Des papiers de la famille Loschi à la bibliothèque communale de Vicenza

Clémence Revest, spécialiste de l’humaniste italien au XVème siècle1, partage le souvenir de la découverte d’un fonds d’archives non inventorié à la bibliothèque communale Civittà Bertoliana, dans la ville de Vicenza, avec l’auditoire des journées d’études Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels2. Dans le cadre de la préparation de sa thèse3 pour laquelle elle cherche alors des sources, Clémence Revest s’intéresse aux trajectoires d’un petit groupe de lettrés de la cour pontificale du XVème siècle, et parmi eux à Antonio Loschi, secrétaire apostolique pendant 35 ans. Sur ce Vicentin, elle a jusqu’ici trouvé peu de choses ; mais elle a retenu une mention, dans des notes de bas de page relatives à la documentation qui ont nourri sa biographie : « Tiré de l’archivio Loschi ». C’est ainsi qu’elle se rend, sans trop savoir ce qu’elle y trouvera, à la bibliothèque communale Bertoliana, une journée d’été, dans le secteur « antique » des manuscrits. C’est la découverte de deux registres relatifs aux archives de la famille Loschi qu’elle raconte ici. Ces registres montrent l’extrême stabilité dans la conservation des archives familiales de l’élite sociale locale, puisque ce dépôt fait en 1941 couvre sept siècles de son histoire (12ème – 19ème siècle). Elle termine le récit de cette expérience par le signalement d’une découverte: non plus des archives dans une bibliothèque, mais d’un livre immergé dans les archives à la suite d’une erreur de cotation, le Liber Brevium, manuel personnel de chancellerie d’Antonio Loschi retrouvé aux archives nationales de France.

    Enregistré le 6 juillet 2018, à Aix-en-Provence (salle Paul-Albert Février), durée : 22min 50s.

Merci à Clémence Revest de son accord pour l’écoute en ligne de cette conférence placée sous licence CC-BY-NC.

 

 

Crédits photographiques : reproduction d’un manuscrit de la bibliothèque communale de Vicenza  ‘cc. 1v-14v),: Loschi, Antonio <ca. 1368-1441> (DBI, 66, 154-160) et Petrarca, Francesco <1304-1374> (ABI I 771, 24-185; II 461, 76-164; II S 64, 303-312; III 331, 332-416), mélanges, Incipit : Diu doynt bon your a mamie que part que soyt tot mantenant (c. 1v), expl. Que ye vueil tout dis amer or me doy eu, etc. (c. 1v) et fin : Diu est quod animus meus (c. 14v), expl. placeat me tui amantem, tuo aloq[…] refon[…] (c. 14v). Le document contient des copies de lettres d’Antonio Loschi et deux lettres de Francesco Petrarca.

  1. Clémence Revest est historienne, chargée de recherches au CNRS au sein du Centre Roland Mousnier (UMR 8596, Paris-Sorbonne), agrégée d’histoire et ancienne pensionnaire de l’École française de Rome. []
  2. Ces journées se sont tenues les 5 et 6 juillet 2018 à Aix-en-Provence à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence; []
  3. Clémence Revest a soutenu sa thèse en 2012, sous le titre Romam veni. L’humanisme à la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417), sous la direction d’Élisabeth Crouzet-Pavan et de Jean-Claude Maire Vigueur. []

Au « 269 via Aurelia », le centre de ressource de la congrégation des missionnaires d’Afrique, par Karima Dirèche

Lors des journées d’études Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels, qui se sont tenues les 5 et 6 juillet 2018, Karima Dirèche1, a partagé ses souvenirs et ses pratiques d’usagère liée à la fréquentation de la bibliothèque et centre d’archives du « 269 via Aurelia » à Rome. Il s’agit de la bibliothèque du la congrégation des missionnaires d’Afrique plus connue sous le nom de la congrégation des Pères Blancs, fondée en 1868 en Algérie. Son récit nous fait pénétrer, au filtre de sa mémoire, la richesse des fonds de ce centre documentaire aux richesses, mais aussi la façon dont les pères blancs géraient leurs collections, leurs rapports aux lecteurs mais aussi les découvertes de documents qui ont marqué sa vie de chercheure et qui on pu prendre la forme de registres de baptêmes in articulo mortis, de journaux intimes de pères blancs, de photographies issues d’un fonds d’images de plusieurs milliers de clichés, jusqu’au dévoilement d’un secret de famille bien gardé dans les murs du « 269 ».


Enregistré le 6 juillet 2018, à Aix-en-Provence (salle Paul-Albert Février), durée : 20min 6s.

Merci à Karima Dirèche de son accord pour l’écoute en ligne de cette conférence placée sous licence CC-BY-NC.

Crédits photographiques : google maps Rome (tous droits réservés à Google).

  1. Karima Dirèche est historienne, directrice de recherche au CNRS, spécialiste d’histoire coloniale et post coloniale de l’Afrique du Nord, ancienne directrice de l’IRMC – Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, membre de l’UMR TELEMMe à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence. []

Pour une histoire matérielle de la production des savoirs, MMSH, 14 février, 15h

À l’histoire de l’institutionnalisation des disciplines et des généalogies intellectuelles, à la prise en compte des différents déterminants sociaux qui conditionnent à la fois le statut du chercheur et son projet intellectuel, il faut ajouter un troisième espace de réflexion qui bénéficie des grands courants de l’historiographie contemporaine,celui de la matérialité des artefacts, de l’activité quotidienne et des pratiques ordinaires que les savants mobilisent tout au long de leur carrière intellectuelle pour penser et agir. Au travers des archives, ou en acte, regarder ce que les savants font en pratiquant leur discipline, s’intéresser à ce qu’ils manipulent et comment, décrire leur ordinaire, remet en question la compréhension habituelle que nous avons de la production des savoirs, des éléments qui nous permettent de juger de l’originalité d’une pensée, d’une hypothèse ou d’une réflexion, mais aussi de la fécondité des intuitions d’un auteur, qu’il soit considéré comme un classique ou non. C’est ce à quoi s’attache Jean-François Bert dans ses derniers travaux, comme son Histoire de la fiche érudite (ENSSIB, 2017, en libre accès) ou son plus récent Comment pense un savant ? (Anamosa, 2018). Deux ouvrages qu’il nous présentera à l’occasion de son séjour comme chercheur invité par l’ESPE et l’ADEF (EA 4671, AMU).

Introduction de la séance :  Emmanuelle Chapron (AMU-CNRS-TELEMMe) & Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH).

Pour une histoire matérielle de la production des savoirs, conférence de Jean-François Bert, Université de Lausanne

Date : Jeudi 14 février 2019

Horaires : 15h – 17h30

Lieu : MMSH, salle Duby, Aix-en-Provence, 5 rue du Château de l’Horloge

Contact : telemme<at>mmsh.univ-aix.fr

Séance ouverte à toutes et tous.

Séminaire organisé dans le cadre de l’Axe 1-Groupe 1 « La construction des savoirs sociaux » Pépinière d’excellence « Archives en bibliothèques » UMR Telemme – Aix-Marseille Université-CNRS.

Crédits photographiques : couverture de l’ouvrage Comment pense un savant ? de l’éditeur Anamosa ; fonds Lesage, université de Lausanne.