Contrat post-doctoral ANR “Bibliothèques publiques dans la France des Lumières”

Informations générales

  • Localisation du poste : Lyon (+ mobilité)
  • Nom du responsable scientifique : Fabienne Henryot
  • Type de contrat : CDD
  • Durée du contrat : 12 mois renouvelable une fois
  • Date de début du contrat : 1er septembre 2024
  • Quotité de travail : Temps complet
  • Rémunération : 2900 à 3200 brut mensuel selon expérience
  • Laboratoire de rattachement : Institut d’histoire des représentations et des idées dans la modernité (IHRIM – UMR 5317)

Description du projet

Le projet ANR BIPULUM envisage le vaste mouvement de fondations de bibliothèques publiques en France au XVIIIe siècle dans une perspective d’histoire urbaine, d’histoire politique et d’histoire des pratiques culturelles, pour comprendre comment émerge, dès avant la Révolution, l’idée – et la pratique – de la bibliothèque comme service public. Il s’agit d’éclairer un angle mort de l’historiographie des Lumières en tenant compte de l’ampleur du phénomène (au moins 60 bibliothèques publiques sont ouvertes en France avant la Révolution) et en adoptant une démarche comparative pour comprendre trois aspects importants :

1) Le moment de la fondation envisagé comme un objet politique. La dévolution au public est le moment où s’expriment des mythologies, des convictions et des valeurs dont certaines se rattachent à la mouvance des Lumières (les bénéfices de la lecture et de l’éducation, l’utilité publique…). On peut y observer les dynamiques d’une « politisation ordinaire » puisqu’elle met en jeu la définition d’un public et d’un bien commun à entretenir par un effort financier collectif.

2) La manière dont s’élabore et s’éprouve au quotidien ce que peut ou devrait être un « service public », à une époque où s’impose, sinon le syntagme, du moins son idée, en observant ses aspects les plus matériels : horaires, configuration des espaces (en particulier de la salle de lecture), modalités matérielles et intellectuelles d’accès aux ressources, profil et qualification du bibliothécaire etc.

3) Le public, traditionnellement grand oublié de l’histoire des bibliothèques, doit faire l’objet d’une attention particulière ; débusquer la trace des lecteurs et lectrices, leurs attentes implicites, imaginées ou fantasmées par les bibliothécaires, les dispositifs matériels mis en place en réponse à ces besoins.

Le projet doit donner lieu à un répertoire des institutions publiques de lecture de l’Ancien Régime, avec publication des principales sources qui documentent chacune d’elles. La contribution du ou de la post-doctorant.e est attendue sur l’identification des sources relatives à certaines de ces fondations (conservées en archives municipales et départementales et dans les fonds manuscrits et imprimés des actuelles bibliothèques municipales), le dépouillement de celles-ci et la rédaction des notices pour une quinzaine de bibliothèques actives au XVIIIe siècle, principalement dans la partie nord de la France.

Activités

Après une phase de mise en place d’une méthodologie et du périmètre de recherche envisagé durant ce contrat, la personne recrutée sera amenée à recueillir et analyser des données archivistiques, à participer aux travaux de pilotage du projet, et enfin à valoriser ses recherches par les canaux propres au projet ou par d’autres moyens.

– Archives

  • Recherches de documentation concernant la fondation et le fonctionnement des bibliothèques publiques françaises avant 1789, soit spécifique à certaines fondations (règlements, catalogues, prosopographie des bibliothécaires, recherche de témoignages sur les usages et la fréquentation de ces équipements culturels à l’époque moderne, collation avec les collections subsistantes dans les dépôts actuels).
  • Analyses d’études de cas : les espaces confiés à la personne recrutées seront, principalement, la région Hauts-de-France, la région Normandie et Paris.

– Animation de la recherche

  • Participation aux réunions du projet
  • Co-organisation d’une des journées d’études prévues au calendrier du projet
  • Contributions au carnet Hypothèses du projet
  • Association à la direction d’un ou plusieurs mémoires de master 1 et 2 à l’Enssib (Lyon)

Contexte de travail

Le/la post-doctorant.e sera recruté.e par l’Université Lumière Lyon 2 pour une durée de 12 mois renouvelable une fois. Ce contrat post-doctoral s’insère dans la mise en oeuvre du projet BIPULUM (« Bibliothèques publiques dans la France des Lumières ») soutenu par l’ANR (23-CE27-0012, 2024-2028). Ce projet est porté par l’UMR 7303 TELEMMe (Aix-Marseille Université, CNRS), en partenariat avec l’Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans la Modernité (UMR 5317, Université de Lyon), le Centre Jean Mabillon (École nationale des chartes) et la Bibliothèque nationale de France.

