Séminaire Archives de la recherche 2020-2021

Le programme interlaboratoire de la MMSH « Archives de la recherche » 2020-2021 s’intéresse à l’articulation entre archives et données de la recherche en s’attachant concrètement aux problématiques nouvelles révélées par la multiplication de créations de services d’archives au sein des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Le séminaire se donne ainsi pour objet de réfléchir aux questions de conservation, d’exploitation scientifique, de mutualisation de collection et de valorisation des fonds d’archives de la recherche déposées au sein des unités de recherche et de la médiathèque de la MMSH.  Il abordera également, sans les opposer et de façon réflexive, les pratiques actuelles de la « culture de l’archive » et de la « culture de la donnée ».

Programme des séances (9-13h)

inscription obligatoire

Séance 1 – Jeudi 29 octobre 2020 –  Nouvelles archives de la recherche, nouvelles archives pour la recherche : du plan de gestion à la dissémination, à la citation et au réusage des données.

Interventions de Sarah Cadorel (Inalco, chargée de mission archives), Le plan de gestion de données, un outil pour l’archivage scientifique et d’Hélène Jouguet (TGIR Huma-Num, chargée des systèmes d’information documentaire), Les outils de la TGIR Huma-Num pour la dissémination et la citation des données de la recherche.

Matinée présentée et animée par Véronique Ginouvès (USR 3125).

Séance 2 – Jeudi 3 décembre 2020 – Les thèse(s), entre littérature grise et données de la recherche, matinée présidée par Isabelle Gras (SCD AMU), avec Maïté Roux (ABES) et Caroline-Sophie Donati (SCD AMU), organisée en collaboration avec l’ED355 et le SCD AMU.

Les thèses appartiennent à une catégorie que le.la bibliothécaire nomme « littérature grise » et qui, avant l’ère numérique, étaient difficilement identifiées et consultables. Les nouveaux modes de diffusion sur internet ont profondément modifié les usages et leur repérage : les thèses soutenues et les thèses en cours sont désormais accessibles, avec ou sans le texte intégral, sur le site Theses.fr développé par l’ABES ; elle peuvent également être mises en ligne directement par leurs auteur.e.s. sur une archive ouverte comme HAL. Les thèses sont-elles ainsi toujours grises ? À l’heure de l’accès ouvert, quelles questions éthiques et juridiques se posent pour l’archivage et la valorisation en ligne des thèses ?  Au cours de cette matinée nous essaierons d’envisager avec les intervenant.e.s, les pratiques, les besoins et les perspectives de l’archivage et de la diffusion des thèses mais aussi des données de la recherche produites et rassemblées dans leur cadre.

Séance 3 – Jeudi 18 février 2021 – Les bibliothèques sont-elles des archives de chercheurs ? avec Jean-Charles Geslot (Université Versailles-Saint-Quentin), Nelly Sciardis (SCD Université Polytechnique Hauts-de-France), Agnès Sandras (Bibliothèque nationale de France), matinée présentée et animée par Emmanuelle Chapron (UMR TELEMMe).

Séance 4 – Vendredi 26 mars 2021 – Fédérer des ressources pour les études sur le monde arabe et musulman, programme en cours, séance coordonnée par Vanessa Guéno et Juliette Honvault (IREMAM)

Séance 5 – Jeudi 8 avril 2021 – Conserver et exploiter des archives de la recherche en partenariat (1) : les archives de l’archéologie, programme en cours, séance coordonnée par Stéphanie Delaguette (USR 3125). Attention la séance se tient l’après-midi exceptionnellement (14h-17h30).

Séance 6 – Jeudi 22 avril 2021 – Fédérer des ressources pour les études sur les mondes africains, programme en cours, séance coordonnée par Hervé Pennec et Simon Imbert-Vier (IMAF)

Séance 7 – Jeudi 20 mai  2021 – Archiver l’enseignement, programme en cours, séance coordonnée par Constance de Gourcy (LAMES) et Céline Regnard (Telemme).

Séance 8 – 17 juin 2021 – Conserver et exploiter des archives de la recherche en partenariat : le Mucem, les Anom, le GED du campus Condorcet, programme en cours, séance coordonnée par Aude Fanlo et Fabienne Tiran (Mucem).

