Les bibliothèques sont-elles des archives de chercheur ?

Compte rendu du séminaire interlaboratoires MMSH Archives de la recherche, coordonné par Emmanuelle CHAPRON (Telemme) et Véronique GINOUVÈS (USR 3125)

Le séminaire « Les bibliothèques sont-elles des archives de chercheur ? », coordonné par Emmanuelle Chapron et Véronique Ginouvès, s’est tenu en visioconférence le jeudi 18 février 2021 depuis la MMSH. Il a accueilli des membres du projet BiblHis (Bibliothèques d’historiennes et d’historiens). Ce projet commun, impulsé en 2019 par les historiens Agnès Sandras, Jean-Charles Geslot, Jonathan Barbier et Stefan Lemny, anime un carnet de recherche autour de l’analyse des bibliothèques des historiennes et historiens.

Le premier intervenant est Jean-Charles Geslot, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC). Jean-Charles Geslot anime une présentation sur « Les bibliothèques des historiennes et historiens : enjeux d’une recherche en devenir ». La seconde intervention est conduite par Élise Meyer et Nelly Sciardis : « Regards croisés sur deux bibliothèques de médiévistes, Robert Fossier et Robert Delort, conservées dans une bibliothèque universitaire ».  Elise Meyer est bibliothécaire au Service Commun de Documentation (SCD) de l’Université de Rennes-II. Nelly Sciardis est directrice adjointe du Service Commun de Documentation à l’Université polytechnique Hauts-de-France.

Ce séminaire pose la question de la bibliothèque de l’historienne et de l’historien en tant qu’archive, dans une conception pluridisciplinaire des archives de la recherche. La question de la conservation, de la classification et du traitement des bibliothèque du chercheur est au cœur des réflexions développées lors des présentations. Depuis les années 1990, les bibliothèques d’écrivains, d’artistes mais aussi d’intellectuels suscitent un fort intérêt dans la communauté scientifique. Elles sont perçues comme un être « amphibie », entre la bibliothèque et l’archive, illustrant le travail de leur propriétaire et témoignant de son orientation intellectuelle. Les bibliothèques interrogent également la relation de l’historienne et de l’historien avec ses outils de travail. Pour autant, peut-on dire que la bibliothèque est une archive ? Les historiens archivent-ils leur bibliothèque ? L’annotation de certains livres leur confère par exemple un statut ambigu, entre instrument de travail et écriture propre. Comprendre comment les chercheurs classent leurs livres de leur vivant, et comment ils envisagent leur traitement après leur mort, renseigne aussi sur le statut de la bibliothèque, ce miroir de recherche qui permet de se plonger dans l’environnement intellectuel de l’historien.

La première communication de ce séminaire est faite par Jean-Charles Geslot. Elle a pour but de présenter un nouvel objet d’étude : les bibliothèques d’historiens et d’historiennes. Jean-Charles Geslot y développe trois points : une présentation du groupe BibliHis ; des bibliothèques d’historiens et historiennes qui constituent le corpus d’étude ; enfin, une réflexion sur la dimension archivistique de ces bibliothèques.

Le groupe BiblHis est un groupe de recherche fondé en 2018. Un double constat a mené à la création de cet espace de réflexion. D’abord, peu de recherches étaient organisées autour des bibliothèques d’historiens et d’historiennes, alors que la réflexion est très active dans d’autres domaines. Des sociologues, des historiens de l’art et de la littérature ont largement exploré cette thématique. Citons par exemple, Les bibliothèques d’artistes (Paris, Presses universitaires de la Sorbonne,2010), sous la direction de Jean-Roch Bouiller ou encore Bibliothèques d’écrivains (O. Belin, C. Mayaux, A. Verdure-Mary (dir.), Rosenberg & Sellier, coll. Biblioteca di Studi Francesi, 2019). Ces récents travaux en littérature ou en art ont montré l’importance des bibliothèques dans la compréhension des mécanismes intellectuels de certains auteurs et artistes.

L’historien ne part pas cependant d’une table rase en ce qui concerne ce sujet. Il suffit de taper « bibliothèques d’historiens » dans Google image pour s’apercevoir que beaucoup d’illustrations mettent en rapport un individu et sa bibliothèque. Jean-Charles Geslot a ainsi présenté des photographies d’historiennes et d’historiens du XIXe siècle à nos jours. Il est frappant de constater que la plupart d’entre eux se mettent en scène à côté de leur bibliothèque. Comme le médecin est représenté par une blouse blanche, l’historien serait indissociable d’une conséquente pile d’ouvrages. Le lien entre historiens et livres est donc très fort. C’est surtout au moment du legs de ces bibliothèques à des institutions ou à des universités que des chercheurs commencent à les interroger. Jean-Charles Geslot a ainsi mentionné le cas d’Emmanuel Le Roy Ladurie, dont la bibliothèque est fragmentée entre plusieurs institutions.

La démarche novatrice de ce groupe fut de s’appuyer sur les nouvelles technologies et les réseaux sociaux pour repenser ces bibliothèques. C’est à partir d’un hastag sur Twitter en 2018 que Jean-Charles Geslot, Jonathan Barbier et Agnès Sandras eurent l’idée de fonder le groupe BiblHis. #MontreTaBibli initia un mouvement où des historiens et des étudiants montrèrent comment étaient organisées leurs bibliothèques. Comment la bibliothèque est-elle classée ? Peut-on y voir des bibelots ? À quoi ressemblent les livres, de poche ou brochés ? Toutes ces questions révèlent certains mécanismes de pensée qui peuvent être intéressants à analyser. Ce groupe a ensuite pris corps au festival de Blois en 2019, et une première journée d’étude se déroule le 6 mars 2020.