Conditions

  • Être titulaire d’un doctorat en histoire – de préférence en histoire culturelle du XVIIIe siècle
  • Être familier de la recherche en archives et en bibliothèque, des problématiques et des outils de l’histoire des bibliothèques.
  • Être mobile (déplacements fréquents à prévoir à Paris, les régions Hauts-de-France et Normandie, financés par le projet)

Modalités de candidature

  • CV
  • Lettre de motivation (2 pages max) expliquant brièvement, le parcours et son adéquation avec le poste, le cadre d’analyse envisagé et la méthodologie proposée pour répondre à la question de recherche.
  • Copie du diplôme de doctorat ou attestation de réussite
  • Extrait de la thèse et/ou une publication significative

Envoi des candidatures à Fabienne Henryot et Emmanuelle Chapron avant le 15 juin 2024 minuit (fabienne.henryot@enssib.fr / emmanuelle.chapron@univ-amu.fr)

Calendrier

  • 15/04/2024 : publication de l’appel à candidature.
  • 15/06/2024 : date limite réception des candidatures.
  • 20/06/2024 : admissibilité
  • Entre le 25 et le 30 juin : auditions (en visioconférence)

Le comité de sélection sera composé d’Emmanuelle Chapron (PU, AMU, Telemme), Fabienne Henryot (MCF HDR, ENSSIB, IHRIM), Myrtille Méricam-Bourdet (MCF HDR, Lyon 2, IHRIM).

Les bibliothèques publiques de Bretagne (1) : Brest

La Bretagne a compté, au XVIIIe siècle, trois bibliothèques publiques, à Nantes (1754), Brest (1771) et Rennes (1787). La province est relativement plus pauvre que d’autres en la matière et surtout, les initiatives viennent moins d’individus que de corps déjà constitués, le corps de ville à Nantes, l’Académie de marine à Brest et la corporation des avocats à Rennes.

L’Académie royale de marine de Brest est fondée en 1752. Le premier règlement prévoit de consacrer une petite salle au « dépôt des livres, registres et mémoires », une autre étant réservée aux « modèles, machines & instrumens » [Règlement 1752, art. 29]. La compagnie est-elle si bien installée ? On peut en douter : un projet de règlement rédigé en 1775 évoque un environnement désagréable, étroit et bruyant, et demande que l’on attribue à l’académie « un autre logement composé de plusieurs salles et appartements pour ses assemblées, sa bibliothèque et ses cabinets ».

Mr de Sartines a vu dans son séjour à Brest combien le logement de l’Académie étoit désagréable, par son peu d’étendue, son obscurité, le bruit inséparable du voisinage d’un bassin. Il a si bien senti la nécessité d’un bâtiment, qu’il a eu la bonté d’assurer l’Académie qu’il en ferait plutôt bâtir un tout exprès, s’il ne s’en trouvait pas dans le port. [AN, Marine, G 93, fol. 69]

L’Académie doit en attendant se réunir « dans la salle ordinaire ». Elle reçoit une seconde salle en 1777, qu’elle consacre aux modèles [Doneaud du Plan 1878, IV, p. 82].

Le règlement précise que la dotation annuelle (fixée à l’origine à 6000 l.) devra être en partie affectée à l’accroissement de la bibliothèque. Durant la première période de l’Académie, des achats sont faits à Paris par l’intermédiaire de l’académicien Lefebvre, secrétaire de la Bibliothèque royale, qui parviennent à Brest en 1753, 1756 et, avec retard, en 1764, pour une dépense totale de plus de 6000 l. Après l’interruption du financement et de l’activité académique pendant les années de la guerre de Sept ans, l’Académie refondée en 1769 engage une politique raisonnée de mise à jour de ses collections. Les achats sont décidés en assemblée ou à partir de listes dressées par les académiciens. Aux libraires parisiens Delatour et Durand, approchés par l’Académie pour les fournitures de ouvrages étrangers, se substitue le brestois Malassis, leur correspondant, qui devient l’interlocuteur privilégié de l’académie. Les achats, qui atteignent plus de 3000 l. par an dans les années 1785-1787, se font également dans les ventes aux enchères, auprès des officiers à l’étranger, auprès des correspondants académiques et, ponctuellement, de libraires parisiens. La collection compte 1018 ouvrages en 1781, mais 1888 en 1788, ce qui représente un rythme d’acquisitions exponentiel, de plus de 125 titres par an en moyenne, contre 35 dans la période précédente [Catalogue 1781].

