Les collections d’antiquité de la Grande Mosquée de Tunis

Ce texte a été rédigé par Khaoula Mighri, architecte, doctorante en Arts et Archéologie islamiques à l’Université de Tunis et participante à l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).

En Afrique du Nord et précisément en Tunisie, les sites archéologiques en ruine hérités de la période romaine et byzantine, très abondants, ont constitué la principale ressource pour la construction de la plupart des fondations islamiques durant tout le Moyen Âge et jusqu’aux périodes modernes. Cette abondance du matériel antique a poussé les concepteurs musulmans à innover et à créer un art savamment et judicieusement pensé. Ils ont ainsi intégré à leurs constructions des collections d’antiquité d’une très grande valeur et développé, à partir de la technique du réemploi, un savoir-faire inédit appuyé sur de très belles pièces antiques.

L’importance et la grande variété des pièces antiques à la disposition des concepteurs étaient surtout dues à la proximité de Carthage, métropole au passé glorieux, célèbre pour la qualité de son marbre, qui a constitué une carrière pour la quasi-totalité des nouveaux édifices islamiques de l’Ifriqiya surtout au Moyen Âge ; les constructions médiévales se distinguent par un recours important aux spolia1. Le matériel antique réemployé se retrouve particulièrement dans les monuments religieux, et ceux de la Médina de Tunis ne font pas exception, avec un matériel antique très riche et très diversifié et des collections contenant des pièces d’une rareté et d’une beauté incomparables. Le monument le plus important et le plus emblématique de la Médina de Tunis est la Grande Mosquée, premier monument islamique bâti dans la Médina, probablement en 116 H/7342. C’est le monument de la Médina qui contient le plus de matériel antique : pas moins de 400 éléments antiques romains et byzantins réemployés, surtout au niveau de sa salle de prière3 de type hypostyle, avec une forêt de colonnes et un dispositif en T.

Minaret de la Grande Mosquée de Tunis (MIGHRI, 2016)

C’est un véritable musée à ciel ouvert, renfermant des collections importantes d’éléments antiques réemployés et intégrés à différents emplacements et qui sont caractérisés par la qualité de leur marbre et leur bon état de conservation. Ces éléments réemployés sont d’une grande diversité : colonnes à chapiteaux, fûts et bases antiques, mais aussi une collection précieuse de plaques antiques en marbre blanc et bleuâtre exécutés en pierre marbrière de Djebel Ichkeul et provenant du site de Carthage, probablement des thermes d’Antonin et datant de l’époque de l’empereur romain Antonin ou Marc-Aurèle au IIe siècle après J.C 4. Ces plaques ont été réutilisées au niveau de la cour de la mosquée et ont été mises à l’envers, ce qui cache leur somptueux décor végétal de feuilles de vigne enroulées. D’autres plaques ont été réemployées comme montants et linteaux de certaines portes, comme la porte de l’imam qui donne sur la rue de la laine. On note aussi la présence de sarcophages antiques réutilisés dans la construction des pourtours des fontaines dans la cour de la mosquée.


Détail de la décoration du montant antique réemployé au niveau de la porte de l’entrée de l’imam : un enroulement de feuille de vigne (MIGHRI, 2016)

La collection de marbre et des matériaux réutilisée dans la Grande Mosquée de Tunis étonne surtout par sa grande diversité. On trouve des brèches rosâtres et rouges, des lumachelles noires et grises, albâtre, marbre de couleur beige, grise, noire et verte, porphyre et marbre blanc et bleuâtre.

La place prépondérante occupée par le marbre témoigne de l’importance de ce matériau, l’un des plus prestigieux et les plus utilisés durant tout le Moyen Âge. Elle témoigne aussi du réemploi comme une pratique qui a marqué l’architecture islamique : elle a constitué toute son unicité et doit être perçue, comme le signale F. Mahfoudh, non pas comme un signe de décadence, mais plutôt comme un signe d’essor et de créativité 5 qui a permis de mettre en exergue le savoir-faire des maîtres d’œuvres musulmans et leur grande capacité à créer une œuvre unique et harmonieuse à partir d’éléments très hétérogènes.

