Le musée-bibliothèque Arbaud

Ce texte a été rédigé par par Beatrice Falcucci,doctorante à l’université de Florence, Erika Carminati, qui a réalisé sa thèse en co-tutelle à l’université de Padoue et à l’EPHE et Angelo Odore,doctorant au Centre Norbert Elias, en cotutelle avec l’université de Teramo. Ils ont participé à l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), les Archives nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).

Le musée-bibliothèque Arbaud se situe dans un hôtel particulier du quartier Mazarin, à Aix-en-Provence. Il doit son nom à son ancien propriétaire, Paul Arbaud (1832-1911), collectionneur et bibliophile, lequel y installa non seulement sa demeure, mais aussi un cabinet de curiosités et sa bibliothèque de livres manuscrits et imprimés. En 1910, un an avant sa mort, Paul Arbaud léguait l’hôtel et ses collections à l’Académie des Sciences, Agriculture, Arts et Belles-Lettres d’Aix, dont il était membre d’honneur.

L’ académie, fondée en 1808, possédait déjà son propre fonds d’ouvrages qu’à partir de 1912 elle fusionna et conserva avec le patrimoine d’Arbaud, donnant ainsi vie à un musée- bibliothèque qui sera enrichi dans les années suivantes grâce à de nouvelles acquisitions et à diverses donations. Le patrimoine muséal est aujourd’hui constitué de nombreux objets d’art tels que des sculptures, des meubles, des céramiques, des dessins et des œuvres graphiques.

La bibliothèque possède un fonds très riche et diversifié d’environ 148 000 pièces : manuscrits et livres imprimés (dont le noyau originel reflète les intérêts d’Arbaud dans les domaines de la culture régionale, de la bibliophilie, des arts en général et des arts décoratifs en particulier, dont la céramique). Le fonds comporte des dossiers d’archives, des documents institutionnels, de la correspondance, ainsi qu’un fonds de publications académiques et de périodiques. Même s’il y a peu de revues vivantes, ce fonds est particulièrement intéressant pour l’abondance des journaux et revues en provençal du XIXe siècle. Une petite partie du fonds documentaire est aujourd’hui cataloguée par l’ABES et consultable sur le catalogue du SUDOC.

Au sein de notre école d’été, le 12 juillet 2019, nous avons eu la possibilité de visiter le musée-bibliothèque et son patrimoine. Grâce à l’accueil de Mme Dominique Mazel, responsable pour l’Académie des Sciences, Agriculture, Arts et Belles-Lettres d’Aix, de la bibliothèque Arbaud, nous avons pu non seulement admirer les intérieurs du bâtiment et ses décorations, mais aussi observer de manière directe plusieurs pièces de la collection d’ouvrages et d’archives. Pour témoigner de hétérogénéité de la collection, on peut citer : une bulle d’Alexandre VI, deux registres de visites pastorales de deux évêques d’Apt du XVIIe siècle, deux livres d’arithmétique du début du XVIIe siècle, deux manuscrits enluminés, un livre d’heures de la fin du XVe siècle et l’Introduction à l’astrologie de Michel Scot (vers 1230).

Le fonds Mirabeau

Nous avons également pu examiner certains documents du fonds Mirabeau. Il s’agit d’un fond privé de la famille Mirabeau légué par Mme de Martel (1849-1932), plus connue sur le pseudonyme de Gyp, femme de lettres, arrière-petite-nièce de Mirabeau et dernière descendante des Riquetti de Mirabeau. Ce fonds familial privé – qui a été donné avec une galerie de 18 portraits des membres de la famille – est très riche et contient des documents fondamentaux non seulement pour l’étude de la personne de Mirabeau, mais aussi pour celui de la vie culturelle, sociale et politique de l’époque. Par exemple, nous avons pu consulter certains documents faisant partie du dossier n° 102 « De l’esclavage et de la traite des Noirs. Lettres de Clarkson (1760-1846) à Mirabeau », lequel inclut aussi un schéma d’un navire négrier avec la disposition, à l’intérieur, des africains déportés.