Les registres académiques témoignent également, tout au long de la période, de l’importance des dons individuels, auxquels encourage d’ailleurs le règlement, prévoyant qu’« il sera fait mention sur les registres de l’Académie, de ceux qui auront ainsi augmenté ses collections » – ce qui ne sera systématiquement demandé aux membres de l’Académie des sciences de Paris, avec un succès inégal, que dans les années 1780 [Règlement 1752, art. 32 ; Règlement 1769 ; Donneaud du Plan].

Or l’Académie est l’émanation de milieux professionnels pour lesquels le rapport à la culture livresque est, au XVIIIe siècle encore, l’objet de représentations conflictuelles. En 1762, le commandant de la marine à Brest note qu’« on ne s’est guerre jamais piqué de connoissances dans la Marinne, et elles y ont même presque toujours été tournées en ridicule. Je vois bien icy [à Brest] 150 traitteurs ou cabaretiers qui ont tous fait fortune, il n’y avoit qu’un seul libraire et qui a fait banqueroutte ». La notation est polémique, mais certains esprits chagrins ont, de fait, rapporté les malheurs maritimes de la guerre de Sept Ans à la prolifération des « officiers savants ». [AN, Marine, G 93, fol. 22, Aimar Joseph de Roquefeuil à non identifié, Brest, 3 décembre 1762 ; Vergé-Franceschi 1991, p. 233] À l’inverse, l’Académie s’est donné comme propos de promouvoir les connaissances les plus théoriques, pour soutenir les pratiques maritimes qui ne seraient sans elles qu’un « tâtonnement aveugle », selon les termes du discours inaugural de Bigot de Morogues [Henwood p. 128 ; Mémoires 1773, p. iv-v].

L’ouverture au public de la bibliothèque est effective en 1771 et devient quotidienne en 1775 [SHD, Académie de marine de Brest, 90, fol. 20, Projet de règlement pour l’entrée de la bibliothèque de l’Académie ; 108, fasc. 2, Extrait des registres de l’Académie royale de marine pour servir de règlement à la bibliothèque (Brest, 5 octobre 1771)]. Cette ouverture s’inscrit dans une véritable « mystique de la publicité » que l’on retrouve en 1773 dans la préface des Mémoires de l’Académie royale de Marine, et en 1783 dans la notice de l’Encyclopédie méthodique, rédigée par un académicien :

Chacun sentait combien il deviendrait utile de rendre promptement la bibliothèque publique, dans un département où tant de personnes ont besoin de secours sur toutes les parties de l’art nautique, & sur ceux qui y ont rapport, comme la médecine, la chirurgie, la physique, les mathématiques, la botanique, &c. et d’une foule d’arts, qui concourent à la perfection de ceux de la marine.

Il fallait des soins, des recherches pour compléter cette bibliothèque si variée, avec choix et sans trop multiplier les dépenses ; on s’y livra avec ardeur. On fit des règlemens en vertu desquels ce dépôt, déjà si considérable, augmente tous les jours ; on en fit pour la police de la bibliothèque rendue publique, & elle fut ouverte, pour la première fois, le 14 octobre 1771. On y reçoit non seulement toutes les personnes de la marine ou attachées à la marine, qui, par leur éducation, sont en état de consulter des livres, mais encore tous les officiers de la garnison & toutes les autres personnes de Brest, qui seroient admises à Paris aux bibliothèques publiques ; elle n’a jamais manqué d’être fréquentée. [Encyclopédie 1783, p. 12]

La publication du catalogue de la bibliothèque, en 1781, est un autre investissement qui complète l’ouverture au public et consolide la cohérence d’une « science marine » émergée d’un ensemble de savoirs pluridisciplinaires. Cet effort d’ouverture rappelle celui d’autres académies de province qui, à La Rochelle ou à Bordeaux, forment une ressource culturelle importante au niveau local. Mais il est sans doute d’autant plus nécessaire que l’académie brestoise, au contraire des autres, est enfermée dans un arsenal, qu’elle forme un isolat dans une ville au niveau culturel faible et qu’elle ne tient pas de séances publiques. Rappelons que Jean Quéniart compte, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle,moins de 10 % d’inventaires après décès brestois mentionnant des livres à Brest [Quéniart 1977, II, p. 562, 948]. Il reste toutefois à cerner les lecteurs et les usages de cette bibliothèque.

