Une école d’été pour penser les collections méditerranéennes : Understanding Mediterranean Collections, 8-17 juillet 2019, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme & Mucem.

Rouleau d'archives aux ANOM, photographié en réserve le 8 juillet 2019La collection est un objet qui paraît aller de soi pour les chercheurs en sciences humaines et sociales. C’est en tout cas un objet de recherche bien identifié, qui constitue le thème de nombreux ouvrages et manifestations scientifiques1. Il est le plus souvent abordé au prisme d’une histoire sociale, culturelle et parfois économique des collections et des collectionneurs, dans la lignée des travaux ouverts par l’historien Krzysztof Pomian dans les années 1980. Il s’agit alors d’interroger les compétences culturelles et les dispositions sociales nécessaires pour s’engager dans le collectionnisme, les réseaux marchands et sociaux mobilisés pour rassembler les spécimens, les pratiques savantes dont les collections sont le lieu, leur institutionnalisation lorsque la collection devient musée ou bibliothèque municipale. Tout en mettant en valeur les collections méditerranéennes, le propos de l’école d’été Understanding Mediterranean Collections n’était pas d’être une immense visite guidée. Il était plutôt de faire de la collection, non seulement un objet d’étude commun aux historiens, aux historiens d’art, aux sociologues ou aux anthropologues, mais aussi une échelle d’analyse partagée par les chercheurs en sciences humaines et sociales.

Le projet partait d’un constat simple : les chercheurs travaillent sur des objets (manuscrits, œuvres d’art, artéfacts, vestiges archéologiques) sans toujours s’interroger sur les collections où ces objets sont conservés et d’où ils sont tirés pour être soumis au travail de l’analyse. Or la collection n’est pas seulement une grande boîte où se trouvent les objets : c’est le résultat d’opérations de sélection, de tri, d’organisation qui contribuent à donner un sens aux objets. Ce processus de sémantisation, devenu intrinsèque à l’objet étudié, est souvent oublié des chercheurs. Qu’un enregistrement oral, un incunable ou un vestige archéologique provienne de telle ou telle collection n’est pas simplement une métadonnée de son histoire, mais participe à l’interprétation scientifique qu’on peut lui donner2. La collection est un dispositif qui produit des canons, et ce d’autant plus qu’elle n’est jamais seule dans son genre. Or c’est à partir de ces répertoires que les chercheurs travaillent, d’où l’importance de s’interroger sur la manière dont ils ont été constitués.

COLLECTION de chaises égyptiennes

Faire de la collection un lieu de rencontre des réflexions en SHS n’était pas une idée si évidente : en effet, le terme de « collection » n’est pas une table très solide. Dans le sens le plus courant, le plus consensuel, il désigne un ensemble rassemblé de manière volontaire, en fonction de critères précis, par un individu ou par une institution. Selon les champs professionnels ou scientifiques dans lesquels il est employé, il présente pourtant une certaine polysémie, ou en tout cas des nuances particulières. En archivistique, la collection désigne une « réunion artificielle de documents en fonction de critères communs […] dont la juxtaposition est le fruit de la volonté ou du hasard, par opposition au fonds d’archives constitué de façon organique par un producteur »3. Dans le monde des archives, la collection a une dignité inférieure au fonds, dont l’organisation reflète l’activité de l’institution productrice. Elle introduit de la volonté mais aussi « du hasard ». À l’inverse, dans le monde des bibliothèques, comme le signale le dictionnaire de l’ENSSIB, « les collections sont au cœur de la littérature bibliothéconomique » : il les définit comme « un rassemblement ordonné et intentionnel de documents réunis sous une dénomination commune ». Dans ce cas, pas de hasard, du moins en apparence : la collection signale ce qui fait le cœur de métier du bibliothécaire, sa capacité à sélectionner et à organiser un segment de la production imprimée.

Plutôt qu’un obstacle à la compréhension, cette polysémie devait être considérée comme la caractéristique d’une notion en travail, posée au carrefour de champs disciplinaires et de pratiques professionnelles plurielles, et donc susceptible de servir de « notion frontière », permettant un décloisonnement des objets et des approches. L’école d’été a ainsi trouvé son unité dans un certain nombre de questions, abordées tout au long des visites, des conférences, des ateliers et dans les présentations de travaux des participants : qu’est-ce que la collection fait aux objets ? Que reste-t-il de la collection lorsque l’objet en a été extrait ou quand il n’y a plus d’objets ? Que se passe-t-il quand les objets passent d’une collection à une autre ? Qu’entraîne le tournant numérique dans la compréhension, le signalement et la valorisation des collections ?

