Une école d’été pour penser les collections méditerranéennes : Understanding Mediterranean Collections, 8-17 juillet 2019, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme & Mucem.

Mis en avant

Rouleau d'archives aux ANOM, photographié en réserve le 8 juillet 2019La collection est un objet qui paraît aller de soi pour les chercheurs en sciences humaines et sociales. C’est en tout cas un objet de recherche bien identifié, qui constitue le thème de nombreux ouvrages et manifestations scientifiques1. Il est le plus souvent abordé au prisme d’une histoire sociale, culturelle et parfois économique des collections et des collectionneurs, dans la lignée des travaux ouverts par l’historien Krzysztof Pomian dans les années 1980. Il s’agit alors d’interroger les compétences culturelles et les dispositions sociales nécessaires pour s’engager dans le collectionnisme, les réseaux marchands et sociaux mobilisés pour rassembler les spécimens, les pratiques savantes dont les collections sont le lieu, leur institutionnalisation lorsque la collection devient musée ou bibliothèque municipale. Tout en mettant en valeur les collections méditerranéennes, le propos de l’école d’été Understanding Mediterranean Collections n’était pas d’être une immense visite guidée. Il était plutôt de faire de la collection, non seulement un objet d’étude commun aux historiens, aux historiens d’art, aux sociologues ou aux anthropologues, mais aussi une échelle d’analyse partagée par les chercheurs en sciences humaines et sociales.

Le projet partait d’un constat simple : les chercheurs travaillent sur des objets (manuscrits, œuvres d’art, artéfacts, vestiges archéologiques) sans toujours s’interroger sur les collections où ces objets sont conservés et d’où ils sont tirés pour être soumis au travail de l’analyse. Or la collection n’est pas seulement une grande boîte où se trouvent les objets : c’est le résultat d’opérations de sélection, de tri, d’organisation qui contribuent à donner un sens aux objets. Ce processus de sémantisation, devenu intrinsèque à l’objet étudié, est souvent oublié des chercheurs. Qu’un enregistrement oral, un incunable ou un vestige archéologique provienne de telle ou telle collection n’est pas simplement une métadonnée de son histoire, mais participe à l’interprétation scientifique qu’on peut lui donner2. La collection est un dispositif qui produit des canons, et ce d’autant plus qu’elle n’est jamais seule dans son genre. Or c’est à partir de ces répertoires que les chercheurs travaillent, d’où l’importance de s’interroger sur la manière dont ils ont été constitués.

COLLECTION de chaises égyptiennes

Continuer la lecture

  1. Le 145e Congrès national des sociétés savantes, qui aura lieu à Nantes en 2020, aura pour thème « Collecter, collectionner, conserver ». []
  2. Dominique Poulot soulignait que les œuvres d’art qu’on trouve aujourd’hui dans les musées occidentaux correspondent assez bien à celles que l’on trouve décrites dans les Vies des meilleurs peintres écrites par Giorgio Vasari au 16e siècle. À partir de cette époque, l’ouvrage a fonctionné comme un filtre, en guidant le choix des collectionneurs, avec une très grande efficacité, puisque, aujourd’hui, beaucoup de peintres mineurs de la Renaissance ne sont connus que par les documents d’archives. Toute leur production a disparu parce qu’elle n’a jamais été collectionnée. []

École d’été – Appel à candidature : Understanding Mediterranean Collections, 8-17 juillet 2019

La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), et dans le cadre du Réseau des centres de recherches en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES), organise une école d’été internationale à Aix-en-Provence et Marseille, du 8 au 17 juillet 2019 sur le thème : “Collections en Méditerranée / Understanding Mediterranean Collections”. L’école propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes.

Les études méditerranéennes s’appuient sur des ensembles de sources – archives, imprimés, manuscrits, iconographie, objets, vestiges archéologiques, documents sonores et audiovisuels – conservés dans des bibliothèques, des dépôts d’archives, des musées, des bases de données numériques. Ces ensembles sont souvent utilisés par les chercheurs sans tenir compte de leur statut de collection. Or ces ensembles sont le fruit d’opérations de rassemblement, de tri, de conservation, de transmission, parfois de dispersions, de destructions partielles ou totales, de reconstitutions virtuelles ou matérielles. Leur histoire peut être ancienne, stratifiée, mal documentée, ou résulter d’initiatives récentes, chargées d’enjeux politiques et culturels très vifs. Leur traitement archivistique peut aussi les avoir transformées, en particulier lorsqu’elles ont été numérisées et que leur structuration en formats de données informatiques les a rendues plus accessibles, plus visuelles, plus facilement utilisables.