La bibliothèque de l’Académie de marine est un objet important. Elle occupe un rôle stratégique dans la mission que se donnent l’institution de promouvoir les savoirs scientifiques dans un milieu socio-professionnel relativement mal doté en ressources livresques. Elle rend également compte d’évolutions de longue haleine, qui touchent aux usages matériels et intellectuels de l’écrit dans les professions « de terrain », et dont témoignent au même moment d’autres formes de bibliothèques de travail.

Sources manuscrites

Service Historique de la Défense, fonds de l’Académie royale de marine de Brest

90, fol. 20, Projet de règlement pour l’entrée de la bibliotèque de l’Académie 

108, fasc. 2, Extrait des registres de l’Académie royale de marine pour servir de règlement à la bibliothèque (Brest, 5 octobre 1771).

Sources imprimées

Catalogue des livres de la bibliothèque de l’Académie royale de marine, fait en 1781, Brest, Malassis, 1781. [BnF Q-9496]

Encyclopédie méthodique. Marine, Paris, Panckoucke, 1783, 3 vol., I, p. 12.

Mémoires de l’Académie royale de marine, Brest, Malassis, 1773.

Règlement pour l’établissement d’une Académie de Marine, au port de Brest, Paris, Imprimerie royale, 1752. [BnF F-5029(5)]

Bibliographie

Chapron Emmanuelle, « Tools for Science. Libraries in Scientific Institutions in Eigteenth-Century France and Italy », Nuncius, 33, 2018, p. 236-264.

Charon Annie, Thierry Claerr, François Moureau éd., Le livre maritime au siècle des Lumières. Édition et diffusion des connaissances maritimes (1750-1850), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2005.

Doneaud du Plan Alfred, Histoire de l’Académie de Marine, Paris, Berger-Levrault, 1878-1882.

Henwood Philippe, « L’Académie de Marine à Brest au xviiie siècle », dans La mer au siècle des Encyclopédies, éd. Jean Balcou, Paris, Champion – Genève, Slatkine, 1987, p. 125-134

Le Page Rémy, « La bibliothèque de l’Académie de Marine », dans La mer au siècle des Encyclopédies, éd. Jean Balcou, Paris, Champion – Genève, Slatkine, 1987.

Quéniart Jean, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, thèse, Université Lille-III, 1977, 2 vol.

Vergé-Franceschi Michel, Marine et éducation sous l’Ancien Régime, Paris, Éditions du CNRS, 1991.

Les généralités de Tours, Bourges, Moulins et Limoges. Une diagonale du vide ?

Au sud de la généralité d’Orléans, entre celles de Poitiers à l’ouest et de Riom à l’est, les anciennes généralités de Tours, de Bourges, de Moulins et de Limoges forment sur notre carte comme une grande diagonale du vide.

Les généralités de Tours, Bourges, Moulins et Limoges paraissent, en l’état de nos recherches, dépourvues de bibliothèques publiques.

Cette situation interroge l’historien. Comment comprendre l’absence de velléités de bibliothèques publiques dans des villes importantes comme Tours, Le Mans ou Angers dans la généralité de Tours, à Bourges, Limoges ou Moulins, au regard des facteurs qui, ailleurs, ont favorisé le développement de ce type de projet (présence d’un parlement, d’un siège épiscopal, d’une université) ? De quel côté chercher pour retrouver la trace éventuelle de projets qui n’auraient pas été portés à leur terme ?

D’un côté, il est tout à fait possible que des projets aient été amorcés, puis abandonnés dans ces villes et que la mémoire en ait été perdue. De l’autre, on peut penser que les structures existantes ont suffi à l’usage des lecteurs urbains.  

Le cas d’Angers peut servir à nourrir la réflexion. La ville ne manque pas de grandes bibliothèques, celles de la faculté de théologie (celle de l’université a disparu à la fin du XVIIe siècle) et du collège oratorien, des abbayes et des communautés ecclésiastiques, dont la base des anciens possesseurs développée par la bibliothèque municipale d’Angers sur le site commulysse permet d’avoir un bon aperçu. A la fin du 17e siècle, la fondation d’une Académie royale des belles-lettres (1685) semble ouvrir la voie à celle d’une bibliothèque publique. En 1690, Nicolas Pétrineau des Noulis, échevin perpétuel d’Angers et directeur de l’Académie, propose d’organiser une bibliothèque publique: il y contribuerait personnellement pour 200 pistoles en argent et en livres,à condition d’y résider avec le titre de bibliothécaire. En 1691, l’échevinage décide l’établissement de rayons et tablettes dans la salle de l’Académie, espérant “qu’il se formera par ce moyen une bibliothèque publique” [AM, BB 72]. Les procès-verbaux des séances académiques montrent la poursuite du projet, à bas bruit, dans les années qui suivent: en 1696, les académiciens s’opposent à l’échevinage qui veut faire construire une buanderie dans le jardin de l’hôtel de ville, en invoquant le projet de bibliothèque publique et les dons déjà rassemblés à cet effet.