Informations pratiques :

Horaires : 9h-13h, excepté la séance du 8 avril qui se tiendra de 14h à 17h30.

Lieu : lorsque les conditions sanitaires le permettront un présentiel sera organisé. Un lien vers une réunion avec l’outil zoom sera envoyé aux personnes inscrites.

Inscription obligatoire par courriel : veronique<dot>ginouves<at>univ-amu<dot>fr

Partenaires de l’organisation du séminaire :

Le séminaire est organisé en collaboration avec les unités de recherche, de la MMSH, le Service des archives et le Service commun de documentation d’AMU, ainsi qu’avec les institutions culturelles et de conservation (Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Archives nationales d’Outre- Mer, Mucem…).

Au sein de la MMSH : UMR 7303 Telemme (Emmanuelle Chapron, Céline Regnard UMR 7305), Lames (Pierre Fournier, Samuel Bordreuil, Constance de Gourcy), UMR 7307 Idemec !Benoit Fliche UMR 7310),  Iremam (Vanessa Guéno UMR 8171), IMAF (Hervé Pennec), USR 3125 MMSH (Véronique Ginouvès, Jean-Christophe Peyssard, Jean Mambré)

Autres partenaires : Ecole doctorale ED 355, Service commun de documentation d’AMU, Service des archives d’AMU,  Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, Mucem.

Le séminaire bénéficie d’un soutien de l’USR 3125, séminaires interlaboratoires de la MMSH.

Programme des conférences Histoire et civilisation du livre EPHE, 2020-2021

Mis en avant

Emmanuelle Chapron

La conférence a lieu le vendredi de 14h à 18h à la MSH, 54 boulevard Raspail, salle 26, un vendredi par mois.

Conformément aux recommandations de la direction de PSL et de l’EPHE, la conférence pourra faire l’objet d’une transmission vidéo synchrone à la demande des auditeurs vulnérables empêchés de fréquenter le site Raspail. Elle pourra également être entièrement dématérialisée si le contexte sanitaire l’impose (à suivre…).

Les cinq premières séances reprendront le dossier engagé dans les deux années précédentes, autour des archives dans les bibliothèques et de l’exploitation du registre des prêts des manuscrits de la Bibliothèque royale au 18e siècle.

30 octobre 2020. Introduction à la conférence 2020-2021. Y a-t-il des archives dans la bibliothèque ?

Présentation du programme de l’année.

13 novembre 2020. Les archives, « trésors » des bibliothèques.

11 décembre 2020. Archives et bibliothèques au XIXe siècle

15 janvier 2021. Le registre des prêts de la Bibliothèque royale

12 février 2021. Livres d’archive, livres de bibliothèque au Moyen Age

Dans la première partie de cette séance, le séminaire accueillera Donatella Nebbiai (CNRS-IRHT), pour une communication intitulée : Livres d’archive, livres de bibliothèque. Quelques considérations historiques et codicologiques.

Le développement de l’écrit en Occident à partir du 9e siècle en domaine latin intéresse aussi bien la production du livre que celle des documents de la pratique. Ces deux champs, livresque et documentaire, sont liés depuis la fin de l’Antiquité ; en témoigne la conception unitaire des activités de lecture et d’écriture des intellectuels chrétiens à cette époque. Largement attestés dans les sources, ces liens sont illustrés par une terminologie spécifique, qui étend au champ de la production du livre des concepts spécifiques aux documents, à leur élaboration et à leur usage.

De nombreux travaux ont souligné l’importance de cette terminologie intellectuelle, sans toutefois faire référence aux conditions historiques de son affirmation qui, à l’époque scolastique, voit l’émergence de l’auteur en tant que créateur et exécuteur matériel du texte écrit.  J’étudierai trois termes : originale, registrum et libellus. Ils vont nous aider à reconstituer le chemin qui, au cours du Moyen Age, a conduit à l’affirmation d’une nouvelle perception du texte en fonction de la forme même de l’objet livre dans lequel l’œuvre a été transmise.

