Les bibliothèques publiques de Bretagne (1) : Brest

La Bretagne a compté, au XVIIIe siècle, trois bibliothèques publiques, à Nantes (1754), Brest (1771) et Rennes (1787). La province est relativement plus pauvre que d’autres en la matière et surtout, les initiatives viennent moins d’individus que de corps déjà constitués, le corps de ville à Nantes, l’Académie de marine à Brest et la corporation des avocats à Rennes.

L’Académie royale de marine de Brest est fondée en 1752. Le premier règlement prévoit de consacrer une petite salle au « dépôt des livres, registres et mémoires », une autre étant réservée aux « modèles, machines & instrumens » [Règlement 1752, art. 29]. La compagnie est-elle si bien installée ? On peut en douter : un projet de règlement rédigé en 1775 évoque un environnement désagréable, étroit et bruyant, et demande que l’on attribue à l’académie « un autre logement composé de plusieurs salles et appartements pour ses assemblées, sa bibliothèque et ses cabinets ».

Mr de Sartines a vu dans son séjour à Brest combien le logement de l’Académie étoit désagréable, par son peu d’étendue, son obscurité, le bruit inséparable du voisinage d’un bassin. Il a si bien senti la nécessité d’un bâtiment, qu’il a eu la bonté d’assurer l’Académie qu’il en ferait plutôt bâtir un tout exprès, s’il ne s’en trouvait pas dans le port. [AN, Marine, G 93, fol. 69]

L’Académie doit en attendant se réunir « dans la salle ordinaire ». Elle reçoit une seconde salle en 1777, qu’elle consacre aux modèles [Doneaud du Plan 1878, IV, p. 82].

Le règlement précise que la dotation annuelle (fixée à l’origine à 6000 l.) devra être en partie affectée à l’accroissement de la bibliothèque. Durant la première période de l’Académie, des achats sont faits à Paris par l’intermédiaire de l’académicien Lefebvre, secrétaire de la Bibliothèque royale, qui parviennent à Brest en 1753, 1756 et, avec retard, en 1764, pour une dépense totale de plus de 6000 l. Après l’interruption du financement et de l’activité académique pendant les années de la guerre de Sept ans, l’Académie refondée en 1769 engage une politique raisonnée de mise à jour de ses collections. Les achats sont décidés en assemblée ou à partir de listes dressées par les académiciens. Aux libraires parisiens Delatour et Durand, approchés par l’Académie pour les fournitures de ouvrages étrangers, se substitue le brestois Malassis, leur correspondant, qui devient l’interlocuteur privilégié de l’académie. Les achats, qui atteignent plus de 3000 l. par an dans les années 1785-1787, se font également dans les ventes aux enchères, auprès des officiers à l’étranger, auprès des correspondants académiques et, ponctuellement, de libraires parisiens. La collection compte 1018 ouvrages en 1781, mais 1888 en 1788, ce qui représente un rythme d’acquisitions exponentiel, de plus de 125 titres par an en moyenne, contre 35 dans la période précédente [Catalogue 1781].

Les registres académiques témoignent également, tout au long de la période, de l’importance des dons individuels, auxquels encourage d’ailleurs le règlement, prévoyant qu’« il sera fait mention sur les registres de l’Académie, de ceux qui auront ainsi augmenté ses collections » – ce qui ne sera systématiquement demandé aux membres de l’Académie des sciences de Paris, avec un succès inégal, que dans les années 1780 [Règlement 1752, art. 32 ; Règlement 1769 ; Donneaud du Plan].

Or l’Académie est l’émanation de milieux professionnels pour lesquels le rapport à la culture livresque est, au XVIIIe siècle encore, l’objet de représentations conflictuelles. En 1762, le commandant de la marine à Brest note qu’« on ne s’est guerre jamais piqué de connoissances dans la Marinne, et elles y ont même presque toujours été tournées en ridicule. Je vois bien icy [à Brest] 150 traitteurs ou cabaretiers qui ont tous fait fortune, il n’y avoit qu’un seul libraire et qui a fait banqueroutte ». La notation est polémique, mais certains esprits chagrins ont, de fait, rapporté les malheurs maritimes de la guerre de Sept Ans à la prolifération des « officiers savants ». [AN, Marine, G 93, fol. 22, Aimar Joseph de Roquefeuil à non identifié, Brest, 3 décembre 1762 ; Vergé-Franceschi 1991, p. 233] À l’inverse, l’Académie s’est donné comme propos de promouvoir les connaissances les plus théoriques, pour soutenir les pratiques maritimes qui ne seraient sans elles qu’un « tâtonnement aveugle », selon les termes du discours inaugural de Bigot de Morogues [Henwood p. 128 ; Mémoires 1773, p. iv-v].

L’ouverture au public de la bibliothèque est effective en 1771 et devient quotidienne en 1775 [SHD, Académie de marine de Brest, 90, fol. 20, Projet de règlement pour l’entrée de la bibliothèque de l’Académie ; 108, fasc. 2, Extrait des registres de l’Académie royale de marine pour servir de règlement à la bibliothèque (Brest, 5 octobre 1771)]. Cette ouverture s’inscrit dans une véritable « mystique de la publicité » que l’on retrouve en 1773 dans la préface des Mémoires de l’Académie royale de Marine, et en 1783 dans la notice de l’Encyclopédie méthodique, rédigée par un académicien :

Chacun sentait combien il deviendrait utile de rendre promptement la bibliothèque publique, dans un département où tant de personnes ont besoin de secours sur toutes les parties de l’art nautique, & sur ceux qui y ont rapport, comme la médecine, la chirurgie, la physique, les mathématiques, la botanique, &c. et d’une foule d’arts, qui concourent à la perfection de ceux de la marine.

Il fallait des soins, des recherches pour compléter cette bibliothèque si variée, avec choix et sans trop multiplier les dépenses ; on s’y livra avec ardeur. On fit des règlemens en vertu desquels ce dépôt, déjà si considérable, augmente tous les jours ; on en fit pour la police de la bibliothèque rendue publique, & elle fut ouverte, pour la première fois, le 14 octobre 1771. On y reçoit non seulement toutes les personnes de la marine ou attachées à la marine, qui, par leur éducation, sont en état de consulter des livres, mais encore tous les officiers de la garnison & toutes les autres personnes de Brest, qui seroient admises à Paris aux bibliothèques publiques ; elle n’a jamais manqué d’être fréquentée. [Encyclopédie 1783, p. 12]

La publication du catalogue de la bibliothèque, en 1781, est un autre investissement qui complète l’ouverture au public et consolide la cohérence d’une « science marine » émergée d’un ensemble de savoirs pluridisciplinaires. Cet effort d’ouverture rappelle celui d’autres académies de province qui, à La Rochelle ou à Bordeaux, forment une ressource culturelle importante au niveau local. Mais il est sans doute d’autant plus nécessaire que l’académie brestoise, au contraire des autres, est enfermée dans un arsenal, qu’elle forme un isolat dans une ville au niveau culturel faible et qu’elle ne tient pas de séances publiques. Rappelons que Jean Quéniart compte, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle,moins de 10 % d’inventaires après décès brestois mentionnant des livres à Brest [Quéniart 1977, II, p. 562, 948]. Il reste toutefois à cerner les lecteurs et les usages de cette bibliothèque.

La bibliothèque de l’Académie de marine est un objet important. Elle occupe un rôle stratégique dans la mission que se donnent l’institution de promouvoir les savoirs scientifiques dans un milieu socio-professionnel relativement mal doté en ressources livresques. Elle rend également compte d’évolutions de longue haleine, qui touchent aux usages matériels et intellectuels de l’écrit dans les professions « de terrain », et dont témoignent au même moment d’autres formes de bibliothèques de travail.

Sources manuscrites

Service Historique de la Défense, fonds de l’Académie royale de marine de Brest

90, fol. 20, Projet de règlement pour l’entrée de la bibliotèque de l’Académie 

108, fasc. 2, Extrait des registres de l’Académie royale de marine pour servir de règlement à la bibliothèque (Brest, 5 octobre 1771).

