A propos Véronique Ginouvès

Publications de Véronique Ginouvès sur HAL SHS.

Les deux tentations des musées ethnographiques aujourd’hui : la dérive esthétisante et le virage sociétal

Ce texte est issu de l’intervention de Christian Bromberger, ethnologue, professeur émérite à Aix-Marseille Université, prononcée le 17 juillet 2019 lors des conférences de clôture de l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).

Visiteurs sur le chemin vers une exposition au fort St jean, Mucem

Je ne suis pas conservateur de musée mais simple visiteur attentif  et  je voudrais dans cette brève intervention signaler deux tentations qui guettent les musées ethnographiques aujourd’hui et me sont apparues ces dernières années: la tentation esthétisante et le virage sociétal.

Partons de l’image traditionnelle du musée d’ethnographie, du Musée de l’Homme créé en 1937 et inauguré en 1938, tel que l’avaient conçu Paul Rivet et Georges-Henri Rivière. C’est un « musée-laboratoire », organisé en départements géographiques (Afrique blanche et Levant, Afrique noire, Amériques, Asie, Europe, Océanie) et thématiques (anthropologie physique, préhistoire, ethnologie musicale, etc.). Le musée comporte aussi un atelier de restauration et une bibliothèque. Même si Rivet fait entrer au Musée de l’Homme les collections d’anthropologie, de préhistoire, de paléontologie du Continuer la lecture

Understanding Mediterranean Collections : des conférences publiques à Aix et à Marseille

Statue de Dusarès mutilée en basalte (Hauran, Syrie), vers 1925, collections photographiques de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).Dans le cadre du réseau des centres de recherches en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES), la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), organise une école d’été internationale à Aix-en-Provence et Marseille, du 8 au 17 juillet 2019 sur le thème : “Understanding Mediterranean Collections”.

L’école propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes. Elle réunira une vingtaine de participants venus de pays et d’horizons professionnels très différents qui suivront les modalités pédagogiques de l’école mais elle offrira aussi l’occasion de participer à plusieurs conférences publiques pluridisciplinaires, qui se tiendront à la MMSH et au MuCEM. Vous y êtes toutes et tous cordialement invité.e.s.

Conférences ouvertes au public

Understanding mediterranean collections

Lundi 8 juillet, 14h-16h : Les collections muséales d’Alexandrie : une perspective historique, par Marie Dominique Nenna (directrice du Centre d’études alexandrines), MuCEM-I2MP FORT SAINT JEAN (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

Mercredi 10 juillet, 9h30-12h :  deux conférences sur la thématique “Collections en conflits”. Karima Dirèche (Telemme) : Constituer le corpus des archives du web de la révolution du sourire. Quelques pistes de réflexion, suivie de Katia Bellan (AMU), Marseille filmée : images, histoire, mémoires, 1945, MMSH,  Salle Germaine Tillion

Mercredi 10 juillet, 16h30-18h30 : Collections en péril. Vols et dégradations sur patrimoine islamique par Omniya Abdel Barr(architecte, Victoria and Albert Museum), MMSH, SALLE DUBY

Vendredi 12 juillet, 14h-16h : Reconstituer les bibliothèques anciennes. Sources et méthodes par Patrick Latour (bibliothèque Mazarine), MMSH, Salle Germaine Tillion

Samedi 13 juillet, 9h30-10h30 : Les cahiers d’écoliers du fonds Roux par Dahbia Abrous (Inalco), MMSH, salle DUBY (inscription préalable sur ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr)

Mardi 16 juillet, MuCEM-I2MP, Fort Saint-Jean

9h30-12h : Les archives numériques de la révolution tunisienne, par Houria Abdelkafi et Elisabeth Cestor commissaires de l’exposition (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

16h30-18h30 : Collections in the web archives, Anat Ben-David (sociologue, The Open University of Israel) introduction par Sophie Gebeil (historienne, AMU). Conférence en langue anglaise. (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

Mercredi 17 juillet, 9h30-12h : Les deux tentations des musées ethnographiques par Christian Bromberger (anthropologue, AMU), suivie de  Archiving ethnography? The impossibility and the necessity. Damned if we do, damned if we don’t. par David Zeitlyn
(anthropologue, Université d’Oxford), MUCEM-I2MP, FORT SAINT JEAN [conférence en langue anglaise]. (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

Lectures et films proposés en lien avec les conférences.

Crédits photographiques : Statue de Dusarès mutilée en basalte (Hauran, Syrie), vers 1925, collections photographiques de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). La statue proviendrait de Jhariyé, Shoubeih. Mission archéologique au Jebel Druze. Plaque de verre (13×18) publiée in Maurice Dunand, Musée de Soueida, p.37, n°42, Pl.7 n°42. CC-BY-NC https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-00509517

École d’été – Appel à candidature : Understanding Mediterranean Collections, 8-17 juillet 2019

La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), et dans le cadre du Réseau des centres de recherches en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES), organise une école d’été internationale à Aix-en-Provence et Marseille, du 8 au 17 juillet 2019 sur le thème : “Collections en Méditerranée / Understanding Mediterranean Collections”. L’école propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes.