Jean François Séguier, fiches préliminaires au catalogue de la bibliothèque du marquis d’Aubais (Bibl. Carré d’art, Nîmes, ms. 250)

Les quatre séances suivantes s’appuieront sur un corpus savant bien connu, la correspondance et les papiers de travail du savant nîmois Jean François Séguier (1703-1784), naturaliste et antiquaire qui a partagé sa vie entre Vérone et Nîmes. La correspondance et une partie des papiers (carnets de voyage, d’adresses et de visiteurs) ont été édités dans le cadre du projet Archives savantes des Lumières (www.seguier.org et www.seguier.hypotheses.org) et sont en cours de transfert vers les outils d’exposition de la TGIR Huma-Num. Cette opération est l’occasion de réinterroger le corpus à la lumière des travaux récents en histoire du livre et des milieux savants.

12 mars 2021. Histoire du livre et papiers savants (1) : La bibliothèque comme archive ?

Constituer une bibliothèque internationale au cœur du Languedoc : commerce et circulation du livre savant au 18e siècle.

Dans la 2e partie de la séance, Jonathan Barbier (chercheur associé à la BnF, membre du Laboratoire des sciences sociales du politique, coordinateur du projet BiblHis, https://biblhis.hypotheses.org/), présentera un état des lieux de la recherche sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens (XIXe-XXe siècles) ainsi que deux études de cas, autour des bibliothèques de Maurice Agulhon et Emmanuel Le Roy Ladurie. 

Présentation de l’intervention. Le service d’archives est-il le seul lieu de travail des historiennes et historiens ? Il est étonnant de constater que la littérature épistémologique fait rarement mention d’un autre lieu de travail emblématique pour les chercheur.e.s en histoire : la bibliothèque. Pourtant, elle est indispensable afin de saisir, dans son entièreté, les coulisses de l’écriture de l’histoire. Cet oubli est d’autant plus surprenant que les écrivains et les artistes se sont intéressés à la question de leur rapport aux bibliothèques depuis une vingtaine d’années. Dans une démarche historique et anthropologique, le groupe de recherche BIBLHIS, fondé en 2019, tente de rattraper ce retard en analysant  la constitution et la conservation des bibliothèques privées d’historiennes et d’historiens ainsi que les représentations de ces derniers dans leurs bibliothèques du XIXe au XXIe siècle. L’examen de ce « paysage de travail » permet aussi de réinterroger le statut de la bibliothèque : est-elle uniquement composée de rangées de livres ou est-elle, plus largement, un espace où se mêlent imprimés, objets (bibelots, tableaux, etc.) et…archives ? En effet, les notes manuscrites dans les ouvrages ; les lettres et fragments de cours insérés dans les livres ; les dédicaces des auteurs peuvent être appréhendés comme des documents d’archives donnant l’opportunité de comprendre l’évolution du travail historique durant l’époque contemporaine. Dans cette intervention, je reviendrai sur toutes ces problématiques en exposant les premiers résultats du groupe de recherche BIBLHIS. Je présenterai ensuite deux bibliothèques d’historiens qui ont fait l’objet de recherches récentes : les bibliothèques de Maurice Agulhon et d’Emmanuel Le Roy-Ladurie.

9 avril 2021. Histoire du livre et papiers savants (2) : Lire sans acheter : pratiques du prêt et de la copie. Cette séance – dont la thématique sera élargie – sera commune au séminaire d’Emilie d’Orgeix (DE EPHE).

7 mai 2021. Histoire du livre et papiers savants (3) : Les papiers des morts : outil de travail, meuble de bibliothèque et patrimoine érudit.

4 juin 2021. Histoire du livre et papiers savants (4) : Publier et lire l’érudition au 18e siècle.

Ces séances incluront des temps de présentation des travaux des étudiants en Master et Doctorat.

Colloque international « Archives en bibliothèques, XVIe-XXIe siècles ». Bilan des journées.

Les bibliothèques accueillent depuis longtemps des archives : papiers des officiers royaux à la Bibliothèque du Roi, dossiers de chercheurs dans les bibliothèques universitaires, manuscrits littéraires collectés par les bibliothèques municipales, archives propres des bibliothèques qui documentent leurs pratiques… Or, l’insertion d’archives dans les bibliothèques ne va pas de soi, tant les cultures professionnelles sont construites sur des oppositions apparemment indépassables : le fonds et la collection, la liasse et le codex, l’original et la copie, l’inventaire et le catalogue… Les pratiques des chercheurs sont amenées aussi à se modifier selon qu’ils consultent des archives dans les dépôts d’archives ou dans les bibliothèques.