La Révolution française, l’esclavage et les colonies

Pendant longtemps, la question des relations entre la Révolution en France et les révolutions dans les colonies est restée inexplorée, de même que celle de la présence, ou non, dans la métropole française, d’un courant de pensée et d’action remettant en cause le colonialisme et le système économique, politique et intellectuel qui le produit1. James met en lumière la présence en France, avant et pendant la Révolution, d’un courant de pensée et d’action qui a lié l’anti-esclavagisme à l’anti-colonialisme, qui a pensé, à partir de l’indépendance des États-Unis et des révoltes des esclaves, l’indépendance noire, et qui a donc pensé des relations nouvelles entre les peuples2.

En 1792, Thomas Paine, dans son ouvrage intitulé les Droits de l’homme, proposa un projet très concret de relations nouvelles entre les peuples, anti-belliciste et anticolonialiste, au moment où les processus révolutionnaires en Amérique et en France offraient une occasion qu’il estimait exceptionnellement favorable à la réalisation d’un tel projet. “La Société des Amis des Noirs” réalisait un énorme travail de préparation des débats depuis le début de la Révolution. Cependant, cette Société a trouvé un écho et un relais essentiel dans la “Société des Amis de la Constitution” et dans des clubs de gens de couleur en France et aux Antilles. Il existe encore d’autres lieux : les journaux, par exemple celui de Marat, qui suivit les débats de très près3.

Georges Hardy a consacré un article à Robespierre et la question noire en 1920, qui a nourri l’historiographie jusqu’à aujourd’hui. L’auteur rappelle que la légende thermidorienne contre Robespierre laisse préjuger que les questions coloniales n’auraient pas retenu son attention, à l’exception du débat à l’Assemblée constituante de mai 1791. A partir des discours de Robespierre, G. Hardy élabore la thèse suivante: Robespierre aurait été par principe opposé à la traite, à l’esclavage et à l’aristocratie de l’épiderme et favorable à la conservation des colonies. Ce point étant lié à la thèse selon laquelle Robespierre aurait défendu l’intérêt national entendu comme l’intégrité du domaine français4. Robespierre présenta à la Convention, un projet de déclaration des droits de l’homme et du citoyen, le 24 avril 1793. L’objectif était de construire un pouvoir économique qui n’entrât pas en concurrence avec la vie des êtres humains ; cette économie rejette explicitement toute forme de domination d’un autre peuple, tout comme le projet de Paine5.

Le 24 juin, la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen votée par la Convention était anti-esclavagiste par principe. Toutefois, l’article 18 tint à le préciser : « Tout homme peut engager ses services, son temps ; mais il ne peut se vendre, ni être vendu ; sa personne n’est pas une propriété aliénable. ». Par ailleurs, la Constitution de 1793 n’est pas colonialiste. Elle ne mentionne aucune colonie, ni possession étrangère. Mais dira-t-on, il y avait des députés des colonies au moment de ce vote. Ce n’est alors pas un « oubli » de la part des conventionnels. C’est pensons-nous, une politique clairement exprimée par le texte même de la Constitution et qui prépare la suppression du colonialisme et des possessions étrangères6.

Le 24 janvier 1795, Pelet présenta un rapport sur les colonies. La séance fut ouverte par une députation des gens de couleur de Paris, qui rendirent hommage à la Constitution de 1793. Puis, le rapport Pelet fut discuté. La question était de savoir si l’on allait appliquer le décret du 16 pluviôse dans les colonies de l’océan Indien. Gouly s’y opposa carrément, et développa un projet de conquête de l’Inde. A la suite d’un débat houleux qui dura jusqu’au 13 février, la Convention remit au vote la déclaration du 16 pluviôse en ce qui concernait les colonies de l’océan Indien. Il y eut 482 votants, 304 ont voté pour le maintien de la déclaration du 16 pluviôse, et 178 contre. Ce vote est important, car il remettait en cause une décision de nature constitutionnelle. Exista, alors, un parti ouvertement esclavagiste dans la Convention7.