Ces bibliothèques d’historiens sont-elles accessibles ? Où sont-elles « archivées » ? Jean-Charles Geslot distingue six types de lieux de stockage et de mise en valeur de ces bibliothèques.

Les centres de recherches sont les premiers types de lieux d’accueil. Ici même, les bibliothèques de la MMSH (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme) conservent les bibliothèques de plusieurs chercheurs en sciences sociales. Le deuxième lieu concerne les bibliothèques universitaires. La bibliothèque de la Sorbonne, tout comme celle de l’université d’Avignon qui conserve la bibliothèque de Maurice Agulhon (1926-2014), sont réputées pour la richesse et l’intérêt portés aux bibliothèques d’historiens. Certaines bibliothèques spécialisées ou municipales endossent cette tâche de mise en valeur des archives des historiens. La bibliothèque Méjanes est la bibliothèque municipale classée d’Aix-en-Provence : elle correspond idéalement à ces structures qui mettent en valeur les ouvrages des historiens. Les centres d’archives ont aussi cette tâche à coeur. Quelques musées ont parfois des bibliothèques ou des ouvrages de référence à l’abri dans leur réserve. Un des premiers musées axés sur cette thématique est situé en banlieue parisienne. Il s’agit du musée de l’Histoire vivante, situé à Montreuil-sous-bois, où est conservée une partie de la bibliothèque de Jean Jaurès (1859-1914). Puis, plus rarement, des bibliothèques d’institutions francophones ou françaises à l’étranger conservent les œuvres des historiens, comme la MHFA (la Mission Historique Française en Allemagne), aujourd’hui Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales, qui conserve les travaux de son fondateur et premier directeur Robert Mandrou (1921-1984).

De nombreuses difficultés mettent pourtant à mal le processus d’archivage des bibliothèques d’historiens. Ainsi, les bibliothèques ne sont pas toujours, voire rarement, complètes. Le fond de livres de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie (1929-) a été dispersé en fonction des thématiques. Une partie est accessible aux archives départementales d’Eure-et-Loir à Chartres, les livres relatifs aux travaux de l’historien sur l’agronomie sont conservés au Compa (Conservatoire de l’agriculture), dans la même ville. Le reste du fonds se trouve au Centre de Météo-France à Paris (pour les ouvrages relatifs à l’histoire du climat) et à l’ICES (Institut Catholique de Vendée) à La Roche-sur-Yon. On comprend assez aisément que la consultation du fonds, dans ce cas, pose un problème majeur pour les chercheurs.

La dernière partie  de la communication est consacrée à la présentation des résultats d’une enquête menée en ligne en 2020, qui a suscité le retour de près de 450 historiens (enseignants-chercheurs, enseignants du secondaire, professionnels du patrimoine et de la documentation…).  Les différentes questions visaient à mettre en lumière les pratiques et les représentations des historiennes et historiens sur leur propre bibliothèque. Certaines permettent de préciser le lien entre archives et livres.

Ainsi, à la question Vos archives partagent-elles, pour tout ou en partie, les mêmes espaces et meubles de conservations que votre bibliothèque ? 39% des participantes et participants ont répondu « non, elles sont rangées à part », 37% ont dit « oui, pour une partie d’entre elles » et 24% « oui, elles sont dans les mêmes espaces de conservation. »

L’enquête a également révélé que 7% des interrogés avaient déjà pris des dispositions, écrites ou orales, quant au devenir de leur bibliothèque. 38% avaient déjà réfléchi aux dispositions qu’ils prendraient sur l’avenir de leur bibliothèque lorsqu’ils n’auraient plus la possibilité de la conserver et/ou de l’utiliser. Seuls 19% pensaient qu’il serait possible que leurs bibliothèques soient conservées en l’état. Parmi eux, 36% aimeraient voir leur bibliothèque conservée, pour sa plus grande partie, en l’état, après avoir cessé de pouvoir la conserver et/ou l’utiliser.

À la question Où aimeriez-vous voir accueillir votre bibliothèque ? 16% ont répondu dans une association, 15% aimeraient que leur bibliothèque soit accueillie dans une bibliothèque de quartier ou communale, 34% dans une bibliothèque universitaire, 13% dans un laboratoire et 33% chez leurs héritiers ou héritières. Cette partie de l’enquête met ainsi en lumière le fait qu’une minorité des interrogés conçoivent leur bibliothèque comme une archive de leur travail.

Certaines questions portent sur la mise en place d’instruments de gestion de la bibliothèque personnelle. En ce sens, seuls 13% des interrogés déclarent tenir un catalogue de leur bibliothèque, seuls 6 ou 7 % tiennent un compte régulier des livres qu’ils possèdent ou qu’ils achètent et 1 sur 3 seulement avait déjà compté avant l’enquête le nombre de livres ou de volumes qu’il avait dans sa bibliothèque. Ainsi, nous avons pu constater qu’il n’y pas de rationalité utilitaire dans la gestion de la bibliothèque.