C’est pour explorer cette dimension inédite des bibliothèques qu’a été organisé le colloque Archives en bibliothèques (XVIe-XXIe siècles) à la MMSH d’Aix-en-Provence les 14 et 15 novembre 2019. Ce colloque a constitué le dernier événement d’un cycle imaginé et coordonné par Emmanuelle Chapron (PR en histoire moderne, Aix-en-Provence). (Programme ici : https://archivbib.hypotheses.org/873)

Il est ressorti des 15 interventions du colloque une mise à distance du « grand partage » qui, à partir de la Révolution, attribue aux archives les documents de l’autorité et aux bibliothèques, les réécritures du passé et la création littéraire. A l’instar des réalités domestiques, où bibliothèques et archives familiales sont souvent mêlées, des équipements scientifiques ou culturels ont gardé l’habitude de ne pas distinguer archives et bibliothèques. Les producteurs, grands commis de l’Etat à l’âge moderne ou chercheurs des XIXe et XXe siècles, n’accordent aucun sens non plus à cette distinction. Les bibliothèques ont en outre une réelle capacité à attirer et absorber des archives, intentionnellement ou accidentellement. Les chercheurs, depuis le XIXe siècle, voient dans la bibliothèque un moyen de construire leur postérité, par le dépôt de leur documentation personnelle, imaginaire que les archives, au sens institutionnel du terme, ne véhiculent pas. On a ici affaire à une vision projetée de la bibliothèque par la société : connivences avec les notables, fantasmes d’élus, choix des pouvoirs centraux font de la bibliothèque un lieu d’archivage.

Pour autant, la distinction fonctionnelle entre archives et bibliothèques reste un prisme efficace d’analyse des pratiques des professionnels, depuis le XVIIIe siècle, pour comprendre comment les bibliothécaires appréhendent la matérialité de l’archive, la distinguent des fonds manuscrits, et créent un lien entre écriture/production et conservation. L’hybridation tient donc moins à la nature des documents qu’aux instrumentalisations politiques, scientifiques et culturelles auxquelles ils se prêtent. Cette hybridation (Andrea de Pasquale a parlé de « modèle amphibie ») repose sur l’intentionnalité d’une pérennité thématique, plutôt que typologique, au moment où les bibliothèques sont en passe de devenir des services sociaux plus que des lieux de transmission intellectuelle.

Fabienne Henryot (ENSSIB, Centre Gabriel Naudé)

Séminaire Archives de la recherche : du plan de gestion à la dissémination, la citation et le réusage des données, 29 octobre 2020, MMSH

Mis en avant

Le séminaire « Archives de chercheurs » vise à « faire émerger » la notion d’archives de la recherche au sein de la MMSH ; à dresser un état des lieux des archives présentes au sein des unités de recherche ; à encourager à l’étude de ces fonds en tant qu’objet de recherche interdisciplinaire en SHS ; à favoriser l’adoption des bonnes pratiques relatives aux archives en les appliquant à celles qui sont quotidiennement produites à la MMSH, tout au long de leur cycle de vie, en attirant l’attention tant sur les documents papier que sur les archives numériques ; à réfléchir à des procédures de collecte raisonnée et de conservation partagée de ces archives, aux outils de signalement et de valorisation.

Programme du jeudi 29 octobre, 9h-13h

Le plan de gestion de données, un outil pour l’archivage scientifique, Présentation de Sarah Cadorel, Inalco, Chargée de mission archives

Mis en place depuis 2014 dans le cadre de financements européens, le plan de gestion de données (PGD) est présenté comme un élément central de la mise en oeuvre du Plan national pour la Science ouverte, notamment pour les projets financés par l’Agence nationale de la recherche (ANR). Souvent vu comme une contrainte administrative de plus, venant alourdir les dossiers de demandes de financements, il représente néanmoins un précieux outil de gouvernance. Il permet en effet une vision globale des opérations de gestion des données tout au long de leur cycle de vie et doit permettre d’articuler les rôles de chaque acteur : producteur de données, financeur, éditeur, conservateur des données, garant juridique, tutelle, etc. Du point de vue de l’archivage, la mise en place de ces plans incite à anticiper la conservation des données puisque six mois après le début du projet, cette question y est abordée. Cela représente un changement important dans la posture adoptée pour la préservation, désormais active et non plus seulement en attente d’un état résiduel qui serait seulement « ce qu’il reste quelques années plus tard ». En outre, l’importance accordée à la Science ouverte depuis 2018 confère à ces plans de gestion de données une valeur hautement politique pour les établissements. Ces différents questionnements, liés à l’utilisation des DMP pour la mise en place d’une politique d’archivage scientifique dans les établissements, sont l’objet de cette intervention. 

Les outils de la TGIR Huma-Num pour la dissémination et la citation des données de la recherche, Présentation de Stéphane Pouyllau, TGIR Huma-Num, Ingénieur CNRS

Huma-Num est une très grande infrastructure de recherche (TGIR) visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales ouverte à l’ensemble des programmes de recherche de l’enseignement supérieur et de la recherche (UMR, UMS, EA, etc.). Elle développe en particulier un dispositif technologique permettant le traitement, la conservation, l’accès et l’interopérabilité des données de la recherche s’appuyant sur des services numériques dédiés, une plateforme d’accès unifié (ISIDORE) et une procédure d’archivage à long terme. Dans cette intervention, Stéphane Pouyllau présentera spécifiquement les outils mis en œuvre par la TGIR pour offrir un environnement unifié d’accès aux données et de leur citation à travers le moteur académique Isidore, facilitant ainsi leur réusage à travers plusieurs points d’accès. À travers cette démonstration, l’intervention sera également l’occasion de rappeler la nécessité de suivre les principes du FAIR pour la diffusion des données de la recherche [https://www.ouvrirlascience.fr/fair-principles] et leur réusage.

Les deux interventions de 45 minutes, introduites par Emmanuelle Chapron (UMR TELEMMe) et Véronique Ginouvès (USR3125), seront suivies de discussions avec les participants.

Responsables scientifiques du séminaire : Emmanuelle Chapron (Telemme) et Véronique Ginouvès (USR 3125)

Contact pour information : Véronique Ginouvès veronique.ginouves<at>univ-amu<dot>fr, pour toute information pratique Nacira Abrous : abrous@mmsh.univ-aix.fr

Crédits photographiques : Stuart Strachan, Senior Archivist, National Archives of New Zeland, examines files from the Prime Minister’s Department (1980), cote  ARCH 458 1 / f AR1/8, Licence CC-BY

 

Archives en bibliothèques (XVIe-XXIe siècles)

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence, 14-15 novembre 2019

Programme Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques », Aix-Marseille Université

UMR 7303 Telemme (AMU-CNRS)

École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques

Centre Gabriel Naudé

Jeudi 14 novembre, 14h-18h, salle Duby

Emmanuelle Chapron (AMU), Fabienne Henryot (ENSSIB), Introduction

Pierre Chastang (UVSQ) et Pauline Lemaigre-Gaffier (UVSQ), Archives et bibliothèques du XIIe au XVIIe siècle

Session 1. Travailler, administrer, se présenter en archives

Présidence : Jean Boutier (EHESS)

Anne Ritz-Guilbert (École du Louvre), La collection de François-Roger de Gaignières (1642-1715)

Maxime Martignon (Université Paris Nanterre), Pierre Clairambault en archiviste de la Marine : propositions pour une lecture réflexive du fonds Clairambault de la BnF

Sihem Kchaou (Université de la Manouba), Les manuscrits des Harlay : des greniers de Grosbois au site Richelieu

Isabelle Laboulais (Université de Strasbourg), Publication manuscrite et fabrication de la réputation : les écrits d’Antoine Grimoald Monnet (1734-1817) déposés à la bibliothèque de l’Ecole des mines de Paris

Camille Caparos (AMU), Femmes, archives familiales et bibliothèques (Provence et Avignon, XVIIIe siècle) Continuer la lecture

Yémen – archives de la recherche

Portrait de Claudie Fayein (médiathèque MMSH)

Le jeudi 27 juin, le programme « Archives en bibliothèques » a accueilli une journée d’études « Yémen – Archives de la recherche en SHS » dont le thème avait été proposé par Evelyne Disdier, responsable de l’iconothèque et archives à la médiathèque de la MMSH.

La médiathèque conserve en effet plusieurs fonds de chercheurs qui documentent la tradition française de la recherche anthropologique depuis les années 1950. Continuer la lecture

Yémen – archives de la recherche

Depuis quelques années, la médiathèque de la MMSH reçoit des ensembles de documents concernant le Yémen, produits ou rassemblés par des chercheurs en sciences humaines et sociales ou par des journalistes qui se sont intéressés à cette région : carnets de terrains, photographies, enregistrements sonores, archives politiques… En croisant le point de vue des bibliothécaires et des chercheurs, cette journée se propose de faire connaître ces fonds et d’ouvrir des pistes de valorisation et de collaboration en s’appuyant sur d’autres expériences, en France ou à l’étranger.

Carnet, Fonds Claudie Fayein, MMSH.

Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques » – UMR 7303 Telemme

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme – USR 3125 (AMU-CNRS)

Jeudi 27 juin, 9h30-17h, salle Duby.

Organisation : Emmanuelle Chapron (Telemme/MMSH), Olivier Dubois (USR 3125), Juliette Honvault (Iremam)

Matin (9h30-12h): des fonds d’archives pour la recherche

 

Emmanuelle Chapron (Telemme/MMSH). Accueil

 

Etat des lieux

9h40. Eric Vallet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Orient & Méditerranée),
Mohammed Tawaf (Centre national des archives du Yémen, Ecole nationale des Chartes). Les archives du Yémen dans la guerre, un bilan

10h10. Evelyne Disdier, Hélène Giudicissi, Hassan Moukhlisse (médiathèque, MMSH). Les archives de chercheurs sur le Yémen à la MMSH : phonothèque, archives, iconothèque.

10h30 Pause

10h45 Focus

  • Michel Tuchscherer (IREMAM). Le fonds Claudie Fayein.
  • Paul Bonnenfant (IREMAM). Le fonds photographique Paul Bonnenfant sur le Yémen à l’IREMAM
  • Jean Lambert (Muséum national d’histoire naturelle), Fatima al-Baydani. Les archives de la littérature orale féminine du Yémen à Aix en Provence : stratégies de documentation du son, de l’image et de la video.
  • Juliette Honvault (Iremam). Le fonds Ahmad Muhammad Nu’mân.

 

Après-midi (13h30-17h) : perspectives et instruments de valorisation

 

Nouveaux chantiers

13h30. Franck Mermier (CNRS, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux). Documenter la littérature yéménite contemporaine.

14h. Juliette Honvault (Iremam). Les archives photographiques du Yémen au XXe siècle : présentation d’un réseau yéménite sur internet

Outils et perspectives de valorisation

14h30. Hassan Moukhlisse, Abdelmajid Arrif (MMSH). Des archives connectées : dialogue sous terrains.

15h. Pause

15h15. Abbès Zouache (directeur du CEFAS USR 3141), Perspectives scientifiques et institutionnelles.

15h45. Table ronde : quels autres fonds, quelles opérations, quels partenariats possibles ?

16h30. Franck Mermier. Synthèse de la table ronde.

Colloque – Archives en bibliothèques (XVIe-XXIe siècle) – appel à contribution

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme,

Aix-en-Provence, 14-15 novembre 2019

 

Programme Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques », Aix-Marseille Université

UMR 7303 Telemme (AMU-CNRS)

École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques

Centre Gabriel Naudé

 

Depuis les débuts de l’époque moderne, on trouve beaucoup de non-livres dans les bibliothèques, et en particulier des ensembles de papiers que l’on peut considérer comme des archives, parce qu’ils ont été rassemblés dans le cadre des activités ordinaires, savantes ou professionnelles, d’un individu ou d’une institution. L’étude de ces « papiers entre les livres » permet d’éclairer d’une manière nouvelle ce qui lie archives et bibliothèques, en mettant à distance le récit du « grand partage » des fonctions et des fonds documentaires entre les deux types d’institutions, hérité du XIXe siècle.

Le premier aspect de la réflexion concerne la manière dont ces ensembles ont été constitués, organisés et conservés du vivant de leur producteur. De l’humanisme tardif au collectionnisme du XIXe siècle, les pratiques intellectuelles et matérielles de la collecte, de la copie, du rangement, du classement et de l’inventaire se sont lentement transformées ; l’invention du fichier au tournant du XIXe siècle, puis de la photocopieuse, ont introduit des ruptures plus nettes dans l’allure des archives savantes. Le regard devra porter sur les formes de « mise en archive » opérées par les savants ou les administrateurs pour soustraire ces papiers au quotidien des activités, permettre leur mobilisation en cas de besoin ou leur conservation pérenne. On devra aussi s’intéresser aux relations entre ces ensembles de papier et la bibliothèque des livres, à partir des manipulations dont ils font l’objet, ou de la disposition matérielle des lieux et du mobilier. Le livre est lui-même un objet-frontière entre l’archive et la bibliothèque : on pense aux phénomènes d’incorporation de l’archive au manuscrit médiéval, à la confection des registres, ou aux livres parfois abondamment annotés ou interfoliés.

Le second aspect renvoie à la manière dont ces ensembles ont été traités à la mort de leur producteur. Dans les testaments, la transmission des papiers est souvent pensée indépendamment de celle des livres. Dès l’époque moderne, la question de leur devenir a été l’occasion de réfléchir aux fonctions respectives des dépôts d’archives et des bibliothèques « centrales » des États. On considèrera la manière dont les bibliothèques ont accueilli ces ensembles, les ont traités et éventuellement dissociés en fonction de critères extérieurs à la logique du recueil (séparation des pièces imprimées et manuscrites, des pièces authentiques et des copies), dont elles les ont catalogués et communiqués aux lecteurs. Il s’agit de se demander comment les bibliothèques pensent (ou ne pensent pas) ces archives comme telles, à l’intérieur d’un cadre politique ou réglementaire qui fixe progressivement les prérogatives des uns et des autres. La terminologie employée pour les désigner n’est pas indifférente : appelés « recueils » à l’époque moderne, « collections » au xixe siècle, ces ensembles sont aujourd’hui souvent désignés comme des « fonds particuliers » ou des « archives ». Il faudra aussi mesurer l’incidence qu’a pu avoir la mise en place de deux professions distinctes, de bibliothécaire et d’archiviste, sur l’appréciation de ces fonds documentaires.

Enfin, le troisième aspect intéresse les usages auxquels se prêtent ces fonds : usages historiens, mais aussi probatoires ou administratifs. Il pose la question du statut intellectuel et juridique des documents conservés hors des dépôts d’actes institués par la puissance publique, alors qu’ils en ont parfois été extraits.

Le colloque envisage donc l’histoire des relations entre archives et bibliothèques du point de vue du rôle para- ou quasi-archivistique joué par les bibliothèques sur le long terme, de la fin du Moyen Âge à nos jours. Il invite à ouvrir la réflexion vers d’autres types d’institutions qui gardent des archives au milieu d’artéfacts jugés dignes d’être conservés, cabinets et trésors, bureaux, musées ou maisons d’écrivains. Il vise à mettre à l’épreuve le schéma français en le confrontant à d’autres réalités européennes. Il s’interroge enfin sur la manière dont les mutations récentes, le développement des infrastructures numériques et des exigences d’interopérabilité des langages de description des documents écrits, ont permis de repenser le statut de ces papiers et de dépasser certains clivages.

Organisation : Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université), Véronique Ginouvès (MMSH), Fabienne Henryot (ENSSIB).

 

Comité scientifique : Jean-François Bert (Université de Lausanne), Pierre Chastang (UVSQ), Maria Pia Donato (CNRS-IHMC), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Yann Potin (Archives nationales-Université Paris-Nord-CERAL)

 

Date limite de soumission des propositions : 1er juin 2019

 

Les propositions (1 page), accompagnées d’un court CV, doivent être adressées à Emmanuelle Chapron (emmanuelle.chapron@univ-amu.fr) et Fabienne Henryot (fabienne.henryot@enssib.fr).