Les études méditerranéennes s’appuient sur des ensembles de sources – archives, imprimés, manuscrits, iconographie, objets, vestiges archéologiques, documents sonores et audiovisuels – conservés dans des bibliothèques, des dépôts d’archives, des musées, des bases de données numériques. Ces ensembles sont souvent utilisés par les chercheurs sans tenir compte de leur statut de collection. Or ces ensembles sont le fruit d’opérations de rassemblement, de tri, de conservation, de transmission, parfois de dispersions, de destructions partielles ou totales, de reconstitutions virtuelles ou matérielles. Leur histoire peut être ancienne, stratifiée, mal documentée, ou résulter d’initiatives récentes, chargées d’enjeux politiques et culturels très vifs. Leur traitement archivistique peut aussi les avoir transformées, en particulier lorsqu’elles ont été numérisées et que leur structuration en formats de données informatiques les a rendues plus accessibles, plus visuelles, plus facilement utilisables.

Comment la constitution des collections a-t-elle accompagné la construction et l’évolution de l’objet scientifique qu’est la Méditerranée ? Comment exploiter des collections constituées selon une logique propre, tout en renouvelant les questionnaires que l’on peut développer à partir d’elles ? Comment documenter l’histoire des collections disparues, dispersées, détruites par les catastrophes ou les conflits ? Peut-on retrouver les réflexes savants issus de la consultation de supports analogiques dans la recherche et l’usage des collections numériques ? Comment constituer, exploiter et transmettre de nouveaux corpus documentaires ?

Le propos de cette école d’été est d’aborder de front les problématiques scientifiques et professionnelles, de manière à faciliter le dialogue et la collaboration entre les milieux de la recherche et les milieux de la conservation et de la valorisation patrimoniale.

L’école se déroulera de la manière suivante:

  • des conférences de chercheurs ou de professionnels internationaux enrichiront la réflexion par l’analyse de situations relatives aux autres pays européens et de la rive sud-méditerranéenne.
  • des visites dans des collections aixoises et marseillaises, conçues à la fois comme des conférences guidées et comme des formations sur site, seront conduites par un binôme chercheur-professionnel.
  • des ateliers méthodologiques encadrés par des chercheurs et des professionnels formeront les participants aux différentes modalités d’écriture employées dans l’analyse et la valorisation d’une collection (billet sur un carnet de recherche en ligne, livret de visite d’une collection, présentation sur le site de l’établissement, documentaire filmé ou montage sonore). Ces ateliers permettront aux participants de travailler à leur projet personnel qui sera présenté lors des séances de restitution.

Disciplines : Histoire – archéologie – ethnologie – archivistique – humanités numériques – histoire de l’art – sciences de l’Antiquité

Organisation : L’école d’été aura lieu principalement dans les locaux de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) et du MuCEM (Marseille). Elle offre à tous les participants le logement en résidence universitaire, ainsi que les déjeuners. Les frais de déplacement, les petits déjeuners et dîners restent à la charge des participants (des cuisines collectives sont à leur disposition dans les résidences universitaires). Six bourses d’aide à la mobilité d’un montant de 250 € seront accordées sur demande motivée et après examen du dossier du candidat.

Public visé :  Le public visé celui des jeunes chercheurs (Master, Doctorat) mais aussi des chercheurs, enseignants-chercheurs et professionnels des institutions culturelles souhaitant se former aux problématiques de l’école d’été. L’école ne nécessite aucun savoir technique spécifique préalable.

Comment candidater ? Les candidats seront sélectionnés sur la base d’un curriculum vitae (max. 2 pages) et d’une présentation (500 mots max.), en français ou en anglais, montrant le lien du projet de recherche ou de l’activité professionnelle avec les problématiques de l’école d’été. La date limite de candidature est portée au 30 avril 2019.

Programme provisoire de l’école d’été à télécharger.

Renseignements et dépôt des candidatures :  ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr

Conseil scientifique : Kmar  Bendana (professeur d’histoire contemporaine, Université de la Manouba, Tunisie), Sophie Bouffier (professeur d’histoire ancienne, directrice de la MMSH), Pietro Clemente (professeur d’ethnologie, Université de Sienne, Italie), Isabelle Dion (directrice par interim des ANOM), Émilie Girard (responsable du département des collections et des ressources documentaires du Mucem), Brigitte Marin (professeur d’histoire moderne, Aix Marseille Université), Michel Mouton (directeur de l’Ifpo), Catherine Virlouvet (directrice de l’École française de Rome).