Enfin, Jean-Charles Geslot a révélé que ce manque de projection dans l’idée d’un archivage de la bibliothèque se retrouve dans la bibliothèque numérique que les historiens peuvent posséder. En ce sens, 82% des interrogés déclarent avoir une bibliothèque numérique. 53% des enquêtés conservent la trace de leurs lectures en ligne. Cependant, seuls 27% des historiens conservent la trace de leurs lectures en ligne (articles, ouvrages, etc.) de manière systématique dans leur disque dur interne, externe ou dans un autre espace de stockage.

Pour terminer, notre intervenant a souligné que le taux de participation n’était pas forcément représentatif mais que l’enquête mettait tout de même en évidence que peu d’enseignants et de chercheurs en histoire concevaient leur bibliothèque comme des archives.

Cette enquête a permis de constater que les historiens et historiennes avaient un rapport très particulier à leurs livres, et aux livres en général. Elle soulève la question de l’identité professionnelle des historiennes et des historiens. Jean-Charles Geslot en conclut que « beaucoup de chose sont encore à faire et sont possibles. Il y a des archives. Elles existent bel et bien. Il y a de nombreuses lacunes. Il y en a que l’on n’a pas ou de manière seulement indirecte mais je pense que c’est un chantier qui mérite d’être davantage étudié ».

Pour poursuivre cette discussion sur le rapport particulier que les historiens et les historiennes ont avec leur bibliothèque, Emmanuelle Chapron a proposé un exercice de réflexion comparatiste faisant réagir à la présentation de Jean-Charles Geslot un chercheur d’une autre discipline, en l’occurrence le sociologue Nicolas Sembel.

Nicolas Sembel est professeur de sociologie de l’éducation à Aix Marseille Université. Il a travaillé sur le travail intellectuel et les lectures d’Émile Durkheim (1858-1917) et de Marcel Mauss (1872-1950), en particulier sur leurs emprunts dans les bibliothèques de Bordeaux et de Paris. Ce travail l’a amené à discuter avec Jean-François Bert du rapport de M. Mauss à sa bibliothèque.

En réponse aux préoccupations de cette séance de séminaire, Nicolas Sembel ne pense pas que Marcel Mauss classait ce qu’il y avait dans sa bibliothèque. Il ne pensait pas forcément à la postérité. Dans le cadre de ses recherches, Nicolas Sembel voulait reconstituer le travail intellectuel de sociologue d’Émile Durkheim et de Marcel Maus. Rejoignant les propos évoqués par Emmanuelle Chapron en introduction, ce qui lui semble le plus intéressant est « le processus intellectuel qui part de l’acquisition et de la consultation d’un ouvrage pour arriver à, un beau jour, la citation de cet ouvrage dans un écrit publié ».

En ce sens, pour lui, s’intéresser à ces instruments de travail ainsi qu’aux emprunts de Marcel Mauss ne relève pas d’un travail historique mais plutôt d’un travail d’interprétation : il s’agit « de prendre à bras le corps le matériau que constitue tous ces ouvrages et ces écrits mais également des archives, parfois mélangées aux ouvrages, pour produire des données en fonction des questions de recherche ». Ainsi, Nicolas Sembel s’interroge sur la manière dont Émile Durkheim et Marcel Mauss ont construit ce qu’est aujourd’hui la sociologie, à partir d’ouvrages qui ne sont pas des ouvrages de sociologie. Par cette question, il souligne une grande différence de la méthodologie de travail entre historiens et sociologues. En effet, selon lui, ce sont des questions que les historiens rejettent parfois car teintées d’anachronisme et de finalisme.

Nicolas Sembel achève son intervention en relevant un terme utilisé par Claude Lévi-Strauss (1908-2009). Dans un de ses ouvrages, ce dernier avait raconté que pour écrire Les structures élémentaires de la parenté (1949), il avait dû « débrouiller quelque 7 000 ouvrages ».  Pour Nicolas Sembel, le terme « débrouiller » résume bien la démarche de Marcel Mauss et d’Émile Durkheim à travers tous les ouvrages qu’ils ont lus, qu’ils les aient possédés ou empruntés.

Dans un second temps, le séminaire a porté sur l’étude de deux bibliothèques, présentées par Élise Meyer et Nelly Sciardis : celle de Robert Fossier et celle de Robert Delort, conservées dans une bibliothèque universitaire. En 2014, le service commun de la documentation (SCD) de l’université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis a reçu un don important : la bibliothèque personnelle de Robert Fossier, historien médiéviste de renommée internationale décédé en 2012. En 2016, sa femme, Lucie Fossier, également archiviste-paléographe et médiéviste, a confié à l’université la bibliothèque qu’elle partageait avec son époux. En 2017 Robert Delort, ami de Robert Fossier, lui aussi médiéviste de renom, a également fait don de sa bibliothèque personnelle au SCD de l’université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis.

Robert Fossier était archiviste-paléographe, conservateur à la bibliothèque historique de la ville de Paris, agrégé d’histoire et auteur d’une thèse intitulée La Terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du XIIIe siècle[1]publiée par les Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Paris-Sorbonne en 1968. Il a enseigné durant plus d’une vingtaine d’années à la Sorbonne et son apport a été majeur pour l’historiographie médiévale : il a en effet valorisé les disciplines dites auxiliaires comme l’archéologie méprisées par les historiens qui se concentraient alors surtout sur les sources narratives.