Comment la constitution des collections a-t-elle accompagné la construction et l’évolution de l’objet scientifique qu’est la Méditerranée ? Comment exploiter des collections constituées selon une logique propre, tout en renouvelant les questionnaires que l’on peut développer à partir d’elles ? Comment documenter l’histoire des collections disparues, dispersées, détruites par les catastrophes ou les conflits ? Peut-on retrouver les réflexes savants issus de la consultation de supports analogiques dans la recherche et l’usage des collections numériques ? Comment constituer, exploiter et transmettre de nouveaux corpus documentaires ?

Le propos de cette école d’été est d’aborder de front les problématiques scientifiques et professionnelles, de manière à faciliter le dialogue et la collaboration entre les milieux de la recherche et les milieux de la conservation et de la valorisation patrimoniale.

L’école se déroulera de la manière suivante:

  • des conférences de chercheurs ou de professionnels internationaux enrichiront la réflexion par l’analyse de situations relatives aux autres pays européens et de la rive sud-méditerranéenne.
  • des visites dans des collections aixoises et marseillaises, conçues à la fois comme des conférences guidées et comme des formations sur site, seront conduites par un binôme chercheur-professionnel.
  • des ateliers méthodologiques encadrés par des chercheurs et des professionnels formeront les participants aux différentes modalités d’écriture employées dans l’analyse et la valorisation d’une collection (billet sur un carnet de recherche en ligne, livret de visite d’une collection, présentation sur le site de l’établissement, documentaire filmé ou montage sonore). Ces ateliers permettront aux participants de travailler à leur projet personnel qui sera présenté lors des séances de restitution.

Disciplines : Histoire – archéologie – ethnologie – archivistique – humanités numériques – histoire de l’art – sciences de l’Antiquité

Organisation : L’école d’été aura lieu principalement dans les locaux de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) et du MuCEM (Marseille). Elle offre à tous les participants le logement en résidence universitaire, ainsi que les déjeuners. Les frais de déplacement, les petits déjeuners et dîners restent à la charge des participants (des cuisines collectives sont à leur disposition dans les résidences universitaires). Six bourses d’aide à la mobilité d’un montant de 250 € seront accordées sur demande motivée et après examen du dossier du candidat.

Public visé :  Le public visé celui des jeunes chercheurs (Master, Doctorat) mais aussi des chercheurs, enseignants-chercheurs et professionnels des institutions culturelles souhaitant se former aux problématiques de l’école d’été. L’école ne nécessite aucun savoir technique spécifique préalable.

Comment candidater ? Les candidats seront sélectionnés sur la base d’un curriculum vitae (max. 2 pages) et d’une présentation (500 mots max.), en français ou en anglais, montrant le lien du projet de recherche ou de l’activité professionnelle avec les problématiques de l’école d’été. La date limite de candidature est portée au 30 avril 2019.

Programme provisoire de l’école d’été à télécharger.

Renseignements et dépôt des candidatures :  ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr

Conseil scientifique : Kmar  Bendana (professeur d’histoire contemporaine, Université de la Manouba, Tunisie), Sophie Bouffier (professeur d’histoire ancienne, directrice de la MMSH), Pietro Clemente (professeur d’ethnologie, Université de Sienne, Italie), Isabelle Dion (directrice par interim des ANOM), Émilie Girard (responsable du département des collections et des ressources documentaires du Mucem), Brigitte Marin (professeur d’histoire moderne, Aix Marseille Université), Michel Mouton (directeur de l’Ifpo), Catherine Virlouvet (directrice de l’École française de Rome).

Crédits photographiques : fibres de coco de Cochinchine conservées à la Faculté des Sciences de l’Université d’Aix-Marseille, Musée Colonial de Marseille, avec l’aimable autorisation de Bruno Vila, photographe.