Sources imprimées

Catalogue des livres de la bibliothèque de l’Académie royale de marine, fait en 1781, Brest, Malassis, 1781. [BnF Q-9496]

Encyclopédie méthodique. Marine, Paris, Panckoucke, 1783, 3 vol., I, p. 12.

Mémoires de l’Académie royale de marine, Brest, Malassis, 1773.

Règlement pour l’établissement d’une Académie de Marine, au port de Brest, Paris, Imprimerie royale, 1752. [BnF F-5029(5)]

Bibliographie

Chapron Emmanuelle, « Tools for Science. Libraries in Scientific Institutions in Eigteenth-Century France and Italy », Nuncius, 33, 2018, p. 236-264.

Charon Annie, Thierry Claerr, François Moureau éd., Le livre maritime au siècle des Lumières. Édition et diffusion des connaissances maritimes (1750-1850), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2005.

Doneaud du Plan Alfred, Histoire de l’Académie de Marine, Paris, Berger-Levrault, 1878-1882.

Henwood Philippe, « L’Académie de Marine à Brest au xviiie siècle », dans La mer au siècle des Encyclopédies, éd. Jean Balcou, Paris, Champion – Genève, Slatkine, 1987, p. 125-134

Le Page Rémy, « La bibliothèque de l’Académie de Marine », dans La mer au siècle des Encyclopédies, éd. Jean Balcou, Paris, Champion – Genève, Slatkine, 1987.

Quéniart Jean, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, thèse, Université Lille-III, 1977, 2 vol.

Vergé-Franceschi Michel, Marine et éducation sous l’Ancien Régime, Paris, Éditions du CNRS, 1991.

Les généralités de Tours, Bourges, Moulins et Limoges. Une diagonale du vide ?

Au sud de la généralité d’Orléans, entre celles de Poitiers à l’ouest et de Riom à l’est, les anciennes généralités de Tours, de Bourges, de Moulins et de Limoges forment sur notre carte comme une grande diagonale du vide.

Les généralités de Tours, Bourges, Moulins et Limoges paraissent, en l’état de nos recherches, dépourvues de bibliothèques publiques.

Cette situation interroge l’historien. Comment comprendre l’absence de velléités de bibliothèques publiques dans des villes importantes comme Tours, Le Mans ou Angers dans la généralité de Tours, à Bourges, Limoges ou Moulins, au regard des facteurs qui, ailleurs, ont favorisé le développement de ce type de projet (présence d’un parlement, d’un siège épiscopal, d’une université) ? De quel côté chercher pour retrouver la trace éventuelle de projets qui n’auraient pas été portés à leur terme ?

D’un côté, il est tout à fait possible que des projets aient été amorcés, puis abandonnés dans ces villes et que la mémoire en ait été perdue. De l’autre, on peut penser que les structures existantes ont suffi à l’usage des lecteurs urbains.  

Le cas d’Angers peut servir à nourrir la réflexion. La ville ne manque pas de grandes bibliothèques, celles de la faculté de théologie (celle de l’université a disparu à la fin du XVIIe siècle) et du collège oratorien, des abbayes et des communautés ecclésiastiques, dont la base des anciens possesseurs développée par la bibliothèque municipale d’Angers sur le site commulysse permet d’avoir un bon aperçu. A la fin du 17e siècle, la fondation d’une Académie royale des belles-lettres (1685) semble ouvrir la voie à celle d’une bibliothèque publique. En 1690, Nicolas Pétrineau des Noulis, échevin perpétuel d’Angers et directeur de l’Académie, propose d’organiser une bibliothèque publique: il y contribuerait personnellement pour 200 pistoles en argent et en livres,à condition d’y résider avec le titre de bibliothécaire. En 1691, l’échevinage décide l’établissement de rayons et tablettes dans la salle de l’Académie, espérant “qu’il se formera par ce moyen une bibliothèque publique” [AM, BB 72]. Les procès-verbaux des séances académiques montrent la poursuite du projet, à bas bruit, dans les années qui suivent: en 1696, les académiciens s’opposent à l’échevinage qui veut faire construire une buanderie dans le jardin de l’hôtel de ville, en invoquant le projet de bibliothèque publique et les dons déjà rassemblés à cet effet.

Bien lancé, le projet semble finalement rester sans suite. Au 18e siècle, il y a à Angers de petites “sociétés” dont certaines peuvent être abonnées aux nouvelles, et le cabinet de lecture proposé par le libraire Mame. L’Académie s’efforce, dans la seconde moitié du siècle, de mettre en place une bibliothèque académique digne de ce nom en s’abonnant aux journaux et en rassemblant les ouvrages de ses membres. Enfin, l’échevinage établit en 1764 une bibliothèque à l’usage de ses membres [AM, BB 121, fol. 76]. Cela a-t-il suffi à contenter les lecteurs angevins, alors que la bibliothèque publique est devenue, au 18e siècle, un élément attendu de l’équipement urbain ?

Mes remerciements à Marc-Édouard Gautier, directeur de la bibliothèque municipale classée d’Angers, à Sophie Renaudin, responsable des collections patrimoniales. Cet billet doit tout son contenu à Jacques Maillard et Jean-Pierre Bois, que je remercie pour ces éléments sur l’histoire angevine et le signalement des sources.

Bibliographie

Jean-Pierre Bois, L’Académie royale des belles-lettres d’Angers, 1685-1793, Saint-Léger éditions, 2021.

Jacques Maillard, Histoire de l’Anjou, t. 3. L’Ancien Régime et la Révolution en Anjou, Paris, Picard, 2011.

Jean-Luc Marais, “La sociabilité des élites fut-elle brisée par la Révolution ? Angers, 1764-1854”, Pour une histoire sociale des villes. Mélanges offerts à Jacques Maillard, Rennes, 2006, p. 323-338.

Les généralités d’Amiens et de Soissons

 

Les généralités d’Amiens et de Soissons, et encore plus l’Artois et la Flandre française, sont parmi les espaces les plus densément pourvus en bibliothèques publiques.

Abbeville : un fort investissement social (1685 et 1718)

Dans la généralité d’Amiens, le cas de la bibliothèque publique d’Abbeville est le mieux connu (même si la bibliographie, ancienne, devrait être reprise pour préciser les sources).

Le premier legs est celui du prêtre, chanoine et principal du collège de la ville, Jean de Boullenois, en 1643. « Porté de zèle pour le public », il donne ses livres « à la ville […] pour en avoir l’usage et s’en servir par les régens dudit collège après son décedz » [AM, GG 75]. Il s’agit donc d’une bibliothèque à usage réservé, que l’on n’inclut pas dans le corpus mais qu’il faut garder en tête car il s’agit d’un exemple précoce de dévolution aux autorités municipales et pour le bien public.

Le second legs est organisé en 1685 par le testament de Charles Sanson, curé de Saint-Georges (27 août 1685). Il lègue « aux ecclésiastiques de ladite ville d’Abbeville tous les livres à lui appartenant pour commencer à exécuter le dessein qu’il avait projeté avec quelques amis d’une bibliothèque publique, espérant que d’autres pousseroient cette entreprise plus loin », avec une somme de 1000 l. pour l’entretien d’un bibliothécaire. Deux chanoines de Saint-Vulfran et deux curés doivent se charger de l’établissement de la bibliothèque et de sa surveillance [archives de Clermont-Tonnerre ?]. Après la mort de Sanson le 12 novembre 1685, on dresse un inventaire de ses livres (13 décembre), les meubles sont mis en vente pour 511 l. On n’a pas de renseignement sur le fonctionnement des débuts de la bibliothèque.

Collégiale Saint-Vulfran, Abbeville.

