Les bibliothèques sont-elles des archives de chercheur ?

Jeudi 18 février 2021, 9h-12h30

Séminaire interlaboratoire MMSH « Archives de la recherche »

Coordination Emmanuelle Chapron (MMSH, UMR 7303 Telemme) et Véronique Ginouvès (MMSH, USR 3125 médiathèque)

En distanciel : lien Zoom sur demande : emeline.giannetti@etu.univ-amu.fr

Emmanuelle Chapron, Introduction

Les bibliothèques d’historiennes et d’historiens : enjeux d’une recherche en devenir

Jean-Charles Geslot, maître de conférences en Histoire contemporaine, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines

Né en 2019 à l’initiative d’un petit groupe de travail, le projet BIBLHIS travaille à systématiser l’étude des bibliothèques d’historiennes et d’historiens du 18e siècle à nos jours. Il s’inscrit dans une démarche ancienne, déjà largement suivie pour d’autres groupes d’acteurs culturels comme les artistes et les écrivains, et de façon plus ponctuelle pour d’autres – démarche qui, étonnamment, n’a encore suscité que peu de travaux du côté de la discipline historique. Après une présentation de la genèse, de l’esprit et des premières réalisations de ce projet, seront explorées quelques pistes de réflexion quant à la question de la bibliothèque comme archive de la recherche, à partir des résultats de quelques travaux déjà menés sur certains historiens des 19e et 20e siècles, mais aussi de ceux d’une enquête réalisée en 2020 auprès de la communauté historienne française, révélatrice, à bien des égards, des pratiques actuelles en la matière, y compris concernant les bibliothèques numériques.

Discussion : Nicolas Sembel (AMU, ADEF)

Regards croisés sur deux bibliothèques d’historiens médiévistes, Robert Fossier et Robert Delort, conservées dans une bibliothèque universitaire        

Elise MEYER, Bibliothécaire responsable des interfaces et des applications documentaires BU Rennes 2, ancienne responsable du Pôle Culture, lettres, langues, arts et sciences humaines au Service Commun de la Documentation de l’Université Polytechnique Hauts-de-France, doctorante au CERHIC à l’Université de Reims

Nelly SCIARDIS, directrice adjointe du Service Commun de la Documentation de l’Université Polytechnique Hauts-de-France

En 2014, le Service Commun de la Documentation de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (devenue Université Polytechnique Hauts-de-France en 2019), bénéficie d’un don d’importance : la bibliothèque personnelle d’un historien médiéviste de renommée internationale, Robert Fossier, décédé en 2012. De ce premier don découle un second, celui de son ami non moins reconnu, Robert Delort, en 2017. Bien que semblant de prime abord similaires, ces dons sont en réalité foncièrement différents, tant par leur apparence que par leur contenu. L’objet de cette intervention sera donc de montrer à quel point des bibliothèques personnelles d’historiens sont riches d’enseignements et de perspectives pour le monde de la Recherche. Pour cela, différents axes seront abordés :  

– les indices matériels de l’imaginaire d’un chercheur du 20e siècle : quelle image donnent ces bibliothèques personnelles de leur donateur ? Ces derniers envisageaient-ils une postérité pour leur collection ?

– la collaboration fructueuse entre les disciples de ces donateurs au sein d’une université et les professionnels des bibliothèques : comment se traduit-elle ? Quelle est la plus-value de cette collaboration ?

– les choix opérés pour faire vivre ces collections dans leur nouveau lieu de conservation : quels liens entre ces dons et la politique documentaire d’une bibliothèque universitaire ? Quels choix effectuer ? Comment valoriser ces dons et les faire utiliser par les publics potentiels ?

Discussion : Anaïs Mauriceau (MMSH, BIAA) et Jean-Christophe Peyssard (MMSH, médiathèque).

Programme des conférences Histoire et civilisation du livre EPHE, 2020-2021

Mis en avant

La conférence a lieu entièrement à distance et, à partir du 7 mai, à distance et sur site (54 bd Raspail, salle 56). Le lien Zoom est disponible sur simple demande à emmanuelle.chapron-lebianic (at) ephe.psl.eu

Les cinq premières séances reprendront le dossier engagé dans les deux années précédentes, autour des archives dans les bibliothèques et de l’exploitation du registre des prêts des manuscrits de la Bibliothèque royale au 18e siècle.

30 octobre 2020. Introduction à la conférence 2020-2021. Y a-t-il des archives dans la bibliothèque ? Regards sur la presse professionnelle au XXe siècle.

13 novembre 2020. Voyager dans les bibliothèques en France et en Italie au XVIIIe siècle: perspectives comparées.

11 décembre 2020. Le prêt des manuscrits à la Bibliothèque du roi au XVIIIe siècle (1) : quelles archives ?

22 janvier 2021. Le prêt des manuscrits à la Bibliothèque du roi au XVIIIe siècle (2) : quels usages ?

12 février 2021. Le prêts des manuscrits et des imprimés à la Bibliothèque du roi au XVIIIe siècle (3) : quelle administration ?

Jean François Séguier, fiches préliminaires au catalogue de la bibliothèque du marquis d’Aubais (Bibl. Carré d’art, Nîmes, ms. 250)

Les quatre séances suivantes s’appuieront sur un corpus savant bien connu, la correspondance et les papiers de travail du savant nîmois Jean François Séguier (1703-1784), naturaliste et antiquaire qui a partagé sa vie entre Vérone et Nîmes. La correspondance et une partie des papiers (carnets de voyage, d’adresses et de visiteurs) ont été édités dans le cadre du projet Archives savantes des Lumières (www.seguier.org et www.seguier.hypotheses.org) et sont en cours de transfert vers les outils d’exposition de la TGIR Huma-Num. Cette opération est l’occasion de réinterroger le corpus à la lumière des travaux récents en histoire du livre et des milieux savants.

