Archives en bibliothèques : les Richesses des bibliothèques provinciales (1932)

En 1932, la parution des Richesses des bibliothèques provinciales de France marque un jalon important dans la tradition des guides illustrés des trésors des bibliothèques françaises. Rédigés avec le concours des bibliothécaires, les deux volumes rassemblent une série de notices qui retracent brièvement l’histoire et recensent les principales collections, œuvres d’art, manuscrits, imprimés rares, belles reliures, dessins et gravures, collections de monnaies et médailles, fonds locaux et spécialités des bibliothèques provinciales françaises[1]. L’architecte de l’entreprise, Pol Neveux, a été inspecteur général des bibliothèques entre 1902 et 1935 ; c’est aussi l’un des artisans de la loi du 20 juillet 1931 qui, l’année précédente, avait organisé les bibliothèques municipales en trois catégories, dont la première est celle des bibliothèques classées[2].

Dans sa volonté d’embrasser la diversité des « trésors » des bibliothèques, l’ouvrage constitue un instrument de repérage commode des « archives en bibliothèques », dont on peut distinguer trois types : les bibliothèques utilisées comme lieu de conservation des archives municipales ; les pièces d’archives conservées dans les fonds anciens des bibliothèques, souvent à l’intérieur de fonds érudits des XVIIIe-XIXe siècles ; des archives individuelles, de savants ou d’écrivains.

La bibliothèque comme archives municipales

Le premier cas de figure est celui des fonds d’archives conservés dans les bibliothèques. Depuis le Moyen Âge, les archives municipales sont souvent conservées dans les hôtels de ville ; cette situation perdure au XIXe siècle et, souvent, pendant une bonne partie du XXe siècle[3]. Alors que la masse documentaire s’accroît, certaines municipalités décident de transférer la partie la plus ancienne de leurs archives dans les locaux de la bibliothèque municipale. Ce déplacement accompagne la fondation de ces bibliothèques, depuis que le décret impérial du 28 janvier 1803 a mis « à la disposition et sous la surveillance des municipalités » les bibliothèques des écoles centrales désormais supprimées. À Orléans, où les archives municipales étaient conservées depuis 1790 dans l’hôtel Groslot, devenu hôtel de ville, le Conseil municipal demande en 1835 que les documents n’ayant plus d’utilité administrative soient déplacés à la bibliothèque[4].

A gauche, la bibliothèque d’Orléans, dans le bâtiment (aujourd’hui détruit) qu’elle occupe de 1808 à 1919.

À Poitiers, les archives municipales antérieures à la Révolution, jusqu’alors conservées dans les greniers de l’hôtel de ville, entrent à la bibliothèque en 1838. À Rouen, les fonds d’archives sont triés en 1922, et les documents antérieurs à 1800 passent de l’hôtel de ville à la bibliothèque municipale[5].

Ces déplacements se poursuivent jusque dans les premières années du XXe siècle, au moment où la législation sur les archives communales se précise[7]. À Lyon, la partie ancienne des archives de la ville (soit environ 7000 registres ou cartons antérieurs à 1789) est transférée en 1927 au Palais Saint-Jean, où est installée la bibliothèque municipale[6]. Ces cohabitations sont durables: à Lyon, il faut attendre 1974, lorsque la bibliothèque municipale est installée dans de nouveaux locaux, pour que les deux parties de la documentation archivistique, ancienne et moderne, soient réunies au Palais Saint-Jean. À Poitiers, la bibliothèque municipale conserve toujours les archives anciennes et contemporaines jusqu’en 1870[8].

Cette fonction conservatoire vaut aussi pour des fonds d’archives plus circonscrits. À La Rochelle, c’est la bibliothèque municipale qui, à partir de la fin du XIXe siècle, reçoit les archives anciennes de l’hôpital Saint-Louis et des anciennes institutions hospitalières de la ville dont ce dernier est l’héritier. Les versements se poursuivent au XXe siècle, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, et encore en 1958[9]. Ce n’est qu’à partir des années 1980 que les archives de l’hôpital sont versées aux archives municipales, et en 1988 que l’ensemble archivistique de l’hôpital Saint-Louis est transféré de la bibliothèque aux archives.

[1] Pol Neveux, Émile Dacier (éd.), Les richesses des bibliothèques provinciales de France. Historiques des dépôts – Œuvres d’art – Manuscrits – Miniatures – Livres – Reliures – Musique – Dessins et gravures – Monnaies et médailles – Fonds locaux – Spécialités, ouvrage rédigé par les conservateurs des bibliothèques provinciales, Paris, Éditions des Bibliothèques Nationales de France, 1932.

[2] Julien Cain, « Hommage à Pol Neveux ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1959, n° 12, p. 587-588, http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1959-12-0587-004.

[3] Paul Delsalle, « L’archivistique sous l’Ancien Régime, le Trésor, l’Arsenal, et l’Histoire », Histoire, économie et société, 1993, 12-4, p. 447-472.

[4] Une partie des archives antérieures à la Révolution reste sur place : un rapport de 1919 indique qu’elles sont conservées « sous les combles de l’Hôtel de la Ville dans une petite salle difficilement accessible et dont l’entretien laisse souvent à désirer » ; elles sont transférées en 1920 aux Archives départementales du Loiret et en grande partie détruites dans les bombardements de 1940. Voir http://archives.orleans-metropole.fr/r/540/les-archives-a-orleans-une-histoire-de-plusieurs-siecles/

[5] Selon les Richesses (qui datent le transfert de 1920), il s’agit de 57 registres de délibérations, 902 registres d’état civil antérieurs à 1792, 335 registres et 446 liasses diverses.

[6] Le transfert a lieu en 1927 (d’après les Richesses) ou en 1934 (d’après le site www.archives-lyon.fr)

[7] La loi du 29 avril 1924 permet au préfet d’ordonner le dépôt d’archives communales aux Archives départementales. L’arrêté du 31 décembre 1926 fixe le cadre de classement des archives communales, encore en vigueur aujourd’hui.

[8] Les archives municipales n’ont été créées qu’en 1980.

[9] Le second versement inclut les archives du xixe siècle, mais aussi les actes de fondation et les registres de délibérations du conseil de l’aumône à partir de 1692. Archives municipales de La Rochelle, Hôpital général Saint-Louis de la Révolution à 1995. Répertoire numérique de la sous-série 1 S, La Rochelle, 2011, p. 8.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.