Le troisième legs est celui de François d’Argnies, docteur en médecine, agrégé au collège des médecins d’Abbeville, mort le 10 août 1718 (le testament du 8 septembre 1716, not. Pierre Lefebvre, se trouve en copie dans les archives de Clermont-Tonnerre [ ?]). Son épouse doit donner au doyen de St-Vulfran, « pour contribuer à l’establissement d’une Bibliothèque publique qui sera placée dans tel lieu qu’il trouvera plus convenable et à propos pour le bien et la commodité publique, laissant le choix du lieu à sa prudence et à sa disposition seule, tous les livres qui m’appartiennent de telle matière qu’ils traitent », ainsi que deux rentes de 600 l. et 400 l. Le revenu des rentes servira, à hauteur de 20 l. par an, à rémunérer « celui qui aura soin de ladite Bibliothèque à la charge par lui de la tenir ouverte deux fois la semaine, le mercredi et le samedi depuis huit heures du matin jusques à onze heures, et depuis deux heures jusques à cinq heures d’après-midi pendant les mois de may, de juin et de juillet, et d’avertir le public de l’ouverture de ladite Bibliothèque par un placard qu’il fera imprimer et afficher à ses dépens aux principaux lieux et carrefours de la ville le premier jour ouvrable du mois de may de chaque année » et, pour le reste, à acheter des livres « propres et convenables pour augmenter avec utilité ladite Bibliothèque ».

En juin 1718, les administrateurs de la fondation Sanson achètent une maison à étage, rue Notre-Dame-du-Châtel, pour une somme de 1700 l., pour y placer les livres. Ceux de Dargnies y sont réunis.

Les legs se multiplient ensuite : Charles Becquin du Fresnel, curé de Saint-Sépulcre (une partie de ses livres et une rente de 30 l., 1726) ; Nicolas Becquin, chanoine de Saint-Vulfran (tous ses livres, armoires et tablettes, 1728).

Ce dernier legs est contesté par le neveu du défunt, Philippe Pigné, avocat et secrétaire du roi. Le procès est rapporté dans les manuscrits Siffait, qui reproche à l’héritier la prétention de « vouloir seul de son crédit renverser cet établissement et envier à la ville d’Abbeville, sa patrie, la gloire d’être la première des villes de province qui ait eu une bibliothèque publique, comme elle a le rare avantage d’avoir la plus ancienne coutume du royaume et la première rédigée par écrit ». Le maïeur d’Abbeville intervient en 1737 en soutenant la proposition, faite par les quatre administrateurs ecclésiastiques, de leur adjoindre quatre administrateurs laïcs, « parce que nous la regardons comme un bien commun, dont la conservation intéresse tous les habitants », à condition que la réclamation dans le procès Becquin se fasse au nom de la ville. Les héritiers sont condamnés en 1738 (jugement imprimé : Paris, Lottin, 1739).

Les legs se poursuivent, témoignant de l’institutionnalisation de la bibliothèque dans le paysage urbain : Jean-Roger de Ray du Tilleul, chanoine trésorier de Saint-Vulfran, supérieur de la visitation d’Abbeville (m. 15 avril 1768) ; Daniel-François Formentin, avocat, conseiller du roi (m. 1er avril 1774), Philippe Le Fuzelier, doyen des chanoines de S. Vulfran (800 vol. de piété, 1785).

Pour autant, fortement ancrée dans le milieu ecclésiastique, la bibliothèque ne semble pas avoir complètement répondu aux attentes des lecteurs urbains. En 1768, il semble que les administrateurs de la bibliothèque aient pris prétexte des réformes scolaires pour proposer une union de la bibliothèque publique avec celle du collège. Le Compte rendu aux chambres assemblées, par M. Roussel de la Tour, de plusieurs collèges de province situés dans le ressort du Parlement, qui n’étoient pas desservis par les ci-devant soi-disans Jésuites. Du 26 Août 1768, signale que « ce collège possède une bibliotheque, dont il est redevable à la générosité de Jean Boullenois, principal, mort en 1644, & qui l’a laissée par son testament pour l’usage des professeurs. Son exemple suivi de plusieurs sçavans de cette Ville, y a formé successivement une autre belle bibliotheque publique, revêtue de Lettres Patentes enregistrées en la Cour, dont les administrateurs désireroient la réunion à celle du collège » (p. 222).

Un peu plus tard, dans les pages de l’Almanach qu’il publie, l’imprimeur Devérité se répand souvent contre le caractère anachronique des collections :

 « On ne saurait le dissimuler, cette bibliothèque publique n’est presque point consultée, et il est fort peu d’âmes qui y aillent chercher des remèdes à leurs maux ; mais aussi l’espèce de ces remèdes n’est point connue. Celle-ci renferme d’excellents livres pour des savants, pour des écrivains laborieux. Une ville de province en contient peu : ils trouveraient trop de difficultés à y exister. » (1776)

« Douze cents volumes de vieille jurisprudence, de philosophie scolastique, de casuistes, de théologiens aristotéliciens, souvent doublés, et pas un des bons écrivains des siècles de Louis XIV et de Louis XV forment-ils ce qu’on peut appeler une Bibliothèque publique ? Serait-ce manquer aux intentions des fondateurs que de remplacer ces livres et la maison qui les contient, d’abord par une Encyclopédie méthodique, qui va mieux former seule dans son ensemble une Bibliothèque publique que celle à qui on donne ce nom parmi nous, et ensuite par tous les bons écrivains des siècles que l’on vient de citer ? […] La Société d’abonnement littéraire, au lieu de se partager les livres qu’elle reçoit chaque année, pourrait enrichir ce dépôt public, témoin de ses assemblées, et toujours sous la main pour être consulté. D’autres citoyens imiteraient sans doute cette générosité. Le désir naîtrait plus souvent d’augmenter un établissement qui serait dès lors aussi agréable qu’il serait utile. On lirait enfin d’une Bibliothèque publique autre chose que l’inscription mise sur sa porte. » (1783)

 « Cette bibliothèque, dotée par des ecclésiastiques, des avocats, des médecins, attend donc qu’un homme du monde ou quelque société, veuille l’enrichir de livres d’histoire et de littérature. » (1786)

La bibliothèque participe pourtant à l’image publique de la ville. Elle est mentionnée dans le Dictionnaire universel de la France, 1771 : « Abbeville a encore une bibliothèque publique ouverte trois fois par semaine, et deux pompes publiques pour les incendies. » et dans la France littéraire (Paris, Duchesne, 1784).

La France littéraire, 1784, p. 40.

Sources

BM, ms. 93. Correspondance des intendants de Picardie et autres fonctionnaires avec les magistrats municipaux d’Abbeville, 1724-1785.

BM, ms. 755. Pièces concernant la bibliothèque publique et la bibliothèque communale d’Abbeville, 1738-1831.

Bibliographie

Alcius Ledieu, « Notice historique sur la bibliothèque d’Abbeville, depuis sa formation à nos jours », dans Catalogue analytique des manuscrits de la bibliothèque d’Abbeville, Abbeville, 1885.

Ernest Prarond, Les grandes écoles et le collège d’Abbeville, 1384-1888 : contribution à l’histoire de l’enseignement, Paris, Picard, 1888.

Pistes de recherche

Documenter le récit de fondation (AM, AD, BM, AN pour lettres patentes), numériser les sources (BM).

À Saint-Quentin, le cas de la bibliothèque de l’abbaye Saint-Quentin-en-L’Isle, incertain, doit être précisé.

On écarte en revanche le cas de la bibliothèque de l’Hôtel de ville d’Amiens, attestée au XVIe siècle mais dispersée ensuite, et probablement utilisée par les seuls membres de l’échevinage dans l’exercice de leurs fonctions.

Bibliographie

André Labarre, « La bibliothèque municipale d’Amiens en 1551 », Bulletin de la société des antiquaires de Picardie, t. L, 1963-1964, p. 256-262.

François Berquet, La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Quentin-en-L’Isle, mémoire de maîtrise, université Lille III, 1986.

