Colloque international « Archives en bibliothèques, XVIe-XXIe siècles ». Bilan des journées.

Les bibliothèques accueillent depuis longtemps des archives : papiers des officiers royaux à la Bibliothèque du Roi, dossiers de chercheurs dans les bibliothèques universitaires, manuscrits littéraires collectés par les bibliothèques municipales, archives propres des bibliothèques qui documentent leurs pratiques… Or, l’insertion d’archives dans les bibliothèques ne va pas de soi, tant les cultures professionnelles sont construites sur des oppositions apparemment indépassables : le fonds et la collection, la liasse et le codex, l’original et la copie, l’inventaire et le catalogue… Les pratiques des chercheurs sont amenées aussi à se modifier selon qu’ils consultent des archives dans les dépôts d’archives ou dans les bibliothèques.

C’est pour explorer cette dimension inédite des bibliothèques qu’a été organisé le colloque Archives en bibliothèques (XVIe-XXIe siècles) à la MMSH d’Aix-en-Provence les 14 et 15 novembre 2019. Ce colloque a constitué le dernier événement d’un cycle imaginé et coordonné par Emmanuelle Chapron (PR en histoire moderne, Aix-en-Provence). (Programme ici : https://archivbib.hypotheses.org/873)

Il est ressorti des 15 interventions du colloque une mise à distance du « grand partage » qui, à partir de la Révolution, attribue aux archives les documents de l’autorité et aux bibliothèques, les réécritures du passé et la création littéraire. A l’instar des réalités domestiques, où bibliothèques et archives familiales sont souvent mêlées, des équipements scientifiques ou culturels ont gardé l’habitude de ne pas distinguer archives et bibliothèques. Les producteurs, grands commis de l’Etat à l’âge moderne ou chercheurs des XIXe et XXe siècles, n’accordent aucun sens non plus à cette distinction. Les bibliothèques ont en outre une réelle capacité à attirer et absorber des archives, intentionnellement ou accidentellement. Les chercheurs, depuis le XIXe siècle, voient dans la bibliothèque un moyen de construire leur postérité, par le dépôt de leur documentation personnelle, imaginaire que les archives, au sens institutionnel du terme, ne véhiculent pas. On a ici affaire à une vision projetée de la bibliothèque par la société : connivences avec les notables, fantasmes d’élus, choix des pouvoirs centraux font de la bibliothèque un lieu d’archivage.

Pour autant, la distinction fonctionnelle entre archives et bibliothèques reste un prisme efficace d’analyse des pratiques des professionnels, depuis le XVIIIe siècle, pour comprendre comment les bibliothécaires appréhendent la matérialité de l’archive, la distinguent des fonds manuscrits, et créent un lien entre écriture/production et conservation. L’hybridation tient donc moins à la nature des documents qu’aux instrumentalisations politiques, scientifiques et culturelles auxquelles ils se prêtent. Cette hybridation (Andrea de Pasquale a parlé de « modèle amphibie ») repose sur l’intentionnalité d’une pérennité thématique, plutôt que typologique, au moment où les bibliothèques sont en passe de devenir des services sociaux plus que des lieux de transmission intellectuelle.

Fabienne Henryot (ENSSIB, Centre Gabriel Naudé)

Programme des conférences de l’EPHE, Histoire et civilisation du livre, 2019-2020.

Les conférences ont lieu le 4e vendredi du mois (sauf en décembre et en mai, où elles ont lieu plus tôt dans le mois), de 14h à 18h, à la Maison des sciences de l’homme (54 boulevard Raspail, salle 26).