12 mars 2021. Histoire du livre et papiers savants (1) : La bibliothèque comme archive ?

Jonathan Barbier (chercheur associé à la BnF, membre du Laboratoire des sciences sociales du politique, coordinateur du projet BiblHis, https://biblhis.hypotheses.org/), présentera un état des lieux de la recherche sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens (XIXe-XXe siècles) ainsi que deux études de cas, autour des bibliothèques de Maurice Agulhon et Emmanuel Le Roy Ladurie. 

Présentation de l’intervention. Le service d’archives est-il le seul lieu de travail des historiennes et historiens ? Il est étonnant de constater que la littérature épistémologique fait rarement mention d’un autre lieu de travail emblématique pour les chercheur.e.s en histoire : la bibliothèque. Pourtant, elle est indispensable afin de saisir, dans son entièreté, les coulisses de l’écriture de l’histoire. Cet oubli est d’autant plus surprenant que les écrivains et les artistes se sont intéressés à la question de leur rapport aux bibliothèques depuis une vingtaine d’années. Dans une démarche historique et anthropologique, le groupe de recherche BIBLHIS, fondé en 2019, tente de rattraper ce retard en analysant  la constitution et la conservation des bibliothèques privées d’historiennes et d’historiens ainsi que les représentations de ces derniers dans leurs bibliothèques du XIXe au XXIe siècle. L’examen de ce « paysage de travail » permet aussi de réinterroger le statut de la bibliothèque : est-elle uniquement composée de rangées de livres ou est-elle, plus largement, un espace où se mêlent imprimés, objets (bibelots, tableaux, etc.) et…archives ? En effet, les notes manuscrites dans les ouvrages ; les lettres et fragments de cours insérés dans les livres ; les dédicaces des auteurs peuvent être appréhendés comme des documents d’archives donnant l’opportunité de comprendre l’évolution du travail historique durant l’époque contemporaine. Dans cette intervention, je reviendrai sur toutes ces problématiques en exposant les premiers résultats du groupe de recherche BIBLHIS. Je présenterai ensuite deux bibliothèques d’historiens qui ont fait l’objet de recherches récentes : les bibliothèques de Maurice Agulhon et d’Emmanuel Le Roy-Ladurie.

9 avril 2021. Histoire du livre et papiers savants (2) : Lire sans acheter : pratiques du prêt et de la copie. Cette séance – dont la thématique sera élargie – sera commune au séminaire d’Emilie d’Orgeix (DE EPHE).

7 mai 2021. Histoire du livre et papiers savants (3) : Les papiers des morts : outil de travail, meuble de bibliothèque et patrimoine érudit.

Avec une intervention de Donatella Nebbiai (CNRS-IRHT, Campus Condorcet): Enquête documentaire et écriture de l’histoire : les livres de Nicolas Camuzat, érudit champenois.

Nicolas Camuzat (1575-1655) est un savant chanoine de la cathédrale de Troyes. Il a été en relation avec les plus illustres représentants de l’érudition de son époque (Papire Masson, Paul Petau, Nicolas Lefèvre, André Duchesne, Dom Luc d’Achery entre autres). Il a édité plusieurs oeuvres historiques et théologiques et composé deux importantes collections d’antiquités sur l’histoire de la Champagne. Dans une étude parue il y a une dizaine d’années, j’ai analysé sa biographie, ses travaux et rassemblé ce qu’il m’a été possible de repérer sur les livres qu’il a consultés ou qui lui ont appartenu. Je me propose aujourd’hui d’étudier la contribution de Camuzat à l’essor de l’érudition historique appliquée au Moyen Age. La controverse religieuse a eu une part considérable dans ce mouvement culturel qui, en France, accompagne la construction d’une politique culturelle d’Etat ; à Troyes, milieu de formation de Camuzat, sont présents plusieurs sympathisants des thèses réformées. J’étudierai sa méthode de travail, qui consiste à faire de l’histoire à partir des documents, sans construction rhétorique et narrative, en essayant de mettre en évidence son originalité. J’exposerai pour finir ses principaux intérêts culturels, tels qu’ils apparaissent dans son oeuvre et dans ses livres.

illustration : BnF, ms.fr. 1134, f.1

La suite de la séance sera consacrée à une réflexion rapide, toujours appuyée sur la correspondance du savant nîmois Jean-François Séguier (1703-1784), sur la présence des papiers de travail au sein des bibliothèques savantes, leur circulation et leur institutionnalisation.

4 juin 2021. Histoire du livre et papiers savants (4) : Publier et lire l’érudition au 18e siècle.

Présentations d’Axel Le Roy et de Marguerite Cinotti.

Ces séances incluront des temps de présentation des travaux des étudiants en Master et Doctorat.

Programme des conférences de l’EPHE, Histoire et civilisation du livre, 2019-2020.

Les conférences ont lieu le 4e vendredi du mois (sauf en décembre et en mai, où elles ont lieu plus tôt dans le mois), de 14h à 18h, à la Maison des sciences de l’homme (54 boulevard Raspail, salle 26).

Entrée libre

(voir aussi https://www.ephe.fr/formations/conferences/histoire-et-civilisation-du-livre-0)

Continuer la lecture