Soissons : une fondation ecclésiastique en genèse (1781)

Dans celle de Soissons, l’initiative épiscopale d’Henri-Claude de Bourdeilles, évêque de Soissons, est décrite dans l’ouvrage ancien (relativement précis, mais peu sourcé) de l’abbé Pécheur. Elle fait suite de la sécularisation des célestins de Villeneuve-Saint-Germain par un bref du pape du 1er février 1781. Les biens sont affectés à l’évêché et à différentes œuvres charitables, le secours des pauvres, l’instruction des enfants indigents, le séminaire et le collège. Le couvent est concédé à l’évêque pour en faire une maison de campagne à condition qu’il fonderait une bibliothèque publique ayant pour premier fonds celle des célestins et la sienne propre.

L’acte de fondation précise que le bibliothécaire serait un ecclésiastique qui aurait en même temps la conservation des archives, titres et papiers du couvent de Villeneuve et que l’établissement s’ouvrirait deux fois la semaine. L’évêque doit lui délivrer chaque année 4 muids de blé et 300 l. destinés à l’achat et reliure d’ouvrages de droit civil et canon, ainsi qu’à l’entretien de la bibliothèque. Il dépose entre les mains du receveur des décimes une somme annuelle de 1600 l., jusqu’à concurrence de 16 000 l. de capital, pour la construction d’un corps de bâtiment propre à recevoir la bibliothèque, dont l’entretien demeure à perpétuité à la charge de l’évêque de Soissons. En attendant la mise en œuvre du projet, la bibliothèque est déposée au séminaire mais rien n’advient avant la Révolution.

Bibliographie

Abbé Pécheur, Histoire des bibliothèques publiques du département de l’Aisne, existant à Soissons, Laon et Saint-Quentin, Soissons, A. Michaux, 1883 [en ligne].

Pistes de recherche

Documenter la fondation

Bibliothèques publiques des Lumières (ANR-23-CE27-0012) : présentation du projet

Le projet BIPULUM, financé par l’ANR pour 2024-2028, a pour ambition de recenser et d’étudier les bibliothèques publiques existant en France au XVIIIe siècle, dans une perspective d’histoire urbaine, d’histoire politique et d’histoire des pratiques culturelles, pour comprendre comment émerge, dès avant la Révolution, l’idée de la bibliothèque comme service public.

En France, l’histoire des bibliothèques publiques commence dans la plupart des cas à la Révolution. La période qui va de la première vague de confiscations ecclésiastiques (1789) à l’arrêté qui fonde les bibliothèques municipales (1803) en constitue le socle fondateur. Mais ce récit contribue à occulter la force des évolutions à l’œuvre au XVIIIe siècle. Non seulement l’idée, mais la pratique de la bibliothèque publique a déjà été mise à l’épreuve, au moment où la Révolution éclate, dans de nombreuses villes du royaume.

Alors que cette réalité est bien connue des historiens (Desgraves 1989), l’histoire des bibliothèques publiques constitue un angle mort de l’histoire des Lumières. Il ne s’agit pourtant pas d’un phénomène marginal : depuis la seconde moitié du XVIIe siècle et surtout au cours du XVIIIe siècle, l’ouverture au public des bibliothèques constitue un puissant mouvement de fond dans le royaume. On peut identifier plus de 70 projets, aboutis ou non, et près de cinquante villes disposent d’une bibliothèque publique à la veille de la Révolution, dans l’acception que revêt alors le terme – celle d’une bibliothèque ouverte à un public indifférencié, d’une manière réglementée et à heures fixes, sans qu’entre en compte la nature de l’institution qui en a la tutelle. La littérature (guides de ville, almanachs) montre comment la « bibliothèque publique » est devenue à la fin du XVIIIe siècle un élément attendu de l’équipement urbain, voire un lieu où se cristallise le sentiment d’un patrimoine local.

Cette carte, provisoire à ce stade du projet, montre la présence de projets de bibliothèques publiques partout sur le territoire, ainsi que la diversité de leurs statuts : bibliothèques relevant de la municipalité, d’un collège, d’une académie, d’une université, d’un chapitre cathédral ou d’une communauté religieuse (fonds de carte : Archives nationales, NN/37/3, cartographie E. Chapron).

Ces premières bibliothèques publiques constituent un objet dense, au carrefour de l’histoire sociale, de l’histoire politique, de l’histoire urbaine, de l’histoire des idées et de l’histoire culturelle. Le projet prévoit de les étudier selon plusieurs axes :

  • la fondation d’une bibliothèque : sociologie des fondateurs; références implicites et explicites, circulation des modèles; dispositions juridiques, institutionnelles et matérielles; la fondation d’une bibliothèque comme projet politique et intellectuel.
  • le fonctionnement d’un “service public”: configuration des espaces, mobilier; horaires, modalités matérielles et intellectuelles d’accès aux livres; profil des collections, budget et acquisitions; profil du bibliothécaire, instruments de gestion de la collection, classements, catalogues et inventaires.
  • le public des bibliothèques publiques: à la recherche des sources (registres de prêts, correspondances, récits de voyageurs)

En articulant études de cas, approches comparées et perspectives d’ensemble, le projet vise donc à combler une lacune historiographique et à donner les moyens de mieux apprécier la place des bibliothèques publiques dans les transformations culturelles, sociales, politiques et urbaines de la fin de l’époque moderne. Il ne s’agit pas d’affirmer que ces institutions ont été des pointes avancées des idées des Lumières (ce qu’elles n’ont sans doute pas été), mais de faire l’hypothèse qu’elles sont partie prenante des mutations culturelles profondes qui en sont le terreau, en instituant au cœur de la ville un espace public de la lecture – ou plus largement, un espace d’usages de l’imprimé et du manuscrit.

Partenaires:

  • UMR 7303 Telemme (Aix Marseille Université, CNRS) (Emmanuelle Chapron)
  • UMR 5317 IHRIM (U. Lyon 2, U. Lyon 3, ENS Lyon, U. Saint-Étienne, U. Clermont Auvergne, CNRS) (Fabienne Henryot)
  • EA 3624 Centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) (Christine Bénévent)
  • Bibliothèque nationale de France (Gennaro Toscano)

L’histoire des bibliothèques et du livre en Centre – Val de Loire : où en est-on ? (journée d’études, Médiathèque d’Orléans, 2 février 2024)

9h30 – 10h45 : Présidente de séance : Ariane Bouchard (Réseau des Médiathèques d’Orléans)

  • Peut-on écrire une histoire du livre et des bibliothèques sans patrimoine des bibliothèques ? Introduction à la journée d’étude et restitution d’une enquête sur les fonds patrimoniaux du Centre – Val de Loire(William Trouvé, chargé de mission patrimoine écrit, CESR)
  • La bibliothèque de Micy-Saint-Mesmin (IXe-XIIe siècles) : état des lieux et perspectives de recherche (Claire Tignolet, chercheuse associée au LaMOP)

10h45-11h00 : pause

11h00-12h15 : Président de séance : Gilles Kagan (IRHT)

  • Sauvegarde et étude des manuscrits sinistrés de Chartres : 20 ans de collaboration entre institutions patrimoniales et de recherche(Michèle Neveu, responsable des fonds patrimoniaux de la médiathèque de Chartres, Veronika Drescher, conservatrice des manuscrits à la Bibliothèque nationale d’Autriche),
  • Cataloguer les livres disparus, à quoi bon ? (Pierre Aquilon, maître de conférences honoraire, CESR)

12h15-14h00 : déjeuner

14h00-15h15 : Présidente de Séance : Florence Alibert (Université d’Angers, Temos)

  • Reconstituer les bibliothèques grâce aux marques de provenance : l’exemple des juristes orléanais de la Renaissance (Arthur Ferrier, responsable du fonds local et précieux de la médiathèque d’Orléans)
  • La bibliothèque Henri IV du Prytanée, ancien collège royal des jésuites de La Flèche, formant par la culture général les futurs officiers de la Nation sur quatre siècles(Sylvie Tisserand, conservatrice de la bibliothèque Henri IV du Prytanée national militaire de La Flèche), Hervé Baudry (Univ. de Lisbonne)

15h15-15h30 : pause

15h30-16h45 : Présidente de séance : Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université / EPHE)

  • Le chanoine polygraphe. Marcel Langlois, bibliothécaire et historien du pays chartrain (Guillaume Boyer, Responsable du patrimoine et de la numérisation à la bibliothèque de Fels, Institut catholique de Paris)
  • Comment le fonds Marcel est-il entré dans les collections publiques ? (Régis Rech, conservateur des bibliothèques, responsable des fonds patrimoniaux de la bibliothèque municipale de Tours)

17h-18h : visite de la réserve de la médiathèque d’Orléans (réservée aux intervenants et au comité scientifique)

Conférences Histoire et civilisation du livre, École pratique des hautes études, 2023-2024

Histoire des bibliothèques

Un vendredi par quinzaine, 14-16h30. Salle EPHE, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

https://www.ephe.psl.eu/histoire-et-civilisation-du-livre

10 novembre : Introduction

24 novembre : Les bibliothèques du Proche-Orient ancien 

8 décembre : Les bibliothèques grecques et romaines

22 décembre : Visite de la bibliothèque des Archives nationales (remplace la séance à l’EPHE)

5 janvier : vacances

19 janvier : Les bibliothèques de l’Antiquité tardive

2 février : pas de séance à l’EPHE (journée d’étude à Orléans)..