Sarcophage antique réemployé et utilisé comme pourtour de la fontaine à la cour (MIGHRI, 2016)

Après cette présentation de la technique du remploi, intéressons-nous à un élément à la beauté incomparable : le chapiteau.

Il s’agit d’un choix personnel, lié à mon intérêt pour cet élément qui m’est très cher, puisque je suis en train de mener une recherche sur les chapiteaux antiques réemployés dans les monuments religieux islamiques de la médina de Tunis. Un seul exemple : à la Grande Mosquée de Tunis, il existe plus de 160 chapiteaux antiques réemployés. Et si l’on examinait l’intégration de cette collection dans l’espace cultuel ?

On sait que dans un musée, l’exposition des pièces et le choix de leur emplacement ne se font pas d’une manière aléatoire. Les plus belles pièces sont toujours mises dans un emplacement privilégié pour qu’elles soient bien visibles des visiteurs. Après avoir fait le tri des pièces, le conservateur décide de la collection qui va être exposée et fait appel à une scénographie qui est « au service d’une histoire, d’une démonstration ou d’une présentation, mais aussi tributaire du cadre social, culturel et institutionnel et dépendante des auteurs qui la créent. La scénographie est déterminante dans la vie des expositions, leur succès, leurs évolutions et leur qualité »6.

À l’image d’un véritable musée, la collection choisie pour intégrer l’espace cultuel a nécessité un travail particulier de la part des concepteurs et artisans, de manière à l’adapter aux « impératifs métrologiques de l’édifice »7 et à choisir l’emplacement convenable pour chaque pièce antique. Les constructeurs musulmans ont ainsi cherché des solutions pour régler le problème de différence d’hauteur entre les différents fûts récupérés, en ajoutant des éléments comme le sommier et l’imposte8, mais toujours avec un souci de correspondance et d’harmonie. Le sculpteur médiéval a aussi essayé de résoudre les problèmes de correspondance des diamètres et des surfaces de contact (entre le chapiteau et le fût, et entre la base de la colonne et le fût), et ce, par l’ablation, l’amincissement ou encore l’écourtement des éléments de remploi. Ce grand souci du bâtisseur musulman pour les détails ne l’a pas empêché d’avoir une vision esthétique générale d’harmonie et un souci d’unification pour tout l’édifice.

Ce choix esthétique est souvent utilisé pour mettre en valeur certains emplacements privilégiés de la mosquée9. En effet, la Grande Mosquée de Tunis regorge pas mal d’espaces importants et mis en valeur. Elle a une typologie de salle de prière similaire à la Grande Mosquée de Kairouan et celle de la Grande Mosquée de Cordoue avec les nefs qui sont perpendiculaires au mur de la qibla, et adopte la typologie de la salle basilicale avec le dispositif en T qui résulte de la rencontre d’une grande nef médiane et d’une nef -transept de même largeur, longeant le mur du fond10.

L’axe médian est l’axe le plus sacré de la mosquée. Au centre de la salle de prière, une allée axiale mène vers le mihrab au fond et est mise en valeur par deux composantes architecturales importantes, les deux coupoles : une coupole qui se trouve à l’entrée de la salle qu’on appelle la coupole du bahou et une autre au fond, devançant le mihrab. Ces deux coupoles forment avec le mihrab et la nef médiane les emplacements privilégiés de la mosquée qui ont une grande importance ; les concepteurs en ont pris soin surtout au niveau du choix des pièces antiques et des éléments supportant leur structure. 

Un travail d’inventaire de la collection des chapiteaux antiques réemployés existants au niveau de la Grande Mosquée de Tunis effectué dans le cadre d’une recherche réalisée par mes soins, a permis de mettre en place une base de données de ces chapiteaux qui sont numérotés, repérés et photographiés dans le but de constituer un corpus de cette collection importante de pièces antiques.

Cet inventaire systématique a permis de montrer, à travers la disposition et la distribution de ces chapiteaux dans les emplacements importants de la mosquée, une volonté d’obtenir un effet esthétique bien déterminé. Voyons la manière dont les chapiteaux ont été utilisés à la Grande Mosquée de Tunis dans un de ces emplacements privilégiés, la coupole du bahou.