  1. Y. Benot, La Révolution française et la fin des colonies, 1988 []
  2. C.L.R. James, Les Jacobins noirs : Toussaint-Louverture et la Révolution de Saint-Domingue, 1938 []
  3. C. Mazauric« La Société des amis des Noirs (1788-1799). Contribution à l’histoire de l’abolition de l’esclavage » in Annales historiques de la Révolution française,1999, pp. 554-556. []
  4. G. Hardy, « Robespierre et la question noire » in Annales révolutionnaires, 1920, pp. 357-382. []
  5. J. Piquet « Robespierre et la liberté des noirs en l’an II» in Annales historiques de la Révolution française, 2001, pp. 69-91. []
  6. C. Wanquet, La France et la première abolition de l’esclavage, 1794-1802, 1998 []
  7. C. Wanquet, «Un Jacobin esclavagiste, Benoît Gouly» in Annales historiques de la Révolution française, 1993, pp. 445-46. []

Des papiers de la famille Loschi à la bibliothèque communale de Vicenza

Clémence Revest, spécialiste de l’humaniste italien au XVème siècle1, partage le souvenir de la découverte d’un fonds d’archives non inventorié à la bibliothèque communale Civittà Bertoliana, dans la ville de Vicenza, avec l’auditoire des journées d’études Archives en bibliothèques : regards croisés, chercheurs et professionnels2. Dans le cadre de la préparation de sa thèse3 pour laquelle elle cherche alors des sources, Clémence Revest s’intéresse aux trajectoires d’un petit groupe de lettrés de la cour pontificale du XVème siècle, et parmi eux à Antonio Loschi, secrétaire apostolique pendant 35 ans. Sur ce Vicentin, elle a jusqu’ici trouvé peu de choses ; mais elle a retenu une mention, dans des notes de bas de page relatives à la documentation qui ont nourri sa biographie : « Tiré de l’archivio Loschi ». C’est ainsi qu’elle se rend, sans trop savoir ce qu’elle y trouvera, à la bibliothèque communale Bertoliana, une journée d’été, dans le secteur « antique » des manuscrits. C’est la découverte de deux registres relatifs aux archives de la famille Loschi qu’elle raconte ici. Ces registres montrent l’extrême stabilité dans la conservation des archives familiales de l’élite sociale locale, puisque ce dépôt fait en 1941 couvre sept siècles de son histoire (12ème – 19ème siècle). Elle termine le récit de cette expérience par le signalement d’une découverte: non plus des archives dans une bibliothèque, mais d’un livre immergé dans les archives à la suite d’une erreur de cotation, le Liber Brevium, manuel personnel de chancellerie d’Antonio Loschi retrouvé aux archives nationales de France.

    Enregistré le 6 juillet 2018, à Aix-en-Provence (salle Paul-Albert Février), durée : 22min 50s.

Merci à Clémence Revest de son accord pour l’écoute en ligne de cette conférence placée sous licence CC-BY-NC.

 

 

Crédits photographiques : reproduction d’un manuscrit de la bibliothèque communale de Vicenza  ‘cc. 1v-14v),: Loschi, Antonio <ca. 1368-1441> (DBI, 66, 154-160) et Petrarca, Francesco <1304-1374> (ABI I 771, 24-185; II 461, 76-164; II S 64, 303-312; III 331, 332-416), mélanges, Incipit : Diu doynt bon your a mamie que part que soyt tot mantenant (c. 1v), expl. Que ye vueil tout dis amer or me doy eu, etc. (c. 1v) et fin : Diu est quod animus meus (c. 14v), expl. placeat me tui amantem, tuo aloq[…] refon[…] (c. 14v). Le document contient des copies de lettres d’Antonio Loschi et deux lettres de Francesco Petrarca.

  1. Clémence Revest est historienne, chargée de recherches au CNRS au sein du Centre Roland Mousnier (UMR 8596, Paris-Sorbonne), agrégée d’histoire et ancienne pensionnaire de l’École française de Rome. []
  2. Ces journées se sont tenues les 5 et 6 juillet 2018 à Aix-en-Provence à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence; []
  3. Clémence Revest a soutenu sa thèse en 2012, sous le titre Romam veni. L’humanisme à la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417), sous la direction d’Élisabeth Crouzet-Pavan et de Jean-Claude Maire Vigueur. []