16 février : vacances

1er mars : Les bibliothèques de la Renaissance carolingienne.

15 mars : journée atelier Humanités numériques. Editer les registres de prêt des bibliothèques du XIXe siècle: le projet PRET19 (la séance aura lieu à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne).

Lectures :

Bruno Blasselle et Ségolène Blettner, « Lecteurs et emprunteurs à la Bibliothèque royale sous
la monarchie de Juillet », dans Romantisme, n° 177, n 3, octobre 2017, p. 8-19 (https://www.
cairn.info/revue-romantisme-2017-3-page-8.htm).
— Emmanuelle Chapron, « Les registres de prêt des bibliothèques. De l’histoire de la lecture à
l’histoire des bibliothèques », dans Francia, vol. 48, p. 123-144 (https://journals.ub.uniheidelberg.de/index.php/fr/article/view/93925).
— Nicolas Sembel et Matthieu Béra, « Emprunts de Durkheim à la bibliothèque universitaire de
Bordeaux : 1889-1902 », dansDurkheimian Studies, vol. 19, n 1, 2013, p 49-71 (http://berghahnjournals.
com/view/journals/durkheimian-studies/19/1/ds190103.xml).

29 mars : La fin du Moyen Age : un monde de bibliothèques.

12 avril : vacances

26 avril : Les bibliothèques de la Renaissance. Visite de l’exposition Renaissance à la BnF (Richelieu).

10 mai : pont de l’Ascension

24 mai : L’âge classique

Rencontre autour de Jean-François Bert, “Cartes à jouer du savoir. Détournements savants au XVIIIe siècle”

Le jeudi 9 novembre 

18h30-20h

Musée Français de la carte à jouer.

Issy-les-Moulineaux

Comment un botaniste, un géologue et un mathématicien du XVIIIe et du début du XIXe siècle ont-ils détourné les cartes à jouer de leur usage ludique ? Comment ce bout de papier, dont le verso n’était pas encore décoré, est-il devenu un instrument central de la pratique scientifique moderne ? À côté des feuilles volantes, des enveloppes, des carnets, des marges, des cahiers, les cartes à jouer ont occupé une place singulière, inédite peut-être, dans la production de nouvelles connaissances, mais aussi dans les processus de mémorisation, de classement, d’argumentation et de compilation des données.

Prendre des livres à la bibliothèque. Nouvelles enquêtes sur les registres de prêt dans l’Europe moderne et contemporaine (XVIe-XIXe siècles)

Jeudi 1er juin 2023

Campus Condorcet, centre de colloques, salle 3.02 et en visioconférence (Teams).

Lien de visioconférence :

https://teams.microsoft.com/l/meetup-join/19%3ameeting_MDNmMzZlZDQtNzU4Ni00ZjhjLTlhNTktOWZmNGI1MThhODE1%40thread.v2/0?context=%7b%22Tid%22%3a%22970d5a38-c648-47a9-b305-9feb33e86cce%22%2c%22Oid%22%3a%220305038d-a8ff-421a-a1ea-edc2d5390444%22%7d

Organisation : Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université – EPHE), Jérémy Delmulle (CNRS, IRHT), Donatella Nebbiai (CNRS, IRHT).

Cette rencontre a pour objectif de faire dialoguer les travaux en cours en Europe autour d’une source particulière, celle des registres de prêts des bibliothèques modernes et contemporaines. Il s’agit de confronter les clés d’analyse, les méthodologies d’exploitation de la source, l’usage qu’ils font des humanités numériques, les formes de valorisation de la recherche. Il s’agit aussi de poser les bases d’un réseau européen de chercheurs travaillant sur le public des bibliothèques de la fin du Moyen Âge au début de l’époque contemporaine. Le public concerné est celui de la communauté scientifique mais aussi des professionnels des bibliothèques et des étudiants (master et doctorat) intéressés par ces carrières.

9h15. Accueil

9h30. François Bougard (IRHT), Mot d’accueil.

Emmanuelle Chapron (Aix Marseille université / EPHE / IRHT), Introduction

Session 1. Sources connues, nouvelles questions

9h45-10h15. Ottavia Mazzon (Università di Padova), The Loan Registers of the Libreria di San Marco as a Source for the History of Greek Manuscripts.

10h15-10h45. Corentin Durand (École des chartes), Recevoir et extraire : le prêt des archives dans les institutions urbaines rhodaniennes (XVe-XVIIe siècles).

10h45-11h. Questions

11h-11h20. Pause café

Session 2. Documenter le prêt sans les registres

11h20-11h50. Paola Molino (Università di Padova), Letters, Paper slips and Library Catalogues as Loan Registers: documenting the mobility of books in the Imperial library of Vienna in the 17th century

11h50-12h20. Anne Saada (CNRS, UMR Pays germaniques), Prêter des livres à la bibliothèque de Göttingen au 18e siècle.

12h20-12h35. Questions

12h35-14h. Déjeuner

Session 3. Chantiers en cours

14h-14h30. Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université, EPHE), Prêter livres et manuscrits à la bibliothèque du roi au XVIIIe siècle : un service public ?

14h30-15h. Isabelle Matamoros (Sorbonne Université), Les prêts ont-ils un genre ? Les lectrices de la bibliothèque nationale dans la première moitié du XIXe siècle.

15h-15h15. Questions

15h15-15h30. Pause

15h30-16h. Bruno Blasselle, Ségolène Blettner (BnF), Les registres de prêts du département des imprimés de la BnF : clés d’exploitation et perspectives de recherche.

16h-16h30. Viera Rebolledo-Dhuin (UPEC), Marie-Thérèse Petiot (BIS), Les registres de prêts des bibliothèques universitaires parisiennes au XIXe siècle : le projet PRET19 (CollEx-Persée) 

16h30-17h. Questions et discussion générale.

Séminaire « De l’écrit à l’écran. Objets numériques et matérialité des sources écrites »

Présentation générale du séminaire : https://archivbib.hypotheses.org/1255

Jeudi 11 mai, 13h30-16h30.

Séance sur place (MMSH, salle B 279) et par Zoom.

Emmanuelle CHAPRON is inviting you to a scheduled Zoom meeting.

Topic: Emmanuelle CHAPRON’s Zoom Meeting
Time: May 11, 2023 01:30 PM Rome

Join Zoom Meeting
https://univ-amu-fr.zoom.us/j/86532934308?pwd=bElsSmJmTlhsYUtOTFpvTWExL3Fidz09

Meeting ID: 865 3293 4308
Passcode: 718081

Sébastien Barret (CNRS, IRHT), Ce que le numérique fait à la diplomatique.