Bien lancé, le projet semble finalement rester sans suite. Au 18e siècle, il y a à Angers de petites “sociétés” dont certaines peuvent être abonnées aux nouvelles, et le cabinet de lecture proposé par le libraire Mame. L’Académie s’efforce, dans la seconde moitié du siècle, de mettre en place une bibliothèque académique digne de ce nom en s’abonnant aux journaux et en rassemblant les ouvrages de ses membres. Enfin, l’échevinage établit en 1764 une bibliothèque à l’usage de ses membres [AM, BB 121, fol. 76]. Cela a-t-il suffi à contenter les lecteurs angevins, alors que la bibliothèque publique est devenue, au 18e siècle, un élément attendu de l’équipement urbain ?

Mes remerciements à Marc-Édouard Gautier, directeur de la bibliothèque municipale classée d’Angers, à Sophie Renaudin, responsable des collections patrimoniales. Cet billet doit tout son contenu à Jacques Maillard et Jean-Pierre Bois, que je remercie pour ces éléments sur l’histoire angevine et le signalement des sources.

Bibliographie

Jean-Pierre Bois, L’Académie royale des belles-lettres d’Angers, 1685-1793, Saint-Léger éditions, 2021.

Jacques Maillard, Histoire de l’Anjou, t. 3. L’Ancien Régime et la Révolution en Anjou, Paris, Picard, 2011.

Jean-Luc Marais, “La sociabilité des élites fut-elle brisée par la Révolution ? Angers, 1764-1854”, Pour une histoire sociale des villes. Mélanges offerts à Jacques Maillard, Rennes, 2006, p. 323-338.

Les généralités d’Amiens et de Soissons

 

Les généralités d’Amiens et de Soissons, et encore plus l’Artois et la Flandre française, sont parmi les espaces les plus densément pourvus en bibliothèques publiques.

Abbeville : un fort investissement social (1685 et 1718)

Dans la généralité d’Amiens, le cas de la bibliothèque publique d’Abbeville est le mieux connu (même si la bibliographie, ancienne, devrait être reprise pour préciser les sources).

Le premier legs est celui du prêtre, chanoine et principal du collège de la ville, Jean de Boullenois, en 1643. « Porté de zèle pour le public », il donne ses livres « à la ville […] pour en avoir l’usage et s’en servir par les régens dudit collège après son décedz » [AM, GG 75]. Il s’agit donc d’une bibliothèque à usage réservé, que l’on n’inclut pas dans le corpus mais qu’il faut garder en tête car il s’agit d’un exemple précoce de dévolution aux autorités municipales et pour le bien public.

Le second legs est organisé en 1685 par le testament de Charles Sanson, curé de Saint-Georges (27 août 1685). Il lègue « aux ecclésiastiques de ladite ville d’Abbeville tous les livres à lui appartenant pour commencer à exécuter le dessein qu’il avait projeté avec quelques amis d’une bibliothèque publique, espérant que d’autres pousseroient cette entreprise plus loin », avec une somme de 1000 l. pour l’entretien d’un bibliothécaire. Deux chanoines de Saint-Vulfran et deux curés doivent se charger de l’établissement de la bibliothèque et de sa surveillance [archives de Clermont-Tonnerre ?]. Après la mort de Sanson le 12 novembre 1685, on dresse un inventaire de ses livres (13 décembre), les meubles sont mis en vente pour 511 l. On n’a pas de renseignement sur le fonctionnement des débuts de la bibliothèque.

Collégiale Saint-Vulfran, Abbeville.

Le troisième legs est celui de François d’Argnies, docteur en médecine, agrégé au collège des médecins d’Abbeville, mort le 10 août 1718 (le testament du 8 septembre 1716, not. Pierre Lefebvre, se trouve en copie dans les archives de Clermont-Tonnerre [ ?]). Son épouse doit donner au doyen de St-Vulfran, « pour contribuer à l’establissement d’une Bibliothèque publique qui sera placée dans tel lieu qu’il trouvera plus convenable et à propos pour le bien et la commodité publique, laissant le choix du lieu à sa prudence et à sa disposition seule, tous les livres qui m’appartiennent de telle matière qu’ils traitent », ainsi que deux rentes de 600 l. et 400 l. Le revenu des rentes servira, à hauteur de 20 l. par an, à rémunérer « celui qui aura soin de ladite Bibliothèque à la charge par lui de la tenir ouverte deux fois la semaine, le mercredi et le samedi depuis huit heures du matin jusques à onze heures, et depuis deux heures jusques à cinq heures d’après-midi pendant les mois de may, de juin et de juillet, et d’avertir le public de l’ouverture de ladite Bibliothèque par un placard qu’il fera imprimer et afficher à ses dépens aux principaux lieux et carrefours de la ville le premier jour ouvrable du mois de may de chaque année » et, pour le reste, à acheter des livres « propres et convenables pour augmenter avec utilité ladite Bibliothèque ».

En juin 1718, les administrateurs de la fondation Sanson achètent une maison à étage, rue Notre-Dame-du-Châtel, pour une somme de 1700 l., pour y placer les livres. Ceux de Dargnies y sont réunis.

Les legs se multiplient ensuite : Charles Becquin du Fresnel, curé de Saint-Sépulcre (une partie de ses livres et une rente de 30 l., 1726) ; Nicolas Becquin, chanoine de Saint-Vulfran (tous ses livres, armoires et tablettes, 1728).

Ce dernier legs est contesté par le neveu du défunt, Philippe Pigné, avocat et secrétaire du roi. Le procès est rapporté dans les manuscrits Siffait, qui reproche à l’héritier la prétention de « vouloir seul de son crédit renverser cet établissement et envier à la ville d’Abbeville, sa patrie, la gloire d’être la première des villes de province qui ait eu une bibliothèque publique, comme elle a le rare avantage d’avoir la plus ancienne coutume du royaume et la première rédigée par écrit ». Le maïeur d’Abbeville intervient en 1737 en soutenant la proposition, faite par les quatre administrateurs ecclésiastiques, de leur adjoindre quatre administrateurs laïcs, « parce que nous la regardons comme un bien commun, dont la conservation intéresse tous les habitants », à condition que la réclamation dans le procès Becquin se fasse au nom de la ville. Les héritiers sont condamnés en 1738 (jugement imprimé : Paris, Lottin, 1739).

Les legs se poursuivent, témoignant de l’institutionnalisation de la bibliothèque dans le paysage urbain : Jean-Roger de Ray du Tilleul, chanoine trésorier de Saint-Vulfran, supérieur de la visitation d’Abbeville (m. 15 avril 1768) ; Daniel-François Formentin, avocat, conseiller du roi (m. 1er avril 1774), Philippe Le Fuzelier, doyen des chanoines de S. Vulfran (800 vol. de piété, 1785).

Pour autant, fortement ancrée dans le milieu ecclésiastique, la bibliothèque ne semble pas avoir complètement répondu aux attentes des lecteurs urbains. En 1768, il semble que les administrateurs de la bibliothèque aient pris prétexte des réformes scolaires pour proposer une union de la bibliothèque publique avec celle du collège. Le Compte rendu aux chambres assemblées, par M. Roussel de la Tour, de plusieurs collèges de province situés dans le ressort du Parlement, qui n’étoient pas desservis par les ci-devant soi-disans Jésuites. Du 26 Août 1768, signale que « ce collège possède une bibliotheque, dont il est redevable à la générosité de Jean Boullenois, principal, mort en 1644, & qui l’a laissée par son testament pour l’usage des professeurs. Son exemple suivi de plusieurs sçavans de cette Ville, y a formé successivement une autre belle bibliotheque publique, revêtue de Lettres Patentes enregistrées en la Cour, dont les administrateurs désireroient la réunion à celle du collège » (p. 222).

Un peu plus tard, dans les pages de l’Almanach qu’il publie, l’imprimeur Devérité se répand souvent contre le caractère anachronique des collections :

 « On ne saurait le dissimuler, cette bibliothèque publique n’est presque point consultée, et il est fort peu d’âmes qui y aillent chercher des remèdes à leurs maux ; mais aussi l’espèce de ces remèdes n’est point connue. Celle-ci renferme d’excellents livres pour des savants, pour des écrivains laborieux. Une ville de province en contient peu : ils trouveraient trop de difficultés à y exister. » (1776)

« Douze cents volumes de vieille jurisprudence, de philosophie scolastique, de casuistes, de théologiens aristotéliciens, souvent doublés, et pas un des bons écrivains des siècles de Louis XIV et de Louis XV forment-ils ce qu’on peut appeler une Bibliothèque publique ? Serait-ce manquer aux intentions des fondateurs que de remplacer ces livres et la maison qui les contient, d’abord par une Encyclopédie méthodique, qui va mieux former seule dans son ensemble une Bibliothèque publique que celle à qui on donne ce nom parmi nous, et ensuite par tous les bons écrivains des siècles que l’on vient de citer ? […] La Société d’abonnement littéraire, au lieu de se partager les livres qu’elle reçoit chaque année, pourrait enrichir ce dépôt public, témoin de ses assemblées, et toujours sous la main pour être consulté. D’autres citoyens imiteraient sans doute cette générosité. Le désir naîtrait plus souvent d’augmenter un établissement qui serait dès lors aussi agréable qu’il serait utile. On lirait enfin d’une Bibliothèque publique autre chose que l’inscription mise sur sa porte. » (1783)

 « Cette bibliothèque, dotée par des ecclésiastiques, des avocats, des médecins, attend donc qu’un homme du monde ou quelque société, veuille l’enrichir de livres d’histoire et de littérature. » (1786)

La bibliothèque participe pourtant à l’image publique de la ville. Elle est mentionnée dans le Dictionnaire universel de la France, 1771 : « Abbeville a encore une bibliothèque publique ouverte trois fois par semaine, et deux pompes publiques pour les incendies. » et dans la France littéraire (Paris, Duchesne, 1784).

La France littéraire, 1784, p. 40.

Sources

BM, ms. 93. Correspondance des intendants de Picardie et autres fonctionnaires avec les magistrats municipaux d’Abbeville, 1724-1785.

BM, ms. 755. Pièces concernant la bibliothèque publique et la bibliothèque communale d’Abbeville, 1738-1831.

Bibliographie

Alcius Ledieu, « Notice historique sur la bibliothèque d’Abbeville, depuis sa formation à nos jours », dans Catalogue analytique des manuscrits de la bibliothèque d’Abbeville, Abbeville, 1885.

Ernest Prarond, Les grandes écoles et le collège d’Abbeville, 1384-1888 : contribution à l’histoire de l’enseignement, Paris, Picard, 1888.

Pistes de recherche

Documenter le récit de fondation (AM, AD, BM, AN pour lettres patentes), numériser les sources (BM).

À Saint-Quentin, le cas de la bibliothèque de l’abbaye Saint-Quentin-en-L’Isle, incertain, doit être précisé.

On écarte en revanche le cas de la bibliothèque de l’Hôtel de ville d’Amiens, attestée au XVIe siècle mais dispersée ensuite, et probablement utilisée par les seuls membres de l’échevinage dans l’exercice de leurs fonctions.

Bibliographie

André Labarre, « La bibliothèque municipale d’Amiens en 1551 », Bulletin de la société des antiquaires de Picardie, t. L, 1963-1964, p. 256-262.

François Berquet, La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Quentin-en-L’Isle, mémoire de maîtrise, université Lille III, 1986.

Soissons : une fondation ecclésiastique en genèse (1781)

Dans celle de Soissons, l’initiative épiscopale d’Henri-Claude de Bourdeilles, évêque de Soissons, est décrite dans l’ouvrage ancien (relativement précis, mais peu sourcé) de l’abbé Pécheur. Elle fait suite de la sécularisation des célestins de Villeneuve-Saint-Germain par un bref du pape du 1er février 1781. Les biens sont affectés à l’évêché et à différentes œuvres charitables, le secours des pauvres, l’instruction des enfants indigents, le séminaire et le collège. Le couvent est concédé à l’évêque pour en faire une maison de campagne à condition qu’il fonderait une bibliothèque publique ayant pour premier fonds celle des célestins et la sienne propre.

L’acte de fondation précise que le bibliothécaire serait un ecclésiastique qui aurait en même temps la conservation des archives, titres et papiers du couvent de Villeneuve et que l’établissement s’ouvrirait deux fois la semaine. L’évêque doit lui délivrer chaque année 4 muids de blé et 300 l. destinés à l’achat et reliure d’ouvrages de droit civil et canon, ainsi qu’à l’entretien de la bibliothèque. Il dépose entre les mains du receveur des décimes une somme annuelle de 1600 l., jusqu’à concurrence de 16 000 l. de capital, pour la construction d’un corps de bâtiment propre à recevoir la bibliothèque, dont l’entretien demeure à perpétuité à la charge de l’évêque de Soissons. En attendant la mise en œuvre du projet, la bibliothèque est déposée au séminaire mais rien n’advient avant la Révolution.