En rapprochant toutes sortes de collections méditerranéennes, passées et présentes, in situ ou à distance – collections de livres, d’archives, de spécimens botaniques, de photographies, de sons, de vidéos ou d’artéfacts – l’école d’été a mis en évidence l’intérêt heuristique et le surcroît d’intelligibilité qu’apporte, à l’analyse des objets, l’échelle de la collection, y compris pour des collections qui ne sont pas pensées et interrogées comme telles (comme les fonds d’archives, qui ne sont pas stricto sensu des collections, mais qu’on ne peut pas pour autant considérer comme le reflet objectif de l’activité d’une administration). L’école d’été a ainsi abordé trois grands ensembles de questions qui se posent sur les collections et sur lesquelles nous appuyons notre synthèse : leur histoire, leur mobilité, leur signalement et valorisation.

Écrire l’histoire des collections

L’histoire des collections a été illustrée en premier lieu par la conférence inaugurale de Marie-Dominique Nenna, directrice du Centre d’études alexandrines, consacrée à l’histoire des musées d’Alexandrie. Dans le cadre de leurs présentations, plusieurs participantes ont fait un point complet sur des collections peu connues ou difficilement accessibles. Celle de Mathilde Romary sur les collections de céramiques grecques, étrusques et italiotes dans les universités françaises pendant la Troisième République, et celle de Beatrice Falcucci sur les musées d’histoire naturelle au temps du fascisme italien ont mis en évidence l’importance de confronter plusieurs types de sources pour écrire l’histoire des collections : des archives institutionnelles (dossiers administratifs, registres d’entrées, catalogues) ; des photographies qui permettent de retrouver des dispositifs muséographiques disparus ; les objets eux-mêmes, qui gardent parfois des traces d’équipements anciens (cotes, étiquettes, tampons), ou les anciens meubles de rangement qui permettent de documenter un ancien « ordre du savoir ». Badra Fahas a présenté les collections d’archives accessibles au sein du Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC), et plus largement les collections d’archives publiques en Algérie. À partir des manuscrits qui forment le socle de son étude sur le droit architectural musulman, Meriem Ben Ammar a présenté le cas d’une collection dont l’histoire est encore à écrire : si ces manuscrits semblent avoir appartenu au même individu, il reste à comprendre comment ils sont parvenus à la bibliothèque nationale de Tunis et comment le fait de leur présence dans cette collection peut permettre d’en ajuster l’interprétation.

OUverture d'une édition ancienne de Mireille Deux visites ont, de façon très concrète, illustré la trajectoire historique complexe des collections. Celle du musée colonial de Marseille (organisée par Bruno Vila, et sur laquelle on renvoie au billet rédigé par Mathilde Romary), dont les vestiges sont aujourd’hui conservés dans les locaux de la faculté des sciences de Saint-Charles, a ouvert de fructueuses perspectives d’histoire comparée avec les présentations des participantes. Constitué à partir de la fin du XIXe siècle comme collection universitaire, développé après l’exposition coloniale de 1906 comme une vitrine de l’Empire colonial français, le musée a été démantelé après les indépendances et son histoire présente encore de larges béances documentaires. Sur la visite du musée Arbaud (organisée par Dominique Mazel), un autre billet est à venir !

Cette réflexion invite à porter une attention réflexive sur nos propres gestes de collecte, scientifiques ou professionnels : comment constitue-t-on des collections nouvelles, quelles traces laisse-t-on des critères qui ont gouverné le choix ou de ce qui a été écarté ? Ce questionnement a nourri les discussions qui ont suivi la conférence de Karima Dirèche, autour de la constitution des archives du web de la révolution du sourire. L’exposition en cours Instants tunisiens, scrutée par les deux commissaires (Houria Abdelkafi, indépendante, et Elisabeth Cestor, MuCEM), a été l’occasion de partager la construction d’une collection contemporaine de la collecte de ses données avec un réseau de partenaires, jusqu’aux réalisations transmédias sur les murs du musée.

Expo instant tunisien, UMC

Elle invite aussi à s’interroger sur la manière dont on écrit l’histoire des collections qui ont disparu ou qui sont en train de disparaître – objet de la conférence d’Omniya Abdel Barr (Victoria and Albert Museum), sur laquelle un billet est en cours de rédaction. Docteur en histoire de l’EPHE, Erika Carminati a restitué les enjeux politiques de la galerie de portraits, aujourd’hui largement dispersée, qui avait été constituée à Bergame au cours de l’époque moderne pour honorer les dignitaires de la ville. Élodie Attia (CNRS) a retracé les méthodes – principalement paléographiques – qui lui ont permis de reconstituer une partie de la bibliothèque d’un érudit juif du 16e siècle, Raphaël Salomon de Prato, dont les manuscrits sont aujourd’hui dispersés à travers le monde.