Robert Delort est normalien, agrégé d’histoire et auteur d’une thèse intitulée Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen-Âge[2] publiée par la Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome en 1980. Il a également passé une licence de sciences à l’Université Paris-VII. Il s’est notamment intéressé à l’histoire des relations entretenues par l’homme avec les animaux. Tout comme son ami Robert Fossier, il a profondément renouvelé le métier d’historien en confrontant des méthodes issues de disciplines antagonistes, à savoir les sciences humaines et les sciences de la nature.

Avec des profils aussi proches, on pourrait s’attendre à des dons semblables. Pourtant, ces dons se révèlent très différents. La bibliothèque d’un historien semble donc davantage être une manifestation de son être-au-monde et de son imaginaire plutôt qu’une simple matérialisation de son parcours professionnel. Elle est ainsi particulièrement riche d’enseignements et de perspectives pour le monde de la recherche.

La bibliothèque des époux Fossier est en réalité un don partiel et cohérent reflétant leur parcours professionnel. L’objectif de la convention de don a été clairement formulé : il n’était pas question de léguer l’intégralité de la bibliothèque du médiéviste, mais de compléter les fonds d’une université faiblement dotée en ressources documentaires par rapport à ses homologues lillois et parisiens et ainsi de donner le goût de l’histoire médiévale aux étudiants. On trouve d’ailleurs parmi ces ouvrages plusieurs manuels destinés aux étudiants de première année d’histoire. Le don est un fonds riche et cohérent comprenant 1789 monographies et 856 numéros de revues portant sur l’histoire médiévale et notamment sur l’histoire rurale, spécialité de Robert Fossier. La question du traitement du don a également été abordée. Ce dernier a été tout particulièrement contrôlé. En effet, les époux Fossier avaient déjà organisé et mis en scène les titres en fonction de leur futur lieu de conservation. D’ailleurs, la convention de don pilotée par Madame Fossier précisait bien qu’il fallait respecter le classement de Robert Fossier et conserver l’entièreté du don, même si la bibliothèque universitaire disposait déjà de certains des titres. Lucie Fossier a été particulièrement attentive aux différentes étapes du traitement du don, notamment au déménagement et à la conception d’une salle dédiée dans la bibliothèque.  Les enseignants-chercheurs de l’université ont également étroitement collaboré avec le personnel de la bibliothèque pour penser la postérité de ce don au sein de cette dernière.

Ce don comprend également des documents inédits. On trouve ainsi, glissés dans plusieurs monographies, plus de 550 comptes rendus de lecture sous forme dactylographiée ou manuscrite. Ce qui renseigne également sur la façon dont Robert Fossier traitait ses lectures : il n’avait pas pour habitude d’annoter les documents mais préférait les synthétiser au moyen de fiches.

Ces comptes rendus ont fait l’objet de publication dans des revues spécialisées comme Historiens et Géographes. Il s’agit donc de documents d’avant publication, assez exceptionnels puisqu’en général les documents de ce type sont détruits. Cette trace conservée du cheminement intellectuel de Robert Fossier peut être utile pour les médiévistes intéressés par les apports conceptuels de Robert Fossier à l’historiographie médiévale mais aussi pour les historiens spécialisés dans l’historiographie du XXème siècle.

Ce premier don a ensuite été complété par Lucie Fossier avec 288 ouvrages consacrés aux sources documentaires médiévales dont les époux partageaient la lecture à des fins professionnelles. Le partage de ces lectures se comprend particulièrement au regard du parcours professionnel de Madame Fossier, archiviste-paléographe, médiéviste, mais aussi directrice adjointe de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT). Cela amène cependant à une réflexion plus large : il ne faut pas oublier que les bibliothèques sont bien souvent partagées et collectives. Ce deuxième don présente également une autre particularité : il a permis de récupérer une partie des outils de classement de Robert Fossier laissant apparaitre son cheminement mental et sa formation de chartiste. Cela se matérialise par de nombreuses feuilles volantes (18 201) contenant des notes sur des sources consultées dans différentes institutions, assemblées en différentes liasses, le tout ordonné dans un mobilier à tiroirs présentant des fiches classées par ordre alphabétique de nom de personnes, de lieux et de mots-clés, chaque fiche renvoyant à la feuille correspondante contenue dans l’une des liasses. Le mobilier récupéré par la bibliothèque (qui n’est pas l’original, ce dernier ayant été récupéré par les enfants du couple) a donc été reconditionné avec l’aide de Lucie Fossier. Ces éléments n’ont été confiés à la bibliothèque qu’au deuxième don, sur l’initiative de Madame Fossier, puisqu’ils devaient à l’origine être détruits.

La présence de dédicaces nombreuses au sein des deux dons Fossier est également à noter puisqu’elle révèle qu’un bon nombre des titres présents dans le fond sont des cadeaux. La bibliothèque d’un chercheur peut donc aussi être le reflet des liens tissés avec ses collègues et amis.

La question de l’accueil des dons Fossier au sein de la bibliothèque universitaire a également été abordée au cours de cette communication. Les documents sont en libre accès et empruntables à domicile comme le précisait la convention de don. Ils sont également disponibles pour le prêt entre bibliothèques avec consultation sur place pour l’établissement demandeur. Pour le premier don, 69% des documents étaient des titres inédits et ont donc complété la collection de la bibliothèque. Les documents sont référencés numériquement mais deux catalogues alphabétiques et thématiques imprimés proposent un panorama exhaustif des monographies de ce don. En accord avec la convention de don, ce fond est mis en valeur dans une salle dédiée, classé par typologie et par thématique exactement comme il était classé dans la bibliothèque de Robert Fossier. Conserver ce classement permet d’éclairer les historiens intéressés par la pensée et les méthodes de travail de ce médiéviste et par les concepts et l’univers mental d’un chercheur du XXème siècle. Pour le deuxième don un système d’étiquettes de couleur a également été mis en place. Les comptes rendus de lecture, les liasses et le mobilier à tiroir sont quant à eux conservés dans le magasin de la bibliothèque universitaire et peuvent être consultés sur place par les chercheurs qui le souhaitent.

