Faire de l’histoire avec les bibliothèques (XVIIe-XIXe s.)

Programme de la conférence Histoire et civilisation du livre, Ecole pratique des hautes études, 2021-2022

(programme en cours d’élaboration)

Si les historiens se représentent souvent comme des ogres d’archives, ils sont aussi, fondamentalement, des hommes et des femmes de bibliothèques, entretenant avec elles des liens riches et multiples.

Publique ou particulière, la bibliothèque est d’abord un lieu de travail. Quarante années d’enquêtes sur les publics ont montré que les étudiants en histoire forment les plus gros bataillons des bibliothèques universitaires, et que la salle d’histoire de la BnF est la plus fréquentée de toutes. Récemment, l’enquête menée par le groupe BiblHis a mis en lumière l’attachement des historiens à leur propre bibliothèque, souvent imposante (la moitié des interrogés estime avoir plus de mille ouvrages), voire envahissante, transfigurant des étagères suédoises sans âme en un décor unique, enrichi de souvenirs, d’objets et de photographies, arrière-plan idéal de toute projection de soi, dans une connivence jouissive avec ses pairs.

Virtuelle ou réelle, la bibliothèque est ensuite une ressource pour l’historien, vaste entrepôt bibliographique, conservatoire de sources imprimées, voire d’archives. Les normes en vigueur dans le métier, qui imposent d’indiquer la localisation des archives mais non celle des livres consultés, à moins que des particularités d’exemplaires n’imposent de les identifier plus précisément, participent à l’invisibilisation de cet instrument de travail. On le retrouve parfois par la bande, dans les remerciements qui évoquent la sociabilité du café des Temps de la Bibliothèque nationale, ou l’amabilité de tel ou telle bibliothécaire municipale.

Enfin, les bibliothèques sont un objet d’histoire. Si peu d’historiens travaillent sur l’histoire des bibliothèques, beaucoup leur font une place, secondaire, marginale ou infrapaginale, dans leurs travaux d’histoire sociale, politique, intellectuelle, culturelle ou religieuse. On se propose ainsi de mettre en lumière comment on fait l’histoire avec les bibliothèques, celles du passé et, en passant, celles du présent.

1. Bibliothèques et histoire sociale (12 novembre)

2. Le genre des bibliothèques (3 décembre)

3. Bibliothèques et milieux intellectuels (7 janvier)

4. Politiques de la bibliothèque (28 janvier)

5. Prix et valeur, échange et crédit (18 février)

6. Localisation – circulation  (11 mars)

7. Espace, mobilier : la bibliothèque comme lieu (1er avril)

8. Outils de savoir : ranger, classer, trier, cataloguer (22 avril)

9. Les métiers de la bibliothèque (13 mai)

10. Le goût des bibliothèques (3 juin)

À la recherche de la bibliothèque disparue : Saint-Omer, un collège et ses livres, par Marguerite Cinotti (ENC). Séance de clôture du séminaire Histoire et civilisation du livre, EPHE, 4 juin 2021, 14-16h.

Gravure du collège des jésuites anglais de Saint-Omer par Guillaume Lorrain-Montbard, vers 1689 (Stonyhurst Special Collections)

Le collège des jésuites anglais de Saint-Omer fait partie de cette guirlande de collèges et de couvents installés sur la rive méridionale de la Manche à partir de la fin du XVIe siècle. Pont entre deux rives, il abrite une communauté tendue vers l’effort missionnaire et l’éducation des rejetons des familles catholiques anglaises et américaines. Sa bibliothèque présente une configuration originale pour l’historien. On cherchera en vain des archives « classiques » : les pères ont brûlé leur archivium au moment de l’exil de 1762, aucun inventaire ne semble avoir été dressé à cette date et les destructions de 1915 ont fait le reste. Mais la bibliothèque se laisse approcher par les livres eux-mêmes, laissés par les pères dans leur fuite ou emportés de Saint-Omer à Bruges en 1762, à Liège en 1773, à Stonyhurst enfin en 1794. Sur ces centaines de volumes, Marguerite Cinotti a relevé de nombreuses marques qui permettent de mener une archéologie de la bibliothèque et de retrouver la trace des usages du livre, ceux des pères et des écoliers qui travaillent et s’amusent plume à la main. C’est à une histoire de la bibliothèque inscrite dans des contextes socio-politiques mouvants, des environnements urbains, des communautés virtuelles ou réelles, des circuits économiques, dans toute une série d’« écosystèmes » imbriqués, qu’elle nous convie.

Elève de l’Ecole nationale des Chartes, Marguerite Cinotti vient de soutenir sa thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, préparée sous la direction de Mme Christine Bénévent.

Séance à distance, sans inscription préalable.

Lien Zoom disponible sur demande à emmanuelle.chapron@univ-amu.fr