La diplomatique est une science qui a pour objet l’étude textuelle et matérielle des actes écrits, en vue de leur critique, de leur datation, de leur édition et, plus généralement, de l’exploration de leur rôle au sein des diverses cultures de l’écrit. Elle est restée longtemps centrée sur le Moyen Âge occidental, depuis l’œuvre fondatrice de Jean Mabillon au XVIIe siècle, mais s’est également ouverte aux époques moderne et contemporaine, ainsi qu’aux travaux menés hors des domaines européens. Elle a très rapidement été sensible aux possibilités offertes par les technologies numériques, ce qui s’explique par une grande compatibilité de ses méthodes de base avec ces dernières ; d’une certaine manière, les « nouvelles technologies » pourraient tendre à ramener la discipline vers le positivisme parfois excessif qui a pu la caractériser à certains moments de son évolution. Elles lui offrent en tout cas de nouveaux outils, de nouvelles perspectives et, bien entendu, de nouvelles défis à relever.

Caroline Muller (Univ. Rennes 2, Tempora), Le goût de l’archive à l’ère numérique.

En 1989 paraît Le goût de l’archive d’Arlette Farge. Ce livre connaît un grand succès car, donnant forme à l’expérience de travail des historien(ne)s dans les salles de lecture des archives, il évoque la sensibilité aux silhouettes croisées dans les documents, l’expérience sensible du papier sous les mains. En 2023, de nouvelles expériences savantes se sont inventées, qui ajoutent à la poussière ou au manuscrit jauni la lumière bleue de l’écran et la lentille de l’appareil photo. Qu’est-ce alors que le goût de l’archive à l’ère numérique ? Quelles expériences de terrain et quels effets méthodologiques de ces nouvelles expériences ? C’est tout l’enjeu du projet porté avec Frédéric Clavert depuis 2017, d’abord intitulé « Le goût de l’archive à l’ère numérique » puis, dans une deuxième phase « Cultures historiennes à l’ère numérique ». Caroline Muller en présentera les principaux résultats, en particulierceux qui ont trait à la transformation des pratiques historiennes dans les salles de lecture, qu’elles soient physiques ou virtuelles.

 

Conférences “Histoire et civilisation du livre”, École pratique des hautes études, 2022-2023

Les vendredis par quinzaine à partir du 18 novembre 2022.

Attention : la conférence aura lieu cette année à l’INHA, dans la salle EPHE. Toutes les séances seront également proposées sur Teams.

Le premier semestre sera consacré à l’exploration des outils de papier d’un savant du 18e siècle, l’antiquaire et botaniste Jean-François Séguier. Outre son importante correspondance (plus de 3500 lettres), en partie dispersée, on conserve de lui des “archives savantes” faites de toutes sortes de matériaux : relevés archéologiques, catalogues de médailles, tables astronomiques, dessins de plantes, listes de semences, catalogues de ses propres collections (dont sa bibliothèque), listes de livres achetés ou prêtés, minuscules fiches bibliographiques, répertoires, etc. Leur étude permet de revenir sur les travaux, désormais nombreux, consacrés à l’archéologie des techniques savantes, à l'”ordre matériel du savoir” (F. Waquet). Mais on peut aussi adopter une autre lecture, consistant à saisir, à travers les écritures, la manière dont un savant écrit sa vie, se donne une “identité narrative”, c’est-à-dire met en oeuvre une capacité à produire un récit cohérent des événements de son existence. À l’inverse, certains écrits sont les traces de brisures, de ruptures, et sans doute une manière de les intégrer au fil de l’existence: ouvrir un carnet de voyage au moment de partir sans retour, dresser le catalogue d’une bibliothèque qu’on a aimée et qui va être dispersée, inaugurer un journal de ses visiteurs au moment de s’installer dans une nouvelle maison.

En partant des écritures, le séminaire permettra d’aborder différemment le monde du livre et des bibliothèques au 18e siècle, entre Nîmes, Paris et Vérone.

Séguier, Catalogue des manuscrits du marquis d’Aubais acquis par le marquis de Méjanes, BM Nîmes, ms. 250
Séguier, dessin d’orchidée, BM Nîmes, ms. 81

Séminaire “De l’écrit à l’écran. Objets numériques et matérialité des sources écrites” (2022-2023)

Un séminaire interlaboratoires de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, co-organisé par Elodie Attia, Emmanuelle Chapron, Sébastien Douchet et Anne Mailloux.

Les séances ont lieu à la MMSH (Aix-en-Provence) de 13h30 à 16h30 et simultanément sur Zoom.

1. Séance du 8 décembre 2022. Phénoménologie de la perception du document virtuel : comment les approches numériques influencent-elles notre perception ?

ATTENTION !! SEANCE ANNULEE

2. Séance du 12 janvier 2023. Les outils du numérique : bilan, biais, perspectives

MMSH, salle B 279.

Participer à la réunion Zoom

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/87226965311?pwd=aG5GRkttU1N3OVJ6QXNnRStITnhIQT09

Maria Gurrado (IR, IRHT), Paléographie numérique et “expertise” de l’écriture.
Qu’est-ce que le numérique change à la paléographie et l’expertise traditionnelle des écritures? On examinera la proposition de Graphoskop par rapport à d’autres propositions actuellement en cours.

Comment la cartographie numérique a-t-elle changé le rapport du cartographe à son terrain ? Avec une intervention de Jean-Luc Arnaud (Telemme).

Bibliographie Jean-Luc Arnaud

Arnaud, J.-L., « Nouvelles méthodes, nouveaux usages de la cartographie et de l’analyse spatiale en histoire », dans J.-P. Genet et A. Zorzi (dir.), Les historiens et l’informatique : un métier à réinventer, Rome, Ecole française de Rome, 2011, p. 199-220.

En ligne sur HALSHS https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01219083/document

Arnaud, J.-L., « Lire / consulter les cartes – reproductions numériques et outils de navigation », dans Imagerie numérique et patrimoine, In-Situ. Revue des patrimoines, 39-2019

En ligne sur Open édition https://journals.openedition.org/insitu/22016

« Comprendre l’innovation en cartographie ». Dossier thématique, Mappemonde, n° 131, 2021.

En ligne : https://journals.openedition.org/mappemonde/

Arnaud, J.-L. et Suarez R., « De l’analogique au numérique – Eléments de méthode pour le traitement des documents cartographiques », Humanités numériques n° 7Numérisation du patrimoine et modélisation des connaissances, A paraître en 2023.

3. Séance du 9 février 2023. Des images et des métadonnées. Travailler sur les estampes à l’âge numérique.

Johanna Daniel (INHA/ LARHRA)

La séance s’intéressera à la manière dont la numérisation reconfigure (ou non) le rapport à l’œuvre et les pratiques de recherche en histoire de l’estampe. La numérisation de masse a-t-elle fait émerger de nouveaux corpus ? De nouvelles questions ? De nouveaux sujets ? Comment navigue-t-on dans ces collections numérisées ? Quels gestes s’inventent dans la fréquentation des interfaces (zoom, découpage, collage) ? Quelle plus-value apporte la reproduction numérique en HD des estampes ? Quel est l’impact des pertes induites par cette numérisation (pertes de matérialité, d’échelle, d’aura) sur la compréhension des œuvres et de leur contexte ?

Enfin, plus prospectivement, que peut-on attendre des nouveaux outils et logiciels, en particulier dans le domaine de la fouille d’images ? 

 

L’exposé s’appuiera sur plusieurs entretiens menés avec des responsables de collections patrimoniales et des chercheurs et chercheuses en histoire de l’estampe, sur une expérience d’enseignement des techniques de l’estampe (École du Louvre) et sur deux projets de recherche autour de la vue d’optique (thèse en cours au LARHRA) et sur la gravure en danse (base « Répertoire des Contredanses » à l’INHA).

 

Bibliographie

 

Griffiths Antony, « Collections Online: The Experience of the British Museum », Master Drawings, vol. 48, no 3, 2010, p. 356‑367, URL: https://www.jstor.org/stable/25767237, consulté le 14 avril 2022.

Le Bitouzé Corinne et Thompson Marie, « Le Catalogue général de la BnF s’enrichit de 51 000 descriptions d’estampes françaises du xviiie siècle », Nouvelles de l’estampe, no 255, 2016, p. 88‑89, URL: https://journals.openedition.org/estampe/524, consulté le 25 janvier 2023.