En conclusion, la bibliothèque des époux Fossier s’adresse à un public bien plus large que prévu : de l’amateur découvrant cette collection d’un particulier dans son classement d’origine, aux historiens intéressés par les méthodes de recherche du XXème siècle pouvant accéder aux comptes rendus de lecture, aux liasses et au mobilier à tiroir, en passant par les étudiants ayant accès aux ouvrages ou révisant dans la salle qui lui est dédiée. La bibliothèque universitaire valorise également ce fond par l’organisation de colloques à destination des enseignants-chercheurs comme celui organisé en l’honneur de Robert Fossier en 2015 ou par des événements plus grands public comme les journées européennes du patrimoine en 2017.

La deuxième partie de cette communication portait sur le don de Robert Delort et insistait particulièrement sur les similarités et les différences entre ce don et celui des époux Fossier. En 2017, Robert Delort a émis le souhait de faire don de la majeure partie de sa bibliothèque au SCD de Valenciennes par volonté que celle-ci soit conservée avec le fond des époux Fossier (Robert Delort était un ami de Robert Fossier). Une fois la convention de don signée en mars 2018, le SCD a procédé au déménagement de 162 caisses et cartons. Il s’agit donc d’un don particulièrement important et il est d’ailleurs encore aujourd’hui difficile d’estimer le nombre exact de documents qui le composent (on compte 5000 titres rien que pour les livres et les thèses).

Un inventaire a été effectué et a permis de mettre en avant une différence fondamentale entre ce don et celui de Robert Fossier : la bibliothèque de Robert Delort ne se limite pas à l’histoire médiévale et même pas à l’histoire tout court qui ne représente que 44% des livres du don. Sa bibliothèque révèle sa grande curiosité, son attrait pour les autres cultures et pour la vulgarisation scientifique. Elle reflète son parcours professionnel mais aussi son imaginaire puisque les différents documents qui y sont présents, qu’il s’agisse de livres, de thèses, de revues, de tirés à part, de documents non édités, de notes manuscrites ou encore d’objets, ont façonné la pensée et les concepts de cet historien. Sa bibliothèque est composée de documents rédigés en différentes langues (on trouve des documents en français, en anglais, en allemand, en russe, en italien et en arabe) et de niveaux de précision variés avec des ouvrages de vulgarisation côtoyant des ouvrages universitaires pointus. Cette bibliothèque est tout de même en partie le reflet du parcours professionnel atypique de son propriétaire : rappelons que s’il est docteur et agrégé en histoire, Robert Delort est également titulaire d’une licence en science (ce que l’on peut relier à la présence de différents ouvrages sur la science dans sa bibliothèque). Il a également appris de nombreuses langues lors de son passage à l’université de Hambourg.

La bibliothèque de Robert Delort n’était pas uniquement utilisée par Robert Delort, mais par tous les membres de la famille, les livres de travail n’étant pas séparés de ceux du reste de la famille. La théâtralisation de cette bibliothèque était donc assez faible contrairement à celle de Robert Fossier. Les livres étaient omniprésents dans la maison : on en trouvait dans les chambres, dans le salon et dans la cave (qui a été inondée ce qui a abîmé certains documents). De plus, contrairement à la bibliothèque de Robert Fossier, les documents de Robert Delort n’étaient absolument pas classés et la convention de don donnait à la bibliothèque la liberté de traiter le don comme bon lui semblait. Tous les documents n’intègreront d’ailleurs pas les collections de la bibliothèque.

L’absence de classement des nombreuses disciplines représentées dans les documents de la bibliothèque de Robert Delort (histoire médiévale évidemment, mais aussi histoire moderne et contemporaine, archéologie, lettres modernes, biologie, économie, zoologie, géographie ou encore art) prouve que les frontières entre elles importaient peu pour cet historien au cours de ses recherches. Les concepts et méthodes de cet historien, probablement en partie trouvés au hasard de ses lectures, ont été jugés particulièrement innovants lors de la publication de sa thèse qui mêle à l’histoire des références liées à la zoologie, à la thermorégulation humaine ou encore à la littérature à une époque où les disciplines utilisées par les historiens étaient plutôt l’économie, la géographie ou l’archéologie.

Pour ce qui est de la gestion du don, la liberté dont jouit l’université de choisir parmi les documents ceux qui lui paraissent les plus pertinents pour intégrer les fonds de la bibliothèque universitaire est une chance, mais c’est également un véritable dilemme du fait notamment de l’absence de classement. Se pose en effet la question des limites d’une bibliothèque d’historien quand ce dernier ne la sanctuarise pas dans un espace dédié : faut-il s’intéresser aux lectures autres qu’universitaires ? Faut-il garder uniquement les livres utiles à la communauté universitaire ? Le choix a été fait de conserver les documents en lien avec l’histoire de l’environnement. 197 documents ont ainsi été valorisés lors du colloque « Les animaux… L’histoire continue » tenu les 28 et 29 novembre 2019. Cet ensemble documentaire constitué de documents rares (thèses, revues spécialisées, comptes rendus de colloques non édités) couplé à une politique d’achat spécifique permet au SCD de proposer un fond particulièrement intéressant sur l’histoire des animaux.