Crédits photographiques : fibres de coco de Cochinchine conservées à la Faculté des Sciences de l’Université d’Aix-Marseille, Musée Colonial de Marseille, avec l’aimable autorisation de Bruno Vila, photographe.

 

Ethnologie des archives d’un monument en bibliothèque. Conservation, classement, lecture

À Tomar, petite ville du centre du Portugal, la synagogue de l’époque médiévale est visitée par de nombreux touristes. Cyril Isnart, anthropologue, a étudié les archives constituées par un couple qui y guidait les visiteurs et conservait trace des échanges avec les touristes (cartes postales et lettres, livres, photographies, objets, récits de visite) et les a présentés lors des journées d’études Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels1. Les archives et les livres sont désormais conservés à la bibliothèque universitaire de Tomar dans un espace réservé et les objets dans ses magasins. Cette collection constitue une véritable source pour décrypter la fonction touristique de la synagogue en offrant une cartographie des pays d’origine des visiteurs et en informant sur les émotions et les effets de la visite. Elle éclaire en outre la vie sociale d’un monument, mais également la gestion patrimoniale d’un type d’archives spécifiques au sein de la bibliothèque qui les a recueillies.

Enregistré le 6 juillet 2018, à Aix-en-Provence (salle Paul-Albert Février), durée : 22min 50s.

Merci à Cyril Isnart de son accord pour l’écoute en ligne de cette conférence placée sous licence CC-BY-NC.

  1. Ces journées se sont tenues les 5 et 6 juillet 2018 à Aix-en-Provence à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence. []

Des papiers de la famille Loschi à la bibliothèque communale de Vicenza

Clémence Revest, spécialiste de l’humaniste italien au XVème siècle1, partage le souvenir de la découverte d’un fonds d’archives non inventorié à la bibliothèque communale Civittà Bertoliana, dans la ville de Vicenza, avec l’auditoire des journées d’études Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels2. Dans le cadre de la préparation de sa thèse3 pour laquelle elle cherche alors des sources, Clémence Revest s’intéresse aux trajectoires d’un petit groupe de lettrés de la cour pontificale du XVème siècle, et parmi eux à Antonio Loschi, secrétaire apostolique pendant 35 ans. Sur ce Vicentin, elle a jusqu’ici trouvé peu de choses ; mais elle a retenu une mention, dans des notes de bas de page relatives à la documentation qui ont nourri sa biographie : “Tiré de l’archivio Loschi”. C’est ainsi qu’elle se rend, sans trop savoir ce qu’elle y trouvera, à la bibliothèque communale Bertoliana, une journée d’été, dans le secteur “antique” des manuscrits. C’est la découverte de deux registres relatifs aux archives de la famille Loschi qu’elle raconte ici. Ces registres montrent l’extrême stabilité dans la conservation des archives familiales de l’élite sociale locale, puisque ce dépôt fait en 1941 couvre sept siècles de son histoire (12ème – 19ème siècle). Elle termine le récit de cette expérience par le signalement d’une découverte: non plus des archives dans une bibliothèque, mais d’un livre immergé dans les archives à la suite d’une erreur de cotation, le Liber Brevium, manuel personnel de chancellerie d’Antonio Loschi retrouvé aux archives nationales de France.

    Enregistré le 6 juillet 2018, à Aix-en-Provence (salle Paul-Albert Février), durée : 22min 50s.

Merci à Clémence Revest de son accord pour l’écoute en ligne de cette conférence placée sous licence CC-BY-NC.

 

 

Crédits photographiques : reproduction d’un manuscrit de la bibliothèque communale de Vicenza  ‘cc. 1v-14v),: Loschi, Antonio <ca. 1368-1441> (DBI, 66, 154-160) et Petrarca, Francesco <1304-1374> (ABI I 771, 24-185; II 461, 76-164; II S 64, 303-312; III 331, 332-416), mélanges, Incipit : Diu doynt bon your a mamie que part que soyt tot mantenant (c. 1v), expl. Que ye vueil tout dis amer or me doy eu, etc. (c. 1v) et fin : Diu est quod animus meus (c. 14v), expl. placeat me tui amantem, tuo aloq[…] refon[…] (c. 14v). Le document contient des copies de lettres d’Antonio Loschi et deux lettres de Francesco Petrarca.