Mathis Rémi et alii, « Estampe dans les institutions », Nouvelles de l’estampe, no 246, 2014, p. 42‑52, URL: https://journals.openedition.org/estampe/773?lang=en, consulté le 10 janvier 2023.

Talbot Jude et Le Bitouzé Corinne, « Donner du relief: (re)mettre en relation les documents dans un contexte numérique et bibliothéconomique », dans Fetro Sophie et Ritz-Gilbert Anne (dir.), Collecta: des pratiques antiquaires aux humanités numériques, Paris, France, École du Louvre, 2016, p. 145‑152.

4.  Séance du 9 mars 2023. Ecologie, éthique, usages : les approches du document à l’aune des technologies numériques.

5. Séance du 13 avril 2023. Le numérique et le faux : identification, fabrication, perception.

Les outils numériques ont-ils changé la diplomatique ? Avec une intervention de Sébastien Barret (IRHT)

6. Séance du 11 mai 2023. Séance conclusive. Le goût de l’archive à l’âge du numérique.

Avec une intervention de Caroline Muller (Rennes 2), coordinatrice du programme “Le goût de l’archive à l’ère numérique”


 

Séminaire “De l’écrit à l’écran. Objets numériques et matérialité des sources écrites”.

Séminaire interlaboratoires MMSH. Organisation : Elodie Attia (CNRS, TDMAM), Emmanuelle Chapron (AMU, Telemme), Sébastien Douchet (AMU, CIELAM), Anne Mailloux (AMU, LA3M).

 

 

 

BnF, ms. fr. 1134, fol. 1

 

 

 

Depuis une vingtaine d’années, les technologies numériques sont au cœur de la pratique quotidienne des chercheurs. Bien plus qu’un outil de visualisation, elles offrent des possibilités inédites pour la recherche. Ce saut numérique s’est accompagné d’un mouvement de réflexion épistémologique des communautés savantes sur leurs objets, leurs outils et leurs méthodes de travail, encourageant les travaux sur les supports de l’écrit, sur l’analyse matérielle des codices et la collation des exemplaires, sur les collections, archives et bibliothèques, sur la vie matérielle des artefacts et les strates d’interprétation ajoutées par les manipulations diverses dont ils font l’objet. Pour autant, l’accès à la matérialité des objets textuels par le numérique n’est pas la même que celle qui s’offre dans le face-à-face réel du chercheur avec l’objet-texte. Il y a ainsi, dans le monde de la recherche, un hiatus fort entre la séduction qu’exercent les nouveaux outils numériques et la conscience aiguë de la déperdition phénoménologique et herméneutique causée par la dématérialisation et la mise à distance d’objets d’études de plus en plus coupés du corps, outil aussi indispensable que l’esprit à une saisie correcte des objets. Il ne s’agit pas d’opposer « goût de l’archive » et pratiques numériques, qui n’ont rien d’incompatible et peuvent former un cercle vertueux de la recherche, mais de réfléchir, dans une triple perspective épistémologique, méthodologique et pratique, à la manière dont on peut appréhender, décrire et analyser la matérialité des objets à partir, malgré ou à l’aide de leurs substituts numériques.

Séance 1. Mardi 19 octobre. Invité : Pierre Chastang (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, DYPAC)

 
Séance 2. Mardi 23 novembre. Invité : Jean-Luc Velay (CNRS, LNC), Marie Montant (AMU, LPC)

La numérisation des textes a pour conséquence première leur aplatissement, là où la main du chercheur travaille avec des objets en trois dimensions. La séance discutera les possibilités des numérisations et reconstitutions 3D actuellement à l’étude, en particulier ce qu’elles apportent à l’étude des reliures. La séance fera aussi intervenir des chercheurs en neurosciences cognitives et en psychologie cognitive, qui travaillent sur le rôle que les informations transmises par les mouvements de manipulation du livre imprimé jouent dans la compréhension d’un récit par le truchement du repérage dans l’espace du texte.

Flyer : SIEE séance 2 flyer r

Séance 3. Mardi 7 décembre. Invité : Malcolm Walsby (ENSSIB, Centre Gabriel Naudé)

On se demandera dans cette séance dans quelle mesure l’objet numérique occulte ou au contraire révèle l’histoire de l’objet-texte, de ses transformations matérielles et herméneutiques au fil du temps, de ses changements de possesseurs, des conditions de sa conservation, etc. Décomposer, par l’analyse matérielle, le conglomérat hérité que sont un codex, une boîte d’archives, une liasse de documents est-il réalisable aux mêmes conditions et avec les mêmes résultats selon que l’on a recours à l’objet réel ou à l’objet virtuel ?

Flyer: SIEE séance 3[1]

Séance 4. Mardi 25 janvier. Invitée : Marie-Luce Demonet (CESR, Tours)

La séance part du postulat que l’inscription de l’écrit dans un ensemble plus vaste (collection, bibliothèque, fonds d’archives) participe du sens qui lui est donné: le positionnement d’un document dans une liasse, ou d’un livre dans une bibliothèque, est un élément de contexte qui résulte d’un choix, s’impose à son lecteur et pèse sur la lecture qu’il pourra en faire. Dans le même temps, la signification d’une collection excède celle de la somme des entités qu’elle contient, de sorte que l’archéologie des bibliothèques est une des voies désormais classiques pour comprendre la genèse des oeuvres littéraires ou scientifiques. C’est dans cette perspective que l’on peut entrevoir les potentialités des humanités numériques, qu’il s’agisse de proposer une reconstitution virtuelle de bibliothèques dispersées (projet Collecta autour de la collection Gaignières), ou de modéliser en 3D une bibliothèque envisagée comme une collection de livres installée dans un lieu (projet MONLOE autour de la bibliothèque de Montaigne). C’est ce dernier projet qui sera présenté au cours de la séance. 

Séance 5. Mardi 22 février. « Numérisation, mode d’emploi ». Invitée : Ariane Pinché (Ecole nationale des chartes)

14h : visite de la réserve de la BU droit avec Rémy Burget, adjoint au directeur de la Bibliothèque de Droit d’AMU (rendez-vous dans le hall de la BU de Droit d’AMU. Attention ! ne pas confondre avec la BU Fenouillères).

14h45 : communication d’Ariane Pinché (post-doctorante à l’Ecole des Chartes – Projet CREMMALAB – Paris) : « Des images au texte : comment apprendre à des ordinateurs à lire des manuscrits médiévaux ? » (présentation ci-dessous)

16h15 : présentation de l’atelier de numérisation et discussion avec Pascal Faucompré, chargé de la numérisation au SCD d’AMU.

Ariane Pinché : «  Des images au texte : comment apprendre à des ordinateurs à lire des manuscrits médiévaux ? » 

Les nouvelles technologies permettent aujourd’hui, grâce à l’intelligence artificielle, d’apprendre à des machines à lire des manuscrits médiévaux. S’il y a 10 ans encore, ces tentatives étaient expérimentales et peu fructueuses, aujourd’hui l’émergence d’outils comme Transkribus ou Kraken avec leur interface de transcription permet d’acquérir du texte directement depuis des numérisations de documents médiévaux.

L’utilisation croissante de l’HTR (handwritting text recognition) pour les manuscrits fait surgir de nombreuses questions éditoriales autour de la production des données nécessaires à l’entrainement des machines pour lire les documents. Il devient donc primordial d’établir une méthode efficace pour transcrire des textes médiévaux afin de constituer les modèles les plus performants possibles, mais aussi les plus utiles à la communauté scientifique.

Au cours de cet atelier, nous présenterons les principes généraux de l’HTR, ainsi que les expériences qui sont menées au sein du projet CREMMALab pour évaluer les capacités des modèles HTR à retranscrire des manuscrits et à s’adapter à de nouvelles mains ou des formes de lettres différentes d’une écriture à une autre. Enfin, nous ferons une démonstration de l’interface eScriptorium pour ceux et celles qui souhaiteraient se lancer dans cette aventure. 


Quelques liens utiles :

Blog du projet CREMMALab :  présentation du projet et  premiers comptes-rendus du séminaire : « Création de modèle(s) HTR pour les documents médiévaux en ancien français et moyen français entre le Xe-XIVsiècle » de l’École de nationale des Chartes : https://cremmalab.hypotheses.org

Lien vers le dépôt cremma-medieval qui rassemble des données d’entrainement pour l’HTR pour transcrire les manuscrits français du 13e et 14e siècle : https://github.com/HTR-United/cremma-medieval.

Quelques pistes de lecture :

CHAGUÉ, Alix, CLÉRICE, Thibault et CHIFFOLEAU, Floriane, HTR-United, a centralization effort of HTR and OCR ground-truth repositories mainly for French languages, 2021, [En ligne : https://github.com/HTR-United/htr-united].

CHAGUÉ, Alix, « Prendre en main eScriptorium », LECTAUREP, [En ligne : https://lectaurep.hypotheses.org/documentation/prendre-en-main-escriptorium].

KIESSLING, B., TISSOT, R., STOKES, P., [et al.], « EScriptorium: An Open Source Platform for Historical Document Analysis », 2019 International Conference on Document Analysis and Recognition Workshops (ICDARW), vol. 2, 2019, p. 19‑19.

Séance 6. Mardi 22 mars. Agrégateurs: qui peut le plus peut le moins ? Invité : Régis Robineau (Biblissima)

Depuis une décennie, le développement de données numériques et de leur mise en ligne de plus en plus croissante a poussé à l’émergence de méta-sites ou méta-bases de données numériques dont le rôle est d’agréger des contenus hétérogènes par leur nature (objets textuels, graphiques, glyptiques, etc.) et par leurs caractéristiques techniques. Leur hétérogénéité et la question de la granularité de l’information moissonnée par ces sites peut conduire à une déperdition d’informations (métadonnées). La réflexion de cette séance s’articule notamment autour de la question de la création de portails nationaux ou internationaux dont les choix techniques et scientifiques sont susceptibles de différer ou d’ évoluer selon les contraintes et les usages que différents publics en font. A cet effet, notre invité, Régis Robineau, fera un retour d’expérience sur le portail Biblissima (développé entre 2012 et 2021) ainsi qu’une présentation générale de son évolution vers Biblissima+ dont le développement reprend de 2021à 2029.

Participer à la réunion Zoom

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/89096884391?pwd=UklMTUxzb3ZtVk1sSDZ6T2FGbDA2UT09

ID de réunion : 890 9688 4391

Code secret : 853476

Faire de l’histoire avec les bibliothèques (XVIIe-XIXe s.)

Programme de la conférence Histoire et civilisation du livre, Ecole pratique des hautes études, 2021-2022

Les séances auront lieu les 2e et 4e vendredi du mois, de 14 à 18h, sur le site Raspail, 54 boulevard Raspail, salle 19 ; et simultanément sur Teams (sur demande).

 

Si les historiens se représentent souvent comme des ogres d’archives, ils sont aussi, fondamentalement, des hommes et des femmes de bibliothèques, entretenant avec elles des liens riches et multiples.

Publique ou particulière, la bibliothèque est d’abord un lieu de travail. Quarante années d’enquêtes sur les publics ont montré que les étudiants en histoire forment les plus gros bataillons des bibliothèques universitaires, et que la salle d’histoire de la BnF est la plus fréquentée de toutes. Récemment, l’enquête menée par le groupe BiblHis a mis en lumière l’attachement des historiens à leur propre bibliothèque, souvent imposante (la moitié des interrogés estime avoir plus de mille ouvrages), voire envahissante, transfigurant des étagères suédoises sans âme en un décor unique, enrichi de souvenirs, d’objets et de photographies, arrière-plan idéal de toute projection de soi, dans une connivence jouissive avec ses pairs.

Virtuelle ou réelle, la bibliothèque est ensuite une ressource pour l’historien, vaste entrepôt bibliographique, conservatoire de sources imprimées, voire d’archives. Les normes en vigueur dans le métier, qui imposent d’indiquer la localisation des archives mais non celle des livres consultés, à moins que des particularités d’exemplaires n’imposent de les identifier plus précisément, participent à l’invisibilisation de cet instrument de travail. On le retrouve parfois par la bande, dans les remerciements qui évoquent la sociabilité du café des Temps de la Bibliothèque nationale, ou l’amabilité de tel ou telle bibliothécaire municipale.

Enfin, les bibliothèques sont un objet d’histoire. Si peu d’historiens travaillent sur l’histoire des bibliothèques, beaucoup leur font une place, secondaire, marginale ou infrapaginale, dans leurs travaux d’histoire sociale, politique, intellectuelle, culturelle ou religieuse. On se propose ainsi de mettre en lumière comment on fait l’histoire avec les bibliothèques, celles du passé et, en passant, celles du présent.

séance 1. 12 novembre. Introduction. Dire et vivre l’ordre social avec sa bibliothèque.

séance 2. 26 novembre. Bibliothèques et identités individuelles.

séance 3. 10 décembre. Les bibliothèques ont-elles un genre ?

séance 4. 14 janvier. Histoire des bibliothèques et histoire des savoirs scientifiques et techniques (1)

séance 5. 28 janvier. Histoire des bibliothèques et histoire des savoirs scientifiques et techniques (2).

séance 6. 11 février. Circulations, voyages, échanges : une histoire transnationale des bibliothèques.

séance 7. 25 février. Diplomates et bibliothèques.

séance 8. 11 mars. [semaine banalisée EPHE ; le cours se tiendra à Aix-en-Provence (MMSH) pour les doctorants de l’ED 355].

séance 9. 25 mars. Une histoire politique des bibliothèques

ATTENTION SEANCE ANNULEE séance 10. 8 avril. Une histoire économique des bibliothèques

séance 11. 22 avril. Une histoire politique des bibliothèques (2).

[pas de cours le 6 mai : vacances de l’EPHE]

séance 12. 20 mai. Au travail avec les savants.

séance 13. 3 juin. Bibliothèques et histoire du patrimoine

 

À la recherche de la bibliothèque disparue : Saint-Omer, un collège et ses livres, par Marguerite Cinotti (ENC). Séance de clôture du séminaire Histoire et civilisation du livre, EPHE, 4 juin 2021, 14-16h.

Gravure du collège des jésuites anglais de Saint-Omer par Guillaume Lorrain-Montbard, vers 1689 (Stonyhurst Special Collections)

Le collège des jésuites anglais de Saint-Omer fait partie de cette guirlande de collèges et de couvents installés sur la rive méridionale de la Manche à partir de la fin du XVIe siècle. Pont entre deux rives, il abrite une communauté tendue vers l’effort missionnaire et l’éducation des rejetons des familles catholiques anglaises et américaines. Sa bibliothèque présente une configuration originale pour l’historien. On cherchera en vain des archives « classiques » : les pères ont brûlé leur archivium au moment de l’exil de 1762, aucun inventaire ne semble avoir été dressé à cette date et les destructions de 1915 ont fait le reste. Mais la bibliothèque se laisse approcher par les livres eux-mêmes, laissés par les pères dans leur fuite ou emportés de Saint-Omer à Bruges en 1762, à Liège en 1773, à Stonyhurst enfin en 1794. Sur ces centaines de volumes, Marguerite Cinotti a relevé de nombreuses marques qui permettent de mener une archéologie de la bibliothèque et de retrouver la trace des usages du livre, ceux des pères et des écoliers qui travaillent et s’amusent plume à la main. C’est à une histoire de la bibliothèque inscrite dans des contextes socio-politiques mouvants, des environnements urbains, des communautés virtuelles ou réelles, des circuits économiques, dans toute une série d’« écosystèmes » imbriqués, qu’elle nous convie.

Elève de l’Ecole nationale des Chartes, Marguerite Cinotti vient de soutenir sa thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, préparée sous la direction de Mme Christine Bénévent.

Séance à distance, sans inscription préalable.

Lien Zoom disponible sur demande à emmanuelle.chapron@univ-amu.fr