Programme des conférences de l’EPHE, Histoire et civilisation du livre, 2019-2020.

Les conférences ont lieu le 4e vendredi du mois (sauf en décembre et en mai, où elles ont lieu plus tôt dans le mois), de 14h à 18h, à la Maison des sciences de l’homme (54 boulevard Raspail, salle 26).

Entrée libre

(voir aussi https://www.ephe.fr/formations/conferences/histoire-et-civilisation-du-livre-0)

25 octobre 2019 : Archives en bibliothèques – Introduction

(attention, cette séance aura lieu en salle 21)

 

22 novembre 2019 : Archives en bibliothèques – L’époque moderne

 

13 décembre 2019 : Archives en bibliothèques – L’époque moderne

(séance annulée pour cause de fermeture du site Raspail)

 

24 janvier 2020 : Archives en bibliothèques – L’époque moderne

En poursuivant la réflexion initiée dans la séance précédente, nous observerons comment, aux XVIIe et XVIIIe siècles, les grands commis de l’Etat royal ont transformé leurs papiers administratifs en manuscrits de bibliothèque. Nous suivrons aussi l’apparition, au XVIIIe siècle, d’un « marché des papiers » tenu en main par les libraires parisiens à l’occasion des grandes ventes aux enchères de bibliothèques privées. Nous verrons enfin l’émergence d’un milieu de professionnels des papiers, secrétaires, généalogistes, dont certains fondent de petites officines fructueuses en collectant toutes sortes d’archives en déshérence et en les revendant à la Bibliothèque royale.

28 février 2020 : Archives en bibliothèques – L’époque moderne

Sabine Juratic, « Les papiers de l’inspection de la librairie dans les collections du directeur de l’Imprimerie royale, Anisson-Duperron ».

La Collection Anisson sur l’histoire de l’imprimerie et la librairie, aujourd’hui conservée au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale, a été en grande partie réunie, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, par l’inspecteur de la librairie, Joseph d’Hémery. En dépit de sa richesse, cette collection ne représente qu’un élément parmi bien d’autres dans la bibliothèque que s’était constituée son dernier propriétaire, Étienne Alexandre Jacques Anisson-Duperron, titulaire de la direction de l’Imprimerie royale à la veille de la Révolution et mort guillotiné en 1794.

À la croisée de l’histoire des confiscations révolutionnaires, de celle des pratiques bibliophiliques et de l’histoire du développement d’une science des livres et de l’imprimerie, nous nous intéresserons à la façon dont ces archives de la librairie ont été intégrées dans la bibliothèque Anisson, aux vicissitudes qu’elles ont connues après la condamnation de leur propriétaire et aux modalités de leur intégration au Cabinet des manuscrits.

Frédéric Barbier (IHMC), « L’histoire du livre mise en images »

27 mars 2020 : De l’histoire de la lecture à l’histoire des bibliothèques: les registres de prêt.

À partir de la fin du 17e siècle, la Bibliothèque royale de Paris incorpore de nombreux fonds d’archives constitués par les officiers ou les érudits au service de la monarchie. Ces fonds d’archives conduisent à des usages particuliers de la bibliothèque : au cours du 18e siècle, elle devient un véritable centre de documentation pour les officiers, mais aussi un centre d’études généalogiques pour les familles.

Comme souvent, il est difficile de restituer les usages in situ, dans la bibliothèque-même ; en revanche, la possibilité d’un prêt à domicile a produit une documentation relativement importante (correspondance avec les bibliothécaires, registre de prêt). Ce sont ces registres de prêt qui nous intéresseront au cours de cette séance.

La première partie de la séance sera consacrée à un large tour d’horizon, dans la longue durée et dans tout l’espace européen, sur la question des registres de prêt : état des sources et de l’historiographie. Depuis les années 1980, ces registres sont en effet apparus comme une source importante pour l’histoire de la lecture, des lecteurs et des bibliothèques. Dans les dernières années, les questionnements se sont largement renouvelés.

La seconde partie de la séance portera sur les registres de prêt de manuscrits de la Bibliothèque royale : présentation de la source, problèmes méthodologiques, premières pistes d’exploitation pour une histoire de l’usage des archives en bibliothèque.

Cette séance sera accessible à l’horaire de la conférence depuis le lien suivant :

https://www.gotomeet.me/EmmanuelleChapron-Lebianic/conférence-histoire-et-civilisation-du-livre

24 avril 2020 : Nouveaux chantiers en histoire du livre – La circulation des savoirs par le livre.

Séance organisée en collaboration avec Émilie d’Orgeix (EPHE, chaire « Histoire culturelle des techniques), avec la participation des étudiants de l’EPHE.

A suivre en visioconférence :  https://global.gotomeeting.com/join/965668765

Vous n’utilisez pas encore GoToMeeting ? Téléchargez l’application dès maintenant et soyez prêt pour votre première réunion :
https://global.gotomeeting.com/install/965668765

Lien vers l’enregistrement de la séance (disponible jusqu’au 30 mai) : https://transcripts.gotomeeting.com/#/s/46ad25427f08a4779236af3c056db267f607a2750d2764f885dd89182d59028b

La circulation des savoirs par le livre

Axel Le Roy (doctorant, Sorbonne Université/EPHE), De l’hippopotame des rivières du Mozambique à l’hippocampe de mer de Chine : confusion dans la Flora sinensis du père Boym

Émilie d’Orgeix (EPHE), L’édition militaire : des bibliothèques d’écoles à la sphère publique (1760-1880)

Territoires de papier

Clotilde Vivier (master, EPHE), Entre documentation  historique et mémoire personnelle, un territoire en papier à redécouvrir. Étude des vues et plans dessinés du portefeuille topographique 172 « Beauce et Vandomois » de la collection Gaignières (1642-1715). 