  1. Clémence Revest est historienne, chargée de recherches au CNRS au sein du Centre Roland Mousnier (UMR 8596, Paris-Sorbonne), agrégée d’histoire et ancienne pensionnaire de l’École française de Rome. []
  2. Ces journées se sont tenues les 5 et 6 juillet 2018 à Aix-en-Provence à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence; []
  3. Clémence Revest a soutenu sa thèse en 2012, sous le titre Romam veni. L’humanisme à la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417), sous la direction d’Élisabeth Crouzet-Pavan et de Jean-Claude Maire Vigueur. []

Au “269 via Aurelia”, le centre de ressource de la congrégation des missionnaires d’Afrique, par Karima Dirèche

Lors des journées d’études Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels, qui se sont tenues les 5 et 6 juillet 2018, Karima Dirèche1, a partagé ses souvenirs et ses pratiques d’usagère liée à la fréquentation de la bibliothèque et centre d’archives du “269 via Aurelia” à Rome. Il s’agit de la bibliothèque du la congrégation des missionnaires d’Afrique plus connue sous le nom de la congrégation des Pères Blancs, fondée en 1868 en Algérie. Son récit nous fait pénétrer, au filtre de sa mémoire, la richesse des fonds de ce centre documentaire aux richesses, mais aussi la façon dont les pères blancs géraient leurs collections, leurs rapports aux lecteurs mais aussi les découvertes de documents qui ont marqué sa vie de chercheure et qui on pu prendre la forme de registres de baptêmes in articulo mortis, de journaux intimes de pères blancs, de photographies issues d’un fonds d’images de plusieurs milliers de clichés, jusqu’au dévoilement d’un secret de famille bien gardé dans les murs du “269”.


Enregistré le 6 juillet 2018, à Aix-en-Provence (salle Paul-Albert Février), durée : 20min 6s.

Merci à Karima Dirèche de son accord pour l’écoute en ligne de cette conférence placée sous licence CC-BY-NC.

Crédits photographiques : google maps Rome (tous droits réservés à Google).

  1. Karima Dirèche est historienne, directrice de recherche au CNRS, spécialiste d’histoire coloniale et post coloniale de l’Afrique du Nord, ancienne directrice de l’IRMC – Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, membre de l’UMR TELEMMe à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence. []

Pour une histoire matérielle de la production des savoirs, MMSH, 14 février, 15h

À l’histoire de l’institutionnalisation des disciplines et des généalogies intellectuelles, à la prise en compte des différents déterminants sociaux qui conditionnent à la fois le statut du chercheur et son projet intellectuel, il faut ajouter un troisième espace de réflexion qui bénéficie des grands courants de l’historiographie contemporaine,celui de la matérialité des artefacts, de l’activité quotidienne et des pratiques ordinaires que les savants mobilisent tout au long de leur carrière intellectuelle pour penser et agir. Au travers des archives, ou en acte, regarder ce que les savants font en pratiquant leur discipline, s’intéresser à ce qu’ils manipulent et comment, décrire leur ordinaire, remet en question la compréhension habituelle que nous avons de la production des savoirs, des éléments qui nous permettent de juger de l’originalité d’une pensée, d’une hypothèse ou d’une réflexion, mais aussi de la fécondité des intuitions d’un auteur, qu’il soit considéré comme un classique ou non. C’est ce à quoi s’attache Jean-François Bert dans ses derniers travaux, comme son Histoire de la fiche érudite (ENSSIB, 2017, en libre accès) ou son plus récent Comment pense un savant ? (Anamosa, 2018). Deux ouvrages qu’il nous présentera à l’occasion de son séjour comme chercheur invité par l’ESPE et l’ADEF (EA 4671, AMU).

Introduction de la séance :  Emmanuelle Chapron (AMU-CNRS-TELEMMe) & Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH).

Pour une histoire matérielle de la production des savoirs, conférence de Jean-François Bert, Université de Lausanne

Date : Jeudi 14 février 2019

Horaires : 15h – 17h30

Lieu : MMSH, salle Duby, Aix-en-Provence, 5 rue du Château de l’Horloge

Contact : telemme<at>mmsh.univ-aix.fr

Séance ouverte à toutes et tous.

Séminaire organisé dans le cadre de l’Axe 1-Groupe 1 “La construction des savoirs sociaux” Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques » UMR Telemme – Aix-Marseille Université-CNRS.

Crédits photographiques : couverture de l’ouvrage Comment pense un savant ? de l’éditeur Anamosa ; fonds Lesage, université de Lausanne.

 

 

 

 

 

Parcours professionnel : entre livres, archives et données

Le projet Archives en bibliothèques est le fruit d’une collaboration entre chercheurs et professionnels de l’information. Il y a quelques semaines, Emmanuelle Chapron, historienne et porteuse du projet, a publié dans ce carnet un billet introspectif sous le titre : Regardez-moi dans les papiers. Elle tente d’y éclaircir la façon dont elle organise ses papiers, – comme enseignante-chercheure – pour ce qu’ils disent non seulement de ses manières de travailler, mais aussi de s’archiver, plus ou moins consciemment. Elle y esquisse aussi le sort que ces papiers peuvent recevoir sous le régime numérique. A vous de le découvrir ; il est plaisant, réflexif et il et donne des outils pour mieux comprendre le regard que nous portons sur l’archivage. Continuer la lecture