Comme celui de Robert Fossier, le don de Robert Delort contenait certains documents manuscrits mais mélangés cette fois avec les livres, il n’y avait pas de lots distincts. Parmi ces documents, on trouve des brouillons d’articles, des brouillons de cours, des notes de lectures, des corrections de travaux étudiants et des correspondances avec d’autres chercheurs.

Robert Delort a pu découvrir lui-même les premiers résultats du traitement de son don lors de sa visite dans le cadre du colloque de novembre 2019, ce qui est assez rare puisque souvent les dons de bibliothèques sont en réalité des legs. La politique documentaire reste véritablement à établir mais il est quasiment certain que les ouvrages universitaires seront conservés si possible. Pour les autres documents la décision n’est pas encore arrêtée, se pose la question de la pertinence de garder les livres de vulgarisation ou la littérature de poche. Se pose également la question des choix spatiaux puisque s’il est sûr qu’une partie de la collection sera à proximité de celle de Robert Fossier pour permettre un dialogue entre elles, il peut aussi être envisagé de mêler certains documents comme des manuels généraux d’histoire par exemple avec les autres exemplaires de la bibliothèque en y ajoutant un élément de reconnaissance. Une autre idée centrale de la politique documentaire est de mettre en avant la fertilisation croisée des disciplines dans la réflexion de Robert Delort mais cela pose également des problèmes spatiaux puisque cela implique de conserver les ouvrages de sciences de la nature alors qu’ils sont d’ordinaire séparés des ouvrages d’histoire et disposés dans une autre bibliothèque. La gestion de ce don n’est donc pas de tout repos et de nombreux choix doivent être opérés.

En conclusion, les bibliothèques de Robert Delort et de Robert Fossier, bien que foncièrement différentes tant par leur contenu que par leur apparence, s’alimentent l’une et l’autre. L’amitié des deux chercheurs est perpétuée au travers de leurs bibliothèques et la valorisation de ce lien, inédite au sein d’un établissement universitaire, permet de rendre ces fonds plus vivants car communiquant entre eux. . Leurs thématiques sont à la fois proches car fondamentalement liées à l’histoire médiévale tout en ayant de grandes spécificités, l’histoire rurale pour Fossier et l’histoire de l’environnement et des animaux pour Delort, elles permettent un enrichissement mutuel. Les étudiants et les chercheurs ont également accès aux documents rares et très spécifiques des deux historiens afin d’alimenter leurs propres champs de recherche. Si le traitement de ces dons est très prenant et nécessite une véritable réflexion en termes de ressources humaines, il s’agit d’un apport remarquable pour la bibliothèque. Ces fonds sont également vivants puisque consultables sur place, empruntables, éligibles au prêt entre bibliothèques malgré le risque de perte ou de dégradation. Lucie Fossier et Robert Delort ont tous deux préféré privilégier l’usage des livres à l’assurance de leur pérennité. Cette volonté de rendre le don utile transparait également dans le choix de Robert Fossier de léguer sa bibliothèque à une université dans laquelle il n’avait jamais exercé, pour en faire profiter les étudiants n’ayant pas facilement accès aux bibliothèques des grandes universités.

Après cet exposé, la séance s’est poursuivie avec deux interventions présentant quelques réflexions et quelques exemples relatifs à ce type de don dans d’autres contextes.

Anaïs Mauriceau, responsable de la Bibliothèque d’Antiquité d’Aix (BiAA) située à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme a réagi à l’intervention en exposant la façon dont se déroulent les dons à la BiAA. Celle-ci étant une bibliothèque de recherche spécialisée dans l’Antiquité, les chercheurs y faisant des dons se considèrent d’abord comme archéologues avant de se considérer comme historiens. Ils gèrent ainsi différemment leur bibliothèque. Ils font des dons d’ouvrages pour compléter la collection de la bibliothèque mais ils confient plutôt tout ce qui concerne les archives et les notes de recherches soit à l’équipe avec laquelle ils travaillaient (sur un site de fouille par exemple) soit à des services de recherche archéologique départementaux ou régionaux. La BiAA a aussi reçu quelques dons importants, principalement des tirés à part dont la gestion est compliquée en termes de temps et de ressources humaines. La BiAA a eu la chance de recevoir deux legs importants : le premier de Paul-Albert Février constitué de près de 10 000 tirés à part qu’il avait préalablement classés et indexés et le deuxième de Pierre Nautin comprenant également près de 10 000 tirés à parts qui n’étaient pas classés (ce sont les descendants de Pierre Nautin qui en ont fait don à la BiAA). Le traitement de ce deuxième don est donc compliqué et, plus de vingt ans après, les équipes de la bibliothèque continuent d’inventorier et de classer ces tirés à part.  Contrairement aux cas présentés dans l’exposé, les tirés à part sont conservés tous ensemble dans une salle, il n’y a pas de salle dédiée à chaque don. Les apports de ces dons sont ainsi directement intégrés dans les rayonnages de la bibliothèque et l’identification de leur donateur est faite sur le site web de la bibliothèque.