Emmanuelle Chapron (AMU/EPHE), Sur le chemin des bibliothèques : dans les petits papiers de Guillaume Libri (années 1840).

Résumé des interventions

Axel Le Roy (doctorant, Sorbonne Université/EPHE), De l’hippopotame des rivières du Mozambique à l’hippocampe de mer de Chine : confusion dans la Flora sinensis du père Boym

Le missionnaire d’origine polonaise, Michal Piotr Boym (1612-1659), est l’auteur de la première flore chinoise publiée en Europe. Il y décrit des plantes, mais aussi quelques animaux rencontrés dans le sud de la Chine et lors du voyage qui l’y a mené. Ayant quitté Lisbonne en 1643, il passa par le Mozambique et l’Inde, arriva au Tonkin en 1645, puis sur l’île d’Hainan en 1647. Il entra à Macao en 1650, d’où il fut envoyé par le père portugais Alvaro Semedo auprès du père Koffler, à la cour de Yongli (永曆), dernier prétendant au trône de la dynastie Ming qui avait été déchue en 1644 par la dynastie mandchoue des Qing, installée à la Cité Interdite.

Les princesses Ming — que le père Koffler avaient converties — parvinrent à convaincre leurs parents en fuite dans les provinces du sud de la Chine d’envoyer un représentant au Vatican pour obtenir le soutien du pape. Récemment arrivé auprès de cette cour, Boym fut désigné pour mener une ambassade à Rome. Il embarqua à Macao pour retourner en Europe, le premier janvier 1651. C’est au terme de ce voyage qui le mena de Macao à Goa par bateau, puis jusqu’à Venise en caravane à travers la Perse et l’empire Ottoman, qu’il fit publier sa Flora sinensis. Dédiée au roi Léopold de Hongrie qu’il espérait aussi rallier à la cause des Ming, sa flore fût publiée à Vienne, en 1656, année où il repartit pour la Chine, sans avoir pu rencontrer ni le pape Innocent X, ni le pape Alexandre VII qui lui succédait au Saint-Siège depuis 1655.

Dans cette flore, la description d’un animal retiendra notre attention : celle du « caballo marino », un « cheval marin » observé au Mozambique par Boym lors de son premier trajet de Lisbonne vers la Chine, et qui correspond selon son texte aux caractères chinois 海馬 (hai ma). Nous verrons le problème que pose cette identification, ses probables origines, les sources et pratiques qui ont rendu possible l’établissement de la description qui l’accompagne, ainsi que la transmission de ce savoir zoologique dans les livres des XVIIe et XVIIIe siècles.

 

15 mai 2020 : Nouveaux chantiers en histoire du livre – Bibliothèques et livre religieux. 

Vous pouvez (ré)écouter cette séance en cliquant ici (disponible jusqu’au 30 juin 2020).

Séminaire EPHE Histoire et civilisation du livre
ven. 15 mai 2020 14:00 – 18:00 (CEST)

Participez à ma réunion depuis votre ordinateur, tablette ou smartphone.
https://global.gotomeeting.com/join/371498069

Fabienne Henryot (ENSSIB), Des livres d’heures, de la prière au patrimoine.

Cette séance évoquera rapidement l’histoire des livres d’heures, manuels de prière nés à la fin du Moyen Age, puis examinera surtout la manière dont ces recueils sont devenus progressivement des objets de désir pour les collectionneurs, les institutions culturelles et le grand public: en somme, leur patrimonialisation. Dans cette longue mutation, on verra le livre d’heures passer de l’oratoire privé de riches personnages du Moyen Age, aux réserves précieuses des bibliothèques actuelles, en passant par les cabinets des collectionneurs, les salles des ventes, les tables de travail des érudits, les dispositifs d’enrichissement des collections nationales et les mesures conservatoires encadrées par l’Etat, les manuels scolaires, les ateliers de reprographie des éditeurs spécialisés, les tables à dessin des enlumineurs du dimanche, les espaces d’exposition des bibliothèques et les réseaux sociaux. A chaque étape, le livre d’heures s’offre en écran à diverses rêveries et imaginaires culturels, historiques, esthétiques souvent très éloignés de ce pour quoi il avait été fabriqué.

Marguerite Cinotti (PSL – Ecole nationale des chartes), L’introuvable bibliothèque des jésuites anglais de Saint-Omer.

Attention : l’intervention de Donatella Nebbiai initialement prévue est reportée à l’année universitaire 2020-2021.

Donatella Nebbiai (CNRS-IRHT), Livres d’archive, livres de bibliothèque. Quelques considérations historiques et codicologiques.

Le développement de l’écrit en Occident à partir du 9e siècle en domaine latin intéresse aussi bien la production du livre que celle des documents de la pratique. Ces deux champs, livresque et documentaire, sont liés depuis la fin de l’Antiquité ; en témoigne la conception unitaire des activités de lecture et d’écriture des intellectuels chrétiens à cette époque. Largement attestés dans les sources, ces liens sont illustrés par une terminologie spécifique, qui étend au champ de la production du livre des concepts spécifiques aux documents, à leur élaboration et à leur usage.

De nombreux travaux ont souligné l’importance de cette terminologie intellectuelle, sans toutefois faire référence aux conditions historiques de son affirmation qui, à l’époque scolastique, voit l’émergence de l’auteur en tant que créateur et exécuteur matériel du texte écrit.  J’étudierai trois termes : originale, registrum et libellus. Ils vont nous aider à reconstituer le chemin qui, au cours du Moyen Age, a conduit à l’affirmation d’une nouvelle perception du texte en fonction de la forme même de l’objet livre dans lequel l’œuvre a été transmise.

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.