Mobilités des collections

Car l’histoire des collections n’est pas une histoire statique : c’est le second volet des réflexions développées dans l’école d’été, qui s’intéresse aux différentes formes de mobilité, géographique et sémantique, des collections. Ces dernières sont souvent associées à une idée de stabilité, ce qui est loin d’être le cas : les musées peuvent fermer ou migrer vers de nouveaux bâtiments. C’est le cas de deux des partenaires de l’école d’été, le MuCEM héritier du musée des Arts et traditions populaires, et les ANOM, installées à Aix en 1966, dont l’histoire et les fonds ont été présentés par Isabelle Dion et Nicolas Michel. Sans bouger de leurs murs, elles peuvent être réaménagées pour tenir compte de l’évolution des paradigmes scientifiques. Une partie des collections qui étaient visibles deviennent invisibles, ou différemment visibles. Les attendus scientifiques sur lesquelles les collections de squelettes héritées de la science anthropologique du XIXe siècle ont été construites sont aujourd’hui complètement disqualifiées, mais ces collections n’ont pas perdu toute validité pour les scientifiques, qui les revisitent sous un autre angle. Autrefois vitrine de l’Empire colonial français, le musée colonial de Marseille est aujourd’hui utilisé comme un répertoire de la biodiversité pour les chercheurs en histoire naturelle du monde entier. Aude Fanlo et Émilie Girard ont mis en évidence la manière dont le Mucem, héritier des collections vieillies des MNATP (Musée national des arts et traditions populaires), s’est métamorphosé en un lieu de ressources pour aider à penser les sociétés contemporaines. Le musée a été finalement un des grands protagonistes de l’école… en effet les équipes qui gèrent ces institutions sont poussées sans cesse à s’interroger sur leurs collections et à les questionner, car elles doivent obtenir des résultats et accueillir un public toujours plus large. Ainsi, si les arbitrages politiques, administratifs et économiques qui président à l’organisation des musées archéologiques de Grèce et de Chypre ont fait l’objet des présentations de Maria Xeni Garezou (Ministère de la culture et des sports de Grèce) et d’Éric Chabert, en regard, la visite de l’exposition « On n’a rien inventé » au Musée d’histoire de Marseille, guidée par son commissaire David Djaoui, a montré comment des collections mal connues pouvaient être redynamisée par le pari de l’anachronisme et de la confrontation avec nos usages contemporains. Enfin, Christian Bromberger est revenu sur la dérive esthétisante et le virage sociétal des musées contemporains et les réactions de publics.

Présentation de l'expostion "On a rien inventé"

Les interventions ont aussi permis de replacer les collections dans un courant historiographique et anthropologique attentif à la biographie culturelle et sociale des objets, dans la perspective engagée dans les années 1980 par Arjun Appadurai (The Social Life of Things, 1986) et plus récemment développée par Paula Findlen (Early Modern Things. Objects and their Histories, 1500-1800, 2012). Il s’agissait de penser les effets de l’entrée d’un objet dans une collection, de son déplacement d’une collection vers une autre, et éventuellement de sa sortie d’une collection. Certaines interventions se sont focalisées sur ce moment de l’incorporation dans les collections. À partir du cas des archives savantes (livres et papiers) donnés à la bibliothèque Mazarine, Patrick Latour a mis en évidence comment l’institution receveuse transforme la collection en la pliant à des logiques de tri, d’organisation et de signalement qui lui appartiennent. Liés à un état des savoirs académiques et aux compétences scientifiques et linguistiques présentes à un moment donné dans l’établissement, ce sont ces logiques qui expliquent qu’il faille aujourd’hui chercher les manuscrits éthiopiens en langue guèze parmi les manuscrits « chaldéens » de la Bibliothèque vaticane, comme l’a souligné Olivia Adankpo dans l’atelier organisé par les membres de l’École française de Rome, avec Marie Bossaert et Bertrand Marceau.

Atelier organisé par les membres de l’École française de Rome, avec Olivia AdankpoMarie Bossaert et Bertrand Marceau.

La question de l’incorporation d’une collection dans un musée était au cœur des recherches de plusieurs participantes, qu’il s’agisse de collections étudiées dans leur thèse (Ana Cheishvili, sur les collections d’objets caucasiens dans les musées français) ou de collections constituées comme objet de recherche pour l’écriture d’une histoire de l’art (Zouina Ait Slimani, sur la naissance de la critique d’art en Irak). Pour mieux en comprendre le processus, l’équipe du MuCEM avait proposé un exercice grandeur nature. Les participants devaient ainsi organiser une commission d’acquisition factice à partir d’un objet lié à leur recherche. Trois étudiantes d’histoire de l’art ont préféré transformer l’exercice en ‘non acquisition’, pour des raisons de saturation des collections, du manque d’information qui les concernait ou de l’absence d’objectif énoncé (Éléonore Belin sur le théâtre d’ombres à partir des collections des musée du Quai Branly, de l’Institut du Monde Arabe et de Gadagne ; Sarah Lakhal sur les collections d’art de l’Islam ; Fanny Roilette sur les bijoux d’art islamique du musée des Beaux-Arts de Lyon). Placé du point de vue de l’ethnomusicologue, l’exercice a été mis en œuvre avec succès par Matteo Cialone qui a proposé l’achat d’un Nagra pour contextualiser les collections musicales collectées sur le terrain (la fiche sera prochainement mise en ligne sur le carnet).

Atelier INAD’autres interventions ont privilégié le moment de la sortie de la collection. La conférence de Katia Bellan (AMU), puis l’intervention de Pascal Cesaro en atelier ont permis d’interroger ce qu’il advient lorsqu’une image (fixe ou animée) est extraite d’un dépôt d’archives audio-visuelles et replacée dans un autre contexte (documentaire par exemple). L’atelier mené par Mireille Maurice (directrice Ina Méditerranée) et Anne-Marie Granet (Larhra, Université de Grenoble) a montré l’importance de la collaboration entre chercheurs et gestionnaires des collections qui permet d’éclairer les questions techniques ou juridiques, de faciliter l’historicisation des documents télévisés, de confronter les archives et de questionner des usages des sources historiques dans l’objectif de créer des outils en direction des enseignants – ici la fresque « Montagnes magiques ».

Conférence Ana Ben David, UMCCe déplacement a trouvé son point d’orgue dans la présentation sur les archives du Web par Anat Ben David (Open University of Tel-Aviv) introduite par Sophie Gebeil (TELEMMe, AMU). Ici les collections constituées sur le web sont fluctuantes, difficiles à cerner et leur archivage nous interpelle de façon nouvelle et complexe, nous obligeant à changer nos façons d’archiver. En effet le web ne cesse de mettre à jour les informations que nous croyions encore hier à la même place et de les supprimer, ce qui pose de nouvelles questions et nécessite de nouveaux réflexes savants de la part des chercheurs, ne serait-ce que pour la citation des sources disparues ou modifiées. La présentation du travail réalisé par « Internet Archive » a été pour cela emblématique. Cette fondation, qui se veut avant tout une bibliothèque plus qu’une archive – aiguillonnée par son slogan « Building a digital library for the future » –, offre la plus grande collection mondiale de sites Web historiques avec l’invention d’une machine à remonter le temps, à travers la Wayback Machine.

Signalement et valorisation

De façon transversale, les questions du signalement et de la valorisation ont été au cœur des réflexions qui ont participé à donner sa cohérence à cette école d’été placée sous le signe des humanités numériques. Les questions relatives à la numérisation, à l’indexation, à la pertinence et à la viabilité des choix technologiques ont été reprises dans plusieurs interventions. La question des médias photographiques et audiovisuels a été plusieurs fois mise en avant, qu’il s’agisse des collections de photographies archéologiques (atelier de Jean-Christophe Peyssard – Ifpo et Bruno Baudoin – Centre Camille Julian) ou des archives de l’Ina (Sophie Gillery). Plusieurs types d’instruments de recherche ont aussi été présentés car comme cela a été bien montré par plusieurs conférenciers, s’il n’y a pas de catalogue, une collection n’existe pas (atelier EFR, ANOM, mais beaucoup d’autres) : il faut donc décrire et structurer les contenus. L’EAD, le DC ou de la TEI ont été mis en avant sur plusieurs plateformes nationales et internationales, qu’il s’agisse de Calames (Patrick Latour, Juliette Le Gall, Mathilde Romary), de MédiHal (Jean-Christophe Peyssard) ou de Nakala (Jean-Christophe Peyssard, Juliette Le Gall). Des réalisations locales permettent également aux chercheurs d’accéder à des archives longtemps inaccessibles. Le fonds Arsène Roux, présenté par la linguiste Dahbia Abrous (Inalco) est aujourd’hui accessible sur un site créé à la MMSH (Hassan Moukhlisse, USR3125). En Tunisie, la présentation de Khaoula Mighri, doctorante en arts et archéologie islamique à l’École nationale d’architecture et d’urbanisme de Tunis, sur les remplois de chapiteaux antiques dans l’architecture religieuse islamique de la médina de Tunis, a été l’occasion de nous introduire à une base de données relative aux réemplois des objets architecturaux, créée dans le cadre des activités de l’Institut national du patrimoine. Cette base très fouillée a mis en avant l’importance de documenter le contexte de production et d’usage des objets, comme on le fait des archives.

