Yémen – archives de la recherche

Portrait de Claudie Fayein (médiathèque MMSH)

Le jeudi 27 juin, le programme « Archives en bibliothèques » a accueilli une journée d’études « Yémen – Archives de la recherche en SHS » dont le thème avait été proposé par Evelyne Disdier, responsable de l’iconothèque et archives à la médiathèque de la MMSH.

La médiathèque conserve en effet plusieurs fonds de chercheurs qui documentent la tradition française de la recherche anthropologique depuis les années 1950. Continuer la lecture

Yémen – archives de la recherche

Depuis quelques années, la médiathèque de la MMSH reçoit des ensembles de documents concernant le Yémen, produits ou rassemblés par des chercheurs en sciences humaines et sociales ou par des journalistes qui se sont intéressés à cette région : carnets de terrains, photographies, enregistrements sonores, archives politiques… En croisant le point de vue des bibliothécaires et des chercheurs, cette journée se propose de faire connaître ces fonds et d’ouvrir des pistes de valorisation et de collaboration en s’appuyant sur d’autres expériences, en France ou à l’étranger.

Carnet, Fonds Claudie Fayein, MMSH.

Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques » – UMR 7303 Telemme

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme – USR 3125 (AMU-CNRS)

Jeudi 27 juin, 9h30-17h, salle Duby.

Organisation : Emmanuelle Chapron (Telemme/MMSH), Olivier Dubois (USR 3125), Juliette Honvault (Iremam)

Matin (9h30-12h): des fonds d’archives pour la recherche

 

Emmanuelle Chapron (Telemme/MMSH). Accueil

 

Etat des lieux

9h40. Eric Vallet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Orient & Méditerranée),
Mohammed Tawaf (Centre national des archives du Yémen, Ecole nationale des Chartes). Les archives du Yémen dans la guerre, un bilan

10h10. Evelyne Disdier, Hélène Giudicissi, Hassan Moukhlisse (médiathèque, MMSH). Les archives de chercheurs sur le Yémen à la MMSH : phonothèque, archives, iconothèque.

10h30 Pause

10h45 Focus

  • Michel Tuchscherer (IREMAM). Le fonds Claudie Fayein.
  • Paul Bonnenfant (IREMAM). Le fonds photographique Paul Bonnenfant sur le Yémen à l’IREMAM
  • Jean Lambert (Muséum national d’histoire naturelle), Fatima al-Baydani. Les archives de la littérature orale féminine du Yémen à Aix en Provence : stratégies de documentation du son, de l’image et de la video.
  • Juliette Honvault (Iremam). Le fonds Ahmad Muhammad Nu’mân.

 

Après-midi (13h30-17h) : perspectives et instruments de valorisation

 

Nouveaux chantiers

13h30. Franck Mermier (CNRS, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux). Documenter la littérature yéménite contemporaine.

14h. Juliette Honvault (Iremam). Les archives photographiques du Yémen au XXe siècle : présentation d’un réseau yéménite sur internet

Outils et perspectives de valorisation

14h30. Hassan Moukhlisse, Abdelmajid Arrif (MMSH). Des archives connectées : dialogue sous terrains.

15h. Pause

15h15. Abbès Zouache (directeur du CEFAS USR 3141), Perspectives scientifiques et institutionnelles.

15h45. Table ronde : quels autres fonds, quelles opérations, quels partenariats possibles ?

16h30. Franck Mermier. Synthèse de la table ronde.

Colloque – Archives en bibliothèques (XVIe-XXIe siècle) – appel à contribution

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme,

Aix-en-Provence, 14-15 novembre 2019

 

Programme Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques », Aix-Marseille Université

UMR 7303 Telemme (AMU-CNRS)

École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques

Centre Gabriel Naudé

 

Depuis les débuts de l’époque moderne, on trouve beaucoup de non-livres dans les bibliothèques, et en particulier des ensembles de papiers que l’on peut considérer comme des archives, parce qu’ils ont été rassemblés dans le cadre des activités ordinaires, savantes ou professionnelles, d’un individu ou d’une institution. L’étude de ces « papiers entre les livres » permet d’éclairer d’une manière nouvelle ce qui lie archives et bibliothèques, en mettant à distance le récit du « grand partage » des fonctions et des fonds documentaires entre les deux types d’institutions, hérité du XIXe siècle.

Le premier aspect de la réflexion concerne la manière dont ces ensembles ont été constitués, organisés et conservés du vivant de leur producteur. De l’humanisme tardif au collectionnisme du XIXe siècle, les pratiques intellectuelles et matérielles de la collecte, de la copie, du rangement, du classement et de l’inventaire se sont lentement transformées ; l’invention du fichier au tournant du XIXe siècle, puis de la photocopieuse, ont introduit des ruptures plus nettes dans l’allure des archives savantes. Le regard devra porter sur les formes de « mise en archive » opérées par les savants ou les administrateurs pour soustraire ces papiers au quotidien des activités, permettre leur mobilisation en cas de besoin ou leur conservation pérenne. On devra aussi s’intéresser aux relations entre ces ensembles de papier et la bibliothèque des livres, à partir des manipulations dont ils font l’objet, ou de la disposition matérielle des lieux et du mobilier. Le livre est lui-même un objet-frontière entre l’archive et la bibliothèque : on pense aux phénomènes d’incorporation de l’archive au manuscrit médiéval, à la confection des registres, ou aux livres parfois abondamment annotés ou interfoliés.

Le second aspect renvoie à la manière dont ces ensembles ont été traités à la mort de leur producteur. Dans les testaments, la transmission des papiers est souvent pensée indépendamment de celle des livres. Dès l’époque moderne, la question de leur devenir a été l’occasion de réfléchir aux fonctions respectives des dépôts d’archives et des bibliothèques « centrales » des États. On considèrera la manière dont les bibliothèques ont accueilli ces ensembles, les ont traités et éventuellement dissociés en fonction de critères extérieurs à la logique du recueil (séparation des pièces imprimées et manuscrites, des pièces authentiques et des copies), dont elles les ont catalogués et communiqués aux lecteurs. Il s’agit de se demander comment les bibliothèques pensent (ou ne pensent pas) ces archives comme telles, à l’intérieur d’un cadre politique ou réglementaire qui fixe progressivement les prérogatives des uns et des autres. La terminologie employée pour les désigner n’est pas indifférente : appelés « recueils » à l’époque moderne, « collections » au xixe siècle, ces ensembles sont aujourd’hui souvent désignés comme des « fonds particuliers » ou des « archives ». Il faudra aussi mesurer l’incidence qu’a pu avoir la mise en place de deux professions distinctes, de bibliothécaire et d’archiviste, sur l’appréciation de ces fonds documentaires.

Enfin, le troisième aspect intéresse les usages auxquels se prêtent ces fonds : usages historiens, mais aussi probatoires ou administratifs. Il pose la question du statut intellectuel et juridique des documents conservés hors des dépôts d’actes institués par la puissance publique, alors qu’ils en ont parfois été extraits.

Le colloque envisage donc l’histoire des relations entre archives et bibliothèques du point de vue du rôle para- ou quasi-archivistique joué par les bibliothèques sur le long terme, de la fin du Moyen Âge à nos jours. Il invite à ouvrir la réflexion vers d’autres types d’institutions qui gardent des archives au milieu d’artéfacts jugés dignes d’être conservés, cabinets et trésors, bureaux, musées ou maisons d’écrivains. Il vise à mettre à l’épreuve le schéma français en le confrontant à d’autres réalités européennes. Il s’interroge enfin sur la manière dont les mutations récentes, le développement des infrastructures numériques et des exigences d’interopérabilité des langages de description des documents écrits, ont permis de repenser le statut de ces papiers et de dépasser certains clivages.

Organisation : Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université), Véronique Ginouvès (MMSH), Fabienne Henryot (ENSSIB).

 

Comité scientifique : Jean-François Bert (Université de Lausanne), Pierre Chastang (UVSQ), Maria Pia Donato (CNRS-IHMC), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Yann Potin (Archives nationales-Université Paris-Nord-CERAL)

 

Date limite de soumission des propositions : 1er juin 2019

 

Les propositions (1 page), accompagnées d’un court CV, doivent être adressées à Emmanuelle Chapron (emmanuelle.chapron@univ-amu.fr) et Fabienne Henryot (fabienne.henryot@enssib.fr).