Jean-Christophe Peyssard, responsable de la Médiathèque sciences humaines et sociales de la MMSH a apporté quelques réflexions en complément de l’exposé. Il a évoqué la gestion des dons faits à la section bibliothèque de la médiathèque SHS de la MMSH et a insisté sur l’importance de l’environnement et de l’organisation de la bibliothèque du chercheur. Il a ainsi évoqué l’organisation de la bibliothèque de George Duby quand l’équipe de la bibliothèque (dont il faisait déjà partie) est allée la récupérer dans sa villa au Tholonet. Il s’est également souvenu de sa frustration à l’époque vis-à-vis de la gestion de ce don puisque le don a été séparé : une partie a été récupérée par la médiathèque de la MMSH et une autre (dont des livres d’art et des thèses précieuses) a été envoyée à Paris. Jean-Christophe Peyssard a bien expliqué que conserver la totalité du don aurait été bien trop compliqué, la bibliothèque ne disposant pas de la capacité nécessaire. La question de la façon dont les chercheurs cherchent à marquer leur passage en faisant ce type de dons a également été posée. La médiathèque de la MMSH a connu plusieurs configurations de dons. Elle a acheté par le passé des bibliothèques de chercheurs disparus auprès de leurs familles, ce qui ne se fait plus aujourd’hui, mais elle a également connu des dons de chercheurs encore vivants. Jean-Christophe Peyssard a ainsi détaillé le cas d’un don fait par un chercheur vivant qui désire donner à la bibliothèque des livres qu’elle doit posséder selon lui. Nous sommes donc en présence d’un cas où le donateur influe directement sur la politique documentaire de la bibliothèque. La bibliothèque doit ainsi bientôt acquérir un exemplaire de Tintin au pays de l’or noir puisque, selon ce donateur, la bibliothèque doit disposer de tous les livres qui peuvent marquer une relation avec le monde arabe et le Maghreb. Se pose aussi la question des possibles tensions entre la communauté scientifique qui souhaite réunir des fonds et parfois ne pas y faire de sélection, et les bibliothécaires. Il est évoqué également le « retour sur investissement », le traitement des dons requérant la mobilisation de ressources humaines alors que le personnel de la bibliothèque ne dispose pas forcément du temps nécessaire. Un autre problème se pose en lien avec cette question : depuis une vingtaine d’années il y a une tentative de créer un système de communication scientifique cohérent et internationalisé, ce type d’objectif est également très demandeur en temps et en ressources humaines et l’on peut se demander s’il est accomplissable tout en continuant d’assurer le traitement des dons. La question de la pérennité de ces bibliothèques a également été abordée. De nombreuses bibliothèques du CNRS ont par exemple été réunies au sein du grand équipement documentaire (GED) à Condorcet. Il est donc important, face à ces bibliothèques qui ne seront peut-être pas pérennes et face à des dons qui ne pourront être conservés en intégralité, d’assurer une bonne traçabilité des documents en documentant les dépôts et en produisant des catalogues détaillés.

Après les interventions d’Anaïs Mauriceau et de Jean-Christophe Peyssard, plusieurs échanges ont eu lieu entre plusieurs participants (y compris les quatre personnes précédentes), des échanges qui ont mis en avant un certain nombre de questions et de réflexions.

Ainsi l’importance de l’inventaire des dons a été souligné à nouveau. En effet, certains documents ne pouvant pas être conservés, l’inventaire peut se révéler très utile pour appréhender le contenu d’un don. Il est également important de prendre des photos de la bibliothèque au domicile du donateur dans sa configuration initiale avant le déménagement puisque certains éléments échappent également à l’inventaire. Il n’est cependant pas toujours aisé ou possible de prendre des photos, pour le deuxième don Fossier par exemple, certains documents étaient disposés dans la chambre de Madame Fossier et n’ont pas pu être photographiés. Les photos de bibliothèques dans leur configuration initiale fournissent des informations inédites, dans une bibliothèque n’ayant pas de classement apparent par exemple, il y a tout de même un classement qui est celui de l’usage visible seulement grâce aux photographies. La complémentarité des photos et des inventaires permet de conserver une vision de l’ensemble du don même si certains éléments ne sont pas conservés.

L’idée de mener des entretiens avec les chercheurs faisant des dons a également été évoquée. Les enregistrements de tels entretiens durant lesquels les chercheurs parleraient de leur bibliothèque pourraient en effet être très utiles pour avoir une meilleure représentation de cette dernière. Pour le don des époux Fossier, il n’y a pas eu ce genre de démarche mais pour le don Delort, les entretiens réalisés avec Nicole Delort ont permis de retrouver la trace des documents de la bibliothèque qui n’ont pas été récupérés (comme les bandes-dessinées des enfants par exemple).

La question du rôle des épouses des chercheurs transparait également lorsque l’on fait l’histoire de ce type de don. Il arrive en effet que les épouses des chercheurs accomplissent un véritable travail dans l’ombre en effectuant des tâches en rapport avec la production scientifique de leur mari, que ce soient des tâches de secrétariat ou des tâches scientifiques.

Un sujet de l’archivage du traitement des dons Fossier et Delort a été soulevé. Les conventions de dons ont été conservées mais les mails n’ont pas été archivés. D’ailleurs le fait qu’une bonne partie du traitement se fasse par mail peut poser des problèmes pour des dons dont le traitement s’étale dans le temps puisque si un nouveau personnel de bibliothèque est recruté et amené à travailler sur le traitement de ce don il n’aura pas forcément accès aux mails précédents. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé à Élise Meyer quand elle est arrivée au SCD de Valenciennes durant le traitement du don Fossier.

