Archives scientifiques et collection numérique: le fonds Émile Burnouf (1821-1907)

Dans le cadre de l’école d’été dédiée aux collections méditerranéennes en sciences humaines et sociales, les questions liées à l’usage des humanités numériques1 afin d’assurer le signalement et la valorisation de sources variées ont été plusieurs fois mises en avant, en s’appuyant notamment sur la pratique et les enjeux liés à la constitution de collections muséales2 ou de collections numériques. Dans le cas d’étude d’archives scientifiques comme celle d’Émile Burnouf (1821-1907), l’utilisation du terme « collection », pour évoquer l’action de réunir, recueillir, rassembler est à interroger, avant de décrire le projet de constitution à partir de ce fonds d’une collection numérique, initié par l’École française d’Athènes3.

Pièces relatives aux fouilles de Santorin – Fonds Emile Burnouf (Université de Lorraine)
http://pulsar-bu.univ-lorraine.fr/items/show/111

Particularités matérielles du fonds Émile Burnouf

Matériellement dispersés dans différents lieux de conservation, plusieurs manuscrits d’Émile Burnouf, actuellement associés à des lieux institutionnels tels que l’Institut de France4, la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne5 et la bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg6 ont bénéficié de la création d’un instrument de recherche et d’un signalement par le biais de la plateforme de description archivistique Calames, gérée par l’Abes7 (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur). Des correspondances manuscrites d’Émile Burnouf, conservées à l’Institut de France sont ainsi signalées comme ayant fait partie de la collection du vicomte Charles de Spoelberch de Lovenjoul (1836-1907)8, c’est-à-dire à un ensemble construit par un individu de manière subjective, appartiennent aujourd’hui au Fonds François Buloz (1804-1877)9, permettant de retracer en partie l’histoire de ces objets matériels dispersés10. Cette réalité matérielle de l’objet manuscrit peut faire écho à la notion de « sémiophore »11, développée par Krzysztof Pomian dans ses études consacrées à partir des années 1970 à l’histoire des collections afin de décrire la circulation permanente des objets dans le temps et l’espace. Institution directement liée au parcours de son producteur, l’Université de Nancy12, au sein de laquelle Émile Burnouf fut professeur de Lettres entre 1854 et 1867 conserve également en tant que dépositaire, un autre ensemble d’écrits donnés en 1923 par sa fille, Madame de Rouvre. Ce fonds d’archives scientifiques, relatif à l’histoire et à l’évolution de l’École française d’Athènes dont Émile Burnouf fut le Directeur entre 1867-1875, révèle notamment une riche correspondance à la fois administrative et d’ordre plus privé, notamment au sujet de la « collection Schliemann »13 comme un ensemble non fini d’objets variés réunis de façon subjective en raison de leurs valeurs artistique et esthétique par Heinrich Schliemann (1822-1890)14 lors de missions archéologiques, ainsi que des plans architecturaux, des relevés topographiques. A la consultation de certains des manuscrits présents à Nancy, on constate par ailleurs la pratique par Émile Burnouf de la copie de textes ou d’extraits de correspondance, ce qui peut apparenter cette intervention de la part du producteur du fonds à une démarche liée à la collection, telle qu’elle peut être réalisée dans le domaine de la bibliothéconomie.

Constitution de collection numérique à partir d’un fonds d’archives

Objet de reconstitution récente et inédite par l’École française d’Athènes, les archives scientifiques Paul Jamot15 (1863-1939) relatives aux fouilles archéologiques de Thespies-Val des Muses en 1891 font partie, avec celles d’Émile Burnouf d’un vaste programme de numérisation. Plusieurs actions directement liées aux humanités numériques et à l’exploitation de données relatives à des fonds d’écrits scientifiques, par la constitution ou la reconstitution de ces sources écrites, selon des modalités d’acquisition de pièces, d’appropriation et de conservation variées.

Dans le cas du fonds d’écrits d’Émile Burnouf, personnalité scientifique du XIXe siècle ayant dirigé cette institution d’étude et de recherche, la collaboration avec l’INIST (Institut national de l’information scientifique et technique)16, unité de service du CNRS (Centre national de la recherche scientifique)17, et la bibliothèque universitaire de Droit et sciences économiques18 de l’Université de Lorraine a permise de produire 612 documents numérisés en y associant des métadonnées Dublin Core19 afin de constituer par la suite une collection numérique. Le principe de collection numérique, proche de la définition générale donnée au terme de « collection », c’est-à-dire « un ensemble cohérent de documents, établis en vue d’un usage précis, faisant l’objet d’une gestion. Chacun des objets qui la composent a plus de valeur dans l’entité collective qu’il n’en aurait individuellement»20 . On retrouve également le principe de sélection et de choix, souvent mentionné lorsqu’il s’agit de constituer une collection matérielle21 : la numérisation de certains documents plutôt que d’autres, issus du même fonds d’écrits s’inscrit dans des choix prédéfinis de contenu. L’ensemble des documents ayant fait l’objet de numérisation pour l’ École française d’Athènes sont en effet directement liés à l’histoire de l’institution au XIXe siècle, aux activités de recherche de ses différents membres. Cette sélection des manuscrits s’applique également à la riche correspondance d’ Émile Burnouf, dont une partie des correspondants a été retenue pour la constitution de documents numériques, afin d’en faciliter l’accessibilité pour des recherches scientifiques.

Parallèlement à ce projet de constitution d’une collection numérique, l’Université de Lorraine, dépositaire du fonds d’écrits Émile Burnouf a envisagé la création d’un instrument de recherche détaillé, afin d’en faciliter la consultation. Par le biais de la plateforme de description archivistique Calames22, gérée par l’Abes (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur) employée par de nombreuses institutions universitaires pour le signalement de fonds patrimoniaux et scientifiques, l’inventaire des manuscrits issus du fonds Émile Burnouf, a été réalisé pat l’intermédiaire d’une description archivistique encodée au format XML (Extensible Markup language)/ EAD (Encoded Archival Description). Le recours à la plateforme de description archivistique Calames, permettant la production d’un instrument de recherche dispose également de fonctions de publication et de consultation adaptés (notamment la recherche à multiples critères), tout en appliquant les normes archivistiques ainsi que le schéma XML/EAD correspondant. Par l’intermédiaire de cette même plateforme, l’intégration de contenus archivistiques permet dans le même temps d’en assurer le moissonnage des données encodées au format XML. Cet encodage en XML/EAD, appliqué à un ensemble de documents nécessitant une structuration et provenant de ce fonds d’écrits a ainsi permit leur mise à disposition auprès de la communauté scientifique. Numérisés, les manuscrits issus du fonds Émile Burnouf consultables sur la bibliothèque numérique Pulsar23  (gérée avec le logiciel de gestion de contenu web Omeka) de l’Université de Lorraine, contribuent à l’enrichissement des collections déjà constituées et internes24 à l’École française d’Athènes, notamment au sujet des campagnes de fouilles archéologiques à Santorin réalisées par Henri de Gorceix (1842-1919)25 et Henri Mamet (1845-1891)26 entre 1869-1971, du début des fouilles à Délos en 1873, mais également en ce qui concerne le projet de construction de ce lieu d’étude et de recherche dans une autre partie de la ville grecque, tout en complétant les études dédiées au réseau des Écoles françaises à l’étranger27.

En conclusion, on constate que les différents usages du terme « collection » n’est pas si évident lorsqu’il s’agit de les confronter au cas concret d’un fonds d’archive scientifique tel que celui d’ Émile Burnouf. Si certaines pièces on été intégrées à un moment donné dans l’histoire d’une collection spécifique ou ont été rattachées à l’histoire d’un lieu ou d’une institution assurant par ailleurs sa conservation, le fonds Émile Burnouf conservé à Nancy semble, par certaines particularités matérielles visibles lors de sa consultation, faire écho à la polysémie attribuée au terme de « collection »28. Le projet de collection numérique initié par l’École française à partir de ce fonds d’archives permet également de s’interroger sur cette démarche, qui semble avoir des points communs avec la constitution d’une collection matérielle, dans lequel le processus de sélection et de choix intervient et en fait l’une des particularités. Le recours à des outils numériques de signalement d’objets matériels tels que la plate-forme de description archivistique Calames a pour intérêt d’œuvrer du point de vue technique à une forme de valorisation de fonds d’écrits scientifiques jusque-là non consultables, afin d’en assurer leur visibilité numérique et de favoriser leur accessibilité à différentes formes de publics. En plus de la création d’un instrument de recherche spécifique dédié à ce riche fonds d’écrits, le plan de numérisation initié par l’École française d’Athènes a pour intérêt d’enrichir et de compléter la documentation déjà existante au sujet des origines de cette institution, de ses différents acteurs et de sa vocation à la pluridisciplinarité des champs d’études et de recherche, défendue dès le XIXe siècle.

Auteure du billet : Juliette LE GALL

 

1 Bruno Baudoin; Jean-Christophe Peyssard, « Fabriquer et présenter une collection de photographies archéologiques », École d’été Understanding Mediterranean Collections, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, 11 juillet 2019.

2 Marie Dominique Nenna, « Les collections muséales d’Alexandrie: une perspective historique », École d’été Understanding Mediterranean Collections, Mucem-I2MP/ Fort Saint Jean, 8 juillet 2019.

3 https://www.efa.gr/index.php/fr/

4 http://www.institut-de-france.fr

5 http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/

6 http://www.bnu.fr

7 http://www.abes.fr

8 https://data.bnf.fr/fr/11913510/charles_de_spoelberch_de_lovenjoul/

9 Conférence annuelle de l’EFA- Les activités de l’École française d’Athènes en 2018, 5 juin 2019.                                                                              https://m.youtube.com/watch?v=vnBjyOMIDUk

10 Bruno Vila, « Le musée colonial de Marseille: de la dispersion des collections à leur valorisation patrimoniale et scientifique », École d’été Understanding Mediterranean Collections, Aix-Marseille Université (site Saint Charles), 8 juillet 2019.

11 Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise:Xve-XVIIIe siècle, Gallimard, 1987, Paris.

12 https://www.univ-lorraine.fr

13 Lettre de E. Burnouf au Ministre Batbie: note sur la collection Schliemann http://pulsar-bu.univ-lorraine.fr/items/show/384

14 https://data.bnf.fr/fr/11923998/heinrich_schliemann/

15 Archives Paul Jamot (1863-1939): https://www.e-stampages.eu/s/stampages/page/collection.efa

16 https://www.inist.fr

17 http://www.cnrs.fr/fr/page-daccueil

18 https://bu.univ-lorraine.fr/bibliotheques/droit-et-sciences-economiques

19 https://www.bnf.fr/fr/dublin-core

20 Bermès Emmanuelle; Martin Frederic. « Le concept de collection numérique »., Bulletin des bibliothèques de France (BBF), n°3, 2010, pp. 13-17.

21 Patrick Latour, « Reconstituer les bibliothèques anciennes: sources et méthodes », École d’été Understanding Mediterranean Collections, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, 12 juillet 2019.

22 http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=Fileld-1081

23 https://pulsar-bu.univ-lorraine.fr

24 Fonds Théophile Homolle, correspondant d’Émile Burnouf Archives scientifiques « manuscrites » de l’École Française d’Athènes : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-1786

25 https://data.bnf.fr/fr/12917636/henri_gorceix/

26 https://viaf.org/viaf/2841801/#Mamet,_Henri

27 Poncet Olivier, « La querelle des origines. Émile Burnouf, Albert Dumont et la création de l’École française de Rome (1872-1875) », Construire l’institution. L’École française de Rome, 1873-1895, Publications de l’École française de Rome, 2013, Roma. Article consulté le 19 août 2019 : http://books.openedition.org/efr/2620

28 Olivia Adkanpo; Marie Bossaert; Bertrand Marceau, « Histoire des archives, fabrique de l’histoire », École d’été Understanding Mediterranean Collections, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, 9 juillet 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.