Plan de la Grande Mosquée de Tunis : identification des chapiteaux antiques réemployés et de l’axe le plus sacré de la salle de prière : l’allée principale (nef médiane) qui relie entre les deux coupoles (d’après A. Daoulatli, 1996)

Examen des chapiteaux antiques de remploi dans la coupole du bahou :

La coupole du bahou, dont la construction remonte à 381H/99611, représente un emplacement assez privilégié et important de la mosquée puisqu’elle précède la porte d’entrée principale de la salle de prière.

Coupole du bahou, Grande Mosquée de Tunis
Coupole du bahou, Grande Mosquée de Tunis (MIGHRI, 2016)

Cette coupole repose sur quatre groupes de quatre chapiteaux et principalement sur quatre chapiteaux. On distingue deux chapiteaux impostes en marbre blanc identiques (voir plan de la mosquée, chapiteaux nos 25 et 26), en très bon état, qui semblent provenir de la même série de production et du même monument antique : ceci peut s’expliquer par leur emplacement, qui est très exposé aux visiteurs. On remarque le souci esthétique du constructeur musulman, avec la recherche d’une symétrie au niveau des styles et formes des chapiteaux, mais aussi au niveau du choix des fûts et de la recherche d’une correspondance décorative fondée sur la symétrie de formes et de couleurs.

Chapiteaux de type imposte, coupole du bahou de la Grande Mosquée de Tunis (MIGHRI, 2016)

La collection de chapiteaux antiques réemployés au niveau de la façade du mihrab :

Au niveau du mur sud de la mosquée indiquant l’orientation de la qibla, la façade du mihrab est décorée par deux grandes colonnes couronnées de deux grands chapiteaux impostes identiques et symétriques en parfait état de conservation (voir plan de la mosquée, chapiteaux nos 154 et 155), jouxtant deux chapiteaux islamiques de type hispano-maghrébin. Ces deux chapiteaux antiques datent de la période byzantine et on trouve leurs homologues à la Grande Mosquée de Kairouan12. Ce sont deux chapiteaux de type imposte à face trapézoïdale. Chaque face en forme de trapèze contient un cadre de forme trapézoïdale aussi, contenant un motif en son milieu qui est formé d’une croix latine surmontée d’une petite feuille à lobes et deux feuilles de vigne de part et d’autre13.

Chapiteau imposte au niveau du mihrab ( MIGHRI,2016)
Répartition des fûts et symétrie des couleurs au niveau du carrée du mihrab (MIGHRI, 2016)

Les chapiteaux de la Nef centrale médiane :

La nef centrale représente l’axe le plus important et le plus sacré de la mosquée. Elle est plus haute et plus large que les autres nefs de la salle de prière et est bordée de colonnes accouplées14.

Au niveau de la nef centrale, les chapiteaux se distinguent par une symétrie des formes, avec une correspondance des typologies et des pièces identiques ou très similaires. Cinq couples de chapiteaux semblent obéir à des lois de symétrie décorative, à l’exception du dernier couple de chapiteau, situé de part et d’autre de la porte d’entrée et qui n’obéit pas à cette symétrie, probablement à cause de son emplacement au fond de la salle de prière qui lui donne une moindre visibilité. Ce principe est aussi appliqué dans le choix des couleurs et des hauteurs des fûts polychromes. En effet, La concentration de la couleur rouge au milieu de la salle permet de valoriser la nef centrale par rapport aux autres nefs de la salle de prière et d’obtenir un certain effet esthétique.

En examinant l’emplacement des fûts polychromes et les différentes variétés de chapiteaux de remploi symétriques par rapport à l’axe médian de la nef centrale, on peut enfin distinguer une structuration interne qui valorise la structure en T15. Les travaux de Christian Ewert sur la mosquée de Kairouan ont permis de mettre en évidence la manière dont l’espace intérieur était structuré par l’emplacement des fûts polychromes et de certains types de chapiteaux de remploi. Il faut évidemment toujours prendre en considération les travaux et les remaniements, car le remplacement et la substitution de certains éléments abîmés peuvent entraîner une désorganisation de l’espace16.

Vue sur la nef médiane à l’intérieur de la salle de prière (MIGHRI, 2016)

Le travail d’inventaire et la constitution d’une base de données numérique des collections d’objets réutilisés dans les monuments cultuels permettent de bien comprendre ces collections et de les exploiter surtout dans la recherche scientifique.

Le corpus des chapiteaux antiques réemployés de la Grande Mosquée de Tunis a permis de s’interroger sur la manière avec laquelle cet objet a été réutilisé, choisi, intégré et exposé dans un contexte assez particulier qu’est l’espace cultuel, l’islam et la Méditerranée.      

L’examen des types de chapiteaux retrouvés au niveau des emplacements privilégiés de la Grande Mosquée de Tunis nous donne une idée du rôle du concepteur dans le choix des différentes collections d’antiquité qui sont exposées dans les monuments. Leur sélection est assimilée à « un instrument de pouvoir » car c’est le concepteur qui choisit parmi les pièces à sa disposition celles qui vont être « intégrées » et celles qui vont être « écartées »17, mais leur sélection est aussi un témoignage vivant des choix et des goûts d’une période bien déterminée et c’est aux conservateurs de bien veiller à la préservation de ces témoins précieux afin de les transmettre aux générations futures.

Auteure du billet : Khaoula Mighri, architecte et doctorante en Arts et Archéologie islamiques à l’Université de Tunis

  1. FW. DEICHMANN, 1982, Säule und Ordnung in der frühchristlichen Architektur, p.159-186 []
  2. A. DAOULATLI, al-Zaytouna : ʿ ašr qūrūn min al-fann al-maʿmārī al- tūnusī, Tunis, 1996, p. 15-20 []
  3. A. DAOULATLI, op.cit.,p. 65 []
  4. A. DAOULATLI, op.cit., p 67 et N. FERCHIOU , « Rinceaux antiques remployés dans la Grande Mosquée de Tunis : Parenté de leur style avec celui de certains monuments de Carthage », Antiquités Africaines, 17, 1981.pp 143-163, p.150-151 []
  5. F. MAHFOUDH, « Commerce de marbre et remploi dans les monuments de L’Ifriqiya médiévale », in: Stefan Altekamp, Carmen Marcks-Jacobs and Peter Seiler (Eds.), Perspektiven der Spolienforschung 2. Zentren und Konjunkturen der Spoliierung, Berlin: Edition Topoi, 2017, pp. 15–42, p. 25 https://edoc.hu-berlin.de/bitstream/handle/18452/6002/15.pdf?sequence=1 []
  6. C. MERLEAU-PONTY « Quelles scénographies pour quels musées ? »,  Culture & Musées,  2010, 16,  voir pp. 201-206 []
  7. N. HARRAZI, Chapiteaux de la Grande mosquée de Kairouan, vol I et II, Tunis, 1982, INAA,  voir p.213 []
  8. G. MARÇAIS, L’art musulman, Paris, 1962, Presses universitaires de France, voir p. 45 : « Entre ces supports et les arcs se superposent des éléments constructifs qui permettent d’unifier le niveau de retombées, le constructeur ne pouvant modifier la dimension des colonnes en remploi. Sur l’abaque du chapiteau repose un surabaque ou sommier débordant taillé dans la pierre ou dans le bois ; une imposte de maçonnerie s’élève au-dessus comme une haute frise ; l’imposte elle-même couronnée d’une corniche sur laquelle l’arc s’appuie. » []
  9. N. HARRAZI, op.cit., p. 214 []
  10. G. MARÇAIS, L’architecture musulmane de l’occident, Paris, 1956, p.22 []
  11. L. GOLVIN, 1996, « Notes sur les coupoles de la Grande mosquée Al-Zaytuna de Tunis », Revue sur l’occident Musulman et de la Méditerranée, n° 2, 1996, p.100-101 []
  12. N. HARRAZI, op.cit., voir Vol 2 planche n° 378 []
  13. N. HARRAZI, op.cit., p. 167 []
  14. G. MARÇAIS, op.cit., p. 45 []
  15. L. GOLVIN, compte rendu de Christian EWERT et J.P WISSHAK, Forschungen zur almohadischen MoscheeLieferung 1, Vorstufen. in Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée ,1983,  36,  pp. 203-205 []
  16. N. HARRAZI, op.cit., p. 214 []
  17. J. DERRIDA et E. PRENOWITZ , « Archive fever. A Freudian impression », Diacritics, 1995, 25,  pp. 9-63, p.17 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.