Certains outils permettent aujourd’hui de faire parler autrement les données, jusqu’à une chronologie heure par heure des battues bourgeoises à Marseille pendant la Révolution française dans le quartier du Panier (Angelo Odore, EHESS Marseille/ Université de Teramo). En bout de chaîne, la publication sur des carnets de recherche sur la plateforme Hypotheses.org en direction de la communauté académique mais aussi du grand public a été une occasion de réalisation pour les participants qui ont commencé à publier sur le carnet de l’école (atelier mené par Delphine Cavallo, TELEMMe et Annick Richard, USR3125). La question du réusage des collections numérisées ou nativement numériques a traversé toutes les conférences en interrogeant d’un côté leur citation (atelier Jean-Christophe Peyssard/Bruno Baudoin, Ana Ben David ou Karima Dirèche par exemple), de l’autre les questions juridiques et éthiques qui se posent pour la production, l’édition, la diffusion et le partage des données numériques dans le domaine des sciences humaines et sociales  (atelier Véronique Ginouvès (MMSH)/Isabelle Gras (SCD AMU), mais aussi la conférence de clôture de David Zeitlyn).

Balade au mucem pendant l'école d'été

Au cours d’une séance finale de restitution, les participants ont souligné ce qu’ils avaient retiré des approches plurithématiques et interdisciplinaires de l’école d’été pour leur propre travail de recherche. Ils ont apprécié la rencontre des terrains et la qualité des interventions, exprimé le besoin de clarifier les notions rencontrées et l’intérêt d’exercices plus pratiques (catalogage, productions numériques). En retour, les organisateurs ont souligné la richesse de leurs apports et des discussions animées par les participants de l’école. Une des participantes, Chiara Ghio, a saisi ces retours sur le vif par une série d’entretiens.

Synthèse rédigée par Emmanuelle Chapron (UMR TELEMMe) et Véronique Ginouvès (USR3125).

Télécharger le programme de l’école d’été “Understanding Mediterranean Collections”

Photographie de groupe, école d'été UMC, juillet 2019

Crédits photographiques : image “à la une”, rouleau d’archives de la réserve des ANOM, photographiée lors de la visite du 9 juillet ; lors d’un atelier le 16 juillet au centre de ressources du MuCEM, à propos de le création d’une collection égyptienne, chaises de café au Caire ; ouverture d’une édition ancienne de Mireille (F Mistral) au Musée Arbaud, photographiée lors de la visite du 12 juillet ; David Djaoui présente l’exposition “On a rien inventé” au Musée d’histoire de Marseille le 11 juillet ; Atelier “Histoire des archives, fabrique de l’histoire” organisé le 9 juillet à la MMSH par les membres de l’École française de Rome Olivia Adankpo, Marie Bossaert et Bertrand Marceau ; Conférence D’Ana Ben David, introduite par Sophie Gebeil ; Atelier dans les locaux ce l’Institut national de l’audiovisuel avec Anne-Marie Granet (Larha) et Mireille Maurice (Ina) le 15 juillet ; en se rendant à l’exposition “Instants tunisiens”, au MuCEM, le 17 juillet ; photo de groupe, 18 juillet 2019 [photographie Aude Fanlo, les autres photographies ont été prises par Véronique Ginouvès et sont placées sous licence CC-BY-NC].

  1. Le 145e Congrès national des sociétés savantes, qui aura lieu à Nantes en 2020, aura pour thème « Collecter, collectionner, conserver ». []
  2. Dominique Poulot soulignait que les œuvres d’art qu’on trouve aujourd’hui dans les musées occidentaux correspondent assez bien à celles que l’on trouve décrites dans les Vies des meilleurs peintres écrites par Giorgio Vasari au 16e siècle. À partir de cette époque, l’ouvrage a fonctionné comme un filtre, en guidant le choix des collectionneurs, avec une très grande efficacité, puisque, aujourd’hui, beaucoup de peintres mineurs de la Renaissance ne sont connus que par les documents d’archives. Toute leur production a disparu parce qu’elle n’a jamais été collectionnée. []
  3. Voir le Dictionnaire de terminologie archivistique, Archives de France, 2002 : https://francearchives.fr/file/4f717e37a1befe4b17f58633cbc6bcf54f8199b4/dictionnaire-de-terminologie-archivistique.pdf []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.