Les frais de transport et de séjour des participants seront pris en charge. Une publication des actes est prévue sous la forme d’un volume collectif.

Télécharger l’AAC ici : AAC Archives en bibliothèques

Pour une histoire matérielle de la production des savoirs, MMSH, 14 février, 15h

À l’histoire de l’institutionnalisation des disciplines et des généalogies intellectuelles, à la prise en compte des différents déterminants sociaux qui conditionnent à la fois le statut du chercheur et son projet intellectuel, il faut ajouter un troisième espace de réflexion qui bénéficie des grands courants de l’historiographie contemporaine,celui de la matérialité des artefacts, de l’activité quotidienne et des pratiques ordinaires que les savants mobilisent tout au long de leur carrière intellectuelle pour penser et agir. Au travers des archives, ou en acte, regarder ce que les savants font en pratiquant leur discipline, s’intéresser à ce qu’ils manipulent et comment, décrire leur ordinaire, remet en question la compréhension habituelle que nous avons de la production des savoirs, des éléments qui nous permettent de juger de l’originalité d’une pensée, d’une hypothèse ou d’une réflexion, mais aussi de la fécondité des intuitions d’un auteur, qu’il soit considéré comme un classique ou non. C’est ce à quoi s’attache Jean-François Bert dans ses derniers travaux, comme son Histoire de la fiche érudite (ENSSIB, 2017, en libre accès) ou son plus récent Comment pense un savant ? (Anamosa, 2018). Deux ouvrages qu’il nous présentera à l’occasion de son séjour comme chercheur invité par l’ESPE et l’ADEF (EA 4671, AMU).

Introduction de la séance :  Emmanuelle Chapron (AMU-CNRS-TELEMMe) & Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH).

Pour une histoire matérielle de la production des savoirs, conférence de Jean-François Bert, Université de Lausanne

Date : Jeudi 14 février 2019

Horaires : 15h – 17h30

Lieu : MMSH, salle Duby, Aix-en-Provence, 5 rue du Château de l’Horloge

Contact : telemme<at>mmsh.univ-aix.fr

Séance ouverte à toutes et tous.

Séminaire organisé dans le cadre de l’Axe 1-Groupe 1 « La construction des savoirs sociaux » Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques » UMR Telemme – Aix-Marseille Université-CNRS.

Crédits photographiques : couverture de l’ouvrage Comment pense un savant ? de l’éditeur Anamosa ; fonds Lesage, université de Lausanne.

 

 

 

 

 

Parcours professionnel : entre livres, archives et données

Le projet Archives en bibliothèques est le fruit d’une collaboration entre chercheurs et professionnels de l’information. Il y a quelques semaines, Emmanuelle Chapron, historienne et porteuse du projet, a publié dans ce carnet un billet introspectif sous le titre : Regardez-moi dans les papiers. Elle tente d’y éclaircir la façon dont elle organise ses papiers, – comme enseignante-chercheure – pour ce qu’ils disent non seulement de ses manières de travailler, mais aussi de s’archiver, plus ou moins consciemment. Elle y esquisse aussi le sort que ces papiers peuvent recevoir sous le régime numérique. A vous de le découvrir ; il est plaisant, réflexif et il et donne des outils pour mieux comprendre le regard que nous portons sur l’archivage. Continuer la lecture

Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels. MMSH, Aix-en-Provence, 5-6 juillet 2018

Ces journées d’étude constituent la deuxième rencontre du projet Archives en bibliothèque. Elles s’intéressent aux papiers savants, entendus comme l’ensemble des documents de toute nature produits ou rassemblés par un savant (de l’érudit du XVIIe siècle au chercheur du XXIe siècle), qui sont aujourd’hui conservés dans des bibliothèques. Elles questionnent la façon dont la bibliothèque « archive » ce qui a déjà été, d’une certaine manière, archivé par le savant et à rebours évaluent la possibilité de « remonter l’archive », en identifiant les enjeux et les méthodes d’une histoire régressive de ces fonds. Continuer la lecture