Bibliographie

Abbé Pécheur, Histoire des bibliothèques publiques du département de l’Aisne, existant à Soissons, Laon et Saint-Quentin, Soissons, A. Michaux, 1883 [en ligne].

Pistes de recherche

Documenter la fondation

Bibliothèques publiques des Lumières (ANR-23-CE27-0012) : présentation du projet

Le projet BIPULUM, financé par l’ANR pour 2024-2028, a pour ambition de recenser et d’étudier les bibliothèques publiques existant en France au XVIIIe siècle, dans une perspective d’histoire urbaine, d’histoire politique et d’histoire des pratiques culturelles, pour comprendre comment émerge, dès avant la Révolution, l’idée de la bibliothèque comme service public.

En France, l’histoire des bibliothèques publiques commence dans la plupart des cas à la Révolution. La période qui va de la première vague de confiscations ecclésiastiques (1789) à l’arrêté qui fonde les bibliothèques municipales (1803) en constitue le socle fondateur. Mais ce récit contribue à occulter la force des évolutions à l’œuvre au XVIIIe siècle. Non seulement l’idée, mais la pratique de la bibliothèque publique a déjà été mise à l’épreuve, au moment où la Révolution éclate, dans de nombreuses villes du royaume.

Alors que cette réalité est bien connue des historiens (Desgraves 1989), l’histoire des bibliothèques publiques constitue un angle mort de l’histoire des Lumières. Il ne s’agit pourtant pas d’un phénomène marginal : depuis la seconde moitié du XVIIe siècle et surtout au cours du XVIIIe siècle, l’ouverture au public des bibliothèques constitue un puissant mouvement de fond dans le royaume. On peut identifier plus de 70 projets, aboutis ou non, et près de cinquante villes disposent d’une bibliothèque publique à la veille de la Révolution, dans l’acception que revêt alors le terme – celle d’une bibliothèque ouverte à un public indifférencié, d’une manière réglementée et à heures fixes, sans qu’entre en compte la nature de l’institution qui en a la tutelle. La littérature (guides de ville, almanachs) montre comment la « bibliothèque publique » est devenue à la fin du XVIIIe siècle un élément attendu de l’équipement urbain, voire un lieu où se cristallise le sentiment d’un patrimoine local.

Cette carte, provisoire à ce stade du projet, montre la présence de projets de bibliothèques publiques partout sur le territoire, ainsi que la diversité de leurs statuts : bibliothèques relevant de la municipalité, d’un collège, d’une académie, d’une université, d’un chapitre cathédral ou d’une communauté religieuse (fonds de carte : Archives nationales, NN/37/3, cartographie E. Chapron).

Ces premières bibliothèques publiques constituent un objet dense, au carrefour de l’histoire sociale, de l’histoire politique, de l’histoire urbaine, de l’histoire des idées et de l’histoire culturelle. Le projet prévoit de les étudier selon plusieurs axes :

  • la fondation d’une bibliothèque : sociologie des fondateurs; références implicites et explicites, circulation des modèles; dispositions juridiques, institutionnelles et matérielles; la fondation d’une bibliothèque comme projet politique et intellectuel.
  • le fonctionnement d’un “service public”: configuration des espaces, mobilier; horaires, modalités matérielles et intellectuelles d’accès aux livres; profil des collections, budget et acquisitions; profil du bibliothécaire, instruments de gestion de la collection, classements, catalogues et inventaires.
  • le public des bibliothèques publiques: à la recherche des sources (registres de prêts, correspondances, récits de voyageurs)

En articulant études de cas, approches comparées et perspectives d’ensemble, le projet vise donc à combler une lacune historiographique et à donner les moyens de mieux apprécier la place des bibliothèques publiques dans les transformations culturelles, sociales, politiques et urbaines de la fin de l’époque moderne. Il ne s’agit pas d’affirmer que ces institutions ont été des pointes avancées des idées des Lumières (ce qu’elles n’ont sans doute pas été), mais de faire l’hypothèse qu’elles sont partie prenante des mutations culturelles profondes qui en sont le terreau, en instituant au cœur de la ville un espace public de la lecture – ou plus largement, un espace d’usages de l’imprimé et du manuscrit.

Partenaires:

  • UMR 7303 Telemme (Aix Marseille Université, CNRS) (Emmanuelle Chapron)
  • UMR 5317 IHRIM (U. Lyon 2, U. Lyon 3, ENS Lyon, U. Saint-Étienne, U. Clermont Auvergne, CNRS) (Fabienne Henryot)
  • EA 3624 Centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) (Christine Bénévent)
  • Bibliothèque nationale de France (Gennaro Toscano)