Les frais de transport et de séjour des participants seront pris en charge. Une publication des actes est prévue sous la forme d’un volume collectif.

Télécharger l’AAC ici : AAC Archives en bibliothèques

Regardez-moi dans les papiers

Dans mon mémoire d’ego-histoire, Travailler avec les livres, XVIIIe-XXIe siècle, j’avais tenté un auto-portrait en forme de bibliothèque. Je voudrais décaler l’exercice vers les papiers, vers ce qu’ils disent non seulement de mes manières de travailler, mais aussi de m’archiver, plus ou moins consciemment. Non que mon cas soit particulièrement intéressant : mais cette réflexivité participe de l’attention portée depuis deux décennies aux archives des chercheurs et au sort qu’elles peuvent connaître en régime numérique.

 

. Continuer la lecture

Archives en bibliothèques : les Richesses des bibliothèques provinciales (1932)

En 1932, la parution des Richesses des bibliothèques provinciales de France marque un jalon important dans la tradition des guides illustrés des trésors des bibliothèques françaises. Rédigés avec le concours des bibliothécaires, les deux volumes rassemblent une série de notices qui retracent brièvement l’histoire et recensent les principales collections, œuvres d’art, manuscrits, imprimés rares, belles reliures, dessins et gravures, collections de monnaies et médailles, fonds locaux et spécialités des bibliothèques provinciales françaises[1]. L’architecte de l’entreprise, Pol Neveux, a été inspecteur général des bibliothèques entre 1902 et 1935 ; c’est aussi l’un des artisans de la loi du 20 juillet 1931 qui, l’année précédente, avait organisé les bibliothèques municipales en trois catégories, dont la première est celle des bibliothèques classées[2].

Dans sa volonté d’embrasser la diversité des « trésors » des bibliothèques, l’ouvrage constitue un instrument de repérage commode des « archives en bibliothèques », dont on peut distinguer trois types : les bibliothèques utilisées comme lieu de conservation des archives municipales ; les pièces d’archives conservées dans les fonds anciens des bibliothèques, souvent à l’intérieur de fonds érudits des XVIIIe-XIXe siècles ; des archives individuelles, de savants ou d’écrivains. Continuer la lecture

Papiers Séguier – Nîmes

Une partie importante du fonds ancien, manuscrit et imprimé, de la bibliothèque municipale Carré d’Art de Nîmes, provient du legs du savant Jean-François Séguier (1703-1784), botaniste et antiquaire. L’ensemble fournit un observatoire très riche des façons de faire des savants du XVIIIe siècle, ainsi que des pratiques bibliothécaires du XIXe siècle.

« Le chaos de mes papiers »

Hôtel Séguier, Nîmes, vue du jardin (crédits photographiques François Pugnière)

Après vingt ans passés à Vérone auprès du marquis Maffei, Séguier rentre à Nîmes en 1756. En 1772, il installe ses livres et ses collections de fossiles, de médailles et d’inscriptions antiques, dans une maison avec jardin qu’il a commencé à faire construire quelques années plus tôt, hors les murs de la vieille ville. La bibliothèque, les collections de manuscrits, de gravures, de cartes et de plans sont placées dans une des quatre pièces du rez-de-chaussée, « d’une douzaine de pieds en carré », d’après le témoignage du voyageur Joseph Raby[1]. C’est à cette époque que l’ensemble se stabilise et que l’on peut observer les pratiques d’archivage de Séguier. Continuer la lecture

Archives en bibliothèques

« Archives en bibliothèques » s’intéresse à ce qui, dans les bibliothèques, n’est pas du livre – mais des boîtes, des cartons, des pochettes contenant des lettres, des notes, des carnets, des manuscrits, des agendas, parfois des photographies, tout un matériel qui trouve sa cohérence dans l’activité de l’individu ou de la famille qui les a rassemblés, et qui constitue, à proprement parler, des « archives ». Ces « fonds » sont nombreux dans nos bibliothèques, particulièrement à la Bibliothèque nationale, mais aussi dans les bibliothèques des grands établissements, les bibliothèques municipales et les bibliothèques des laboratoires de recherche, qui accueillent – de plus en plus – les archives données ou léguées par les chercheurs.

Continuer la lecture