’avant 1990 ». On peut considérer ces réseaux comme un réservoir d’archives pour lequel se pose la question de la pérénnité des données et que l’on pourrait moissonner en douce. Il est sans doute plus intéressant de les considérer du point de vue des sciences sociales, comme un observatoire d’une sensibilité sociale à l’archive dont on retrouve l’expression ailleurs, mais qui prend, du fait de la guerre et des destructions du patrimoine écrit, un sens particulier. Les chiffres frappent : plus de 100 000 membres pour la page « anciennes photographies du Yémen », à mettre en relation avec les millions de Yéménites exilés en Égypte, en Jordanie, dans les pays européens.

Ces pistes – et d’autres – ramassées pendant la table ronde mettent en évidence une chose : que le moment est venu d’agréger les forces humaines (chercheurs, ingénieurs), institutionnelles (MMSH, CEFAS, GIS Moyen Orient et mondes musulmans), pour proposer un projet de recherche ambieux, en collaboration avec les acteurs yéménites (au Yémen ou à l’étranger), autour des archives scientifiques, politiques et « nouvelles archives numériques » relatives au Yémen. La MMSH dispose déjà de fonds d’archives importants, de chercheurs reconnus à l’IREMAM et d’une infrastructure numérique avancée. Comme le soulignent les intervenants de la table ronde, ce projet permettrait de poursuivre la continuité d’une tradition française de recherche interdisciplinaire de haut niveau sur le Yémen, mais il présenterait aussi une forte légitimité politique, répondrait à une forte demande sociale de documentation du passé et de constitution d’archives pour le futur, constituerait un soutien à la formation archivistique professionnelle et universitaire yéménite.

Cite this article as: Emmanuelle Chapron, "Yémen – archives de la recherche," in Archives en bibliothèques, 29/06/2019, https://archivbib.hypotheses.org/564.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.