Une question relative à la conservation d’enregistrements audios et vidéos concernant Georges Duby a également été posée. Ce dernier a en effet donné de nombreuses interviews concernant ses travaux dans les médias. À la MMSH, une convention avec l’INA permet d’accéder à l’Inathèque et d’avoir accès à ce type de document mais la MMSH ne possède aucun droit de diffusion dessus. Des efforts sont faits pour associer dans les dépôts les émissions télévisées et radiodiffusées de ces chercheurs. Cependant d’autres cas de figures peuvent se présenter. Par exemple, dans le cadre de son don, Jean-Pierre Olivier de Sardan (anthropologue) a déposé ses propres enregistrements venant compléter ses publications.

La piste de réflexion relative à la création d’instruments de recherche de ce type de don est très intéressante car elle permet aux chercheurs le désirant de prendre connaissance du contenu exact des dons de bibliothèques de chercheurs sans qu’il soit besoin de conserver l’intégralité de ces dons. Les inventaires et les photographies évoqués précédemment accomplissent en partie cet objectif mais il serait également très intéressant de constituer de nouveaux instruments en décrivant précisément le contexte de production du fonds et le travail réalisé par l’archiviste ou le bibliothécaire sur ce fonds (puisqu’il agit matériellement dessus).

L’aide apportée par la communauté des enseignants-chercheurs dans le cadre du traitement des dons Fossier et Delort a été soulignée. Les médiévistes de l’université, également disciples de Fossier et Delort ont prêté main forte aux équipes du SCD qui a d’ailleurs pu acquérir le don Delort en partie grâce à l’une des médiévistes de l’université qui était une ancienne élève de Robert Delort. Cette collaboration avec les enseignants-chercheurs s’est révélée tout à fait bénéfique pour des aspects purement pratiques, l’une des médiévistes a par exemple pu aider à déchiffrer l’écriture de Robert Delort.

La question de la consultation des fonds Fossier et Delort au sein de la bibliothèque universitaire a aussi été posée. Ils ont un taux de rotation plus faible que les autres collections (vers les 10%). En revanche, la salle Fossier est très fréquentée et est vue comme calme est propice au travail. En plus de cela, les enseignants-chercheurs sont presque prescripteurs des étudiants en leur fournissant des listes de documents à consulter dont certains sont issus de la salle Fossier, notamment des sources éditées qui permettent un lien entre la formation et la recherche, lien que cherche à promouvoir l’université. Cette dernière prévoit de créer une fondation pour promouvoir un lien entre l’histoire de l’environnement et d’autres disciplines de l’université qui pourrait particulièrement valoriser le fond Delort qui est multidisciplinaire. Ces dons constituent une chance pour le SCD puisqu’ils permettent une présence physique des sciences humaines et sociales dans la bibliothèque d’une université qui, parce que multidisciplinaire, donne une part importante aux disciplines des sciences dures. Le traitement de ces dons répond donc aux axes de dialogue entre le pôle Humanités qui rassemble les disciplines en lettres, sciences humaines, arts, droit et cogestion, et le pôle Sciences et Techniques mis en place par l’université.

Une dernière réflexion très intéressante a également été présentée à la fin de la discussion. Certaines bibliothèques de chercheurs peuvent se retrouver dispersées en différents endroits de façon volontaire ou non. Par exemple, une partie de la bibliothèque de Georges Duby est conservée à la médiathèque de la MMSH et une autre partie a été confiée par Madame Duby à l’IMEC (Institut Mémoire de l’édition contemporaine). Mais d’autres documents se sont retrouvés au sein de l’UMR TELEMME (laboratoire de recherche situé à la MMSH) car il s’agissait des documents présents dans son bureau à l’université. Parmi ces archives professionnelles on trouve notamment des documents relatifs à son activité de professeur (notes de cours, copies d’élèves) mais également à son activité en tant que fondateur d’un centre de recherche (ancêtre de TELEMME) et des compléments liés à des projets d’ouvrages puisqu’en plus de travailler chez lui il travaillait probablement aussi à l’université. Il faut donc prendre en compte qu’il existe peut-être des archives professionnelles dispersées qui peuvent se retrouver quelque part car le chercheur n’a pas pensé à les récupérer. Il est donc très important de mettre en dialogue toutes les archives et tous les fragments d’archives concernant le chercheur dont on dispose pour avoir une vision la plus exhaustive possible de ce qu’était sa personnalité intellectuelle.

Les présentations abordant toutes les deux la question de la bibliothèque de l’historienne et de l’historien permettent de relever l’ambiguïté de l’archive du chercheur. La bibliothèque peut-elle être considérée comme archive ? Les interventions de Jean-Charles Geslot et de Élise Meyer et Nelly Sciardis donnent des éléments de réponse en interrogeant le chercheur sur sa représentation de sa bibliothèque, de son traitement et de sa conservation à travers des exemples de dons.

Billet collectivement rédigé par Manon Groisillier, Johan Lefel, Florent Malia, Tina Leyer, Vincent Garin, Rayane Berrabouh et Mathilde Garcia, et révisé par Emmanuelle Chapron.


[1] Fossier Robert, La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du XIIIe siècle, Paris-Louvain, Nauwelaerts, 1968, Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Paris-Sorbonne, série « Recherches ».

[2] Robert Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Age (vers 1300-vers 1450), Rome, Ecole française de Rome, 1978, Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome.