Collections en péril : vols et dégradations sur le patrimoine islamique

Ce texte a été rédigé par Eleonore Belin, préparation aux concours de conservateur du patrimoine, école du Louvre, Sarah Lakhal, doctorante à Sorbonne université et Fanny Roilette, préparation aux concours de conservateur du patrimoine, école du Louvre. Elles ont participé à l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), les Archives nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). Il s’agit du compte rendu de la conférence tenue par Omniya Abdel Barr le 10 juillet 2019, dans le cadre de cette école d’été.

Omniya Abdel Barr est architecte du patrimoine et titulaire d’un doctorat d’Histoire de l’Université d’Aix-Marseille, soutenu en 2015 sous la direction de Sylvie Denoix. Elle se spécialise principalement sur le patrimoine médiéval du Caire, et plus particulièrement sur l’art et l’architecture mamelouks. Actuellement chercheuse-invitée au Victoria & Albert Museum de Londres, elle travaille sur les archives photographiques de K.A C. Creswell. Militant activement pour la protection du patrimoine, elle dirige également un projet de documentation et de restauration sur les minbars mamelouks du Caire auprès de la fondation égyptienne pour le sauvetage du patrimoine.

Son intervention lors de l’école d’été s’est centrée sur la thématique de ces collections en péril. Omniya Abdel Barr insiste notamment sur la connotation négative qu’acquiert de nos jours le terme « islamique ». Les cas de dégradations, de plus en plus récurrents, doivent être étudiés plus largement en fonction du contexte : qui sont les destructeurs ? Pourquoi tel monument est-il endommagé ? Comment faut-il penser la reconstruction ?

Un constat alarmant

La liste des cas de destruction du patrimoine en terre d’Islam est nombreuse et ne cesse de s’allonger. La conférence a été l’occasion pour Omniya Abdel Barr d’en présenter une sélection. Les célèbres Bouddahs de Bamiyan, statues bouddhiques situées en actuel Afghanistan, furent détruits en 2001 par explosion. Elle considère pertinent de s’interroger sur les raisons de leur destruction. Le site, particulièrement touristique, pouvait en effet être une source de revenus pour le pays et, de fait, cet aspect a été étudié puis exploité, par les Talibans. D’un point de vue technique, la destruction n’a pas été simple, car l’explosion aurait pu détruire la montagne, ce qui aurait eu des conséquences sur la population environnante. La destruction des Bouddhas de Bamiyan avait donc pour objectif premier de choquer le monde. Actuellement, l’Afghanistan refuse toute idée de reconstruction, malgré certaines propositions du Japon. L’absence des Bouddhas symbolise désormais la perte d’une identité culturelle et un quotidien pénible.

La statue du grand Bouddha avant et après sa destruction en mars 2001. CC BY-SA 3.0
La statue du grand Bouddha avant et après sa destruction en mars 2001. CC BY-SA 3.0. Wikimedia commons

Un autre cas similaire fut énoncé, celui du Mali et des mausolées de Tombouctou détruits en 2012 par des terroristes. Les rebelles décident de raser au bulldozer seize mausolées classés. Leur discours est clair, il n’y a pas de patrimoine mondial et seuls eux ont le pouvoir sur ces mausolées. Dans un cas comme le Mali, l’objectif est différent de celui de la destruction des Bouddhas. En effet, la destruction des mausolées n’a pas vocation à émouvoir le monde occidental mais illustre les différences sociales d’un pays. Le peuple malien a par ailleurs demandé une reconstruction. L’Unesco s’y est attelé au travers d’un partenariat de plusieurs millions d’euros avec l’Union Européenne, pour le sauvetage des manuscrits et la reconstruction des mausolées.

La liste énoncée par Omniya Abdel Barr n’est cependant pas exhaustive : la bibliothèque de l’Institut Orientale de Sarajevo a perdu en 1992 quinze mille manuscrits arabes, persans, turques et bosniaques à lettres arabes ; le musée de Bagdad fut complètement pillé en 2003 avec sept mille objets rapatriés mais sept mille pièces perdues ; le pont de Mostar qui liait les bosniaques et les croates fut détruit en 1993, etc. Cet enchainement d’exemples ne pourrait qu’alerter sur les conditions de sauvegarde de ce patrimoine et mettre en exergue le fait que ces destructions visent le plus souvent autant à déraciner un peuple qu’à lui voler son héritage. Du fait de ce constat, Omnya Abdel Barr suggère un besoin urgent de plans de sauvegarde.

Le devoir d’alerte

Depuis 2014, le patrimoine irakien est au centre d’une attention toute particulière dans les médias, à travers deux thématiques : les restitutions et le sauvetage des œuvres. La conférence fut l’occasion de citer l’exemple du minaret de la mosquée al-Nuri, à Mossoul, connu pour sa structure penchée en briques. La ville Mossoul est un carrefour connectant deux grandes citées – Samarra et Bagdad. Elle possède des monuments emblématiques des XIIe et XIIIe siècles, grande source de richesse concernant l’architecture de cette époque. Or, le minaret en briques fut détruit le 21 juin 2017 par l’État islamique.

Omniya Abdel Barr rappelle que les archéologues, les architectes et les historiens qui travaillent dans la conservation sont considérés comme les protecteurs de ce patrimoine. Ce sont en effet les premiers à alerter les médias pour prévenir l’arrivée de l’armée et éviter la destruction de ce patrimoine, mais également la vente illicite d’objets issus de ces sites emblématiques. Elle évoque la responsabilité scientifique de ceux qui détiennent ce savoir. De nombreux sites internet et dispositifs numériques sont mis en place afin d’alerter du danger. Elle a cité plusieurs exemples dont Monuments of Mosul in danger et Mosul Eyes.

Les tentatives de sauvetage

Inventorier et documenter les monuments perdus ne dispense toutefois en aucun cas de protéger les vestiges en place. Omniya Abdel Barr a choisi un exemple précis pour illustrer ce propos : celui du Musée d’art islamique du Caire. À la suite d’une explosion le 24 janvier 2014, le musée a subi de nombreux dégât. Bien que l’institution n’ait pas été l’objectif principal de cette explosion, il y a eu de nombreuses pertes, que le personnel de l’établissement n’a pu prévenir en raison d’un manque de formation. Qualifiant cette situation de négligence, la spécialiste rappelle que ces institutions sont responsables du patrimoine. Des objets pillés se retrouvent aujourd’hui sur le marché de l’art, par exemple. Or, en raison de l’absence de rapports de police qui aurait dû être réalisés à la suite des vols, il est impossible pour l’état égyptien de demander à récupérer des œuvres retrouvées ainsi en vente. Par ailleurs, outre les œuvres du musée du Caire, les pillages se font partout : à titre d’exemple, les minbars sont très souvent la cible de vols. Elle cite des chiffres : entre 2008 et 2014, treize minbars furent pillés. Pour tenter de palier à ces difficultés, une base de données des minbars mameluks a par exemple été montée via le Projet : Rescuing the mamluk minbars of Cairo, a documentation and conservation project. L’essentiel de la conférence vise donc à mettre en lumière un élément : si les causes et les modes de dégradations sont différents, le caractère urgent de ces situations mène à lancer de nombreuses initiatives afin de préserver au maximum ce patrimoine culturel matériel en danger.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.