Entrée libre

(voir aussi https://www.ephe.fr/formations/conferences/histoire-et-civilisation-du-livre-0)

Continuer la lecture

Séminaire Archives de la recherche : du plan de gestion à la dissémination, la citation et le réusage des données, 29 octobre 2020, MMSH

Le séminaire « Archives de chercheurs » vise à « faire émerger » la notion d’archives de la recherche au sein de la MMSH ; à dresser un état des lieux des archives présentes au sein des unités de recherche ; à encourager à l’étude de ces fonds en tant qu’objet de recherche interdisciplinaire en SHS ; à favoriser l’adoption des bonnes pratiques relatives aux archives en les appliquant à celles qui sont quotidiennement produites à la MMSH, tout au long de leur cycle de vie, en attirant l’attention tant sur les documents papier que sur les archives numériques ; à réfléchir à des procédures de collecte raisonnée et de conservation partagée de ces archives, aux outils de signalement et de valorisation.

Programme du jeudi 29 octobre, 9h-13h

Le plan de gestion de données, un outil pour l’archivage scientifique, Présentation de Sarah Cadorel, Inalco, Chargée de mission archives

Mis en place depuis 2014 dans le cadre de financements européens, le plan de gestion de données (PGD) est présenté comme un élément central de la mise en oeuvre du Plan national pour la Science ouverte, notamment pour les projets financés par l’Agence nationale de la recherche (ANR). Souvent vu comme une contrainte administrative de plus, venant alourdir les dossiers de demandes de financements, il représente néanmoins un précieux outil de gouvernance. Il permet en effet une vision globale des opérations de gestion des données tout au long de leur cycle de vie et doit permettre d’articuler les rôles de chaque acteur : producteur de données, financeur, éditeur, conservateur des données, garant juridique, tutelle, etc. Du point de vue de l’archivage, la mise en place de ces plans incite à anticiper la conservation des données puisque six mois après le début du projet, cette question y est abordée. Cela représente un changement important dans la posture adoptée pour la préservation, désormais active et non plus seulement en attente d’un état résiduel qui serait seulement « ce qu’il reste quelques années plus tard ». En outre, l’importance accordée à la Science ouverte depuis 2018 confère à ces plans de gestion de données une valeur hautement politique pour les établissements. Ces différents questionnements, liés à l’utilisation des DMP pour la mise en place d’une politique d’archivage scientifique dans les établissements, sont l’objet de cette intervention. 

Les outils de la TGIR Huma-Num pour la dissémination et la citation des données de la recherche, Présentation de Stéphane Pouyllau, TGIR Huma-Num, Ingénieur CNRS

Huma-Num est une très grande infrastructure de recherche (TGIR) visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales ouverte à l’ensemble des programmes de recherche de l’enseignement supérieur et de la recherche (UMR, UMS, EA, etc.). Elle développe en particulier un dispositif technologique permettant le traitement, la conservation, l’accès et l’interopérabilité des données de la recherche s’appuyant sur des services numériques dédiés, une plateforme d’accès unifié (ISIDORE) et une procédure d’archivage à long terme. Dans cette intervention, Stéphane Pouyllau présentera spécifiquement les outils mis en œuvre par la TGIR pour offrir un environnement unifié d’accès aux données et de leur citation à travers le moteur académique Isidore, facilitant ainsi leur réusage à travers plusieurs points d’accès. À travers cette démonstration, l’intervention sera également l’occasion de rappeler la nécessité de suivre les principes du FAIR pour la diffusion des données de la recherche [https://www.ouvrirlascience.fr/fair-principles] et leur réusage.

Les deux interventions de 45 minutes, introduites par Emmanuelle Chapron (UMR TELEMMe) et Véronique Ginouvès (USR3125), seront suivies de discussions avec les participants.

Responsables scientifiques du séminaire : Emmanuelle Chapron (Telemme) et Véronique Ginouvès (USR 3125)

Contact pour information : Véronique Ginouvès veronique.ginouves<at>univ-amu<dot>fr, pour toute information pratique Nacira Abrous : abrous@mmsh.univ-aix.fr

Crédits photographiques : Stuart Strachan, Senior Archivist, National Archives of New Zeland, examines files from the Prime Minister’s Department (1980), cote  ARCH 458 1 / f AR1/8, Licence CC-BY